LES CONTES DE LA FORÊT DE CENDRES de T. Nym Robillard.

 
[ DARK FANTASY – Nouveauté 2019 ]
Éditions LUNE ÉCARLATE – Collection Fantaisie Lunaire
174 pages
ma note : 4/5 « mention à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Les soirs de veillée, quand les lunes apparaissent, on se raconte bien des histoires, aux abords de la Forêt de Cendres. Des récits de secrets perdus, de temples oubliés et de fuites sous les étoiles. Des légendes qui parlent de ses habitants cachés, de l’obscurité des bois, de la profondeur des lacs et de mystères qu’on n’entrevoit qu’en songes. Des histoires qui parlent du bosquet d’à côté ou de voyages à travers le vaste monde qui s’étend à l’ombre des Piliers du Ciel. Joignez-vous à nous et laissez-vous enchanter par ces contes de la forêt de Cendres.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Bienvenue dans cette contrée lointaine et inconnue. Contrée suspendue dans le temps où magie et ténèbres côtoient les légendes.

 

Un pas de plus et vous êtes aspirés dans cet incroyable voyage où les forces du mal prennent le dessus sur le beau et le merveilleux. Un pas de plus et vous devez choisir entre la vie et les flammes de l’enfer. Un pas de plus, celui de trop, et vous voilà pris au piège.

 

Sombre et sanglant nous sommes loin du conte « Les Mille et Une Nuits ». Intransigeant, bouleversant et accaparant, une fois les portes ouvertes, écoutez attentivement et ouvrez grand les yeux car le danger surgira là où vous ne l’attendez pas.

 

Huit contes où princes, rois, voleurs, créatures imaginaires, démons, zombies, petites filles, gardiennes … se fréquentent. Magnifiés par une plume qui sans équivoque sait vous refiler les frisons et vous faire grincer les dents d’appréhension. Huit contes qui vous plongent aux confins du désespoir et qui savent jouer avec les émotions et les doutes des personnages. Parfois liés entre eux, ces huit contes vous laisseront un souvenir indélébile.

 

Une lecture-aventure que j’ai beaucoup, beaucoup apprécié. D’ailleurs je ne m’attendais pas du tout à cela. L’univers dans lequel j’ai plongé est bien sombre. Certes la beauté transparaît ici et là mais dans sa globalité c’est de la pure et dure dark fantasy. Par moment, l’auteur y glisse quelques éléments moralisateurs, mais ce n’est pas vraiment le point qui m’a le plus frappée. Au contraire j’ai été happée par cet univers aussi fantastique que terrifiant et par les différents personnages. Huit histoires qui m’ont fait vivre huit aventures épiques.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Lune Écarlate.

Publicités

RYVENN, tome 4 : La nouvelle meute de Jupiter Phaeton.

[ URBAN FANTASY – YOUNG ADULT – Nouveauté 2019]
Tome 4/4
363 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du rdv #MonMarathonIndé d’août
 
Le résumé :
La colère a assombri le cœur de Ryvenn. Rien ne sera plus jamais comme avant. Le soleil ne brillera plus de la même manière, sa relation avec ses frères est immanquablement changée, même Rana semble éprouver des doutes sur l’attitude de l’adolescente.
La vengeance, en revanche, est un plat qui se mange chaud comme froid, selon Ryvenn qui traque Catherine et les magiciens dissidents comme si c’était son dernier but dans la vie. Et si elle retrouve la femme qui a démoli sa vie, elle a promis de la détruire.
Non, rien ne sera jamais plus comme avant. Il est temps de montrer ce qu’elle a dans le ventre.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Pincement au cœur, tachycardie en vue, ce dernier tome m’a trituré l’esprit. Toute aussi anxieuse que curieuse, ce dernier tome je l’attendais avec impatience. Il faut dire que Ryvenn est une « femme-ado » attachante. Son courage, son tempérament, sa vivacité, sa manière d’être, son empathie, son destin m’ont fascinée pendant ces 4 tomes. Elle a pu être autant fofolle que magnanime. Personnage cabossé qui a su rebondir face aux épreuves qu’elle a dû traverser. Ces dernières n’ont rien eu de facile, au contraire elles ont fait ressortir tout le meilleur de ce bout de femme comme le pire, et cela peut se comprendre.

 

Le final du tome 3 est du style : le cliffhanger de malade qui te donne juste envie de jeter ta tablette ou ton livre contre le mur. C’est le final qui te fait sortir de tes gonds et qui te donne envie de hurler, tout comme Ryvenn. Envahie et confrontée à une colère terrible, Ryvenn s’enlise dans ses tourments occultant peu à peu toutes les valeurs qui lui ont toujours été chères. Elle se fait littéralement bouffer par ses émotions, situation vraiment cocasse pour une empathe. Bref, c’est la pagaille dans sa vie trépidante. Elle fonce, elle extermine, elle crie, elle pète un plomb mais à sa façon. Le danger que représente Catherine est toujours d’actualité et la seule manière d’y mettre fin c’est la tuer. Une nouvelle quête, une nouvelle mission qui l’emmène de de New York à Chicago et à Los Angeles. De nouvelles rencontres viennent renflouer ce commando d’élite, tous poussés par ce sentiment d’urgence que ce semblant de tranquillité peut à tout moment basculer.

 

Ce quatrième tome est à mes yeux différent des autres. Les rebondissements sont tout autant nombreux, les piques d’humour sont tout autant délirantes, mais il y a ce petit changement notable, la maturité des personnages et notamment celui de Ryvenn, surtout depuis qu’un nouveau jeune homme rentre dans sa vie. Si son impulsivité reste son mot d’ordre, sa détermination et la confiance en ses compagnons d’infortune la poussent dans ses retranchements et lui permettent de s’affirmer davantage. J’aurais pu en vouloir à Jupiter Phaeton pour son final qui se résume en une minuscule phrase, mais même cela je n’ai pas pu. Un final cocasse, tiré par les cheveux mais tellement irréaliste que cela puisse se conclure de cette manière. C’est osé et surprenant tout à l’image de cette saga stupéfiante.

 

Cette saga est portée par une héroïne qui n’avait rien demandé à personne et qui n’avait pas prévu que son destin aurait quelque chose de grandiose et de terrifiant. Une saga aux multiples personnages (des gentils et des méchants) qui mettent une pagaille monstre. Une saga déjantée et sublimée par une plume qui sans contexte sait vous rendre accro. A découvrir illico presto 😉 vous allez adorer les loup garou ! Et peut être pas les magiciens ! Enfin cela reste à confirmer (ou pas) !

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Jupiter Phaeton.

… un autre saga de Jupiter Phaeton « AKALIE O’LYS »

Mes avis sur le tome 1, 2 et 3 de la saga RYVENN (clique sur les couvertures):

 

NOFY, tome 2 : La quête de Bizantil de Yves Terrancle.

[ FANTASY – Roman jeunesse – Nouveauté 2019]
Tome 2/3
343 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle
Lu dans le cadre du RDV #MonMarathonIndé d’août
 
Le résumé :
La guerre des quatre royaumes s’est achevée sous un coup de théâtre que nul n’aurait anticipé… Qu’adviendra-t-il du continent nord ?Plus éloignés que jamais, Nofy, Ernest, Oranne et leurs alliés parviendront-ils à se retrouver et à surmonter les nouveaux dangers qui les guettent dans la recherche des armes légendaires ? Tandis qu’ils lutteront en ce sens, un être mystérieux se mettra sur leur chemin pour y semer la manipulation, le désordre, et la menace du secret…Le maître du temps vous attend dans le tome deux des aventures de Nofy. Découvrez son dessein, découvrez… la quête Bizantil… !

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Après un final tonitruant (du tome 1), je suis heureuse de retrouver le jeune héros et sa ribambelle d’acolytes. Une nouvelle aventure, de nouveaux dangers et de nouvelles alliances sont les enjeux majeurs de ce second tome. Sans oublier les nombreuses surprises qui parsèment une quête de plus en plus ardue. Nofy, jeune héros malgré lui, doit mener à bout cette mission qui lui a été confiée. Du haut de ses onze ans, il va être confronter à de nombreux choix mais aussi à des situations incongrues où le doute n’aura aucune place. Nofy se montre davantage téméraire et surtout il n’a plus rien à voir avec le gamin du départ. Une certaine assurance se dégage de ce « petit bout de chou ». Son espièglerie a laissé la place à un sérieux obtus et une détermination sans faille. De royaumes en royaumes, de découvertes en découvertes, de déconvenues en exploits, Nofy se rapproche de son objectif final. Sur son chemin, il croise un homme bien étrange dont il n’arrive pas à cerner. Un homme peu commun qui possède une grande magie et un sens inné pour marchander. Auprès de cet homme, Nofy va découvrir l’envers du décor. Un décor qu’il n’aurait jamais pu soupçonner. Ce dernier va être d’un soutien efficace malgré les tours de passe-passe qu’il lui joue. Prêt à rejoindre cette nouvelle aventure ?

 

Si j’ai reproché certaines longueurs sur le premier volet et bien ici ce n’est pas le cas. Yves Terrancle a pris le pari risqué et osé d’écrire (presque entièrement) son texte sous la forme du dialogue. Au départ, j’y trouvé quelques réticences et puis sans m’en rendre compte la magie opère. Tel un match de ping-pong, je me suis laissée porter par les dialogues où finalement j’arrive à percevoir et ressentir les émotions des personnages. Cette forme atypique est une idée séduisante et n’entache pas la qualité de la plume de l’auteur. Pour le coup il est facile de concevoir qu’un pré ado ou ado puisse se pencher sur cette histoire (ce qui n’était pas le cas pour le 1er tome). Un second tome qui m’a beaucoup plu. Les personnages évoluent et offrent de nouvelles capacités, ils sont à la fois détenteur d’une (voire plusieurs) vérité omise ou acteurs de nouveaux rebondissements. J’aime beaucoup l’orientation qu’a pris ce second volet et surtout l’inattendu est omniprésent. Les dialogues conférent un certain rythme. Et un final explosif qui va au deçà de mes attentes.

 

Un second tome atypique par sa forme, des personnages étonnants et épatants, des rebondissements et un final époustouflant, cette nouvelle quête, je l’espère vous fera chavirer.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview d’Yves Terrancle

Mon avis sur le premier tome (clique sur l’image).

 

LES TROIS GARDES, tome 1 : Les Prémices du mal de Damien Mauger.

[ DARK FANTASY – 2018]

Tome 1/3

Editions BETA PUBLISHER

Ma note : 5/5 mention « à découvrir »

392 pages

Lien Kindle

 
Le résumé :
Quatre-vingts ans de paix se sont écoulés depuis que les Trois Gardes ont vaincu les troupes de l’Empereur des Démons Adramalech.
Mais la crainte de leur retour reste à jamais tangible.
Phoebus, jeune écuyer du célèbre Chevalier Blanc, poursuit son apprentissage de la Magie au sein de la Garde Continentale, loin de se douter des machinations qui se trament aussi bien au coeur du Palais, qu’au loin, dans les terres maudites, où les Démons soumis au désir de vengeance de l’Empereur Noir déchu se réveillent.
Bientôt, les Trois Gardes devront se réunir de nouveau, ou le chaos sera leur seul avenir.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Ce premier tome est une sacrée surprise ! De celle qui vous scotche  en un claquement de doigts !

 

Bienvenue dans le monde de Damien Mauger. Un monde sans concession où le Mal côtoie le Bien. Le Mal dans la pire de sa perversion. Le Mal diligenté par des démons, une espèce qui se transforme à leur guise, mange de la chair humaine, boit du sang de vierge et de bébé et s’adonne aux plaisirs charnels et à leurs pulsions sexuelles sans aucune limite. Descendance de l’empereur des Démons, Adramalech, ils vivent cachés dans l’attente de ce jour où ils pourront à nouveau régner. Et ce jour arrive à grand pas.

 

Ashtard, capitale du royaume d’Ishvard au lieu des trois Gardes de sa Majesté, garante de la paix. Un cité toute en lumière où les habitants vivent dans une quiétude sans précédent depuis plus de quatre vingt ans. Phoebus a atterri dans cette ville par un heureux hasard quelques années plutôt. Phoebus, jeune garçon talentueux et ayant un certain don pour la Magie, approfondit son apprentissage en tant qu’écuyer du célèbre Chevalier Blanc. Jeune homme attentif et sérieux, il adore se plonger dans ses études. D’une nature réservée et introvertie son monde évolue entre les entraînements quotidiens, des amitiés sincères et un amour secret. D’une grande maturité, ses idées sont judicieuses et précieuses. Mais il ignore encore tant sur son sujet. Un potentiel hors norme qui n’attend que le bon moment pour se révéler. Alors que tous se concentrent pour les futures épreuves, des rebondissements de mauvais augures viennent frapper la cité. Que signifient ils ?

 

Ce premier tome est carrément démentiel. De la Dark Fantasy dans le plus pur des styles. Deux mondes qui s’entrechoquent : un ténébreux l’autre lumineux. De la Magie et des Démons. Et un objectif dont je ne tiens pas encore la teneur. Bref, ce premier roman a ce quelque chose d’extraordinaire qui accapare dès les premières lignes. Des mystères, des enjeux et des secrets. Damien Mauger prend son temps et permet ainsi au lecteur de se familiariser avec son univers et ses codes. Mais aussi avec les personnages qui évoluent tout au long de l’histoire. Chacun ont une place cruciale qui prend de l’importance au fil des chapitres. Ainsi Damien Mauger n’hésite pas à naviguer entre passé et présent tout en alternant les points de vues. Une plume sans concession qui offre des scènes au look crash et d’autres plutôt cool. On est toujours dans l’opposition du Bien et du Mal où la Magie s’incruste. Ce premier tome installe des bases solides pour la suite. Les descriptions sont omniprésentes mais elle sont nécessaires pour la bonne compréhension et surtout mettre en avant les traits psychologiques de chaque personnage.

 

Ce premier tome est captivant, mystérieux, salace et cruel ! Un OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) qu’il vous faut absolument découvrir. Les adeptes du genre se délecteront de l’univers et de la panoplie des personnages présents. Une aventure hors norme à couper le souffle qui ma juste sidérée du début à la fin ! Vivement le tome 2 !

 

Cloitrée dans une sombre alcôve, au fond des profondes ténèbres du palais souterrain d’un antique Empereur, au sein même d’une tristement légendaire Fôret-Noire, tandis que trois mortels débutaient leur aventure vers l’ouest du continent d’Ishvard et que d’autres doutaient de l’humanité de leurs semblables, une Démone souffrait comme jamais elle n’avait souffert, pas même de son temps d’humaine ou lors de sa première transformation.
Artémise était couchée à même le sol, sur les dalles brunes et froides comme la mort, et transpirait à grosses gouttes, le corps tremblant frénétiquement. Ses métamorphoses ne cessaient de s’opérer contre sa volonté. En un instant, sa peau blanche se couvrait d’écailles, ses ongles s’allongeaient et formaient des griffes qui crissaient sur les dalles, manquant d’écharper son corps ; sa queue poussait, puis se rétractait inlassablement. Elle les dents, se mordait les lèvres, ruisselantes de sang. Sa gorge se nouait, l’empêchait de hurler, paralysée par cette douleur implacable. (page 278).

 

Une chronique de #Esméralda.
 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Beta Publisher.

… Le What’up Auteur.

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

AKALIE O’LYS, tome 3 : La Gardienne des Clefs de Jupiter Phaeton.

 

[ URBAN FANTASY / YA – Nouveauté 2019 ]

(Premier arc) Tome 3/3

444 pages

ma note : 5/5 mention « à découvrir absolument »

Line Kindle

Lu dans le cadre du rdv #MonMarathonIndé de juin

 
Le résumé :
Je vais être responsable d’un patricide, c’est certain. À chaque fois que Negarath ouvre la bouche, j’ai envie de lui trancher la tête. Lui, mon père ? Sérieusement ? À quel moment ma mère s’est-elle dit qu’un idiot doublé d’un égoïste serait idéal pour partager le reste de sa vie ?
Heureusement qu’Alvyn est de retour, un peu plus et j’attrapais ce qu’il restait de l’obélisque de Washington pour le balancer dans le crâne de Negarath. Non pas que j’en sois capable, hein. Mais si je l’avais été, je l’aurais certainement fait.
Pendant qu’il a décidé de récupérer son trône elfique, nous voilà face à un sérieux problème : les portails sont ouverts. Tous. La bonne nouvelle c’est que Mélinda, la reine des fées, va me foutre la paix et rentrer chez elle. La mauvaise, c’est que nous allons faire face à une nouvelle invasion de gobelins et de trolls. C’est tout juste si on vient de se débarrasser de leur sale odeur dans la ville, voilà qu’on est de nouveau bon pour se les coltiner. Et bien sûr, n’oublions pas les dieux et leurs jeux dangereux.
Quand est-ce que je vais dormir, moi ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Il était une fois, une jeune femme qui se prénommait Akalie. Elle adorait le chocolat chaud à s’en faire des crises de foie, elle faisait joujou avec une panthère pas commode du tout, se prenait le chou avec un père sorcier et un père biologique qui n’avait malheureusement pas les lumières à touts les balcons. Faisant fi d’une reine des fées un peu trop collante, d’un elfe apprenti gardien qui ne savait pas se coiffer, de vampires assoiffés de sang et un chouia accaparant, de portails ouverts, d’un chevalier séquestré, d’elfes rancuniers, de dieux aussi matures que des enfants de trois ans et d’une gardienne des clefs bien cachée, sa vie serait un véritable paradis où les grasses et grosses matinées seraient  imposées. Bref, cela aurait été sa vie, si elle n’était pas un quart déesse, un quart elfe, un quart prêtresse et un quart humaine.

 

Ce troisième et dernier tome (de cet arc comme le précise Jupiter Phaeton) conclut à merveille cette fabuleuse aventure qui a eu le mérite de me faire passer par toutes les émotions. Jupiter Phaeton m’a catapultée dans un univers riche où elle impose ses propres règles. Elle a réussi le pari, surtout oser, de réunir tout ce qu’il se fait de mieux en fantastique : chanceling, vampire, fée, dieu, sorcier, prêtresse, elfe, chevalier. Un univers cohérent où tout se monde s’aime pour le meilleur ou le pire. Les personnages créent certaines affinités au fur et à mesure des tomes. Le personnage de Akalie est un sacré phénomène : une personnalité forte, sarcastique et de mauvaise foi, elle illumine par sa présence et son esprit ses compagnons. Elle a l’aura des Grandes qui réussissent à rassembler et à soulever les montagnes.

 

Ce dernier tome n’échappe pas la règle : actions, rebondissements, révélations, secrets, passion, amitiés, doutes, colère, honneur, respect et alliances… 444 pages de pur bonheur que j’ai dévoré d’une traite. Une plume qui m’a envouté en un tour de main.

 

Cet avis est un peu court à mon goût, mais j’ai trop peur de vous en révéler trop. Je n’ai qu’un mot : foncez !

 

#Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le monde déjanté de Jupiter Phaeton !

… mes avis sur ses autres romans !

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

IMG_20180426_160220_117

ELEA, tome 2 : Les Chevaux des Dieux de Léa Northmann.

 

[ ROMANCE ÉROTIQUE FANTASY – Nouveauté 2019]

Tome 2/3

PUBLISHROOM

228 pages

Ma note : 4,5/5

Lien Kindle

Lu dans le cadre du RDV #MonMarathonIndé de Juin.

 
Le résumé :
Lors d’un voyage en mer plein de surprises, mené dans le but de trouver de légendaires pur-sang dorés, Calh et Eléa prennent part à une Cérémonie des Sens…
Le Maistre Ecuyer Royal et le Prince Héritier d’Argalh partent à la recherche des légendaires pur-sang dorés de la Province du Guépard Blanc. Tout au long de leur voyage, Calh continue d’initier Eléa aux mystères de Maïa. Ils participent à une Cérémonie des Sens et l’Etoile Cerclée est tatouée à l’intérieur du poignet de la jeune femme.
Grâce aux révélations du Maistre Fauconnier du château d’Adhaïa, les deux amants n’ont jamais été aussi proches de trouver les Chevaux des Dieux. Mais une tempête se prépare…
Venez découvrir avec Eléa un nouveau duché du Royaume d’Argalh, et rencontrer le mystérieux Grand Amiral de la flotte des corsaires des Iles du Levant.
Suivez les deux amants dans ce second volet d’une aventure fantastique empreinte d’érotisme, fait de traversées en mer trépidantes et de découvertes inattendues !
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Alors que le premier tome était axé sur la découverte de la personnalité d’Eléa et le monde équin, ce second tome est sensiblement différent.

 

Eléa est enfin devenue Maistre écuyer royal du prince héritier d’Argalh, Calh. Cette union a ce quelque chose de magique et d’incroyable : une osmose parfaite entre l’âme et le corps. A eux deux, c’est le soleil et la lune réunis dans une danse féerique et sensuelle. Avant de prendre au sérieux sa fonction de prince héritier, Calh a voyagé à travers les provinces et exploré maintes cultures. Pendant ses pérégrinations, il a été initié aux mystères de Maïa. Des mystères où les corps, hommes et femmes, sont sublimés et adorés.

 

Engagés dans une nouvelle aventure qui les portera vers les Chevaux des Dieux, Calh et Eléa vont vivre une épopée sensuelle et aux saveurs exquises. Ils traverseront différentes contrées. Certaine aux allures austères, d’autres exotiques et digne des décors des « Mille et une nuits ». Des jours où les regards frustrés s’impatienteront, où les caresses se feront ardentes, où les corps s’abimeront dans les abysses charnelles. Eléa vit une véritable quête des sens sublimée par Calh. Eléa se révèle en tant que femme et ses charmes en feront tomber bien davantage qu’un seul homme. La confiance qu’elle porte aveuglément à Calh lui a permis de s’épanouir et de s’ouvrir à un monde qu’elle ne connaissait pas. Intriguée et malicieuse, elle guette le moindre signe qui pourrait lui certifier qu’elle est en présence des adeptes du culte de Maïa.

 

Cette aventure aurait pu être aussi paisible qu’un long fleuve tranquille, mais lorsque les flots se déchainent à l’aube d’une tempête, Eléa et Calh vont devoir affronter la plus cruelle des épreuves. La culpabilité, les remords, la colère, l’agacement et la peur vont alors prendre le dessus sur le plaisir et la passion. Arriveront ils à vaincre l’horreur ?

 

Changement radical dans ce tome ci. Il se veut, sans détour, bien plus érotique que le premier. Léa Northmann met l’accent sur cette quête des sens. Les scènes érotiques sont disséminées tout au long des chapitres et mettent en exergue, à tour de rôle, l’un des cinq sens. Le monde équin est relégué au second plan mais reste le moteur essentiel à cette histoire. Si je pensais que la trame allait se poursuivre sur le même ton, Lea Northmann joue la carte de l’imprévisibilité. L’atmosphère s’assombrit, les corps se déchirent et les âmes sont tourmentées. Les dernières pages sont angoissantes, laissant un suspense à couper le souffle. Les questions fusent et les doutes m’ont envahie car je ne voulais absolument de cette tournure.

 

Une nouvelle fois Lea Northmann m’a foudroyée avec ses descriptions qui invitent au voyage : des paysages grandioses, des villes magnifiques, des odeurs et des images qui s’implantent ici et là. Il n’est pas difficile de se les représenter.

 

Les personnages d’Eléa et de Calh sont mignons tout plein ! L’amour qu’ils se portent est intense. Ce lien étrange qui les unit est époustouflant. J’ai tout simplement succombé à ce couple incroyable.

 

Une plume trépidante et pimentée, une trame qui laisse place à la surprise, des personnages attachants et un final qui laisse présager un troisième tome des plus intéressants (pourquoi pas un coup de cœur), voilà ce que réserve ce second opus !

 

#Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… Mon avis sur le tome 1 (clique sur la couverture).

IMG_20180426_160220_117

Interview de Aude Félix.

 
Bonjour,
 
Dans le cadre du rdv #MonmarathonIndé de juin, je vous présente aujourd’hui le portrait de Aude Félix, autrice de fantasy.
Qu’est ce qui a titillé ma curiosité ? C’est le résume et cet univers intrigant. J’ai de suite fait abstraction des 600 et quelques pages. Si vous n’avez pas de mes nouvelles, je suis quelque part dans le monde d’Aude. A priori les chapitres sont courts, donc je ne me fais pas trop de soucis. Mon avis sera publié sur ce roman; je pense en dernier, le temps d’avaler toutes ces pages. 🙂
Trêve de bavardage, place au portrait d’Aude Félix que je remercie sincérement d’y avoir répondu.

  • Que genre d’autrice es-tu ?
Autrice en herbe d’un premier roman où se mêlent fantastique, réalité, amour et humour.
 
  • Un livre préféré ?
Sans hésitation Tatiana de Paullina Simons et les deux tomes qui suivent. C’est LE livre qui m’a donné envie d’écrire.
 
  • Un livre que tu n’as jamais pu finir ?
Certainement qu’il y en a eu beaucoup, mais je ne saurais les nommer. Surtout des livres que j’ai été forcée de lire durant ma scolarité;)
( Ah ben tiens, moi aussi, tu sais le style Rousseau et compagnie, arfff ! Quelle galère !)
 
  • Des petites manies quand tu écris ?
M’éparpiller. J’ai de nombreuses notes disséminées tout autour de mon ordinateur. Selon les scènes que j’écris, je peux écouter de la musique mais la plupart du temps, j’ai besoin de calme, d’un stylo et d’un morceau de papier.
 
  • Plume ou ordinateur ?
Ordinateur ! J’écris beaucoup trop mal pour pouvoir me relire !!!
 
  • Plutôt jour ou nuit ?
Plutôt quand je peux !!! Que le soleil soit levé ou couché. Petite préférence pour le soir tout de même.
 
  • Auto édition par conviction ?
Par nécessité. Je voulais faire connaître mon roman et avoir des retours. Connaissant le délai de réponse des maisons d’édition, je me suis tournée vers l’auto-édition. Mais je n’exclue pas de présenter mes romans à une maison d’édition un jour.
 
  • Ton pire défaut ?
Désorganisée ! J’ai de nombreux carnets où je note mes idées, je prends ce qui me tombe sous la main. Mais j’essaie toujours d’organiser mon bazar par la suite. Ce qui est une grosse perte de temps mais je n’arrive pas à me cantonner à un seul support:). Je tente tant bien que mal de travailler sur ce vilain défaut chronophage.
 
  • Ta plus grande qualité ?
Persévérante en ce qui concerne l’écriture. J’ai écrit mon roman sur plusieurs années. J’ai encore mis plusieurs années à me lancer pour l’auto éditer, mais finalement, je suis arrivée au bout .
 
  • Passionnée ou persévérante ?
Les deux du coup. Je ne peux rien faire sans passion. C’est ce qui nous pousse tous à écrire me semble-t-il.
 
  • Tu écris …. ?
J’ai eu des difficultés à me situer dans l’océan des genres et sous-genres. Ce qui semble le mieux coller à mon histoire est le bit-lit. Mais je ne peux écrire une histoire sans romance et sans humour. La magie fait aussi partie intégrante de mes écrits.
 
  • Ton rêve le plus fou ?
Vivre de cette passion. Et tant qu’on y est, une adaptation cinématographique de mes romans !!! Les rêves n’ont pas de sens s’ils sont trop sages.
( Carrément d’accord !)
  • Décris en trois adjectifs ton roman que je m’apprête à lire :
Mystérieux, romantique, destiné à être lu ! Le destin a une part importante dans ce roman. Le second tome est en cours d’écriture. J’espère qu’il trouvera son public et qu’il vous plaira de le lire autant que j’ai eu plaisir à l’écrire.
Merci de m’avoir donné la parole:)
Ma prochaine lecture

IMG_20180426_160220_117