JUSTINE ET LES BELLES ÂMES de Hilda Alonso.

 
[ CONTE JEUNESSE – Nouveauté 2019]
THE BOOK EDITION
80 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lu dans le cadre de Mon Marathon Indé d’avril
 

 

Le résumé :
Justine Zurluberlu sait qu’il suffit de beaucoup de tendresse et d’un peu de magie pour faire taire les fusils… Un court roman illustré rempli d’humour et de fantaisie qui prône la compréhension et le respect du vivant.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

Les contes et l’imagination n’ont pas d’âge pour éblouir. Enfant, adolescents, jeune adulte, adulte, papi et mamie, à tout âge, je pense qu’il est agréable de plonger tête la première dans un univers magique, majestueux, étonnant et merveilleux.

 

C’est ce que nous propose, Hilda Alonso, dans sa toute dernière parution. Un voyage dans un monde extraordinaire où l’impossible et l’inimaginable prennent une place au cœur d’une histoire où l’invisible est le moteur de ce « quelque chose » qui nous dépasse et que nous avions oublié.

 

Une fois que la clé est actionnée, il est impossible de refermer ces portes ouvertes sur ce monde aux mille possibilités. La nature, l’innocence, l’extraordinaire, la différence, la pureté, le merveilleux, le rire sont autant d’effluves qui m’ont charmée, envoutée. Une immersion où le petit grain de sable amorce le rebondissement et la morale finals.

 

Deux enfants attachants et une histoire courte qui insufflent à ces valeurs qui se perdent, une belle dose optimisme et d’ouverture d’esprit.

 

Les illustrations qui parachèvent cette histoire sont formidables même au format numérique, toutefois le broché doit les mettre en évidence d’une meilleure manière.

 

Le format court a permis de partager cette histoire avec mes enfants, d’en discuter avec le plus grand et pour le plus petit de commenter les illustrations.

 

JUSTINE ET LES BELLES ÂMES est un joli voyage à faire absolument !

 

#Esméralda

 
Je remercie Hilda Alonso pour sa confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… l’interview de Hilda Alonso

… le site de Hilda Alonso.

…Le site de TheBookEditions.com

…Le site de l’association Les Plumes Indépendantes.

 

IMG_20180426_160220_117

 

DIS-MOI QUELLE AUTRICE INDée ES-TU HILDA ALONSO ?

 
Hilda Alonso fait partie, tout comme moi, de l’association Les Plumes Indépendantes. Je me suis donnée comme but de découvrir au minimum par mois, un livre des auteurs membres.

 

Mon choix c’est porté sur le dernier roman jeunesse de l’autrice. Je connais déjà la plume d’Hilda Alonso, découverte dans le premier recueil de l’association « Il était une plume« .

 

Place au portrait d’Hilda !

 

  • Que genre d’autrice es-tu ?
Je suis le genre architecte exigeant ! Je ne peux pas écrire tant que je n’ai pas le mot juste, l’idée juste, l’impression juste, la ponctuation juste… ou que je n’ai pas suffisamment approfondi mon sujet à mon goût. Ce qui fait que je travaille, par exemple, depuis cinq ans sur le prochain roman.
 
  • Un livre préféré ?
 Il y en a beaucoup et surtout, ils sont très différents… Celui qui me vient, là, tout de suite, c’est « Des fleurs pour Algernon » de Daniel Keyes. Il s’agit de l’histoire de Charlie Gordon, cobaye d’une expérience pour augmenter l’intelligence humaine ; expérience qui va tourner mal et que l’on suit au travers du journal des personnages. Intelligent et sensible.
 
  • Un livre que tu n’as jamais pu finir ?
La Genèse. Il faut avouer ce qui est : il y a des lourdeurs de style.
 
  • Des petites manies quand tu écris ?
Beaucoup de café, beaucoup de tabac et une musique répétitive, de transe, pendant des heures.
 
  • Plume ou ordinateur ?
Ordinateur. Par contre, je sauvegarde toutes les avancées, même minimes, pour pouvoir reprendre l’évolution du manuscrit dès le début, si nécessaire.
 
  • Plutôt jour ou nuit ?
Totalement nuit, ce qui peut poser quelques menus problèmes…
 
  • Auto édition par conviction ?
Oh que oui ! Cela rend libre et responsable.
 
  • Ton pire défaut ?
Trop exigeante. Cela fatigue beaucoup.
 
  • Ta plus grande qualité ?
Sensible.
 
  • Passionnée ou persévérante ?
Les deux ! Disons que sans passion tout semble lourd ; sans persévérance on ne construit rien. Je crois qu’il faut les deux, sinon on n’aurait jamais le courage de se lancer dans des choses énormes. Ecrire, ce n’est pas pour les feignasses ! Alors s’autoéditer…
 
  • Tu écris … ?
J’écris essentiellement du fantastique, généralement très sombre et parfois historique. Tout le contraire de Justine !!

 

  • Ton rêve le plus fou ?
Changer le monde en refaisant l’humanité. C’est bien un rêve.
 
  • Décris en trois adjectifs ton roman que je m’apprête à lire :
léger, fantaisiste, autobiographique.