LE SANG DES SAUVAGES, #2 : Le Prix d’Alcibiade de Farah Anah.

[ DARK FANTASY – 2018]
Tome 2/?
BLACK INK Editions
327 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 
Le résumé :

 

Le retour de Sanaé à Celestia s’accompagne de nombreux questionnements.
Son séjour chez les « Sauvages » a profondément ébranlé ses convictions.
Le danger rôde, Sanaé ne sait plus en qui placer sa confiance. Éloignée de Leith, sa détermination à découvrir les secrets de Celestia ne faiblit pas, mais est-elle prête à sacrifier ses compagnons d’armes dans ce combat ?
Entre sa loyauté envers son peuple, sa quête de vérité et ses sentiments contradictoires, Sanaé devra traverser l’horreur pour frayer son chemin.
Son Sauvage lui a prouvé qu’il possédait de multiples facettes. Sanaé découvrira de la pire des façons jusqu’où la souffrance peut exacerber la cruauté d’un homme.
Est-elle armée pour supporter tout ce que le destin lui réserve ?
Et si son pire ennemi n’était autre que Leith ?
Avertissement : Cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de heurter la sensibilité de certains lecteurs.

 
Mon avis :

 

Sacrée Sanae, la voici une fois de plus empêtrée dans les problèmes et cette fois ci jusqu’au cou. Sanae est de retour à Celestia avec une mission bien précise qui s’avère, par ailleurs, bien plus ardue que prévue. Très vite Sanae se rend compte que la confiance est un bien précieux qui ne faut pas accorder au premier venu. Seule, désemparée, soucieuse accaparé par des sentiments contradictoires et des émotions brouillons, Sanae, captive malgré elle, étouffe dans une ville dirigée par un roi malhonnête. La rage bouillonne, l’envie de tout écraser se fait pressante, Sanae vit un véritable cauchemar entre l’amour pour un rival de son peuple et son peuple qui n’a pas plus de bonnes manières. Assisse entre deux chaises, sa force de persuasion devient alors sa meilleure arme.

 

Sanae connaît de nombreux aléas, renoue avec son terrible passé dont les secrets éclaboussent son apparente tranquillité. Son grand amour pour Leith est véritablement malmené. Le chaos règne partout. Le ciel s’obscurcit, les morts s’amoncellent et la guerre n’annonce rien de bon. Quel va être le prix à donner pour retrouver la sérénité ?

 

Ce second tome n’a rien d’une idylle paradisiaque. Farah Anah plonge son lecteur dans les profondeurs du mal, de la manipulation et de la combativité. L’auteur ne laisse rien au hasard et prive ses personnages de tendresse. Tout est alors question d’urgence, de survie et de stratagème. Une course effrénée et éreintante pour une guerre qui ne laissera aucun répit. La violence se fait reine, le sang se fait prince et la douleur la pire des compagnes. Tortures et sévices n’épargneront personne. Si je trouvais Sanae détestable dans le premier tome par son côté versatile, il n’en ai plus rien ici. Les traits psychologiques de son personnage sont approfondis et j’ai découvert une jeune femme aussi téméraire que courageuse et animée par de véritables sentiments purs. Une magnifique lumière au milieu des ténèbres. Alors que je reprochais la presque absence de Leith (dans la narration), ici, il a droit à la parole, je découvre un homme aux fortes convictions animait par un rage sanguinaire mais qui porte malgré sa noirceur, un véritable amour pour Sanae. Il est très maladroit quand il doit parler de sentiments et ne sait pas du tout comment gérer les émotions qu’il ressent. Son créneau est sans contexte la guerre, le sang, la hache, les couteaux, les poings, le combat…

 

Cette suite a tous les ingrédients pour me séduire : une trame riche, des personnages hauts en couleur, un univers trépidant. Une dark fantasy explosive et riche en émotions.

 

Réside toutefois une question finale : suite ou pas suite ? Parce que, je veux pas dire, mais la dernière phrase titille ma curiosité et pas qu’un peu !

 

#Esméralda
 

 
Je remercie Blak Ink Editions pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Découvre mon avis sur le premier tome : « Savage Task ».

Vers le site de Black Ink Editions pour tout savoir.

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

Publicités

LE SANG DES SAUVAGES, # 1 : Savage Task de Farah Hannah.

Le sang des Sauvages, tome 1 : Savage Task par [Anah, Farah]

 

 

[ DARK FANTASY – Nouveauté 2018]

Black Ink Editions

Tome 1/?

 

Format numérique (370 pages) : 4.99€

Broché : 17.00€

Ma note : 4,5/5

 

 

 


 

Le résumé :

 

La jeune Sanaé touche à son but ultime : intégrer la Savage Task, unité d’élite de Celestia, vouée à l’extermination des Sauvages.
Ce peuple primitif sème la mort et la désolation, surgissant de la forêt pour décimer les Celestiens lors de raids sanglants.
Sa croisade se heurte à un obstacle de taille : un guerrier, implacable, dangereux, qui ne tolère aucune distraction, pas même cette attirance aussi irrésistible qu’incompréhensible qui les lie.
La haine, le désir, l’amour et la violence s’entremêlent jusqu’à ce que la combattante puisse entrevoir la face cachée du monde au travers de deux yeux dorés. Le destin cruel se joue de Sanaé, mais son histoire peut-elle dépasser une haine ancestrale ?

 


 

Mon avis :

 

De la dark fantasy, il en faillait de peu pour m’appâter et de plus, je n’avais qu’entendu du bien au sujet de Farah Anah. Alors zou, je me suis jetée tête la première dans une histoire qui s’avère dépoter bien plus que tu ne peux le penser. Un duo entre la romance et dark fantasy, merveilleusement maitrisé pour une histoire démentielle où le palpitant a bien des soucis à se faire.

 

Un univers saisissant !

 

En règle général dans la fantasy, l’univers proposé est crée de toute pièce. Un univers souvent étrange et contradictoire qui offre de multiples mises en scènes. Souvent divisé, en plusieurs régions où diffèrent chaque caractéristiques. Farah Anah ne fais pas fi aux règles et son univers a charmé la fan que je suis du genre. Les descriptions proposées sont judicieuses et rapides  empêchant le lecteur de s’empêtrer dans tout un tas d’informations inutiles. Trois royaumes, un forêt occupée par des sauvages et des bêtes mystérieuses, une mer refermant de nombreuses légendes et monstres. Farah Anah offre de très belles balades dans des endroits tout aussi enchanteurs que romantiques et ose même te filer les frissons dans des décors digne d’Halloween. J’aime beaucoup toute cette palette que l’auteur explore, loin d’être figé dans un décor ce dernier évolue au rythme de l’histoire et au moment opportun.

 

Un melting pot surprenant de personnages !

 

Des rois, une princesse, des gardes royaux, des soldats, une garnison, des habitants, des chefs, des cochons sauvages comme moyen de transport, des enfants, des sauvages, de quoi te donner le tournis mais à ne pas te faire perdre la tête.
Parmi toute cette foule, une fille animée par une sentiment de vengeance. Sanae du haut de ses 17 ans avec ses rêves de devoirs et un besoin terrible d’assouvir sa rancœur envers les sauvages qui ont lâchement assassiné sa famille. Sanae est têtue, tête en l’air, maladroite, revancharde, solitaire. Acharnée, diaboliquement acharnée, elle se fourre dans des situations pas possibles et inimaginables. Son caractère est exécrable. Elle n’a qu’en tête sa vengeance personnelle et fait fi de son entourage. Personnellement, c’est le genre de personnage que je trouve exécrable et fatiguant. Elle ne cesse de se changer d’avis, un coup c’est blanc un coup c’est noir. Elle fonce tête baissé. Elle m’insupporte. Son comportement est grrrr !!! Elle réfléchit trop, elle pense trop, se pose trop de question, prend des tas des chemins au lieu de se positionner sur le plus direct. Très attachiante mais pas trop attachante !
Heureusement, que Leith est là pour relever le tout. Leith, est le fameux sauvage en question. Pour te donner une image : tu prends un viking, tu prends un Highlander, tu shakes tout ça et le résultat est très surprenant : un sauvage ! Dans le genre bien bâti, cheveux longs, yeux noirs, une forte carrure (bien évidemment) et tu ne peux que tomber dénue devant la caricature parfaite du mâle alpha. La masculinité dans toute sa splendeur ! (hop, on essuie la petite goute de bave au coin de la bouche). Leith est le bras droit du roi des Sauvages. Il dirige beaucoup d’opérations visant le royaume de Celestia (là où vit Sanae). Leurs motifs semblent lier à la pire des cruautés, mais tu verras que autre chose se cache sous se comportement agressif. Leith est une figure à part de sa communauté : droit dans ses bottes, intransigeant, fin manipulateur, humaniste, loin d’être égoïste, toujours à aider son prochain et surtout il déteste plus que tout que ses comparses violent. Alors oui j’adore Leith, plus que de raisons surement. Mais voilà, son charisme et sa volonté farouche fait de lui une personne admirable.

 

Ces deux personnages sont aux antipodes, pourtant leur rencontre va changer la donne.

 

De la dark et encore de la dark !

 

Rien n’est tout beau dans cet univers. Les personnages se battent pour une cause noble, mais au fil des pages le lecteur se rend compte de beaucoup de chose. Une atmosphère sombre et glaçante. Frayeur et scène abominable, il y a très peu de moment romantique. Les personnages abattus mais plein d’espoir dans leurs causes sont accaparés par les mauvais choix qui s’imposent à eux.  Tout est noir. La cruauté des hommes est mise dans toute sa splendeur : des scènes de viols ou de violence envers les femmes et les enfants sont présentes. Du sang, des corps étêtés, des vers, des caves parfaits l’histoire.

 

En bref !

 

J’adore l’univers proposé par Farah Anah. Son histoire est aussi machiavélique que sensationnelle. Ses personnages sont à la hauteur de l’atmoshére crée. La trame de l’histoire relève un suspense haletant. De la dark fantasy comme je l’aime loin des licornes à paillettes et des bisounours tout rose.
Farah Anah a une écriture addictive et sans fioriture. Elle ne prend pas les chemins de traverse et ne pense même pas à épargner sa lectrice. Du brut de décoffrage dans toute sa splendeur et sans concession. Elle a pris le risque que sa narration évolue uniquement auprès de Sanae. A mon sens, c’est le seul petit point négatif. J’aurais effectivement voulu que Leith ai sa voix. Ne serait ce qu’un chapitre pour effleurer ses pensées et que son personnage soit davantage approfondi.

 

De l’amour, de la haine, de la colère, du sang : un mélange explosif pour une histoire à dévorer !

 


 

Je remercie Black Ink Editions pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site de Black Ink Editions, pour tout savoir !

 

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry ClechTAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3