DANSE DE SANG de Frédéric Livyns.

51Gp5vsmSPL._SY346_

 

[THRILLER HORREUR – Réédition 2018]

Lune Écarlate éditions – Collection Éclats de Lune

Service presse

 

 

Format numérique (184 pages) : 0.99€

Broché : 13.00€

Ma note : 5/5

 

 

 

 

Je remercie les éditions Lune Écarlate pour leur confiance.

 

 


 

 

Le résumé :
Veuve depuis peu, Véronique a l’étrange sensation de toujours ressentir la présence de son époux. En cherchant des réponses à ses questions, elle va libérer un démon aussi ancien que le monde lui même: le Dévoreur. Elle seule peut mettre fin à cette vague de meurtres cruels qui s’abat sur la ville mais le temps lui est compté car, à chaque âme absorbée, le démon devient plus puissant.
Un terrifiant thriller fantastique qui nous plonge dans l’univers du vaudou.

 

 


 

 

Mon avis :

 

On ne peut pas dire que Frédéric Livyns fait dans la demi mesure. L’horreur, il la met en scène dans toute sa splendeur. Il sème des graines un peut partout, les laissant lentement germer. Petit à petit, elles se font un place, d’abord dans l’ombre pour mieux exploser par la suite. Ca fourmille, ça saigne, ça déchiquète, c’est invisible, ça souffre, ça crie ! Ca te fout une sacré trouille au point que je n’ai pu lire une seule ligne la nuit tombée. Car une chose est sûre, t’es loin du monde des bisounours.

 

Ce thriller fantastique nous plonge dans le monde du vaudou. De son origine africaine, il existe à l’heure actuelle plusieurs sorte de pratique par exemple celui en Haïti. Je n’ai pas eu le temps de faire des recherches pour approfondir le sujet, mais il est clair qu’ici Livyns s’appuie sur des préceptes existants. La trame n’est en rien fantaisiste même si le monde exploré n’est en rien rationnel mais bien plus effrayant ! Du coup l’univers de Livyns et du vaudou se complètent à merveille. L’auteur n’hésite à aucun moment à confier des éléments sur cette pratique ou religion (je ne sais pas comment l’appeler).

 

Véronique a perdu son mari dans un accident de la route. Sentant sa présence tout au long de la journée, elle se confie à sa meilleur amie qui lui recommande de se rendre chez une de ses connaissances : un houngan. Il lui accorde un rite qui le mettra en relation avec son défunt mari mais sous certaines conditions. Malheureusement Véronique n’a pas respecté les règles. De ce fait le plus terrible démon est délivré. Des morts aux corps déchiquetés et exsangues font leur apparition. L’entourage de Véronique est peu à peu décimé. Avec l’aide de l’inspecteur de police, elle va tenter de mettre un terme à toute cette horreur.

 

Que dire sur ce roman ? C’est juste sensationnel ! La tension monte au fil des chapitres. L’horreur s’invite petit à petit. L’atmosphère étrange et lugubre s’insinue de pages en pages. T’es là à te ronger les ongles, car tu ne sais pas ce qui t’attends quand tu vas tourner la page. Tu retiens ton souffle, tu te crispes, tu serres les dents. Tout y est dur à affronter. Bref tu respires un bon coup au point final. Si t’adores toutes ces sensation, alors Danse de sang est fait pour toi !

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Lune Écarlate, pour tout savoir !

Vers le site de Frédéric Livyns, pour suivre son actualité!

 

 

 

Publicités

ÂME à ÂME de Christian Perrot.

511k-rVrQOL._SX311_BO1,204,203,200_

 

[FANTASTIQUE HORREUR – Nouveauté 2018]

Lune Écarlate  – Collection Lune Ténébreuse

Service presse

 

Format numérique (166 pages) : 4.99€

Broché : 15.00€

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

 

 

 

 

 

Je remercie les éditions Lune Écarlate pour leur confiance.

 

 


 

 

Le résumé :
Un homme désespéré essaye de se suicider en se jetant du haut d’un toit. Par malchance, il fauche avec lui une âme innocente passant par hasard à cet endroit au mauvais moment. Les deux êtres vont se retrouver intimement liés pour un bien étrange voyage aux confins de l’esprit et de la démence. Ensemble, ils affronteront les plus horribles facettes de l’âme humaine jusqu’à l’ultime vérité, car, de cette rencontre fortuite, dépendra la vie de trois personnes diamétralement opposées… Public averti, 18ans + AVERTISSEMENT AU(X) LECTEUR(S) Ce roman est particulièrement angoissant, voire profondément dérangeant par les thèmes qu’il aborde : la mort, la haine, le meurtre, les violences sexuelles et morales. De nombreuses scènes psychologiquement et moralement éprouvantes attendent le lecteur. En vertu de quoi, cet ouvrage est fortement déconseillé aux enfants et aux adolescents pouvant se voir choqués. Parents, merci de prendre garde à ne pas laisser ce livre entre les mains des plus jeunes.

 

 


 

Mon avis :

 

Même une semaine après avoir terminé ce roman, il m’est toujours difficile d’en parler. Je me suis laissée quelques jours pour faire le point sur cette lecture et a bien y réfléchir et je ne sais toujours pas quoi en penser. Je n’ai pas détesté, je n’ai pas adoré, mon avis ne me semble pas mitigé. What else ???

 

Les premiers chapitres m’ont totalement décontenancée ! Je ne savais pas où j’étais : réalité, mirage, rêve, inconscience. C’était le flou total ! Je naviguai en eaux troubles comme ce personnage totalement déboussolé. Un univers sanguinolent, glauque, sombre, horrible. Un tableau bien plus effrayant que les limbes de l’enfer. C’est nauséeux, nauséabond, c’est bien plus que ça !

 

Cet homme vient de se jeter d’un immeuble. Depuis le décès accidentel de sa femme et de ses enfants, il est tombé dans la déprime. Il n’a plus la force de vivre et de survivre. Décidé d’en finir, il se jette dans le vide, mais tout ne se déroule pas comme prévu. La jeune femme aux yeux verts est au mauvais endroit au mauvais moment. Elle se retrouve fauchée par cet inconnu lui tombant dessus. Leurs âmes s’associent pour un voyage inattendu !

 

Les chapitres suivants m’éclairent afin sur ce scénario atypique offert par Christian Perrot. L’auteur explore ici, la mort, l’enfer qui s’entremêlent dans le réel et l’irréel. D’ailleurs il est impossible de les dissocier. L’un de va pas sans l’autre. La vie devient la mort, la mort devient la vie. Intransigeant, fourbu, écœurant, poisseux, ce duo a eu le mérite de me filer les jetons et bien plus encore. Dans le genre horreur, Perrot sonde à merveille l’univers. Malgré tout, j’ai été touché par la détresse des personnages, par leurs vécus, leurs peurs et leurs désarrois. Il dégage d’eux, d’une certaine manière, cette lueur d’espoir dans un avenir meilleur.

 

Ce roman a eu le pouvoir de me déstabiliser. Âme à âme a le mérite d’avoir laisser son emprunte dans ma mémoire. Je ne pense pas m’en défaire avant très longtemps.

 

Si t’es fan de roman d’horreur alors t’as trouvé ta future came !

 

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Lune Écarlate, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Christian Perrot, pour suivre son actualité !

 

LE PARADIS EST UN ENFER COMME LES AUTRES de Emile Castillejos.

513rEqR7iKL._SX360_BO1,204,203,200_

 

 

 

[RECUEIL DE NOUVELLES / THRILLER – 2018 ]

Editions du Carnet à Spirale

Service presse

 

 

 

 

 

 

Je remercie les éditions du Carnet à Spirale pour leur confiance.

 

 


 

Le résumé :

 

Avec ces nouvelles noires pour nuit blanche, prenez place pour un terrifiant voyage du paradis vers l’enfer. Dans un style visuel et direct, presque cinématographique, et à travers des personnages inquiétants, cyniques ou cruels, ces quatorze nouvelles s’égrainent comme dans un sablier infernal. Quatorze histoires où les codes n’existent plus. Et où les situations les plus ordinaires se transmutent en singuliers cauchemars.
Émile Castillejos nous entraîne dans un monde à la lisière entre l’aliénation et la raison. On n’en revient, d’ailleurs, pas tout à fait comme avant.

 


 

 

Mon avis :

 

Ce recueil est composé de 14 nouvelles aussi différentes les unes des autres. Afin la résultant de chacune est la même : en sachant la mort !  Oui mais la mort a maintes manières de vous surprendre ou d’être donner. Elle peut survenir d’une main à l’apparence innocente et charmeuse, d’une femme, d’un mauvais tour, d’un animal…de Dieu…?

 

14 nouvelles pour 14 surprises ! 14 explorations uniques ! 14 fois plus d’angoisses !

 

Castillejos donne le ton dés le départ ! Il est là pour vous surprendre, pour vous effrayer, pour vous faire passer une nuit blanche. Il aime se tapir dans le noir et en surgir à point nommé ! Vous voyez le tableau, et bien l’atmosphère est ainsi tout au long de la lecture. L’intensité, si je puis dire, varie d’une nouvelle à l’autre. Mais le résultat est le même : vous allez adorer !

 

Du lugubre à souhait. Du suspense à couper le souffle. De l’effroi. Des scénarii inquiétants.

 

Une alchimie parfaite pour passer un super moment de lecture ! J’ai eu l’impression d’être dans ces fameuses « panic room ou escape room »  où chaque porte que j’ouvrais, je mettais ma vie en jeu. Une immersion impressionnante et hallucinante ! A tenter de découvrir le dénouement. Et comme on dit chez nous : « Nondidiou » j’ai fais chou blanc !

 

Très belle découverte avec ce recueil : un auteur de talent qui sera vous faire frissonner !

 

Amoureux et amoureuses des histoires (qui ne sont pas celle de poneys roses au pays des bisounours violets), vous ne pourrez qu’adorer celles ci !

 

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions du Carnet à Spirale, pour tout savoir !

Vers la page Facebook de Emile Castillejos !

 

 

 

Les yeux de Slimane-Baptiste Berhoun.

 

[THRILLER FANTASTIQUE – Nouveauté 2017]

Éditions Bragelonne – Collection L’Ombre

Disponible : en version numérique et broché dès le 15 novembre .

Service presse

 

 

Je remercie les éditions Bragelonne pour ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Tout en haut du plateau, le vent pouvait rendre fou.

On avait choisi d’y construire un asile. L’Orme : une grande bâtisse lugubre battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n’avaient pas pu en venir à bout. À croire qu’il échappait à toute influence humaine.
Des morts étranges et violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. Et si on avait écouté les fous enfermés derrière les murs délabrés, on y aurait peut-être vu l’œuvre d’un monstre. Mais les fous, ça ne s’écoute pas, ça se traite.
Pourtant, l’arrivée de Lucie Klein, jeune étudiante disciple du professeur Lacan, pourrait bien délier les langues. Dans les couloirs sombres de l’hôpital, on murmure déjà que si la Parisienne plonge dans l’enfer de L’Orme, c’est parce que s’y trouve un cas unique au monde.
Un cas qui, mystérieusement, serait la dernière chance d’élucider le plus horrible des meurtres jamais commis à Paris.

 


 

Mon avis :

Une lecture qui se prête merveilleusement bien en cette période ! L’esprit Halloween es-tu là ?? Vous ne le voyez pas, ne vous inquiétez pas Slimane-Baptiste Berhoun vous l’apporte sur un joli plateau d’argent !!

« Les yeux » est le premier thriller fantastique de Slimane-Baptiste Berhoun et je vous assure il s’en sort très bien ! Imaginez un univers à la Stephen King et un huis clos à la Franck Thilliez et vous rajoutez le génie de l’auteur et ça donne quelque chose de sensationnel !!

Le lieu : le Berry, terre propice à toute sorte de légendes. Un asile hors norme qui vous file les frissons aux premiers regards. S’éloigner de ce lieux est primordial. Des immenses couloirs aux portes n’invitant guère la présence de visiteurs, de longues fenêtres peinant à éclairer ce sinistre et glauque immeuble. Un corps, un enfant déchiqueté. Il n’en fallait pas plus pour donner le ton au roman. Des pièces sombres. Un bloc opératoire suspicieux. Un troisième étage aux lourds secrets. Des souterrains lugubres. Des murs déshumanisés. Une atmosphére pesante et des yeux..des yeux jaunes qui invitent la mort à son passage ! Vous pensez vous enfuir ? Détrompez vous !! Ces murs vous retiendront indéfiniment !

Les personnages : rajoutez à tout cela des personnages aux caractéristiques à la fois énigmatiques et chaleureuses. Dès le départ vous ne savez pas à qui accordez votre confiance. Même Lucie, notre héroïne principale m’a apparu suspecte. Lucie, la vingtaine, se retrouve dans cet asile afin de comprendre la régression partielle d’une patiente atteinte d’une maladie qui porte un nom barbare : la prosopagnosie ( le fait de ne pas pouvoir associer un visage à une personne suite, en autre, à un choc psychologique). Cette quête sera la clé de son passé. Mais plus les réponses se dévoilent plus elles entrainent de nouvelles questions, et plus elle s’enlise dans une situation qui mettra sa vie en péril et également celle des habitants étranges des lieux. Lucie est une femme extraordinaire, hypermnésique, elle donne de sa personne pour détruire les liens qui la retiennent à son passé. Femme surprenante, elle a extrêmement du mal à interpréter le langage des autres. Elle se remet souvent en question. L’auteur associe à l’image d’une locomotive à pleine vapeur lorsqu’elle se met a réfléchir intensément et qu’elle relie tous les éléments en sa possession. L’auteur joue finement avec plein d’autres associations image/émotion. Lucie est très attachante car au fil des page on découvre ce qui la définie. Sa capacité d’adaptation et de raisonnement est hallucinante ! C’est un personnage aux multiples facettes qui n’arrête jamais de vous émouvoir. Gaultier est le personnage benêt du roman. Pharmacien par défaut, il vivote à sa guise au milieu de ces déments. Mais l’arrivée de Lucie va le bouleverser. Découverte des sentiments, amitié, protection, un trop plein d’émotions qui va le déstabiliser. L’amour le sauvera t-il de l’ombre qui hante ces murs ? Le professeur Valmont : haaa le personnage de l’archétype même du psychologue fou furieux. Psychopathe à la recherche ultime du traitement qui les sauvera, il met tous les moyens à sa disposition pour avancer dans ses recherches et c’est pas du tout beau ce qu’il fait ce cher Monsieur. Par ce que dans le sanguinolent, le pic à glace enfoncé dans l’orbite, la « lobotomisation in vivo » et j’en passe, Monsieur ne fait pas du tout dans la dentelle. Le directeur David : homme bien sympathique mais entraver dans une situation où le dû est de rigueur. Dépassé par des situations de plus en plus étranges et sordides, son asile va connaître les pires moments. Le commissaire Durrieux : tient le rôle essentiel et de liaison entre la réalité du dehors et celui déraisonnée de l’asile. Mais il mettra le doigt sur plusieurs preuves loin d’être nettes. « La team fofolle de l’Orme » : composée de Léo, le petit garçon au bras rachitique, l’oiseau Capgras (comprendre un homme qui se prend pour un volatil), Calzac (celui qui se prend pour un résident d’un hôtel de luxe), La Mo (Maurice qui se prend pour sa femme décédée). Cette team est la clef de toute cette intrigue. Ils apportent chacun à leur tour un soutien sans faille à Lucie et vont jusqu’à imaginer un scénario digne de Shuster Island ! Ben évidemment d’autres personnages viennent agrémenter l’histoire. Je dois bien avouer que le panel des personnages et notamment de leurs caractères est vaste et donne une sacré force au récit. A la fois attachants, détestables, troublants, repoussants et suspicieux !

Ce qu’en j’en pense : Et bien j’ai adoré du début à la fin ! Une atmosphére qui se prête à merveille au scénario. Des personnages qui font flipper ! Et une intrigue qui donne du fil à retordre ! Les éléments sont égrenés au fils des pages. L’auteur vous mène par le bout du nez jusqu’au point final. Un final d’ailleurs qui prête à confusion et invite à une suite ! (Que j’espère de tout cœur). C’est sanguinolent, c’est  visqueux : des tripes à l’air, des organes broyés, des yeux explosés, des viscères, des corps meurtris et torturés, des phénomènes surnaturels ! Ça fout la pétoche. D’ailleurs la fin m’en empêcher de dormir la nuit dernière. Le tout n’est absolument pas rassurant. L’histoire est magnifiquement orchestrée. Le travail fournit par l’auteur a du être colossal !

Si vous êtes fan du genre, je vous invite à découvrir « LES YEUX » ! Préparez vous à rendre visite aux enfers !

PS : A lire les yeux bien ouverts en présence de votre objet fétiche porte-bonheur afin de repousser ce qui se tapis dans l’ombre ! N’ayez crainte vous survivrez à l’expérience !

 

Image associée

 

 

liens-utiles

 

Vers le site de Bragelonne !

Pour tout savoir sur Slimane-Baptiste Berhoun !

Découvrez le book trailer totalement hallucinant de Slimane-Baptise Berhoun !

 

Noël Ecarlate, anthologie de collectif d’auteurs.

51yxuc4o0ul-_sy346_

 

[ RECUEIL DE NOUVELLES – 2015 ]

EDITIONS LUNE ECARLATE

SERVICE PRESSE.

 

 

Je remercie les Editions Lune Ecarlate pour ce service presse.

Résumé :

Voici venir Noël et sa féérie. Faites-vous partie des naïfs pour lesquels le rouge est la couleur du Père Noël, celle des boules lumineuses, du ruban ou du papier cadeau ? Oubliez la neige, les beaux sapins et les chants traditionnels. Dans « Noël Ecarlate », le sang est rouge, visqueux, s’étend en flaques paresseuses. On vous propose de rompre avec ces traditions séculaires et d’embarquer pour un voyage différent en compagnie de dix auteurs. A lire à la lueur du feu, à voix haute et lumières tamisées, histoires de passer une soirée inoubliable, tous poils dressés. Découvrez dix histoires de Noël horrifiques et savourez bien ce moment… ce sera peut-être le dernier. Joyeux Noël !

Auteurs : Pierre Brulhet, Serena Gentilhomme, Sophie Dabat, Emmanuel Delporte, Frédéric Livyns, Christophe Collins, Barnett Chevin, Céline Reinert, Brice Tarvel, Ruwan Aerts

Dirigé par Marc Bailly.


Mon avis :

J’ai voulu sortir des sentiers battus et de la normalité. Car oui pour les mois d’hiver et pour les fêtes de fin d’années nous avons l’habitude de lire des romances avec des hommes sexy, de la neige, des feux de cheminée…. vous voyez le tableau !

Donc me voici partie dans les entrailles ténébreuses de nouvelles regroupées dans cette anthologie. Dix auteurs pour dix nouvelles différentes des unes et des autres. Dix façons d’imaginer Noël et surtout de tourmenter ce jour normalement festif. Je dis normalement car ici ce n’est pas le cas : la peur vient vous saisir, vous grimacez d’effroi, vous vous cachez sous vos couvertures en espérant de toutes vos forces une chute beaucoup plus envieuse. Vous l’avez bien compris, nous sommes loin de la romance. Mais ce livre est pour moi une véritable bouffée d’air frais : tout d’abord car il regroupe plusieurs genres littéraires (romance, science-fiction, anticipation, conte et légende). Ensuite il m’a permis de découvrir dix auteurs talentueux qui vous mènent par leurs bouts de plumes dans leurs univers exquis. Il est assez court ce qui permet de vous plongez instantanément dans les nouvelles et pour finir vous serez sans aucun doute dépayser.

Petit tour nouvelle par nouvelle :

  • « Mon beau sapin » de Pierre Brulhet. 

 Vous vous retrouvez au sein d’une famille dont la mère est le chef de famille. Les secrets de famille non dévoilés sont lourds. Alors que Noël devrait être un jour festif, un inconnu rôde autour de chez eux. Les deux fils se lancent dans une poursuite haletante.

  •  « Moi, ton sauveur » de Serena Gentilhomme.

Nous sommes plongés ici dans les dérives psychologiques d’un mari violent. Cette nouvelle vous remue les tripes à un point … inimaginable.

  • « De terre et de larmes » de Sophie Daba.

J’ai vraiment aimé celle-ci car elle nous transporte dans l’univers des santons avec un chute à vous faire chavirer.

  • « Les maîtres de San Kioji » de Emmanuel Delporte.

Nous voici face à une nouvelle dont le genre pourrait être qualifié « d’anticipation ». C’est une de mes préférée. Elle est particulière car d’un plan large, nous retrouvons dans un plan restreint ce qui procure une sensation totalement suffocante et qui exacerbe vos émotions qui s’entrechoquent pour vous offrir une fin carrément explosive.

  • « L’heure de la sorcière » de Frédéric Lyvins.

Ici l’auteur vous narre l’histoire d’une mère et de sa fille exclues d’un petit village car elles sont suspectées de sorcellerie. Dans une atmosphère complétement glaçante vous devrez affronter la pure vérité.

  • « Striping mother Christmas » de Christophe Collins.

Retrouvez ici le Père Noël en mode détective et super sexy à la poursuite d’un elfe mégalomane. Vraiment hilarant !

  • « Ode à Fouettard » de Barnett Chevin.

La légende du Père Fouettard est revisité par la plume particulière de l’auteur. Le style utilisé amène un cachet exceptionnel au texte que j’ai vraiment aimé.

  • « The tower » de Céline Reinert.

Dans le genre « science-fiction », ici est abordé un Noël oublié mais dont certain tente de sauvegarder la mémoire.

  • « La hotte sanglante » de Brice Tarvel.

Cette nouvelle retranscrit un contexte familial éprouvant et horrible. Le jeune garçon ne pense plus qu’à commettre l’irréparable.

  • « Réveillon de sang » de Ruwan Aerts.

L’adolescence fait parfois tourner la tête à beaucoup d’entre nous. Mais ici le jeune homme va complétement la perdre.

Alors, allez-vous vous laisser tenter par cette frénésie d’horreur ?

#Esmeralda

 


 

Pour tout savoir sur le collectif et les Editions Lune Ecarlate : c’est par ICI !

 

L’âme au fond de Sébastien Prudhomme-Asnar

51l0g67zmil-_ac_us160_

[ FANTASTIQUE – TERREUR de 2015]

Les éditions du Menhir

Service Presse 1001chroniquesenfolie.com

Je remercie l’auteur Sébastien Prudhomme-Asnar, de nous avoir confié son livre.

Résumé :

 

Une série de nouvelles fantastiques…diaboliquement efficaces, à ne pas conseiller si vous voulez vous endormir paisiblement ce soir.

Bestioles terrifiantes, esprits maléfiques, âmes torturées et autres phénomènes mystérieux, rien ne vous sera épargné dans ce recueil des meilleurs histoires du genre.

Les héritiers d’Edgar Alan Poe et de Stephen King n’ont qu’à bien se tenir.

Un véritable chef d’œuvre du genre !


Mon avis :

Le synopsis résume extrêmement bien ce livre.

Il regroupe quinze nouvelles totalement effrayantes et de bon goût à la veille d’Halloween. Les lecteurs et lectrices aimant ce genre seront subjugués par les moyens mis en œuvre pour vous faire frissonner délicieusement d’horreur.

La plume franche et délicate de l’auteur, vous transportera dans son univers mortel, où les âmes de ces pauvres personnages sont tourmentés et vous, lecteurs et lectrices, avec.

J’ai adoré le fait que l’auteur ne se cantonne pas uniquement à un seul thème : il diversifie ses nouvelles. Voici un aperçu succinct : des fourmis mangeuse d’hommes, le mythe des leprechauns revisité, un clin d’œil à Jack l’éventreur, les anges, le train fantôme, le spiritisme, des phénomènes inquiétants et bien d’autres…

La dernière nouvelle m’a attristé au plus haut point. L’auteur se livre : un mea-culpa adressé à sa mère. Je n’arrive pas à m’enlever cette idée de ma tête : comme si ces quatorze nouvelles étaient le chemin de croix de l’auteur, comme si par tous les moyens inimaginables il s’infligeait une lente et douloureuse torture, comme si il défiait son âme et la punissait.

J’ai horriblement adorée ce livre et d’ailleurs je devrais en lire plus souvent dans ce genre .


Tout savoir sur Sébastien Prudhomme-Asnar