MAIS SINON, TOUT VA BIEN ! de Max Deloy.

[ FEEL GOOD BOOK – Nouveauté 2019 ]

Éditions HARLEQUIN – Collection &H

352 pages

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

Lien Kindle

 
Le résumé :
À force de jouer les tragédiens, il a tenté le destin.
Déjà, s’appeler Georges quand on a la trentaine, c’est partir avec un sacré handicap. Mais aujourd’hui, c’est bien le dernier souci de ce père célibataire au bord de la crise de nerfs. Car tout fout le camp. D’abord, sa carrière  : s’exhiber en slip kangourou pour une publicité n’est pas exactement ce qu’il avait en tête en embrassant le métier de comédien. Mais pour payer ses factures et conserver l’école de théâtre léguée par ses parents, il n’a pas le choix. Ensuite, il y a Henrik, son fils adoré, surdoué mais exigeant, qui fait fuir tous ses professeurs. Enfin, Georges n’a que quelques mois pour monter Phèdre avec une poignée d’amateurs et une prof incontrôlable. Bilan  : c’est la cata. Et quand une nouvelle élève, aussi talentueuse que fascinante, et une préceptrice punk aux cheveux bleus, surgie de nulle part, mettent leur grain de sel dans ce monumental bazar, Georges commence à se demander si les dieux n’auraient pas une dent contre lui.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Georges a la vie devant lui : comédien talentueux, une école de théâtre à faire tourner, un fils surdoué, un meilleur pote aussi déjanté que fidèle, des élèves zélés mais attachants. Tout roule pour Georges dans la vie et au pis, une pizza par ci par là pour se remonter le moral. Mais ça c’était avant. Avant que le Dieu de la malchance ou toute autre espèce de cet acabit abatte son courroux de la pire des manières. Des contrats publicitaires de bas étage, un fils qui fait sa crise d’adolescence et envoie paître le dernier percepteur en date, un gars louche qui propose un arrangement encore plus louche, une pièce de théâtre et des acteurs pas au point, une nouvelle élève qui sème la discorde et une petite nana punk au caractère bien trempé qui met le boxon dans la vie bien rangée de Georges.

 

Georges ne sait plus où donner de la tête ! Les déceptions, les coups durs lui tombent sur la tête. Déprime et vague à l’âme le guettent. Georges est le genre d’homme attentif à son entourage, d’une grande gentillesse, patient, à l’écoute des autres et un grand rêveur. Il vit le jour au jour sans se soucier du futur. Il va donc revoir ses projets en tenant compte de touts les derniers événements qui viennent titiller sa tranquillité.

 

Max Deloy avec humour, dérision et quelques notes d’optimisme, peint le portrait d’un homme qui perd pieds et qui se noie. Pas évident de garder la tête hors de l’eau quand bon nombre de péripéties s’accumule. La plume de Max Deloy est à la fois pimpante, sobre et « humaine ». Elle reste fidèle aux aléas de la vie qu’ils soient positifs ou négatifs. J’ai beaucoup apprécié l’évolution du personnage de Georges : il apprend à dire ce qu’il ressent et à s’affirmer et également à compter sur les autres. Georges est un personnage attachant qui m’a fait sourire, peinée et agacée. Les personnages secondaires ont une place capitale dans cette histoire car leurs actes font porter vers le haut Georges. Notamment son fils,  Hendrik petit génie adorable.

 

MAIS SINON, TOUT VA BIEN ! est un feel good book que j’ai adoré lire. Des belles réparties, des personnages attendrissants, une pseudo intrigue rocambolesque. C’est une belle leçon de vie et d’acceptation. J’ai lu ce roman avec envie savourant les chapitres, m’inquiétant quand tout allait mal où partait en vrille et riant face à des situations périlleuses. A découvrir cet été, un bon moment de lecture garanti !

 

Je me renfrogne. Inutile de me rappeler que ma vie sentimentale n’est qu’une succession d’échecs ou de plans foireux. Depuis que je suis en âge de sortir avec des filles, je me suis toujours intéressé soit aux canons glaciaux et inaccessibles, soit aux nanas à problèmes, que j’ai voulu prendre sous mon aile, et qui ont toujours fini par m’exploser au visage. Je suis à la fois complexé et protecteur, touché par le syndrome du chevalier blanc, mais galopant sur un poney nain…
 
#Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Harlequin.

Publicités

Take me away de Lorraine Joy

20190708_183422

Romance new adult – livre sorti le 2 mai 2019

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

Ma note : 4/5 mention « incontournable 2019 »

 

Je remercie les éditions Harlequin, et plus particulièrement Mélanie, pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : Elle a vécu l’enfer, il voit en elle l’espoir.

La survie, Angelia connaît bien. Pendant 17 ans, elle a vécu l’enfer auprès d’un père violent, avant d’être placée en famille d’accueil.

Mais vivre le quotidien d’une lycéenne normale, elle s’en sent incapable. L’insouciance, les cours, les amis… tout cela lui est étranger.

Et malheureusement, son intégration au lycée repose sur le bon vouloir de Zac, le fils de sa famille d’accueil, chargé contre son gré de veiller sur elle. Sauf que ce garçon volcanique, à la réputation sulfureuse, l’ignore superbement. Du moins, c’est ce qu’elle croyait. Car au fil des jours, elle découvre que, sous son masque d’arrogance, Zac est capable de deviner exactement ce qu’elle ressent, et sait apaiser ses peurs. Comme s’il était lui-même hanté par ses propres démons…

 

Mon avis : Je dois avouer que j’ai toujours des inquiétudes avec les romances issues de Wattpad. En effet, même si cette plateforme permet de découvrir de nouveaux auteurs, on y trouve de tout… J’ai donc ouvert ce roman avec une petite pointe d’appréhension qui s’est très vite envolée.

Nous faisons ici connaissance avec Angelia qui, dès le début de sa vie, est rejetée par son père. En effet, sa mère est morte en couche et son père la rend responsable de cela. Quand elle arrive dans la famille de Zachary, elle est mutique, insondable et surtout, elle se pense responsable de toute la violence qu’elle a subi. Quant au jeune homme, il a en lui une colère extrême qu’il a beaucoup de mal à canaliser. Pourtant, au contact l’un de l’autre, ils vont agir tel un pansement sur les blessures de l’autre.

Angelia est difficilement cernable, mais vu l’enfer vécu à cause de son père, peut-on l’en blâmer ? Depuis son plus jeune âge, elle a vécu l’enfer, dans la peur des coups de son père et elle a donc appris à cacher tout ce qu’elle ressent. Quand elle arrive dans la famille de Zachary, une connexion inhabituelle apparaît tout de suite avec le jeune homme, écorché lui aussi par la vie. Vivant dans une famille moyenne américaine, il n’est pas celui qu’il paraît être. Il a lui aussi côtoyé la violence dans son enfance et il ne sait pas comment se débarrasser de ce trop-plein de colère. Alors, il a trouvé une parade : abuser de la violence et du sexe. Néanmoins, sa rencontre avec Angelia va tout changer et il va enfin trouver quel sens donner à sa vie : être à ses côtés et la protéger à tout prix. Dans un premier temps, les deux protagonistes vont jouer au chat et à la souris, l’un ou l’autre prenant peur devant l’ampleur des sentiments qui se développent entre eux. Les choses vont se mettre en place étape par étape, dans la durée et la confiance. L’évolution de leur relation m’a beaucoup plu et j’ai apprécié la manière dont les choses ont avancé entre eux, ni trop lentement, ni trop rapidement.

Je souhaite également mettre en lumière Charley, l’amie d’Angelia, qu’elle rencontre à l’hôpital. Cette petite fille est un rayon de soleil, comme un petit ange envoyé pour aider Angelia à évoluer et à accepter certaines évidences dans sa nouvelle vie. Enfin, j’ai beaucoup aimé le personnage de Rachel, la maman de Zachary, qui va, dans une certaine mesure, devenir une maman pour Angelia. Protectrice avec elle, elle ne va jamais s’interposer dans la relation entre les deux jeunes gens, faisant confiance à son fils lorsque celui-ci lui dit qu’il ne veut que le bien de la jeune femme.

Je dois vous avouer que je suis passée à deux doigts du coup de cœur avec ce roman. Cette romance new-adult m’a transportée grâce à une intrigue originale qui connaît peu de temps mort. En effet, les sujets difficiles s’enchainent, et c’est peut-être le seul bémol que je mettrai car par moment, j’ai ressenti le besoin de poser mon livre pour respirer un peu. L’autrice a fait le choix de nous parler du thème des violences intrafamiliales, mais aussi de la difficulté de se reconstruire et de l’impact qu’elles ont sur notre développement. Elle parle également des travers du trafic de drogue et de la maladie chez les jeunes enfants. Tous ces thèmes sont traités avec tact et pudeur mais cela amène forcément un peu de noirceur au milieu de l’histoire d’amour qui se développe entre Angelia et Zachary. Dans tous les cas, j’ai été séduite par la plume de Lorraine Joy, qui a une faculté assez étonnante à nous entrainer dans son univers et son histoire.

Pour conclure, je recommande chaudement la lecture de « Take me away ». C’est un premier roman très réussi, une belle histoire d’amour new-adult qui séduira, sans nul doute, tous les amateurs du genre. Néanmoins, attendez-vous à recevoir un uppercut émotionnel lors de votre lecture car l’autrice ne vous laissera aucun répit ! De la légèreté, il y en a peu mais la beauté de l’histoire entre les deux protagonistes prend largement le dessus sur toutes les difficultés auxquelles ils sont confrontés.

 

liens utiles

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Harlequin
Retrouvez également ce roman sur Amazon ici

Love forever d’Alfreda Enwy

20190623_175757.jpg

New Adult – Livre sorti le 5 juin 2019

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

Ma note : 5/5 mentions « coup de cœur » et « incontournable 2019 »

 

Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Harlequin et Mélanie pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : LOVE DEAL
Tomber amoureuse n’était pas prévu dans le contrat
Pas de contact physique, pas de démonstration en public et pas d’autre fille. Paiement de l’acompte avant le week-end et le reste à la fin.
Telles sont les conditions de Poppy pour qu’elle accepte de se faire passer pour la petite amie d’Eren le temps d’un week-end. Si le principe la révolte, elle doit pourtant admettre que ce job tombe à pic, car Poppy peine à subvenir aux besoins de sa fille. Seulement, pour que leur couple soit crédible et fasse illusion auprès de la famille d’Eren, elle va devoir faire connaissance avec ce dernier. Faire semblant d’être amoureuse du mec le plus beau et le plus populaire de tout le campus ? Facile. Ne pas tomber amoureuse de lui ? Moins facile…

LOVE PLAY
En amour, il n’y a pas de règles du jeu
Johanna se l’était pourtant juré : plus jamais elle ne se laisserait approcher, et encore moins séduire, par un garçon. Si elle a accepté d’aller parler à Ryan, c’est uniquement pour rendre service à Poppy, sa meilleure amie. Elle était loin de penser que ces yeux bleus posés sur elle la troubleraient autant et lui feraient perdre tous ses moyens. Loin de penser aussi que ces sensations lui avaient manqué… Mais elle doit se reprendre, Ryan est tout sauf un homme pour elle, et il ne mérite certainement pas qu’elle renonce à sa nouvelle règle. Star de l’équipe de basket à l’ego surdimensionné et incorrigible dragueur, pour lui, l’amour n’est qu’une partie de plus. Non, vraiment, Johanna ne reviendra pas sur sa décision : elle n’a plus envie de jouer…

 

Mon avis : Si vous me connaissez, vous savez que je suis tombée sous le charme de la plume d’Alfreda Enwy au moment de la sortie de « Love deal » qui m’avait littéralement subjuguée… Quelle joie pour moi de voir ce roman, accompagné de « Love play« , sortir en format papier et connaître ainsi une deuxième vie!

Concernant « Love deal« , nous faisons connaissance avec Poppy est une étudiante en littérature qui travaille le week-end pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa fille. Première originalité de ce roman, Poppy est une jeune maman célibataire qui a été abandonnée par le papa de la petite et par sa famille. Un week-end, sur son lieu de travail, elle rencontre Eren, un jeune basketteur talentueux qui étudie dans la même faculté qu’elle. Le soir même, Poppy apprend qu’elle est licenciée et elle décide de partir à la recherche d’un nouvel emploi. C’est en allant épingler une annonce à la fac qu’elle recroise Eren. Ce dernier s’apprête lui aussi à déposer une annonce ; en effet, il cherche une jeune fille pour jouer le rôle de la parfaite petite amie pour un week-end en famille. Dans un premier temps, Poppy refuse. Mais la somme promise est belle et elle doit d’urgence trouver un nouveau travail pour continuer à avoir une vie décente avec sa fille…. Elle va donc finir par accepter mais va poser ses conditions….

Comme je l’ai dit précédemment, j’ai trouvé original que Poppy soit une maman célibataire, une maman courage prête à tout. Même si cela la rend un peu frileuse, ce que l’on peut comprendre quand on a traversé de nombreuses épreuves, elle a une force de caractère et un courage sans failles. Sa fille, son portait craché en version « mini » est trop mignonne et a tous les arguments pour vous faire craquer. Quand à Eren, c’est mon nouveau coup de cœur livresque : charmant, attentionné, un peu crâneur mais au final avec un gros cœur rempli d’amour. De plus, c’est un sportif de haut niveau puisqu’il est capitaine de l’équipe de basket universitaire. Bref, c’est un mec au top !!  Nos deux protagonistes sont vraiment adorables et je les ai trouvés bien assortis. Les rebondissements ne manquent pas et jusqu’au bout, vous serez surpris.

Concernant « Love play« , nous allons maintenir suivre Johanna et Ryan que nous avions découvert dans le tome précédent. Cette histoire commence juste avant la fin de la précédente et Johanna et Ryan tentent de tout mettre en œuvre pour permettre à Eren et Poppy d’avoir leur « happy-end ». Cette aventure va les rapprocher mais l’un comme l’autre, sont-ils prêts à s’engager dans une grande histoire ?

Johanna est la meilleure amie de Poppy. Déçue dans sa jeunesse, elle a un gros manque de confiance en elle et l’impression de passer inaperçue. Passionnée de mangas, elle rêve de travailler plus tard dans ce domaine. Sérieuse, travailleuse, elle n’est pas prête à laisser n’importe qui percer sa carapace. Lorsqu’elle rencontre Ryan, surnommé « Gosling », elle est vite exaspérée par ce basketteur beau gosse, sûr de lui qui la pousse dans ses retranchements. Ce dernier, sous ses airs de garçon parfait, cache également des fêlures… Avec Johanna, ils vont jouer au chat et à la souris et j’ai adoré voir l’évolution de leur relation. Rien ne sera facile pour eux et j’ai, encore une fois, aimée être surprise jusqu’au bout!

Je pense que vous l’avez compris, j’ai adoré ce roman. C’est une romance qui m’a transportée et qu’il est impossible de lâcher avant de l’avoir terminée! Amour, humour, incertitudes sont au rendez-vous et vous entrainent dans les montagnes russes de l’émotion. De plus, l’autrice prend le parti d’aborder des thèmes assez sensibles tels que la vie des jeunes mères célibataires, l’homoparentalité ou la pression familiale. Sans jamais donner de leçons, nous sommes sensibiliser à ces sujets à travers les épreuves vécues par nos quatre protagonistes.

Pour conclure, je vous conseille donc ce roman pour les vacances, ou juste pour vous détendre après une journée de travail. Amateurs de romance, vous ne pouvez pas passer à côté de ces deux belles histoires qui vous replongeront, le temps de votre lecture, dans une ambiance digne des « Frères Scott ». Entre le basket, des protagonistes atypiques, avec du caractère, et une bonne dose d’amour à l’université, tous les ingrédients sont réunis pour passer un excellent moment de lecture !

 

liens utiles

Envie d’en savoir plus sur l’univers de l’autrice ? Rendez-vous sur sa page Facebook !
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Harlequin ici
Retrouvez-le également sur Amazon par là

AVEC TOI, M’ENVOLER de Fleur Hana.

 
[ ROMANCE CONTEMPORAINE New Adult – Nouveauté 2019 ]
Éditions HARLEQUIN- Collection &H
346 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Elle est son ancre, il est son ciel

 

Elle s’appelle Adeline. La première fois que Matt la voit, il perd toutes ses certitudes. Car Adeline a quelque chose de moins que les autres. Et quelque chose de plus. Un plus qui la rend unique, captivante, et fait douter Matt  : doit-il aller au bout de la mission de séduction que son boss lui a confiée  ?
Il s’appelle Matt. La première fois qu’Adeline le voit, elle sent monter en elle l’amertume. L’amertume à l’idée qu’il n’éprouve à son égard que compassion et pitié, qu’il ne voie que le corps malade et oublie la femme qui l’habite. Mais Matt persévère, comme s’il voulait vraiment la connaître. Alors, Adeline le laisse petit à petit entrer dans son quotidien régi par les contraintes médicales. Et elle en vient à se demander si elle ne pourrait pas, elle aussi, se laisser emporter par la douce légèreté qui guide la vie de Matt…
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Les Golden Boys font à nouveau parler d’eux, pour le meilleur et surtout le pire. No panic ! Si vous n’avez pas lu Nous deux à l’infini, il n’y a aucun problème de compréhension. Ses spin-off peuvent parfaitement se lire indépendamment.

 

Mon avis s’avère délicat aujourd’hui et c’est bien la première fois que cela m’arrive. Je ne remet pas du tout en cause le talent de Fleur Hana (bien au contraire, je l’adore), mais cette histoire fait écho à une bonne partie de vie, d’où la difficulté d’apprécier cette lecture.

 

Adeline n’est plus la femme d’avant. Sa vie en un claquement de doigt a basculé dans l’horreur. Des médecins et toute la panoplie assortie sont là quotidiennement pour lui rappeler sans cesse qu’elle ne pourra plus jamais rien faire comme avant. Malgré les bons petits soins de ses parents et de son grand frère,  Adeline ne vit plus, ne goûte plus à cette liberté qu’elle aimait tant. Routine et encore routine : sa chambre, ses soins, son chauffeur, son petit café, le refuge pour chien, son domicile et de temps à autre le club de lecture. Adeline s’est renfermée en elle même, maugréant, rouspétant bien plus que nécessaire. Elle ne laisse personne s’approcher, se lier d’amitié et dans le meilleur des cas ravir son cœur. C’est une armure sur patte qui va droit au casse-pipe. Pourtant sa rencontre avec Matt va raviver cette petite flamme qui se mourait de jour en jour. Matt, le beau jeunot de la bande des Golden Boys, est d’une nonchalance à faire pâlir un moine. Matt croque la vie à pleine dent se souciant peu de son avenir. Scotché chez ses parents où la cuisine de la mama est généreuse et saine, le garage aménagé en studio lui convient parfaitement. Matt est un jeune homme qui se la coule douce sans se soucier de grand chose. Pourtant Matt est loin d’être superficiel, vaniteux ou égocentrique. Matt se cache derrière se laisser aller, peut être car le moment opportun de prendre sa vie en main ne s’est pas présenté et qu’il ne côtoyait pas la bonne personne. Alors que son boss lui confie une mission immorale où Adeline est la cible, Matt va se découvrir auprès d’elle. Alors qu’Adeline va petit à petit panser ses blessures invisibles. Alors que chacun apprend à connaître l’autre, Adeline prend peur et fuit pour se réfugier dans des profondeurs que seule une lumière éblouissante pourra la sauver. En aura t-elle seulement la force ?

 

Fleur Hana signe une romance déchirante et émotionnellement intense où la peur et la passion se confrontent dans un combat inégal arbitré par l’auto-apitoiement. Et c’est avec ce dernier que j’ai eu beaucoup de mal et par la force des choses avec le personnage d’Adeline. Je peux comprendre pourquoi cet état, je peux comprendre le mécanisme qui la pousse à réagir ainsi, je peux comprendre son sentiment de vulnérabilité, je peux comprendre sa peur immense, je peux comprendre sa colère, je peux comprendre Adeline de A à Z, mais je ne peux absolument pas concevoir son abattement, je ne peux rien concevoir. Alors c’est peut être un jugement obtus de ma part, mais j’ai été longtemps à la place de Matt et comme lui, j’ai jeté l’éponge, j’ai abandonné, car quand la personne en face n’est pas prêt à accepter l’autre et son aide, il est impossible d’avancer.

 

Fleur Hana met beaucoup d’intensité dans ses propos, beaucoup de hargne et de colère. Fleur Hana orchestre ce duo dans une sorte de corps à corps où tout est bon à prendre et prêt à construire quelque chose de meilleur et de serein. Fleur Hana joue avec les émotions, elle les fait exploser et moi ça m’a explosé à la gueule. C’est dur, c’est juste, c’est réel, c’est percutant, c’est horrible, mais la vie est faite ainsi injuste et fastidieuse. Je ne serais pas honnête si je vous cachais que j’ai surkiffé les dernières pages où enfin j’étais en accord avec le personnage D’Adeline.

 

Fleur Hana a osé une romance qui ne fait pas dans la dentelle et qui délivre un véritable message : rien n’est impossible à celui qui se donne le droit de vivre.

 

C’est le cœur lourd que je termine cette chronique pas tout à fait comme les autres. AVEC TOI, M’ENVOLER saura vous séduire, je n’en doute pas ! Je l’ai été mais d’une manière bien plus douloureuse.

 

#Esméralda

 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… le site des éditions Harlequin.

… le site de Fleur Hana.

 

Mon avis
Mon avis

FURIOUS de L.J. Shen (tome 4 de la série Sinners of Saints).

 
[ ROMANCE CONTEMPORAINE NEW ADULT – 2018]
Éditions HARLEQUIN – Collection &H
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par
448 pages
Ma note : 5/5 mention « à croquer »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Il avait tout prévu. Sauf le désir qu’elle lui inspire.
 
Bane. Un homme dangereux, impétueux, sans limites. Tout le monde le sait, même Jesse qui, depuis qu’elle s’est fait violemment agresser, s’est complètement coupée du reste du monde. Alors, le jour où elle le croise en sortant de chez son médecin, elle est immédiatement sur ses gardes. Car, elle en est persuadée, cette rencontre n’est pas un hasard. Bane la cherchait. Mais qu’est-ce qu’un homme comme lui, capable d’avoir le monde à ses pieds, peut bien vouloir d’une femme brisée comme elle ? En temps normal, Jesse n’aurait pas tenté de le savoir. Malheureusement pour elle, l’insistance de Bane ne lui laisse guère le choix…
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Ne m’en voulais pas, je sais, j’ai six mois de retard. C’est démentiel ! Afin pour cette lecture, je l’ai repoussée et encore repoussée, car je ne voulais absolument pas finir cette saga. Je suis triste, c’est la fin et ça me fend le cœur. Ben oui, il m’arrive d’être sentimentale envers mes lectures au point de faire couler la larme. Voilà c’est le dernier tome de la saga coup de foudre 2018.

 

C’est donc accompagnée d’un gros pincement au cœur et toute chagrinée que je vous parle de ce dernier opus.

 

Bane, c’est illégal, ne devrait pas exister, même dans l’imagination sans limite des autrices. Bane c’est la tentation à l’état pur. C’est le danger extrême enrobè d’un charme époustouflant dans un corps tatoué de rêve. Alors oui c’est très cliché, mais vous l’avez compris (depuis le temps), je suis faible, très faible.

 

Bane c’est : sex, no limit, rock’n roll & drug.

 

Bane est nocif pour la santé mentale de toutes les filles qui croisent sa route. Bane c’est un shoot puissant d’adrénaline. Une fois croquée dans la pomme défendue, il est impossible de ne pas devenir une accro raide-dingue. Bane c’est la nonchalance agrémentée d’un zeste de folie au goût de la passion. Sous cette apparence angélique descendue tout droit de l’enfer, se cache un homme d’affaire insatiable qui sait abattre toutes ses cartes quand le jeu en vaut la chandelle. Bane n’a aucune morale et prendre tous ce que les riches veulent donner au sein d’un échange de bons procédés, il n’y voit aucun inconvénient, bien au contraire. Bane est loin d’avoir une vie saine. Mais peu importe il continue et les langues bien pendues, il s’en fiche éperdument, tant que cela lui est profitable. Nouveau projet dit nouvelle alliance et ce futur contrat est légèrement différent des précédents : redonner confiance à Jesse. Surmonter les défis, quand des milliards sont à la clefs est loin d’être un soucis. Cependant, il n’est pas au bout de ses surprises quand la fragile Jesse pointe le bout de son nez dans sa vie. Conscient ou non du potentiel danger, Bane pour une fois va devoir se montrer mature, conciliant et attentif.

 

Jesse a perdu le goût de la vie depuis cette terrible nuit. Alors qu’elle vénérait les plaisirs que la vie lui offrait, la descente en enfer a été un véritable supplice. Ses nuits sont peuplés de cauchemars. Elle vit calfeutrée. Sort la nuit pour courir après une vie qui ne lui est plus permise. Se nourrit de pas grand chose. Jesse n’est plus que l’ombre d’elle même. La confiance anéantie, elle survie au milieu de ce monde qui lui a tout enlevé. Jesse est perplexe lorsqu’elle croise l’intrigant Bane connaissant le CV du jeune homme. Elle n’aime pas la pitié dans le regard des autres et pourtant elle ne l’y trouve pas dans le sien. Doit-elle se laisser aller à son côté ? Que risquerait-elle ?

 

Ce dernier opus est juste magistral, cinglant et addictif. L.J. Shen ne fait pas dans la demie-mesure quand il est question de sentiments. D’une simple larme qui s’écoule, d’une simple caresse frôlant le corps, de la simple force des mots, elle arrive, avec, à faire exploser tout ce maelstrom. C’est puissant, c’est dingue, c’est démentiel. C’est le genre de romance que j’aime découvrir : de l’action, des personnages atypiques qui sont loin d’être lisses, des sentiments, de l’amour, de la passion et tant d’autres choses. L.J. Shen c’est un mélange sensible de glace et de feu, de seconde chance et de rédemption. Je ne sais pas comment vous le décrire : à la lecture, c’est quelque chose qui prend à la gorge, qui broie les tripes et qui serre le cœur. C’est comme si le paradis est là, à porter de main et que pour y accéder il fallait réussir de nombreuses épreuves. (L.J. Shen me fait divaguer, c’est fort ça !). L.J. Shen est l’autrice qui m’a le plus marquée ces derniers mois. Son talent incroyable pour ses histoires sombres et passionnelles est subjuguant. Sa plume talentueuse m’a enivrée. Ces personnages hors normes tout en contradiction et aux nombreux travers m’ont conquise, et puis derrière tout ça, il y a ces messages sublimes d’espoir où le combat est omniprésent. Ce n’est pas simplement de la romance à l’eau de rose, il y a vraiment autre chose qui peut résonner en chacun de nous.

 

Je suis vraiment attristée de clore cette fabuleuse saga des Sinners of Saints. Ils ont pour toujours une place privilégiée dans mon cœur.

 

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de découvrir la saga, le format poche du premier tome est sorti et la suite ne devrait pas tarder. A lire depuis le premier, de toute manière une fois que vous avez croqué, il est impossible et inconcevable de s’arrêter.

 

#Esméralda

 
Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

Sulfurous (&H) par [Shen, L.J.]
Vicious
Devious: enfin la suite de Vicious, la révélation New Adult !
Scandalous: après Vicious et Devious, découvrez la suite de LA série New Adult 2018 : SINNERS

Mes avis (clique sur les couvertures)

… le site des éditions Harlequin.

… le site de L.J. Shen.

 

Ne crois pas que tu m’aimes d’Alfreda Enwy

20190429_151440

New adult – Livre sorti le 3 avril 2019

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « incontournable 2019 »

 

Tout d’abord, je tiens à remercier Mélanie des Editions Harlequin pour sa confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : Il l’a toujours protégée… mais parviendra-t-il à la sauver de lui-même ?
Il s’appelle Mao, elle s’appelle Autumn. Depuis qu’ils se sont rencontrés, enfants, dans ce parc, ils sont inséparables.
Pour Mao, cette amitié est plus importante que tout. Pour Mao, Autumn est la fille la plus précieuse qui soit. Et il doit à tout prix la protéger de la dureté du monde ; ce monde contre lequel il se bat plusieurs soirs par semaine, sur un ring qui n’attend que de voir couler son sang. Car Mao est étudiant le jour, expert des combats clandestins la nuit, et un enfoiré de première… tout le temps. Alcool, filles, fêtes, il voit la vie comme un jeu dans lequel tout est permis… ou presque. Car, quand il prend conscience qu’Autumn est une jeune femme séduisante avant d’être l’amie drôle et attachante qu’il a toujours connue, il comprend que, pour une fois, il va devoir respecter certaines limites. Pour préserver leur amitié, mais aussi et surtout pour protéger Autumn de lui-même…

 

Mon avis : Adepte de la plume d’Alfreda Enwy, je n’ai pas longtemps hésité avant de me décider à me lancer dans cette intégrale assez impressionnante (presque 600 pages). Très rapidement, les pages se sont tourné toutes seules et il ne m’a pas fallu longtemps pour arriver au bout.

Autumn est une jeune femme qui n’a pas été gâtée par la vie. En effet, elle vit avec son petit frère,Dustin, et sa petite soeur, Avery, et essaie de pallier l’absence de sa mère, toxico et peu présente dans la vie de ses enfants. Quand elle était enfant, elle a, un jour, fait la connaissance de Mao, jeune garçon d’origine japonaise et qui connait, lui aussi, une enfance difficile. Entre eux, une amitié forte apparaît et perdure au fil des ans. Pourtant, Autumn va peu à peu voir Mao comme un jeune homme séduisant tandis que lui court de filles en filles. Alors entre eux, est-ce vraiment que de l’amitié ou est-ce le sentiment amoureux qui les unit ? Autumn pourra-t-elle trouver de la place pour Mao, dans sa vie déjà si compliquée ? Et Mao, peut-il être l’homme d’une seule femme ?

Autumn a très vite appris à se débrouiller toute seule pour subvenir aux besoins de Dustin et Avery. C’est une jeune femme sérieuse, volontaire et qui aime se débrouiller par elle-même. Elle ne prend pas de temps pour elle et se consacre entièrement à ses proches. Elle est également un peu complexée par sa couleur de cheveux, des cheveux couleur d’automne, qui font pourtant fantasmer de nombreux garçons. Et Mao n’échappera pas à cette évidence. Ayant grandi avec elle, il a longtemps considéré Autumn comme sa sœur mais pourtant, un jour, il va se rendre compte qu’elle est tout ce dont il a besoin. Néanmoins, Mao n’a pas, lui non plus, une vie facile. Sa mère est morte quand il était enfant et il est resté avec son père qui le battait. Il a trouvé, auprès d’Autumn, Dustin et Avery, une famille de substitution. Pour faire ressortir sa colère, il participe à des combats clandestins qui lui permettent de gagner beaucoup d’argent. Il a un caractère entier et il est très protecteur avec ses proches. Entier lui aussi, il forme un duo explosif avec Autumn. Leurs amis Lizzie et Cade sont très protecteurs avec eux et ils vont les observer, les aider et leur venir en aide à chaque fois qu’ils en auront besoin. Dans l’ombre du duo principal, ils ont néanmoins un rôle primordial dans le déroulé de l’intrigue.

Je dois vous dire que j’ai adoré ce roman. Je connaissais déjà la plume d’Alfreda Enwy et encore une fois, la magie a opéré. Ce livre est un véritable « page-turner », c’est-à-dire un roman dont on ne peut s’empêcher de tourner les pages et qu’on n’arrive à poser que quand les yeux se ferment tous seuls…..ou lorsqu’on est arrivé au bout !! L’intrigue, au départ, est assez légère mais au fil du livre, tout se complexifie… Les relations entre les personnages s’intensifient, des liens se créent et se défont, de nouvelles intrigues font leurs entrées… En bref, on est au bout de nos surprises que lorsqu’on arrive au point final ! Lors de ma lecture, j’ai souri, j’ai senti mon petit cœur se serrer à de nombreuses reprises et j’ai également eu la larme à l’œil.  J’ai apprécié la construction de la relation entre Autumn et Mao, les difficultés auxquels ils doivent faire face, leurs caractères bien trempés et la manière qu’ils ont de se protéger mutuellement. Je tiens également à tirer mon chapeau à l’autrice qui parle de la thématique des enfants malheureux et des parents négligents et/ou violents avec beaucoup de tact, sans tomber dans les clichés ou le pseudo-dramatique.

Pour conclure, je recommande chaudement la lecture de cette romance new adult à tous les amateurs du genre mais aussi à tous ceux qui cherchent une histoire d’amour qui sort des sentiers battus, où rien n’est jamais joué et qui aiment ressentir de fortes émotions lors de leurs lectures. Venez faire connaissance avec Autumn et Mao et laissez-vous porter par cette incroyable histoire d’amour !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez cette intégrale sur le site des Editions Harlequin
Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

 

LA GUERRIERE DES HIGHLANDS de Cassandra Du Lac.

 
[ ROMANCE HISTORIQUE – 2018]
Éditions HARLEQUIN – Collection HQN
Ma note : 3/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Elle n’a peur de rien, sauf d’aimer

 

Depuis qu’elle a assisté au massacre de son clan par les Vikings alors qu’elle n’avait que neuf ans, Gwenn n’a plus qu’une idée en tête  : venger les siens. Devenue une guerrière impitoyable, elle a toujours mis un point d’honneur à mener ce combat seule, sans l’aide de personne. Alors, quand Rory MacLeod lui propose de s’allier contre leur ennemi commun, sa première réaction est de refuser  : elle est la chef du clan MacDonald et aucun homme ne lui dictera sa conduite  ! Pourtant, quand elle repense à son entrevue avec Rory, Gwenn ne sait plus très bien ce qui la retient d’accepter  : l’orgueil d’une chef ou la peur d’une femme face à ses sentiments  ?
 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 

 

En fan incontestable de romance historique notamment de highlanders et de viking, je voulais absolument découvrir LA GUERRIÈRE DES HIGHLANDS.

 

Retour dans le passé, où il fut un temps où les vikings, en guerriers et barbares émérites, organisaient des campagnes où pillage, horreur et butin étaient légion.

 

Direction un petite île d’Écosse où trois clans y vivent en harmonie. La jeune Gwenn n’a alors que l’insouciance de rire et de s’amuser. Sauf que cette dernière vole en éclat lorsque les vikings attaquent son village et massacrent sous ses yeux innocents les hommes du clans, violent les femmes avant de les tuer et égorgent les enfants. Gwenn a survécu par miracle en prenant la fuite avec sa jeune sœur qui malheureusement s’effondre morte dans ses bras.

 

Imaginez le traumatisme de cette petite fille. Imaginez le cauchemar qu’elle a du vivre. Y a de quoi briser une âme. Gwenn en fille de chef digne de ce nom, se barricade émotionnellement et affronte la dure réalité. Elle reconstruit le village, voyage, découvre le monde, apprend et fait de belles rencontres, notamment une qui lui reste fidèle au milieu de toutes les épreuves. Gwenn devient une jeune femme au caractère farouche et impitoyable. Elle dirige d’une main de maître le clan. Chaque femme sait se battre et a un rôle au sein de la communauté. Sans foi ni loi et en fin stratège qu’elle est devenue, les vikings font banque-route face aux murailles du clan. Alors que rien de semble faire flancher la belle guerrière, un homme, un seul, un highlander, beau et fier sur son cheval va la mettre à mal. Les hommes n’ont aucune place dans son cœur : ce ne sont que des bêtes monstrueuses assoiffées de pouvoir, de sang et de sexe. Lier une relation avec l’un d’entre eux serait aussi infâme que de pactiser avec le diable. 

 

Alors que Rory MacLeod, chef du clan voisin, vient quémander son aide pour repousser l’ennemi, Gwenn va se découvrir sous un autre jour.

 

Rory est un Don Juan en kilt. En brillant chef de clan qu’il est, il va de soi qu’il excelle dans la discipline coureur de jupon. Rory n’a pas trouvé la perle rare et s’en offusque nullement. Il papillonne au grès de ses envies. Rory est un highlander fier et protecteur. Alors que le troisième clan de l’île est en péril il n’hésite pas à demander de l’aide à Gwenn, la redoutable. Cette rencontre, pas sûre d’aboutir sur un accord, est le début d’une longue et périlleuse aventure, où la passion va côtoyer le sang.

 

Cassandra Du Lac a su me plonger dans sa romance historique avec délice. Sa plume dynamique m’a fait vivre mille et une aventure où péripéties, rebondissements, complots et sang ne m’ont laissé aucun répit. C’est une très belle histoire où les personnages doivent également combattre leurs préjugés et rancœurs. Ils ont une forte personnalité qui se confrontent lors de belles joutes verbales ou physiques où les étincelles ne manquent pas. Je regrette que le côté historique soit un peu biaisé et pas assez mis en avant, je raffole de tout ce genre de détails. L’atmosphère est 100% highlander : on s’y croirait presque. Les descriptions ne sont pas avares. C’est vraiment dépaysant. La romance est l’élément central sans oublier une héroïne qui n’hésite pas à tâtonner de l’épée quand on la chatouille de trop. Y trouvera t-elle l’amour au bout de son arme ?

 

Cette lecture a été très plaisante. Je l’ai dévoré d’une traite tant c’est captivant. L’autrice a de l’imagination à revendre, une plume fluide et addictive. Elle contrôle à merveille l’univers complexe des Highlands. Une lecture à dévorer sans modération.

 

#Esméralda
 

 
Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… le site des éditions Harlequin.