THE CUPIDON BROTHERS, tome 1 : Éros de Estelle Every.


« Je suis un ange ! Ce n’est pas une petite brindille telle que Daphné qui me dira quoi faire !
Sa frêle silhouette se dessine devant moi, ses grands yeux marron lui mangent le visage.
Elle semble fragile mais une grande force émane d’elle… »
Daphné, coordinatrice en intimité, intègre les studios de tournage d’un célèbre show à Los Angeles.
Dès son arrivée, elle est confrontée à l’acteur star, Éros Angel, le fantasme de la ménagère américaine.
L’objectif de Daphné est clair : apprendre à Éros à respecter les autres et les limites à ne pas franchir.
La jeune femme a des idéaux et des valeurs, pour commencer, elle ne mélange pas travail et plaisir…
Mais quand l’ange, aussi borné que sexy, se met en tête de la séduire, Daphné voit ses valeurs remises en question et sa perception de la réalité voler en éclat.

Résistera-t-elle à l’appel de l’ange ou saura-t-elle redéfinir ses propres limites ?

TOME 1/7

Daphné a un drôle de métier. Coordinatrice en intimité sur les plateaux de tournage a de quoi décontenancé. Gérer les humeurs des uns et des autres. Créer une certaine complicité entre acteurs et actrices. Définir les actions qui peuvent mettre mal à l’aise. Tout un programme complexe que Daphné gère avec une grande expertise.
Elle a quitté la côte ouest pour venir s’installer auprès de sa sœur qui a été victime d’une agression. Elle connaît très peu les mœurs liées au cinéma et stars en tout genre. C’est avec une certaine appréhension qu’elle débute son nouveau travail au cœur d’un plateau surmené et survolté. Il faut dire que l’acteur principal déroute beaucoup et ses caprices sont légendaires. Éros a, ce que l’on peut qualifier, une grosse tête. Un brin mégalo associé à une arrogance sans limite et une silhouette à mourir d’une crise cardiaque, l’acteur sait jouer de son charme et de tout un attirail qui lui est propre. Son attitude hautaine pourrait en choquer plus d’un mais Daphné a plus d’un tour dans son sac et aussi charismatique qu’il soit, il se pliera à ses conditions malgré la nuée de papillons qui prend possession de son corps dès qu’elle pose les yeux sur lui.

 

Daphné est le genre de femme à s’obstiner pour ce qu’elle entreprend. Elle ne laisse quiconque la détourner de son chemin qu’elle s’est tracée. La main sur le cœur et son empathie la rendent de suite sympathique.

 

Éros et Daphné sont la poudre et l’explosif. Ensemble, ils défient toutes les lois et complots en tout genre.

 

Ce premier tome met allégrement l’eau à la bouche. Une romance fantastique à la fois épicée et addictive. Estelle Every revisite la mythologie grecque façon conte contemporain. Des personnages aux antipodes qui s’apprivoisent au fil des pages tout en devant faire face à de nombreuses péripéties. Un rythme addictif et alléchant porté par une plume qui a su capturer mon cœur de lectrice passionnée. Éros figure mythique de la Grèce antique est considéré comme étant le dieu de l’amour et du désir amoureux. Estelle Avery lui rend toute sa prestance au détours de descriptions dithyrambiques. Entre attirance et résolution ferme, ce jeu de séduction tient en haleine. Un premier tome réussi qui met l’eau à la bouche pour les 6 prochains à paraître (pour le second tome) dès le mois d’octobre.

 

The Cupidon Brothers est définitivement à mettre dans vos bibliothèques 😉

 

Une chronique de #Esméralda

LA BOITE A MUSIQUE, tome 1 : Bienvenue à Pandorient de Carbone et de Gijé.


TOME 1
Pour son huitième anniversaire, Nola, petite fille espiègle, reçoit de la part de son père Martin la boîte à musique de sa mère, Annah, récemment décédée. Cette boîte est un symbole pour la petite fille, mais très vite, la fillette croit voir des signes de vie à l’intérieur. Oui, elle ne rêve pas : quelqu’un lui fait signe et lui demande de l’aide. Dès lors, en suivant les instructions d’Andréa, la fille de la boîte à musique, Nola rapetisse, entre dans la boîte et découvre le monde de Pandorient, un monde incroyable…
Le temps presse cependant, car Mathilda, la mère d’Andréa et de son frère Igor, est gravement malade… Que lui arrive-t-il ? Aurait-elle été empoisonnée ? L’eau serait-elle contaminée ? Rapidement, les soupçons se confirment. En urgence, les enfants vont s’occuper de Mathilda puis remonter la piste du pollueur sans vergogne… avant que Nola ne regagne sa vie dans son monde, aux côtés de son père. À moins que tout cela ne fût qu’un rêve… ou pas !
Dès 6 ans.

Nola est bien triste pour son huitième anniversaire. Même si son papa fait tout ce qu’il peut pour lui rendre la vie joyeuse, sa maman lui manque terriblement. Ni ballon ni cotillon pour cet événement, mais un cadeau précieux. Une belle boîte à musique qui a appartenu à sa maman.
Un tour de clé et la mélodie l’emporte loin où sa peine semble s’apaiser. Un petit mouvement la sort de ses pensées. Quelque chose bouge dans la boîte à musique en forme de boule de cristal. Mais … on dirait une petite fille … qui l’appelle à l’aide. Étrange ! Mais Nola n’est pas le genre de fillette à se défiler devant de nouvelles aventures. Elle écoute attentivement, suit à la lettre les consignes et la voici dans la boîte musique. Un monde étrange se dessine devant ses yeux ébahis. Un peuple tout aussi bizarre grouille dans les rues. Mais pas le temps d’admirer pour Nola car Andrea, sa nouvelle copine, la porte auprès de sa maman souffrante. Arriveront-elles à résoudre le mystère autour de cet empoisonnement ? Rien ne leur fait peur !

Je cherchais une bande dessinée à lire et puis je suis tombée sur celle-ci. La couverture m’a attirée de suite. De jolies couleurs et une illustration qui m’a intriguée. Le résumé a finit de me convaincre. Une belle histoire, pour les petits et les grands, qui invite à l’aventure. Un scénario captivant où se mêle amitié, découverte et deuil. Cela ressemble fortement à une quête initiatique, les prochains me confirmeront ou non cette supposition. Une histoire rythmée où les personnages sont en perpétuel mouvement. Nola et ses acolytes sont très attachants. Leur fougue et vivacité sont désarmantes. L’univers dans lequel ils évoluent est bluffant. Ce côté fantastique est prenant et fabuleux. Sublimée par les illustrations de Gijé, le scénario de Carbone est davantage surprenant. Les illustrations dans des tons vifs et doux par les traits de l’artiste invitent le lecteur à s’approprier chaque détail.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome. Je vais vite enchaîner avec le tome 2 et 3, je veux absolument connaître la suite qui laisse présager de très belles découvertes.

Une très belle bande dessinée.

Une chronique de #Esméralda.

METAMORPHOSES, tome 3 : Symbiose de Lilly Sébastian.


Christina est à présent prisonnière dans un établissement de recherche hautement sécurisé.
Tous ses amis et Jude la croyant morte, elle ne peut compter que sur elle-même pour s’enfuir et déjouer la machination orchestrée par Iphigénia et quelques puissants membres du gouvernement.
Mais sa haine et son obstination à retrouver Jude et Féline seront elles suffisantes ?

 
Un dernier tome où tout s’emballe. Révélation, jalousie, convoitise, secret et manipulation sont au rendez-vous pour un final tonitruant. Et au point final, les seuls mots que j’ai pu dire : j’en veux encore !
Le second tome se finissait sur un cliffhanger de malade. A m’en tirer les cheveux et à maudire tous les bon dieux et muses, pour ne pas dire Lilly Sebastian. Je ne vous cache pas que j’ai la rancune tenace dans ces situations là !

 

On reprend les mêmes personnages on en rajoute d’autres, quelques gentils et beaucoup de méchants. Rajouter à cela un scénario totalement dingue et une auteure de génie et voilà, que Symbiose ne pouvait qu’être un pur régal.

 

Les rebondissements s’accélèrent et les enjeux encourus deviennent vitaux. La survie est le moteur crucial que ce soit pour Christina, emprisonnée, et Jude. Une course frénétique et essentielle pour défaire cette emprise néfaste. Des monstres, de plus en plus nombreux, surgissent et anéantissent le peu d’espoir qui leur reste. Rien ne va plus dans le monde des métamorphes. Les clans sont acculés.

 

On découvre dans ce dernier tome, une Christina déterminée et en phase avec ce qu’elle est et ce qu’elle va devenir. Sa confiance en elle grandit d’une manière très efficace et audacieuse. Elle prend en main son avenir et retrouver Jude, Féline et sa liberté devient primordiale. Au milieu du chaos, de ses tourments, de sa tristesse, de sa solitude, de sa colère et de sa haine, elle s’accroche à un seul et unique espoir, les revoir.

 

Jude reste fidèle à lu même. Têtu, borné, entêté, un brin maso et toujours la main sur le cœur.

 

Ce dernier tome est explosif et surprenant. C’est un réel crève cœur de laisser cette bande d’énergumènes, là, sur la bas côté de la route. J’en voulais encore un chouia plus. C’est ça quand on adore une saga, que voulez vous que je vous dise de plus ? A part, foncez ! Bien sûr ! Lilly Sebastian a l’art et la manière de vous rendre totalement accro. Des personnages attachants et borderline. Un univers fantastique totalement maîtrisé. Un scénario hallucinant et haletant. Et une plume addictive. Voilà un combo gagnant qui m’a séduite dès les premières pages. Un sacré roman fantastique, épatant, charismatique, envoûtant et sensationnel ! A déguster !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… Le site des éditions BETA PUBLISHER

… mes avis sur les deux premiers tomes (clique sur la photo pour les lire)

OLIVE, tome 1 : Une lune bleue dans la tête de Cazot Vero et de Mazel Lucy.


Tome 1/4
Olive, c’est l’histoire d’une fille de 17 ans, très timide et renfermée mais à l’imagination débordante. Un jour dans le monde onirique qu’elle s’est créée au fil des années débarque Lenny, un spationaute blessé et malade. Que fait donc cet homme dans son espace réservé où personne n’est jamais invité ?

 
Olive est une fille à part. Elle n’aime pas faire les choses de son âge. Elle n’aime pas traîner avec ces copines qu’elle n’a pas. Elle n’aime pas sa psychologue qui ne comprend rien à rien. Olive est atypique. Une solitaire recluse dans son monde imaginaire.
Un monde tout aussi exubérant qu’elle est introvertie. Une monde de couleurs, de magies, de merveilles. Un monde cocon où elle règne en maître. Un monde qui lui correspond, un monde à son image. Un monde loin de l’agitation mais qui bouillonne en silence. Olive est différente des filles de son âge. Ses immersions sont nombreuses faisant d’elle un fantôme amorphe dans le réel. Les blagues de mauvais de goût, les murmures dans son dos sont les conséquences directes de cette différence. Alors quand son monde est accaparé par un homme étrange et que sa chambre de l’internat devient le nouveau terrain de jeu d’une nouvelle arrivante, Olive ne sait plus quoi penser à part que beaucoup de choses vont changer.

 

Une belle histoire qui introduit avec force et sensibilité l’univers d’Olive. Courte, certes, mais d’une belle intensité qui m’a ravie. La différence d’Olive est subtilement magnifiée par les illustrations de Mazel Lucy. Des dessins à la fois doux, chaleureux où transpirent les émotions aux prises avec elle. Un scénario addictif qui met en place une intrigue qui ne se révélera que dans les prochains tomes. En 56 pages il ne faut pas s’attendre à des développements plus conséquents. Je qualifierais ce premier tome d’une très belle mise en bouche. En attendant le final est digne d’un cliffhanger !!!

 

Une chronique de #Esméralda
Source Dupuis.com

LA MEUTE HARBOR, saison 2,5 : Austin & Salem de Audrey S.G .

[ ROMANCE FANTASTIQUE / YOUNG ADULT – 2019 ]
Saga tome 2,5/?
214 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
« Pour certains, l’amour rime avec danger et désespoir. »
Depuis le jour de son arrivée au sein de la meute Harbor, Salem est tombée sous le charme du ténébreux et mystérieux Austin. Désireuse de vivre l’amour, le vrai, et de partager sa vie avec son loup, Salem est prête à tout pour lui ouvrir les yeux.
Sous ses airs d’éternel dragueur et d’inlassable farceur, Austin cache un lourd secret lui interdisant d’aimer. Prêt à tout pour préserver les siens d’une nouvelle tragédie, Austin accepte de tout sacrifier. Y compris son amour pour celle qui l’a envoûté dès le premier regard.
Mais voilà, jamais ils n’auraient pu imaginer les conséquences de leurs actes.
Depuis, l’un et l’autre sont brisés et ne sont plus que les ombres d’eux-mêmes.
Traqués et pourchassés par des ennemis invisibles, dont ils ne savent rien, ou presque, Austin et Salem devront affronter leurs peurs les plus profondes pour espérer lever le voile du passé et devenir les maîtres de leur destinée.
Toutefois, en révélant les secrets et les mensonges du passé, Austin et Salem pourraient conduire la meute vers un danger bien plus grand.
Plongez au cœur de l’histoire d’Austin et Salem et partez à la découverte des mythes de la meute.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Après une saison 2 tonitruante, je suis ravie de poursuivre les aventures de la meute Harbor. D’autant plus que j’en garde un excellent souvenir. Cette nouvelle saison est dans la continuité de la précédente. Elle met à l’honneur deux personnages découverts dans les précédentes saisons, Salem et Austin.

 

Salem est présente depuis la saison 2. Elle est la cousine d’Héléna la sorcière de la meute. Sa mère une Orin et son père, un chaman, Salem excelle dans son domaine, le monde des Songes. Sorcière et jeune femme téméraire, Salem détonne de par son caractère tonitruant. Mais depuis la dernière confrontation avec les démons, Salem n’est plus la même. Les cauchemars la hantent, ressassant les tortures que lui a infligées son tortionnaire. Anéantie, elle sombre peu à peu dans la mélancolie. Elle aimerait tant retrouver sa vie d’avant et surtout retrouver sa complicité avec Austin. Mais lorsque se dernier l’observe, elle ne voit que le dégoût, la colère et le rejet. Salem se sent si seule.

 

Austin, loup-garou de son état, se débat avec ses propres démons. Il ne peut et il ne doit pas s’approcher de la belle Salem. Son cœur pourtant s’accroche à la belle jeune fille alors que sa tête lui ordonne de la rejeter. Austin n’a pas le droit d’être amoureux au risque que son monde s’écroule.

 

Et si leurs états étaient les conséquences de leur dernières batailles ? Les secrets et les doutes ne font pas bon ménage lorsque le mal s’entête à vouloir récupérer son dû.

 

Une nouvelle fois je suis conquise par la plume d’Audrey S.G.  Une nouvelle histoire entêtante et addictive. Salem et Austin sont des personnages fascinants. J’apprécie beaucoup le fait que l’accent soit mis sur ce couple extraordinaire. Ils ont ma préférence au sein de ce groupe atypique. J’apprécie également le fait que l’histoire poursuit sa route. Au fil des saisons le fil conducteur s’étoffe. Audrey S.G sait mettre du rythme dans son roman. Elle sait surprendre par les nombreux rebondissements. Un suspens haletant, des secrets, de l’amour, de l’amitié et un univers incroyable où mythologie et fantastique se côtoient avec harmonie. J’aime beaucoup ce que propose Audrey S.G et j’ai hâte d’en savoir davantage dans les prochaines saisons.

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… mes avis sur les tomes précédents (clique sur l’image pour les découvrir)

LES NOCTURNES, tome 2 : L’ascension de Anthony Lucchini.

[ FANTASTIQUE / YOUNG ADULT – Nouveauté 2019]
Tome 2/3
Éditions BETA PUBLISHER
412 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Alors que certains rêvent leur vie, Rémi et ses amis ont su faire de leurs rêves, une réalité… à leur risques et périls. Les cauchemars attendent patiemment leur heure, s’insinuant lentement au plus profond de leurs âmes, semant le doute et le chaos en leur cœur. Lorsque le rêve investit la réalité, lequel doivent-ils choisir de sauver ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Bienvenue dans le monde des rêves !

 

Rémi est un super héros ! Enfin ! Oui, comme tout super héros, il doit faire face à des supers méchants ! Et des méchants, il y en a deux qui remplissent leur rôle avec une certaine cruauté.

 

Dans la continuité du premier tome, Rémi et sa bande de copains (Vaness, Eva et Erwan) doivent se confronter à des bulles de rêves où la noirceur règne. Des nouveaux mondes, des nouvelles lois, des nouveaux pouvoirs, chaque aventure devient une épopée à part entière. Rémi devient incontestablement le chef des opérations même si les autres ont leur mot à dire, il orchestre les batailles avec brio. Cependant, on sent l’atmosphère s’appesantir. Le lien entre les copains est friable. Les non-dits pèsent et les rancoeurs instillent un climat tendu.  Quelque chose se trame et il bien difficile d’en déterminer les raisons et les futures conséquences.

 

De nouveaux paysages aux nouveaux enjeux, cette quête mystique et initiatique prend une nouvelle tournure.

 

Anthony Lucchini a bien caché son jeu. Un nouveau élément apparaît et là c’est l’exclamation : nom d’une sacrée patate bachi-bouzouk et mille millions de mille sabords, mais d’où ça sort !

 

Surprise et ébahissement sont au rendez-vous. Un univers tout aussi mystérieux qu’enchanteur. Un monde où l’irréel rattrape la réalité et quand les deux s’entremêlent, alors là c’est l’apothéose !

 

Un second opus qui concentre davantage d’actions et où chaque personnage a un rôle capital. Je regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt, temps que j’avais des souvenirs du premier tome. J’ai eu du mal à me remettre dans l’aventure, à savoir qui est qui etc … C’est absolument de ma faute et non d’Anthony Lucchini qui signe un second tome de tonnerre. Actions, fantastique, surprises, machinations, révélations … un super combo porté par l’imagination inarrêtable d’un auteur qui confirme ainsi son talent. Une immersion captivante où il est difficile de s’arrêter ! Je n’ai qu’un mot : foncez !

 

Quand l’onirisme prend le contrôle, cela donne : Les nocturnes ! Oseriez-vous les découvrir ?

 

∞ EXTRAIT ∞
Eva
Je crois que c’était la première fois que je me sentais aussi peu rassurée en allant dans un rêve. J’imaginais des centaines de dragons horribles autour de nous, et moi, toute minuscule.
Plus les choses avançaient et plus je trouvais qu’elles prenaient une tournure dangereuse. L’insouciance des débuts s’éloignait. Sans la présence de mes amis, je n’aurais jamais fais le dixième de ce que nous avions vécu. Je n’aurais peut-être pas que que j’étais capable de tout ça…
La végétation autour de nous était différente de toutes celles que nous avions pu voir jusqu’à présent. Les plantes étaient, d’une part, beaucoup plus grandes, proportionnées j’imagine aux dragons qui vivaient ici, et devenaient, d’autre part, phosphorescentes lorque quelque chose les touchaient. Ça rendait moins désagréable les nuages de moucherons qui voletaient partout.
Il n’y avait pas de terre à proprement parler sur le sol, juste des graviers multicolores. De gros dolmen gris, d’au moins huit mètres de haut, étaient érigés un peu partout autour du phare. Je ne savais pas s’il fallait chercher une explication à leur implantation qui me paraissait plutôt aléatoire.
Le ciel m’apparaissait encore plus impressionnant de ce côté de la cascade. Une véritable rivière d’étoiles.
 
Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Beta Publisher.

… Mon avis sur le premier tome et le book-trailer.

Alter Ego, tome 2 : Au-delà des frontières de Sélène Derose

Fantastique – livre sorti le 5 septembre 2019

Auto-édition

Service presse

Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

 

Avant de commencer, je tiens à remercier Sélène Derose pour sa confiance et pour m’avoir confié son nouveau roman en service presse.

 

Résumé : « Les frontières entre les choses, même les moins probables, sont plus fines que nous ne le pensons. »
Nos amis sont de retour chez eux après un lourd moment vécu ensemble. Sans leur donner de répit, les évènements s’enchaînent et exacerbent des blessures plus profondes, plus intimes. Zain particulièrement, paraît toujours plus mystérieux. Est-il celui qu’il prétend être ? Et alors que Niya découvre son potentiel, sa singularité la poussera à se battre contre les ombres et secrets du passé…

Ainsi les faces sombres de nos protagonistes se révèlent en apportant leurs lots de conséquences. Mais s’en sortiront-ils ?

Dans la suite de ce roman, apprêtez-vous à vivre un tourment psychologique contemporain entre rationnel et irrationnel, bien au-delà des frontières…

 

L’avis de #Lilie : Conquise par la lecture du tome 1, j’ai été ravie de pouvoir lire la suite des aventures de Niya et ses amis…. Et je n’étais pas au bout de mes surprises !!

Niya, peu à peu, apprend à maitriser ses aptitudes et aussi à vivre avec ce qu’elle a découvert. Clariss nage toujours en plein bonheur tandis que Zain et Aaron doivent faire face à de nouvelles épreuves de la vie. Une fin heureuse est-elle possible pour nos protagonistes ?

Dans ce deuxième tome, Niya prend confiance en elle et essaie de « dompter » ses aptitudes. Peu à peu, elle s’ouvre, elle apprend auprès d’Huka et elle essaie d’aider ses amis grâce à ses nouvelles connaissances. Mais ce qui est surtout intéressant ici, c’est d’en apprendre plus sur Aaron, le petit ami indien de Niya, et surtout Zain, le petit ami de Clariss qui avait renversé Niya dans le tome 1. Alors que j’avais senti qu’ils avaient une part d’ombre, j’étais bien loin de me douter de ce qu’ils pouvaient renfermer en eux…

Même si le tome 1 faisait la part belle à la culture indienne et aux esprits, ce tome 2 finit de nous immerger dans leurs croyances et dans les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Il est également beaucoup plus sombre que le premier tellement les révélations que l’on va découvrir sont surprenantes et lourdes à porter pour les protagonistes. J’ai été définitivement conquise par la plume de Sélène Derose qui est très vive et visuelle. L’alternance des narrateurs donne du rythme et nous permet de découvrir tous les personnages à tout de rôle. Les chapitres sont courts, haletant et on a peu de temps pour reprendre notre souffle tant les rebondissements s’enchainent. Même si cela va, parfois, un peu vite, l’histoire est bien menée et nous entraine de surprise en surprise. La fin de cette duologie est jolie mais j’aurais aimé avoir un petit chapitre bonus qui nous aurait dit ce qu’ils sont devenus quelques mois ou quelques années après.

Pour conclure, je remercie Sélène Derose de m’avoir sortie de ma zone de confort avec cette duologie. « Alter Ego » est une jolie histoire sur la culture indienne et sur le rôle que les esprits peuvent avoir sur notre quotidien et notre personnalité. Laissez-vous charmer par cette histoire originale et laissez au placard, le temps de votre lecture, votre esprit rationnel pour succomber à l’histoire de Niya et des siens.

 

Retrouvez ici mon avis sur « Alter Ego, tome 1 : Au-delà des apparences » ici
Retrouvez ce roman sur Amazon en cliquant ici

L’ÉCOLE DES ANGES de Suzanne Marty.

[ RECUEIL DE NOUVELLES – FANTASTIQUE – DYSTOPIE – Nouveauté 2019]
104 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du Rdv #MonMarathonIndé d’août.
 
Le résumé :
Ce recueil comporte quatre histoires :

Le bon numéro, dystopie : une jeune diplômée cherche à ouvrir
une confiserie dans un monde où la nature, la littérature et les couleurs
ont disparu. Un homme de ménage va bouleverser ses plans.

Love Pizza, comédie : lors d’une livraison de pizza Théo, un grand brun
au physique spectaculaire, éconduit une jeune effrontée.
La fois suivante, il tombe dans un guet-apens.

La police du suicide, suspense : désespéré par la mort d’Oscar, Alexandre
est décidé à mettre fin à ses jours le soir même. Sa détermination est mise
à rude épreuve quand il croise un sosie du défunt aussi suicidaire que lui.

L’école des anges, comédie : Gabriel, apprenti-ange, passe son examen
de fin d’études. Il a vingt-quatre heures pour gagner la confiance
de Zach, petit truand sans foi ni loi. Mais comment y parvenir
alors que celui-ci ne peut ni le voir ni l’entendre ?

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Voici un recueil de quatre nouvelles. Aussi différentes les unes des autres, elles évoluent chacune dans leur propre univers. De la dystopie, du fantastique, du suspense et de la comédie, et quatre surprises aussi délicieuses les unes des autres. J’aime beaucoup la manière dont Suzanne Marty les explore : parfois avec sévérité, humour, douceur et noirceur. Une plume habille et agréable qui aime distiller ici et là de l’espoir. Parmi les quatre nouvelles, une seule m’a moins séduite, peut être par ce qu’elle était destinée à un lectorat adolescent et donc j’ai eu, plus ou moins du mal, à m’imprégner de l’atmosphère. Cela dit, ce recueil reste une très belle et douce découverte.

 

L’ÉCOLE DES ANGES (comédie fantastique) : Suzanne Marty explore l’univers des anges avec humour et désinvolture. Gabriel doit à tout prix guider son protégé (désigné pour 24h). Ce dernier, Zach, est un petit truand de bas étage qui se retrouve dans les embrouilles. Alors que ce dernier tente de survivre, Gabriel, tente le tout pour le tout. Humour et fantastique sont au rendez-vous. Des personnages sensibles et perdus qui au cours de ce laps de temps vont découvrir quelque chose qui se nomme l’amitié. Invraisemblable ?

 

LE BON NUMÉRO ( dystopie) : La Terre des années bien plus tard, triste, sans richesse culturelle, blanche, grise et noire, sans envie, sans enthousiasme et percluse par l’absence de tout. Elle et son numéro aurait aimé s’appeler Aurora. Lui et sans numéro, se prénomme Azur. Chargé du nettoyage de la grande firme qui gère tout. Elle rêveuse avec ses idées et ses bonbons acidulés colorés. Une rencontre explosive portée par un rêve haut en couleur.

 

LOVE PIZZA (comédie romantique) : Un château austère. Des adolescentes qui s’ennuient. Un autre qui aime se terrer dans son antre et observer tel un psychopathe l’univers extérieur. Et un livreur de pizza qui malgré lui va jouer les princes charmants ligotés dans une cave, surveillé par un boa et des filles un peu trop enthousiastes.

 

LA POLICE DU SUICIDE (suspense) : La tour Eiffel, le vide, le cœur en miette et le désespoir comme seule compagnie. Des souvenirs à la pelle. Les mains qui tremblent. Une détermination sans faille. Pourtant dans l’ombre est tapi un homme bien mystérieux. Ce dernier propose au futur suicidé une sorte de pacte qui l’entraîne dans un club morbide. Il y rencontre alors, lui. Il lui ressemble tellement. Dans quel sorte de club a t-il atterri ?

 

Une excellente lecture et une autrice qui sait parfaitement captiver.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview de Suzanne Marty.

… mes avis sur d’autres romans de Suzanne Marty (clique sur la photo).

 

LES GALERIES HURLANTES de Jean-Marc Dhainaut.

 
[ FANTASTIQUE – Nouveauté 2019]
Une enquête de Alan Lambin
Éditions TAURNADA – Collection L’Ombre des Mots
235 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Karine, dix ans, joue avec un ami imaginaire. Tout ce qu’elle sait, c’est son âge et qu’il n’aime pas Alan Lambin, le spécialiste en paranormal que son père, désemparé et dépassé par une succession de phénomènes étranges, a appelé à l’aide.Et si l’origine de tout cela se trouvait dans les anciennes galeries minières existant toujours sous ce village du Nord ? Le seul moyen d’accéder à ce dédale oublié de tous serait les sous-sols d’un hôpital abandonné et hanté par le souvenir de tous ceux qui y laissèrent leur vie, un matin d’hiver, treize ans plus tôt.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Une nouvelle enquête et de nouveaux mystères pour notre irréductible Alan Lambin. Enquêteur de l’extrême et du paranormal, Alan évolue dans le monde caché des fantômes et des esprits. Comme un scientifique, non loin d’être un savant fou, Alan dépiaute les informations et les analyses. Alan est un homme qui a su gardé la tête sur les épaules, malgré toutes les péripéties qu’il a pu rencontrer. Une sorte de maître zen du paranormal qui avant de monter sur ses grands chevaux applique toute rationalité qu’il a en stock. Il voue sa vie à ces phénomènes méconnus et incompris. Une quête de longue haleine faite de rencontres amicales et d’autres moins chaleureuses. Une nouvelle affaire doit l’éloigner quelques jours de sa Bretagne natale et de sa bien-aimée. Direction le Nord, une petite maison de mineur où une machine à coudre fonctionne toute seule, où une clochette tinte sans discontinuer, où une petite fille joue avec un ami imaginaire, où une vielle folle sénile répète inlassablement les chiffres « 2.2.8.1 » et où un père célibataire désemparé et au bord de l’épuisement psychologique.

 

Quels esprits peuvent bien hantés cette maison ? Et si la solution se trouvait dans cet hôpital abandonné, dans les profondeurs qu’il cache, des galeries minières ?

 

Une nouvelle fois Jean-Marc Dhainaut met la barre très très haute. J’ai toujours peur dans les sagas avec le même personnage, de retrouver des similitudes. Je suis heureuse de constater avec ce troisième tome que l’auteur se renouvelle sans cesse. Trois aventures tout aussi différentes les unes des autres et un Alan Lambin qui ne reste pas figé dans un rôle fait sur mesure. Ce troisième opus met en scène un personnage aux abois et pour une fois gagner par l’inquiétude. Un personnage totalement déstabilisé par les différents événements mais pas que. La dimension « personnelle » rentre aussi en compte et cette évolution n’est pas sans conséquence  Jean-Marc Dhainaut prouve une nouvelle fois qu’il sait instiller une ambiance glauque, insoutenable et étouffante. La pression monte graduellement jusqu’au point de rupture, et là, c’est le déferlement. Un déferlement qui submerge. La peur et l’angoisse sont saisissantes. C’est effroyable à souhait ! Je me suis sentie épiée, enfermée et traquée.
Nouveau décor : les terres minières du Nord. Avec ces hommes courageux qui subissent les mines et les conditions de travail d’un autre monde. L’auteur n’hésite pas à mettre en lumière les us et coutumes de ces temps révolus. Les femmes des mineurs ont aussi une place capitale. J’ai beaucoup apprécié que l’auteur prenne le temps de dépeindre cette société et souvenirs disparus. Des informations agrémentées d’une touche de fantastique, rien que pour les sublimer.
J’ai découvert également que l’auteur avait un certain sens de l’humour noir qui sur le moment ne m’a pas fait du tout rire (comprendront ceux qui ont lu la saga depuis le début), mais qui m’a bien fait sourire sur la fin (sacré farceur cet auteur ! Je me suis faite avoir !). L’intrigue en filigrane qui se déroule sur les trois tomes prend de l’ampleur. Il est difficile de savoir où JM Dhainaut nous porte. Une intrigue super intrigante et dont j’ose espérer qu’elle fera le thème d’un prochain épisode.

 

Si je vous ai convaincu de découvrir les extraordinaires aventures de Alan Lambin, je vous invite à ouvrir le premier tome. L’auteur n’a pas son pareil pour envoûter et charmer. Un monde d’esprits, de fantômes et bien plus encore … !

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Taurnada.

La bande annonce !

Découvrez les deux premières enquêtes d’Alan Lambin !

(Cliquer sur la couverture)

Alter Ego, tome 1 : Au-delà des apparences de Sélène Derose

alter ego T1

Fantastique – Livre sorti le 28 mai 2019

Auto-édition

Service presse

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

 

Je remercie Sélène Derose pour sa confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : « Nous faisons partie de ce monde et ce monde fait partie de nous. Mais tout comme nous ne nous connaissons pas toujours nous-même, nous ne connaissons pas parfaitement le monde. »
Niya, jeune femme sérieuse et réservée, a une idée précise de son plan de vie. Tandis qu’un nouveau pan de celle-ci commence, tout bascule. Survient cette voiture qu’elle n’a pas vue arriver, cette rencontre inattendue, cette voix mystérieuse, ce secret inavouable. Une péripétie en amenant une autre, tout se bouscule au point de remettre en question ses plus profondes certitudes. Mais en ressortira-t-elle indemne ?
Dans ce roman, apprêtez-vous à vivre une spirale psychologique contemporaine entre rationnel et irrationnel, bien au-delà des apparences…

 

L’avis de #Lilie : Pour ceux qui me connaissent, vous devez savoir que le fantastique n’est pas mon domaine littéraire de prédilection. Néanmoins, j’aime me plonger dans cet univers quand un résumé m’interpelle, ce qui a été le cas avec ce livre.

Nous faisons ici connaissance avec Niya, une jeune femme qui vit en colocation avec sa meilleure amie Clariss. Niya est réservée tandis que sa colocataire est exubérante. Dès le début, le roman commence sur les chapeaux de roue puisque Niya est victime d’un accident, renversée par une voiture conduite par Zain. Suite à cela, Niya va entendre une voix en elle. Hallucination ou voix intérieure ? Qu’arrive-t-il à notre héroïne ? Son ami Aaron pourra-t-il l’aider ?

Niya a toujours vécu pour ses études, sa recherche d’emploi. Elle est sérieuse, loyale vis-à-vis de sa famille mais elle n’est pas totalement convaincue par les légendes autour de son peuple. En effet, elle est d’origine indienne et elle a bien du mal à croire aux esprits et aux légendes. Pourtant, quand elle va commencer à entendre cette voix, elle va peu à peu revoir son jugement et se tourner vers la culture de ses ancêtres.

Sa meilleure amie Clariss est géniale. Drôle, à l’écoute, attentionnée, elle est une amie survoltée qui croque la vie à pleine dents et qui cherche à en profiter coûte que coûte. Avec Zain, le courant semble passer et la jeune femme semble s’épanouir. Photographe professionnel, le jeune homme culpabilise beaucoup suite à l’accident et il va se montrer très protecteur vis-à-vis des deux jeunes femmes. J’ai un peu de mal à cerner ce personnage qui, je le sens, n’a pas encore livré tous les secrets qu’il renferme. Enfin, il y a Aaron, surnommé Trois Plumes. Cet ami proche de Niya va l’aider dans sa quête mais aussi dans sa construction personnelle.

Je ne connaissais pas du tout l’autrice, Sélène Derose, et je dois dire que ce premier roman m’a beaucoup plu. La plume de l’autrice est fluide, dynamique et elle nous invite dans l’univers des indiens. J’avais l’impression d’y être, de ressentir un peu de la magie qui entoure les évènements dans cette communauté. Émotionnellement, cette histoire ne laisse pas indemne tant la quête de Niya est personnelle et chargée en émotions. J’ai été étonnée par le dénouement, auquel je ne m’attendais pas du tout, et qui, malgré tout, permet de clore de belle manière ce tome. Néanmoins, je lirai avec joie le tome 2 car je sens que l’autrice nous promet encore de belles surprises ! Pour terminer, je tiens à souligner que j’ai beaucoup aimé la couverture que je trouve très belle et représentative de la thématique centrale de ce tome.

Pour conclure, ce livre est une belle découverte dans un univers fantastique qui ne m’est pas du tout familier. Entre légendes indiennes et vie à Chicago, ce roman vous transportera de l’autre côté de l’atlantique et vous plongera dans un univers où les apparences ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. L’histoire de Niya, Clariss, Aaron et Zain m’a conquise et il me tarde de les retrouver pour de nouvelles aventures.

 

liens utiles

Retrouvez tout l’univers de Sélène Derose ici
Retrouvez ce roman sur Amazon en cliquant ici!

 

img_20180426_160220_117