IDYLLE AMERICAINE 2/2 : Dis-moi que tu m’aimes de Iris Hellen.


Lorsqu’elle a décidé de rejoindre sa meilleure amie dans le Mississippi, Phoebe s’attendait à beaucoup de choses… Mais rencontrer un spécimen local sarcastique et irritant nommé Jason, ça, elle ne s’y attendait pas ! Comment peut-on être aussi borné et désagréable ? Mystère. Le pire, c’est qu’avec ses magnifiques yeux gris et ses larges épaules, Jason est tout à fait charmant… dès lors qu’il ferme la bouche. Reste plus qu’à trouver une façon de le faire taire. Et, pour ça, Phoebe a une ou deux idées…

Dans son nouveau roman, Iris Hellen te transporte sur le continent où les rêves deviennent réalité (mmm enfin ça reste à voir !). Au fin fond du Mississippi, sous un soleil de plomb et auprès d’autochtones à l’accent du Sud bien prononcé, les spécimens mâles chaussés de santiags ont la peau dure, des aprioris bien ancrés et une partie de leur anatomie bien accrochée !
Quand la tornade Phoebe débarque en ville pour retrouver sa meilleure amie, elle ne tarde pas à faire de émules.

 

Phoebe est la femme typique bon genre bon chic à la parisienne. Elle n’est pas née avec une cuillère d’argent dans la bouche, c’est pourquoi elle s’est donnée tous les moyens pour obtenir son diplôme dans la finance et devenir une femme extravertie loin de tous préjugés. Phoebe est une romantique, une fleur bleue dans l’âme et le prince charmant elle y croit encore malgré le coup dur et bas qu’elle a pris en découvrant son compagnon dans les bras d’une autre. Phoebe est une femme extraordinaire qui a su surmonter les aléas de l’adolescence en compagnie de sa meilleure amie américaine expatriée. Une amitié forte et sincère qui a surmonté l’épreuve de l’éloignement lorsque cette dernière a du retourner dans sa ville natale. Phoebe est une mignonne gaffeuse dont les mots sortent bien trop vite. Tourner trois fois sa langue dans sa bouche… non ce n’est pas trop son truc, enfin pour autre chose, oui. Car Phoebe secrètement est une coquine qui ne demande qu’à trouver l’homme adéquat pour s’épanouir telle une fleur au soleil (qu’est ce que c’est beau 🙂  ). Phoebe est un aimant à problème très craquante. Ses convictions, elle les porte à bout de bras avec tout le sens de l’honneur dont elle peut faire preuve. Phoebe est à l’image d’une femme moderne, indépendante et ambitieuse. Phoebe est joyeuse et croque la vie à 1000 km/h. Elle a ce petit côté désarmant, provoqué par son apparence loin d’être en adéquation avec son état d’esprit. Phoebe est extrêmement touchante et attachante. Je l’adore ! Elle est très humaine et empathique. Elle a ce côté naïve doublée d’une très forte personnalité. Ça donne des scènes scandaleusement euphorisantes surtout que l’homme qui donne la répartie n’est pas en reste.
Lui, c’est Jason. Le cowboy super sexy mais ce dernier a un sacré sale caractère et une fierté mal placée. Jason a reprit le bar de son père et a développé l’affaire, au point d’en faire le rendez-vous incontournable de la scène musicale country. Jason est avant tout un passionné fervent de ce style. Jason est droit dans ses bottes et sa vie n’a pas été un long fleuve tranquille. On ne lui a jamais connu une vraie relation amoureuse. C’est un homme sans attache qui prend du bon temps quand il le souhaite. Son cadre de vie est assez stricte. Il s’impose sur son lieu de travail avec des idées provocantes dans cet état du Sud conservateur et où le Klux Klux Klan est toujours d’actualité. Une de ces règles primordiales : les armes à feu sont bannis de son club. Les soirées dans son bar sont toujours bon enfant, sans haine et sans colère. Les bikers qui le fréquentent assidument ne démordent pas à leur engagement en foulant le sol du bar. Jason est une homme très déterminé, sympathique et très débrouillard. Un homme à la hauteur des espérances de Phoebe qui va lui mener la vie très dure. Si tout débute au cours d’une partie d’échec où Jason va s’excuser de son accueil malpoli, cette relation va connaître de nombreuses montagnes russes et looping en tout genre pour se finir sous le son mélodieux de la country.

 

 
C’est un nouveau sans faute pour Iris Hellen ! Mon Dieu qu’est ce que j’ai adoré cette histoire. Maintenant quand j’entendrais le mot Mississippi je penserais à Jason et Phoebe et non à Tom Sawers ! C’est une histoire d’amour comme je les aime : des quiproquos, des retournements de situations, des scènes croustillantes, des engueulades, de la passion, de l’amour, de la tendresse, du romantisme, des scènes hilarantes et surtout portés par des personnages loin d’être fades. Ce livre est un condensé d’émotions à l’état brut, pas de chichi ! Mais DIS-MOI QUE TU M’AIMES, n’est pas que ça : l’amitié à une place importante et l’entre aide également. Je pense notamment à cette sacré mamie qui va secouer Phoebe. Iris Hellen a à cœur de parler des femmes dans le monde du travail, notamment dans celui de la finance. Elle explore également le racisme dans un état où la population noire n’a pas tout à fait sa place. Et puis elle met un point d’honneur à mettre à bat les préjugés.

 

C’est une très belle histoire d’amour, en tout cas celle ci restera dans mon cœur de passionnée pendant un moment. A chaque page tournée, une vague d’émotions m’a surprise.
 

 

Quand la Parisienne rencontre le Cowboy, ça décoiffe carrément !
 
Une chronique de #Esméralda

Clair de lune à Manhattan de Sarah Morgan

Romance contemporaine – livre sorti le 6 novembre 2019

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

Ma note : 4,5/5

 

Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Harlequin pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : « Je ne veux plus être une “gentille fille”. Je veux être une fille qui n’a peur de rien ! »
Harriet Knight le reconnaît volontiers, elle a toujours laissé la peur guider ses choix. Résultat : elle a l’impression d’avoir une vie ennuyeuse à mourir. Alors cette année, c’est décidé, elle va s’offrir un cadeau de Noël d’un nouveau genre : du courage ! Elle a donc prévu de faire chaque jour, jusqu’au 25 décembre, une chose qui l’effraie et, elle s’en est fait la promesse, elle ne laissera rien ni personne l’intimider. Enfin, ça, c’était avant qu’elle ne rencontre Ethan qui, d’un seul regard, a fait vaciller toutes ses certitudes. Elle l’a alors aussitôt compris : le séduire sera son plus grand défi. 

 

L’avis de #Lilie : Ce roman est le troisième volet de la saga « From New-York with love ». Après avoir découvert Daniel puis Fliss, il était enfin temps d’en savoir plus sur Harriet, la jumelle discrète et effacée. Il me tardait de faire connaissance avec elle car dans les deux premiers livres, on en avait peu appris sur elle, sauf peut-être une sensibilité à fleur de peau. J’avais donc hâte et très envie de la découvrir !

Depuis le déménagement de Fliss dans les Hamptons, Harriet se retrouve seule à Manhattan. Elle décide donc de « sortir de sa zone de confort » pour se confronter à ce qui a pu l’effrayer dans le passé. Suite à un accident de la vie, elle se retrouve aux urgences et fait connaissance avec le beau docteur Ethan Black. Charmée, elle ne pense pas un seul instant que le « docteur sexy » va être son client quelques jours plus tard… Harriet arrivera-t-elle à lâcher prise ? Pourquoi Ethan est-il toujours célibataire ? Entre les deux protagonistes, une histoire d’amour est-elle possible ?

Des deux jumelles, Fliss est « la grande gueule », on a pu le voir dans le tome précédent, et Harriet est la discrète, à l’écoute, qui ne veut pas faire de bruits. Elle n’a pas vécu une enfance facile, avec un père impulsif et virulent dans ses paroles. Elle s’est donc réfugiée dans le silence pour ne pas provoquer de colère paternelle et elle s’est toujours effacée derrière son grand frère et sa jumelle. Désormais, ils ont tous les deux trouvés l’amour donc Harriet est obligée de se faire violence pour apprendre à « vivre par elle-même ». J’ai trouvé que c’était un personnage très courageux, touchant et entier. En effet, même si elle décide de se lancer des défis pour essayer de changer sa vie, elle ne renie ni ses valeurs ni ses principes et je l’ai adoré pour cela. Concernant Ethan, il est docteur aux urgences. Impliqué dans son métier, il a appris à tout contrôler et à verrouiller ses émotions. Sa rencontre avec Harriet va bousculer ses certitudes et sa manière de voir la vie. Leur relation semble assez improbable au départ mais pourtant, on sent tout de suite des étincelles entre eux et une complicité va rapidement naître.

Adepte de la plume de Sarah Morgan, je me suis régalée avec la lecture de ce troisième tome. J’ai retrouvé tout ce que j’aime dans les romans de l’autrice : des personnages attachants, avec des fêlures, un peu d’humour et une touche d’érotisme, juste ce qu’il faut. L’histoire se passant au moment de noël, on retrouve également la magie de la période, qui met souvent du baume au cœur. La relation entre les deux protagonistes évolue tout au long du livre et on a quelques rebondissements qui nous accrochent et nous empêchent de le poser avant de l’avoir terminé.

Pour conclure, je dois dire que cette lecture m’a beaucoup plu car tous les ingrédients d’une bonne romance sont réunis. En effet, c’est un roman rempli de bons sentiments et qui fait du bien au moral. Si vous ne vous êtes pas encore lancés, je vous recommande chaudement la trilogie « From New-York with love », une douce parenthèse qui permet de s’évader, le temps de sa lecture.

 

Retrouvez tout l’univers de Sarah Morgan ici
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Harlequin
Retrouvez mon avis sur le tome 1, « Rencontre dans l’Upper East Side » ici
Retrouvez mon avis sur le tome 2, « Un été dans les Hamptons » ici

 

IDYLLE AMERICAINE 1/2 : Passion à Hollywood de Natacha J. Collins.


Bridget n’en revient pas : elle va assister au tournage d’un blockbuster ! Car la star dont elle est l’assistante vient de décrocher un rôle pour un long-métrage très attendu. À elle Hollywood et les acteurs sexy ! Comme le beau Craig Anders, héros du film, qui ne la quitte pas des yeux… Non ! Elle s’est promis de ne pas refaire la même erreur qu’avec son ex, un comédien manipulateur. Et le fait que Craig soit logé dans le même immeuble qu’elle ne doit pas la détourner de ses bonnes résolutions…

Bridget adore son travail. Même si il est chronophage et  hallucinant. Être l’assistance de la star montante du petit écran est juste fabuleux. Sa patronne, Nerea, ne déroge pas à la règle : un brin excentrique et égoïste, ses désirs sont ses ordres et Bridget doit s’y plier.
Mais Bridget sait que les apparences sont trompeuses dans ce milieu et connait la femme sans les paillettes. Et quand les temps sont durs, elle peut compter sur l’indomptable Becky, coiffeuse officielle de la star, et boutentrain de la troupe pour rire aux éclats.

 

Nerea a obtenu son premier rôle au cinéma. C’est une immense joie pour toute l’équipe et l’euphorie est à son apogée lorsque le prétendu rôle masculin se débine et laisse la place à Craig Anders, le chouchou de Bridget. Mais leur rencontre a tout du scénario comique. Entre méfiance et jalousie, Bridget et Graig marchent sur des œufs. Pas sûr que leur histoire soit féerique !

 

Je connais Natacha J. Collins pour ses romances historiques dont je raffole. Je la découvre pour la première fois dans ce registre. Elle nous offre une romance légère et pimpante. Des chapitres courts qui vont à l’essentiel. Des personnages à la fois détestables et attachants. Une histoire captivante et prenante. Une romance où la passion et la jalousie se côtoient, donnant une intrigue haletante. J’ai aimé la simplicité de Natacha J. Collins qui en ces temps difficiles m’a permis de décompresser. Une lecture singulière dans un monde qui l’est tout autant. Une lecture fraîche et parfois déroutante.

 

A découvrir !

 

Une chronique de #Esméralda.

… Lien Kindle

… le site des éditions Harlequin

… mes avis sur d’autres romances de Natacha J. Collins (clique sur la photo)

DARK OBSESSION de Penelope Douglas.


Damon Torrance. Ce simple nom fait trembler Winter. Depuis qu’elle l’a dénoncé à la police et envoyé tout droit en prison, Winter est hantée chaque jour et chaque nuit par le beau visage de Damon. Bientôt, il va être libéré.
Bientôt, il va avoir tout le loisir de se venger de celle qui l’a privé de sa liberté. Et les rumeurs racontent qu’il est encore plus fort et plus dangereux qu’auparavant…

Attendre en valait la chandelle. Ce troisième et dernier tome m’a mise sur les rotules. Il n’y a pas à dire Penelope Douglas sait nous faire chavirer et nous prendre par les sentiments. Explosif, intense, destructeur, ravageur … DARK OBSESSION va vous en mettre plein les yeux.
J’attendais ce dernier opus avec impatience. Penelope Douglas sait nous faire languir et je dois avouer que c’est pour la bonne cause. Tout vient à qui sait attendre, n’a jamais donnée sens. Les deux premiers tomes étaient de très coup de cœur et bien là, c’est exactement pareil. Penelope Douglas confirme ainsi son talent de conteuse de romance sombre et profonde. Personnages hautement détestables et personnages hautement attachants, on perd vite la tête entre toute cette flopée de sentiments ambivalents. Premier page tournée et me voilà accro, raide dingue d’une histoire qui se veut sombre. Du romantic suspense dans toute sa splendeur et je pense que les fans du genre vont juste se régaler.

 

Damon est à mes yeux le plus terrible de la bande. Il est un joueur de haut niveau où la manipulation est au cœur de touts ses actes. Il est un fin stratège et ce depuis son adolescence. Pour se sentir vivre il aime faire mal aux autres. Il aime contempler la souffrance sur les traits des autres. Au travers de ces émotions intenses qui ne sont pas les siennes, il vit, il respire, il se sent vivant, libre de son passé. Un passé indescriptible, pervertit par la seule personne qui aurait du prendre soin de lui. Une souffrance qui l’enferme dans un cage où peu à peu les blessures visibles et invisibles deviennent son quotidien. Mais un jour il trouve enfin sa clé. Elle, c’est Winter. Elle n’a que huit ans lorsqu’elle rencontre Damon caché sous cette fontaine. Sa douceur, sa présence, ses mots sont un baume salvateur pour le cœur de ce garçon. Elle devient alors à ses yeux une obsession aussi malsaine que merveilleuse. Une obsession aussi répugnante qu’attractive. Est ce que l’amour peut repousser la peur, la colère, la haine, l’abject et les ténèbres ?

 

Winter ne rêve que d’une seule chose, vivre librement. Vivre sans aucune barrière, sans aucune peur, sans rien. Ne pas penser à ce qu’elle est devenue par sa faute quand elle avait huit ans. Vivre et danser pour se sentir unique et non impuissante. Braver les interdits pour sentir le vent dans ses cheveux. Oser sans penser aux conséquences. Elle n’est pas et plus une chose fragile. Des années à le poursuivre, à sentir de la haine pour lui et à imaginer tout un tas de scenarii pour qu’il éprouve enfin la souffrance, celle qu’elle a ressenti pendant toutes ces années. Ce libérer de ses chaînes, celles qui l’entraînent sur ses sentiers où désirs et répulsions jouent à l’ambivalence. Touts ses rêves de vengeance ont échoué. Il est, là, tapis dans l’ombre attendant son heure et préparant son plan machiavélique pour qu’elle tombe dans ses filets. Si l’amour pouvait naître de la haine, serait-ce mal ?

 

Le passé se mêle au présent donnant ainsi une vue d’ensemble totalement hallucinante. Damon et Winter prennent tour à tour la parole. Ce duo dévoile avec retenue touts les faits passés et présents. Une retenue qui fait frisonner de frustration et d’envie. Ce dernier tome est une très belle finalité. En effet on retrouve Michael et Rika, et, Kai et Banks, et Will. Ce tome fait la liaison avec les premiers événements du tome 1 et c’est juste sublime et surtout inattendu. Ce 684 pages est donc un pur bonheur pour celles qui sont accro depuis le début. Une romance très aboutie et j’en lis que trop rarement pour ne pas le souligner ici.

 

DARK OBSESSION est vertigineux, fou, dément et addictif ! J’aurais voulu que ça ne se termine jamais !

 

Je fermai les yeux pendant que la vapeur me montait au visage. Tout était si calme que je sentais mon pouls gronder.
Je te sens.
Je te sens partout.
Les clous de girofle sur ses vêtements, la fontaine sur sa peau. Les mots sur sa langue, le souffle sur ses lèvres.
Sa main sur mon cou, ses silences tranchants.
Au bout du couloir. Assis dans le bureau. Dehors sous la pluie.
Dans l’angle de ma chambre.
A la porte ouverte de la salle de bains.
Juste ici, en train de m’observer.
Il était toujours là.
Ou…
Ses mots me revinrent. Peut-être ne suis-je jamais parti.
Quand il était en prison, il était là. Quand je voulais désirer d’autres hommes, il était là. Quand je dansais, quand je pleurais, chaque fois que j’étais seule, et quand j’étais silencieuse dans une pièces pleine de gens et pensais à lui, il était là.
 
Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site des éditions Harlequin

… le site de Penelope Douglas

… mes avis sur d’autres romances de Penelope Douglas (cliquez sur les photos pour les lire).

Confronte-moi de Léna Forestier

Nouvelle/Romance Contemporaine – Sortie le 12 février 2020

Editions Harlequin – Collection HQN

Service Presse

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

 

Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Harlequin qui m’ont confié, via la plateforme NetGalley, cette nouvelle en service presse.

Résumé : Face au désir, peuvent-ils seulement lutter ?
Mallaury n’avait pas prévu de reprendre la salle de boxe de son père, à seulement vingt-deux ans. Mais, quand celui-ci se retrouve plongé dans le coma à la suite d’un accident, elle n’a pas le choix. Se battre sur un ring, elle sait faire. Gérer un club et son personnel, c’est une autre histoire, surtout quand elle rencontre Enzo, l’homme que son père a embauché pour l’épauler. Tatoué et tout en muscles, cet excellent boxeur devient très mystérieux dès lors qu’il s’agit de parler de son passé… Mallaury n’a aucune confiance en lui, et encore moins en ses propres réactions : la façon dont Enzo la regarde la trouble beaucoup trop… 

 

L’avis de #Lilie : Lorsque j’ai sollicité ce service presse, je ne savais pas que c’était une nouvelle. Peu adepte du genre, je me suis lancée dans cette lecture avec une grande curiosité car Léna Forestier fait partie des autrices dont j’avais envie de découvrir la plume depuis un moment. 

Nous faisons ici connaissance avec Mallaury. Elle vient à Marseille pour rendre visite à son père, qui est hospitalisé, et pour prendre sa relève à la salle de boxe, en attendant qu’il aille mieux. En arrivant à la salle, elle tombe sur Enzo, le nouvel employé. Sexy et mystérieux, que cache Enzo derrière son sourire ? Peut-elle lui faire confiance ?

Mallaury est une jeune femme moderne. En effet, elle suit des études mais n’hésite pas à les mettre entre parenthèse pour venir s’occuper de la salle familiale. Elle est dynamique, souriante, sportive et n’a pas l’habitude de se laisser dicter sa conduite. Au départ, elle ne sait pas trop quoi penser d’Enzo. Beau, musclé, travailleur, elle n’arrive pourtant pas à lui faire confiance…. ou peut-être que c’est à elle qu’elle ne fait pas confiance ?? Enzo, de son côté, entretient le mystère autour de son passé et de sa personne. Se livrant peu, il est néanmoins à 100% dans son travail et ne compte pas ses heures. Entre les deux, l’attraction est immédiate mais sont-ils faits pour être ensemble ?

Comme je l’ai dit plus haut, je ne suis pas adepte, en temps normal, du format « nouvelle ». Je trouve souvent que ça va trop vite et cela donne l’impression que l’histoire a été bâclée. Là, je dois dire que j’ai été très agréablement surprise ! En effet, en 59 pages, l’autrice a réussi le pari d’écrire un récit où les actions s’enchaînent sans précipitation et en toute fluidité. L’intrigue se déroule de manière construite et nous permet de découvrir, en partie, le milieu de la boxe. Le choix de la narration alternée entre Mallaury et Enzo est un gros plus pour moi car cela permet d’être immergée dans l’histoire et de suivre leurs réflexions et leurs pensées.

Pour conclure, j’ai passé un excellent moment de lecture avec « Confronte-moi ». Si vous êtes adeptes des romances se déroulant dans le milieu de la boxe, n’hésitez pas à vous lancer dans cette nouvelle qui se lit très vite et très bien. Pour ma part, j’ajoute Léna Forestier à la liste des autrices à suivre !

 

Retrouvez cette nouvelle sur le site des Editions Harlequin

 

pro_reader_120    reviews_50_120    favorited_reviews_120    netgalley_challenge_2018_120    netgalley_challenge_2019_120

SUR LES CENDRES NOUS DANSERONS de Fleur Hana.


Fanny a un rêve. Ouvrir son école de danse. Pour y parvenir, elle multiplie les cours et les performances, et se change escort de luxe à la nuit tombée. Une double vie qui réclame une discipline de fer, un sang-froid à toute épreuve, et qui lui interdit d’ouvrir son cœur à qui que ce soit. Ce que son élève refuse de comprendre…
Benj a une obsession. Attirer le regard de Fanny. Dès le premier cours qu’elle lui donne, il comprend deux choses : il n’est pas fait pour la pole dance, mais il est prêt à se surpasser pour gagner la confiance de cette mystérieuse blonde. Car même si elle semble totalement inaccessible, il est des défis qui valent tous les efforts…

 
Une romance comme je les aime où s’ouvrir aux sentiments se révèle aussi compliquer que nécessaire. Où l’amour se décline d’une très belle manière. Et où les personnages se doivent d’aller au delà de leur zone de confort.
Benjamin, alias Benj, est le romantique de la bande. Lui son truc c’est de tomber amoureux aux premiers regards. Cela lui vaut de nombreuses moqueries de la part de ses potes. Mais il est comme ça Benj, un grand sentimental qui déjante souvent finalement. Benj est le sage de la bande des Golden Boys. Les bons mots aux bons moments, il est l’élément apaisant quand certaine situation tourne au vinaigre. Benj a un gros cœur d’artichaut et on a envie de se fondre dans ses bras. Il adore danser et c’est pour cela qu’il a rejoint les Golden Boys. Gagner un peu d’argent en faisant le gogo dancer ne l’offusque aucunement. Sa vie ne se résume pas qu’à se pavaner en costume de pompier ou de policier puisqu’il travaille depuis chez lui en tant que web-designer entre autre. Benj est un homme attachant et attentif à son entourage. Si il est malheureux (plus ou moins) en amour, il attend simplement le bon moment et la bonne fille, celle qui créera cette petite étincelle. Si il l’avait remarquée lors de son show au bar de Chris, il la découvre véritablement lorsque son boss décide que la bande doit prendre des cours de pole dance pour un nouveau numèro. Leur professeure particulière a la musique dans la peau mais son attitude froide met de suite une certaine barrière à ne pas dépasser. Si Benj la trouve charmante dès le premier regard, il est vite refroidi par la posture de défense de la belle Fanny. Mais pourtant une certaine évidence apparaît, il ne lâchera pas l’affaire et son seul but pour l’atteindre sera la danse et il  mettra tout son cœur pour y parvenir. Peut être que cette fois ci c’est la bonne fille ?

 

Fanny a grandi dans une famille où la rigueur était primordiale pour tout. Initiée à la danse classique dès son plus jeune âge, elle subit les brimades de sa mère dès le moindre faux pas. Fanny grandit avec la hantise de ne rien faire correctement selon les critères d’une mère tyrannique. Jusqu’au jour où sa vie bascule et où tout devient insoutenable, la fuite devient la seule évidence. Elle connaît les foyers et un petit ami qui prend rapidement la tangente lorsqu’elle se trouve dans une situation peu confortable. Désabusée, elle rentre dans la vie d’adulte avec de grosses lacunes surtout affectives. Repérée par une maquerelle, elle fait ses premiers pas en tant qu’escorte de luxe (et le package qui ne va pas sans). Mais elle n’oublie pas son rêve. Elle danse, s’initie à la pole dance, donne des cours et des représentations. Elle veut à tout prix que son rêve se réalise quitte à passer des mauvais moments. Elle n’a pas le temps pour les amourettes. D’ailleurs qui voudrait d’elle sachant la vie qu’elle mène. Non ce n’est pas pour elle. Surtout qu’en ce moment c’est la bérézina, tout part en cacahuète. Plus de voiture, pas trop de cours et un client bien trop pressant. Et lui qui la regarde comme si elle était la huitième merveille du monde, qui la déchiffre à un tour de main, et sa présence si rassurante, sa douceur, sa gentillesse, sa manière de danser, et ses goûts musicaux si semblables. Et si, et si elle se laisser une chance d’être heureuse. Que pourrait-il lui arriver de grave à part un cœur brisé ?

 

SUR LES CENDRES NOUS DANSERONS est une merveilleuse histoire d’amour. Celle qui fait virevolter les cœurs, qui tord les tripes, qui nous fait pleurer et qui nous fait rire. Une histoire où les improbables surgissent et détruisent laissant sur leurs passages ces cendres issues des âmes. Une histoire où les notes de musiques entraînent les corps et les âmes unis par ces liens puissants et purs. Une histoire sensible et magnifique. Une plume aussi tendre et douloureuse. Une plume qui vous accapare dès le départ et vous fait chavirer dans le tumulte des sentiments. Elle traite avec sensibilité et conviction des sujets tabous, ceux qui sont au cœur de l’indignation comme la prostitution, le métier de gogo dancer et un autre sujet que je ne peux vous dévoiler au risque de vous spolier. Il est évident qu’il faut une certaine audace pour les réunir ensemble. En tout cas le résultat est là : surprenant, touchant et bouleversant. Une fois de plus Fleur Hana fait des merveilles et moi je suis de romans en romans plus que conquise.

 

A vous de savourer, vous m’en direz des nouvelles 😉

 

Une chronique de #Esméralda.

… Le site des éditions Harlequin

… Lien Kindle

… le site de Fleur Hana

… mes avis sur d’autres romans de Fleur Hana (clique sur la photo pour les lire)

Un été dans les Hamptons de Sarah Morgan

Romance contemporaine – Livre sorti le 4 juillet 2018

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

Ma note : 3,5/5

 

Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Harlequin, et plus spécialement Mélanie, pour leur confiance et pour m’avoir permis de lire ce roman en service presse.

Résumé :« Ta vie, c’est un scénario de comédie romantique. »
Si la situation n’était pas si catastrophique, Felicity éclaterait de rire, tant ces mots lui semblent éloignés de la vérité. Pour elle, tomber nez à nez avec l’homme qui lui a brisé le cœur et constater que, dix ans après, il est toujours aussi sexy et hors de portée relèverait plutôt de son mauvais karma. Ne s’était-elle pas réfugiée dans les Hamptons justement pour lui échapper ? Mais, maintenant que Seth l’a retrouvée, Felicity sait qu’elle a une décision à prendre : passer sa vie à fuir ou affronter une fois pour toutes les démons de son passé… 

 

L’avis de #Lilie : Fidèle lectrice de Sarah Morgan, je me rappelle avoir dévoré chacun de ses romans. J’attendais donc beaucoup de cette lecture… qui n’a malheureusement pas été à la hauteur de mes espérances…. Je vais vous expliquer pourquoi!

Dans ce deuxième tome de la saga « From New-York with Love« , nous faisons plus ample connaissance avec Félicity, une des soeurs jumelles de Daniel, et Seth, que nous avions furtivement croisé dans le tome précédent. Très rapidement, on comprend qu’ils ont tous les deux un passif amoureux et que leur histoire ne s’est pas bien terminée…. Pour fuir ce passé gênant, Félicity décide de filer dans les Hamptons pour s’occuper de sa grand-mère. Malheureusement pour elle, à peine arrivée là-bas, elle tombe sur Seth….qui vient de rentrer ! Entre quiproquos, mensonges et deuil du passé, le séjour de Félicity dans les Hamptons ne s’annonce pas de tout repos !!

Félicity est donc une des deux soeurs de Daniel, le héros de « Rencontre dans l’Upper East Side ». Avec sa jumelle Harriet, elles sont très complices et pourtant, tellement différentes. J’avais perçu chez elle un fort caractère, on comprend mieux pourquoi ici. Fière, forte, Félicity s’est donné comme maître mot de ne plus laisser ses émotions et ses sentiments prendre le dessus et de protéger ceux qu’elle aime…. Mais elle, qui la protège ? Derrière cette carapace se cachent de nombreuses blessures qui ne sont pas cicatrisées. Dans cette histoire, elle va enfin, en partie, faire la paix avec elle-même et essayer d’accepter qu’elle ne peut pas toujours tout résoudre toute seule. Concernant Seth, c’est le protagoniste masculin rêvé : beau, intelligent, loyal, débrouillard, vétérinaire, avec des valeurs familiales, il représente le petit copain parfait !! Et pourtant, lui ne voit que Félicity, ne pense qu’à Félicity et ne veut que Félicity. Son comportement envers elle est chevaleresque, sans en faire trop, et on sent tout l’amour qu’il ressent toujours pour elle… Le moins que je puisse dire, c’est qu’il est persévérant et romantique, juste ce qu’il faut. Entre les deux, ce sera souvent une relation « comme chien et chat ». Néanmoins, étant les seuls à posséder la clé du coeur de l’autre, ils vont, pas à pas, s’apprivoiser et tenter de retrouver ce qu’ils ont perdu. Enfin, j’ai adoré la grand-mère des jumelles qui est une mamie comme on les aime, aimante, bienveillante, pleine de bons conseils et présente pour ses petits enfants.

Ce deuxième tome m’a beaucoup moins enthousiasmé que le premier. La raison ? J’ai bien du mal à le savoir. Comme toujours, les romans de Sarah Morgan sont faciles à lire, avec beaucoup d’humour mais il est vrai que le personnage de Félicity, derrière sa façade solide, est quand même assez pessimiste et en boucle sur son passé et/ou ses défauts (réels ou ressentis). Ainsi, je n’ai pas été embarquée, comme je le suis d’habitude, et j’ai ressenti beaucoup moins de « bonnes ondes » se dégager du roman. Malgré cela, j’ai apprécié l’histoire même si j’ai trouvé quelques longueurs. Enfin, comme toujours, j’aime retrouver les autres protagonistes des autres sagas de l’autrice mais je regrette de ne pas avoir revu plus Daniel et Molly.

Pour conclure, les amateurs de la plume de Sarah Morgan seront ravis de cette nouvelle aventure mettant en scène Félicity et Seth. Pour ma part, il me tarde de me plonger, dans très peu de temps, dans les aventures d’Harriet, dans le troisième tome de la saga, « From New-York with Love » afin d’en savoir plus sur la jumelle « calme » mais aussi pour la voir, également, je l’espère, trouver enfin chaussure à son pied !

 

Retrouvez mon avis sur le tome 1 de la saga « From New-York with love »
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Harlequin