Mad Crush de Shana Keers

Romance contemporaine – Livre sorti le 5 mai 2020

Auto-édition

Lecture personnelle

Ma note : 4,5/5 mention « torride »

 

Résumé : L’arrivée des vacances est une bonne nouvelle pour la plupart des gens, mais pas pour Swann, avocate rigoureuse et véritable bourreau de travail.
Elle doit abandonner ses dossiers en cours et ne plus penser aux audiences à venir pendant trois semaines. Tout ça parce que sa mère, celle qu’elle admire, mais qui est aussi sa patronne, en a décidé ainsi.
Les motifs invoqués ? Éviter le burn-out et profiter de la vie comme n’importe quelle femme de son âge.
Les moyens utilisés ? Prendre des congés ou être cantonnée aux affaires civiles dont elle déteste s’occuper.
Swann est contrariée par cet ultimatum, mais elle compte bien prouver à sa mère qu’elle peut se reposer et, pourquoi pas, s’amuser. Seulement, même une femme organisée comme elle ne peut pas tout prévoir. Ni la surprise que lui réserve son amie Isabella, ni sa rencontre avec Milan, un voisin au regard troublant. C’est un provocateur, grossier et intrusif. Il n’a aucune manière. Il rassemble à lui seul tout ce qu’elle déteste chez un homme. Pourtant, elle ne parvient pas à l’ignorer. Bien au contraire ! Il occupe toutes ses pensées.
Sortir avec lui serait du délire. Serait-ce un coup de folie estival ou peut-être un coup de foudre ? Et s’il s’agissait de tout autre chose ?

 

L’avis de #Lilie : J’ai découvert la plume de Shana Keers il y a 2 ans et je dois dire que j’avais été très agréablement surprise par cette découverte. C’est donc pleine de confiance que je me suis lancée dans son dernier roman et encore une fois, la magie a opéré !

Nous faisons ici connaissance avec Swann, une avocate passionnée par son travail et qui ne vit que pour lui. Quand elle se voit imposer trois semaines de vacances par sa mère, qui travaille avec elle, Swann a l’impression que la terre s’ouvre sous ses pieds. « Kidnappée » par sa meilleure amie, elle a bien du mal à se détendre et à trouver de l’intérêt à ces congés, jusqu’à sa rencontre avec son voisin Milan. Canon, sans gêne, mystérieux, il est tout le contraire de ce qu’elle apprécie chez un homme et pourtant, une alchimie apparaît tout de suite entre eux. Pourtant, a-t-elle raison de lui faire confiance ? Et si, finalement, le lâcher-prise avait du bon ?

Swann est une jeune femme qui a du tempérament, avec une belle carapace autour d’elle. En effet, elle ne laisse pas transparaître ses émotions et ne laisse quasiment personne l’approcher. Un peu maniaque, pleine de principes, elle ne vit que pour son travail et est bien désemparée quand elle est contrainte à partir en vacances. Pourtant, sa rencontre avec Milan va tout changer. Son voisin sexy, qui n’a pas sa langue dans sa poche, va ébranler la jeune femme. Ce dernier est un homme difficile à cerner et il réserve pas mal de surprises au lecteur !  En apparence coureur de jupons, on comprend très vite que derrière cette façade se cache un homme avec des fêlures et une vie pas si simple… J’ai beaucoup aimé ce personnage aux multiples facettes et j’ai trouvé son évolution intéressante et tout à fait surprenante ! A noter aussi le rôle d’Isabella, la meilleure amie de Swann qui décide de l’emmener passer quelques semaines à Deauville. La jeune architecte a une joie de vivre débordante, qui contraste avec la psychoridigidité de sa meilleure amie. Elle va justement la pousser à s’ouvrir aux autres, tout en restant une oreille attentive et prévenante afin de l’aider dans cette transformation.

Encore une fois, je me suis régalée avec ce nouveau roman de Shana Keers. La plume de l’autrice est toujours aussi vive et efficace. Elle nous entraîne dans une intrigue originale, avec de multiples rebondissements et peu de temps morts. Les scènes de sexe font monter la température mais ne prennent pas le pas sur le reste de l’histoire. Les protagonistes évoluent tout au long du récit et ils nous réservent un beau final. J’ai aussi aimé le fait qu’il y ait une multitude de personnages qui gravitent autour de Swann et Milan et qu’ils aient aussi un rôle à jouer dans l’histoire, que tout ne tourne pas autour du « couple vedette ». Enfin, la double narration est un point fort car elle nous permet de comprendre le point de vue des deux « héros ».

Pour conclure, je recommande chaudement la lecture de « Mad Crush » à tous les amateurs de romance épicée et originale. Venez découvrir Swann et Milan, deux personnalités très éloignées et qui, pourtant, vont faire des étincelles ! Même s’ils sont exaspérants, ils peuvent aussi se montrer très attachants et on a bien du mal à leur dire au-revoir en tournant la dernière page !

 

Retrouvez tout l’univers de Shana Keers ici
Retrouvez ce roman sur Amazon

Ghost in love de Marc Levy

Littérature française – Edition poche sortie le 6 février 2020

Editions Pocket

Lecture personnelle

Ma note : 3/5

 

Résumé : Ils ont trois jours à San Francisco. Trois jours pour écrire leur histoire.
Que feriez-vous si un fantôme débarquait dans votre vie et vous demandait de l’aider à réaliser son vœu le plus cher ?
Seriez-vous prêt à partir avec lui en avion à l’autre bout du monde ? Au risque de passer pour un fou ?
Et si ce fantôme était celui de votre père ?
Thomas, pianiste virtuose, est entraîné dans une aventure fabuleuse : une promesse, un voyage pour rattraper le temps perdu, et une rencontre inattendue…
Digne des plus belles histoires de Capra et de Billy Wilder, Ghost in love donne envie de croire au merveilleux.

 

L’avis de #Lilie : Inconditionnelle de Marc Levy pendant des années, j’ai un peu perdu le rythme au fil du temps. En effet, un peu déçue par certaines de ses parutions et prise aussi dans le tourbillon de la vie, je ne suis plus aussi assidue pour le lire. Néanmoins, au moment du déconfinement, je n’ai pas hésité sur le premier livre à acheter en librairie : le dernier roman de M.Levy sorti en poche ! Et encore une fois, malheureusement, je ressors mitigée de ma lecture….

Nous faisons ici connaissance avec Thomas, un pianiste virtuose qui, un soir, voit le fantôme de son père. Croyant rêver, il va se coucher mais se retrouve, le lendemain, de nouveau en sa compagnie. Ce dernier est venu pour lui demander d’aller à San Francisco, afin de lier ses cendres avec une personne venant de décéder, et aussi pour lui faire des révélations sur son passé. Thomas pourra-t-il relever la mission que son père lui confie ? Que va-t-il découvrir au fil de ce voyage incroyable ?

Thomas est un jeune homme assez solitaire. Vivant toujours entre deux concerts, il ne prend pas le temps de nouer de relations avec une femme ou même avec des amis. Solitaire dans l’âme, il a été échaudé par le divorce de ses parents et ne sait pas vraiment faire confiance. Pourtant, quand il croise Manon, le contact s’établit facilement. Manon vient de perdre sa mère et elle a comme une impression de déjà-vu, quand elle rencontre Thomas. Passionnée par son métier de libraire, elle est intègre et a envie de toujours faire de son mieux. Enfin, il y a Raymond, le père de Thomas. Ancien chirurgien, il semble avoir beaucoup de regrets et n’avoir pas profité de la vie, comme il l’aurait fallu. Sa relation avec son fils est en même temps touchante et amusante car on sent qu’il y a eu beaucoup de non-dits entre eux.

En refermant ce livre, je suis mitigée. En effet, je ne peux pas dire que je n’ai pas passé un bon moment de lecture… Comme toujours, la plume de Marc Levy est vive, efficace, visuelle et quand vous commencez son roman, il est rare de le lâcher avant de l’avoir terminé. Mais, car il y a un mais, je ne me suis pas régalée pendant ma lecture. Les protagonistes sont, pour moi, trop lisses. Je n’ai pas réussi à m’attacher à eux et malgré les confidences échangées entre Thomas et son père, Raymond, je n’ai pas été touchée outre-mesure par cette relation. En plus, j’ai eu une impression de déjà-vu, étant donné que l’auteur avait proposé, comme premier roman, une histoire de fantôme. L’intrigue est bien ficelée et jusqu’au bout, je me suis demandée comme elle allait se terminer.

Pour conclure, je ressors de cette lecture avec une pointe de déception. Je n’ai pas été sensible aux personnages et, malgré la facilité à tourner les pages, je ne pense pas garder un grand souvenir de ce roman. C’est dommage car Marc Levy a, pendant longtemps, fait parti de mes auteurs fétiches mais là, je trouve que ses écrits perdent peu à peu de leur magie….

 

Retrouvez l’univers de Marc Levy ici
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Pocket
 

 

Arte Corpus: Tori et Noah, tome 1 de Jenny Rose

Romance Contemporaine/suspense – Livre sorti le 28 avril 2020

Editions Plumes du Web

Lecture personnelle

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « incontournable 2020 »

 

Résumé : Loin de Berlin où elle a quitté celui qu’elle pensait être l’homme de sa vie, Victoria se reconstruit auprès des siens en Normandie. Tatoueuse, entourée d’une bande d’amis inséparables, elle est bien décidée à tirer un trait sur son passé chaotique.
Jusqu’à ce que Noah débarque dans sa vie : éminent psychiatre, frère de sa meilleure amie, ce beau blond semble bourré de qualités.
Deux mondes différents, deux passés compliqués, une attraction indéniable.
Mais que cache l’homme parfait sous ses fêlures ? Il n’est peut-être pas aussi solide qu’il en a l’air.
Parviendront-ils à s’affranchir des secrets et de la méfiance qui s’installent ?
Entre désillusions et passion, quand les fantômes s’invitent, il faut se résoudre à affronter ses pires faiblesses…

 

L’avis de #Lilie : J’ai découvert ce roman par le biais d’une lecture commune organisée sur Facebook. Intriguée par le résumé, je me suis laissée tenter, pour mon plus grand bonheur !!!

Victoria, surnommée Tori, est revenue en Normandie après avoir fuit Berlin et une histoire d’amour désastreuse. Future demoiselle d’honneur de son amie Rose, elle rencontre, au cours d’une réception, Noah, le frère de Rose. Entre eux, le courant passe de suite. Mais Tori est-elle prête à refaire confiance à un homme ? Pourquoi Noah s’intéresse-t-il à elle ? Que cache-t-il derrière son stoïcisme et son apparente perfection ?

Victoria est une jeune femme qui, on le sent, a beaucoup souffert dans sa vie. Entourée de ses « garçons », qui sont ses meilleurs amis, elle a appris à se protéger. On ne sait pas grand chose de son passé amoureux mais on comprend, entre les lignes, qu’elle n’a pas vécu des choses faciles. Complexée, blessée, elle a perdu confiance en elle mais elle n’entend pas se laisser abattre pour autant. C’est une héroïne fragile, à plusieurs facettes, qu’on aimerait protéger et aider dans cette phase de reconstruction. Noah, quand à lui, a tout de l’homme parfait : grand, blond, musclé, altruiste, protecteur, il faut être difficile pour ne pas succomber. Pourtant, derrière cette façade parfaite, il cache des fêlures qui semblent lui compliquer la vie. Nos deux protagonistes vont devoir accepter de se livrer s’ils espèrent avancer ensemble mais c’est loin d’être gagné…. Parmi les personnages importants, j’aimerais également mentionner Rose, la meilleure amie de Tori et sœur de Noah dont le comportement m’a interpellée et qui n’est pas vraiment ce que j’appelle une amie. Il y a enfin Angélique, la collègue de Noah, également ambivalente mais qui se révélera pleine de surprises.

Je ne connaissais pas du tout la plume de Jenny Rose et je dois avouer que j’ai pris une grande claque lors de cette lecture. En effet, la plume est dynamique et efficace. Émotionnellement, on est pris aux tripes par cette histoire assez envoûtante et ses personnages tellement attachants. Rien n’est laissé au hasard, tous les protagonistes ont un petit quelque chose qui les rend attachants et en même temps, intrigants. Loin de se centrer sur le « couple phare », l’autrice nous livre un panel de personnalités que j’espère bien retrouver plus tard !! Ce roman se laisse lire très facilement tant on est embarqué dans cette intrigue riche en rebondissements. L’intensité monte de page en page et le coup de grâce nous est asséné avec cette fin, qui est un véritable clifffhanger, et qui nous laisse avec des questions plein la tête.

Pour conclure, je brûle d’impatience de découvrir le tome 2 d' »Arte Corpus » afin de savoir ce qu’il va advenir de Victoria, Noah et toute la bande. Cette romance contemporaine, avec une pointe de suspense, est unique en son genre, que ce soit par la force émotionnelle de son intrigue, le charisme de ses personnages ou la vivacité de la plume de l’autrice. Une histoire à découvrir de toute urgence pour tous les amoureux du genre !!

 

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Plumes du Web

La prophétie des Sept de Christelle Da Cruz

Urban Fantasy/Romance fantastique – Ebook sorti le 25 février 2020

Editions Plumes du Web

Lecture personnelle

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

 

Résumé : Depuis la mort de sa mère, survenue il y a près de 6 ans, Hazel s’est exilée à Londres avec sa tante, au cœur même des Ténèbres qui engloutissent peu à peu l’Europe. Sans nouvelles de son grand-père qui réside dans le Sud-Ouest de la France, Hazel décide de retourner sur ses terres d’origine pour résoudre ce mystère.
Sa rencontre avec Stellan, un vampire mandaté auprès d’elle par l’Union, la plus haute autorité en matière de créatures et d’êtres magiques, va quelque peu bouleverser ses plans. Elle apprend que son aïeul a été kidnappé, malgré la protection vampirique dont il bénéficiait, et qu’elle est reliée à une étrange prophétie.
Désigné pour l’aider et assurer sa protection, Stellan, qui ne la laisse pas indifférente, se joint à elle dans sa quête. Mais si Hazel est inquiète pour la vie de son grand-père, c’est en réalité le sort de l’humanité tout entière qui est entre leurs mains.

 

L’avis de #Lilie : Depuis Twilight, comme beaucoup de lectrices, j’ai un petit faible pour la littérature « bit-lit ». Pourtant, je ne prends pas le temps d’en lire tant que ça…. Sensible à la plume de Christelle Da Cruz, je me suis laissée tenter par son premier urban-fantasy et je ne regrette pas du tout!

Hazel est une jeune fille qui vit à Londres avec sa tante. L’Obscurité prend peu à peu possession de la Terre, les villes se vident et l’insécurité est partout présente. Sans nouvelles de son grand-père, elle décide de le rejoindre dans le Sud-Ouest de la France, malgré les inquiétudes de sa tante. Arrivée là-bas, elle fait connaissance avec Stellan, un vampire en charge de sa protection et elle découvre qu’on lui a caché une partie de son passé. Hazel pourra-t-elle supporter toutes ces révélations ? Sera-t-elle prête à prendre des risques pour sauver son grand-père ? Comment expliquer la force du lien qui la lie à Stellan ?

Hazel est une héroïne qui a « du chien ». Loin de se laisser marcher sur les pieds, elle ne se considère pas « comme une petite chose fragile » mais n’hésite pas à prendre les choses en main quand c’est nécessaire. Chamboulée par toutes les révélations auxquelles elle va devoir faire face, elle ne va jamais baisser les bras pour accomplir au mieux la mission qui lui est confiée. Très attachée à ses proches, elle essaiera toujours de faire ce qu’il faut pour prendre soin d’eux. Son protecteur, Stellan, est un « vieux » vampire qui joue de ses yeux vairons pour faire tomber les femmes. Pourtant, il va trouver chez Hazel une adversaire à sa taille car elle ne va pas lui faciliter la tâche. Stellan est très protecteur et il entend mener à bien sa mission en respectant les règles de l’Ordre. J’ai eu un peu de mal à le cerner au départ mais c’est un personnage loyal et finalement très attachant. Mention spéciale pour Mary, la tante d’Hazel, qui est une sorcière. Elle n’aura de cesse de se soucier pour sa « nièce » et même si elle n’accepte pas tous ses choix, elle ne fera rien pour l’empêcher de vivre sa vie comme elle l’entend.

Cet urban-fantasy est une belle réussite. Tout d’abord, l’univers décrit est très riche et varié. En effet, même si par moment, on a l’impression de se noyer sous la masse des protagonistes, on les repère assez vite et ils amènent tous quelque chose dans le déroulé de l’intrigue. Pour ma part, j’ai découvert des familles de créatures fantastiques que je ne connaissais pas et j’ai ainsi enrichi ma « culture fantastique ». Ensuite, la plume de l’autrice est toujours aussi efficace. En effet, lorsque vous vous lancez dans cette lecture, il est difficile de poser la liseuse tant l’histoire est addictive. Elle est aussi exigeante, vu le nombre de personnages et les nombreux rebondissements, mais on n’a aucun mal à s’y plonger et à se trouver totalement immergé. La plume est également très visuelle et nous entraîne du Périgord à Prague, en passant par la Bohème ou Londres, et à chaque instant, j’avais l’impression d’y être (ou d’y retourner plus précisément). Émotionnellement, on passe de l’effroi à la passion et on est surpris jusqu’au bout ! Nos nerfs sont mis à rude épreuve et peu de temps vous sera accordé pour souffler alors, accrochez vos ceintures ! Enfin, le choix de la double narration est, comme toujours, une très bonne chose car elle permet de suivre Hazel et Stellan tout au long de l’intrigue, leurs cheminements et les raisons de certains choix.

Pour conclure, « la prophétie des sept » m’a rappelé qu’il ne fallait pas que je néglige l’urban-fantasy et la bit-lit dans mes lectures. L’histoire d’Hazel, Stellan et Mary est pleine de rebondissements et nous entraîne aux quatre coins de l’Europe pour essayer de mettre fin à l’Obscurité. Ce roman ne ressemble à aucun autre et saura vous surprendre jusqu’à la toute dernière ligne !

 

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Plumes du Web

L’irrésistible histoire du Café Myrtille de Mary Simses

Littérature Nord-Américaine/Feel-good book – Mai 2019

Editions Pocket

Lecture personnelle

Ma note : 3,5/5

 

Résumé : Ellen Branford, jeune et brillante avocate, mène une vie affairée à New York. Pour exaucer les dernières volontés de sa grand-mère, elle se rend à Beacon, minuscule ville côtière du Maine. Elle doit y retrouver l’amour de jeunesse de son aïeule et lui remettre une lettre. L’affaire d’une journée, pense-t-elle…
Mais rien ne va se passer comme prévu: à peine arrivée, Ellen tombe d’un ponton et manque de se noyer. La photo de son sauvetage par un certain Roy fait la une du journal local. Le destinataire de la lettre reste introuvable. Et le passé de sa grand-mère recèle ce qu’Ellen n’aurait jamais pu imaginer. Alors que son séjour se prolonge, la jeune femme se met à douter des choix qu’elle a faits jusqu’ici et qui lui semblaient si solides. A-t-elle vraiment la vie dont elle rêvait ?

 

L’avis de #Lilie : J’ai découvert ce livre complètement par hasard, grâce à un groupe de livres voyageurs. Je dois avouer que j’ai d’abord été attirée par la couverture et en lisant le résumé, je me suis laissée tenter et je ne regrette pas cette parenthèse livresque.

Ellen vient de perdre sa grand-mère. Avant de mourir, elle lui a fait promettre de remettre une lettre à Chet Cummings, son amour de jeunesse, qui vit à Beacon, une petite ville du Maine. Ellen prend cette « mission » très à coeur et quitte donc New-York pour le Maine. Mais une fois là-bas, rien ne se passera comme prévu et la jeune femme pourrait bien trouver bien plus que ce qu’elle espérait… Et si de nouvelles perspectives s’ouvraient à elle ? Est-elle vraiment faite pour une vie d’avocate New-Yorkaise ?

Ellen est, au premier abord, le stéréotype de l’avocate new-yorkaise : toujours pressée, carriériste, soucieuse des apparences…. Son début de séjour à Beacon va mettre à mal ses habitudes et son sauvetage de la noyade par Roy va faire d’elle la star de la ville. Mal à l’aise avec cet échec, elle va pourtant, peu à peu, fendre l’armure et révéler sa vraie personnalité. Elle profite également de ce séjour pour aller sur les traces de sa grand-mère et découvrir ses secrets de jeunesse. Tout cela va l’entraîner de surprises en surprises et l’obliger à voir beaucoup de choses sous un nouvel angle. Roy, son « sauveteur », est charpentier, amoureux de sa ville et de sa tranquillité. Attaché à sa famille, il a tout de l’homme parfait ! Au fil des rencontres avec Ellen, une complicité va naître entre eux… mais la belle est fiancée à Hayden, un avocat new-yorkais ambitieux, qui vise une place en politique. Alors, entre ces deux homme si différents, Ellen fera-t-elle le choix de la passion ou de la raison ?

Ce roman m’a fait un bon moment. La plume de l’autrice est fluide, très visuelle et m’a permis de voyager dans cette petite cité balnéaire des Etats-Unis. Les personnages sont intéressants même si Ellen est un peu caricaturale au départ. Néanmoins, j’ai aimé la voir évoluer et se questionner au fil des pages. L’intrigue n’est pas très originale mais elle m’a permis de penser à autre chose et elle m’a transportée au cœur du Maine, donc la mission principale du roman est remplie ! Je mettrai un petit bémol sur la fin, qui est un peu rapide pour moi. Ce livre est l’occasion aussi de s’interroger sur le sens de nos vies, le sens qu’on lui donne et les priorités que l’on décide de choisir. En effet, on perd souvent de vue qu’il faut prendre son temps, profiter de toutes les petites choses de la vie en faisant passer en premier notre vie professionnelle et toutes ses exigences. 

Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture avec « l’irrésistible histoire du café Myrtille ». Amateurs de lecture feel-good, n’hésitez pas à vous tourner vers cette histoire légère qui permet de s’évader le temps de sa lecture.

 

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Pocket

A la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand

Littérature française/feel-good – Livre sorti le 29 mars 2018

Editions Michel Lafon

Lecture personnelle

Ma note : 4/5

 

Résumé : À l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter. Jusqu’au jour où le destin la fait trébucher… Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?

 

L’avis de #Lilie : Agnès Martin-Lugand fait partie de ces autrices que j’adore lire et dont j’essaie d’avoir toujours un roman à portée de mains. Rarement déçue, je me suis pourtant lancée dans cette lecture en espérant retrouver la pointe d’optimisme qui fait le charme de ses romans et qui m’avait manqué lors de son précédent.

Nous faisons ici connaissance avec Hortense. Professeure et passionnée de danse, elle a une vie assez routinière, dénuée de passion et d’imprévue. Lorsqu’elle se blesse gravement à la cheville, elle a l’impression d’étouffer dans sa vie parisienne et décide d’aller s’installer à la Bastide, en Provence, dans sa maison familiale, le temps d’y voir plus clair. Cette blessure ne serait-elle pas un signe du destin ? 

Hortense est une héroïne comme je les aime. Rêveuse, passionnée, elle s’est laissée, pendant trop longtemps, enfermer dans une routine dans laquelle elle se complaisait. Folle amoureuse d’Aymeric, elle accepte de n’être que la seconde, la femme de l’ombre et souffre en silence de le voir rejoindre sa famille après chacune de leurs entrevues. Sa blessure va être l’occasion de faire le point sur sa vie, ses envies et la direction qu’elle souhaite donner à son futur. Aymeric, son amoureux, est un homme sûr de lui, de son charme, qui semble profondément amoureux d’Hortense mais qui ne quittera sûrement jamais sa femme. Il est parfois ambivalent et c’est un personnage que j’ai pris plaisir à détester. Notre héroïne est également entourée par ses amis danseurs, Bertille et Sandro, ainsi que Cathie et Mathieu, ses amis du Sud. Tous seront une aide et un point d’ancrage pour Hortense, de véritables phares dans cette période un peu sombre. Enfin, je ne peux terminer ce tour des personnages sans mentionner Elias, un résidant de la Bastille, bien mystérieux et qui semble cacher de grandes fêlures sous son masque de tristesse.

Je retrouve là tout ce qui me plaît dans les romans d’Agnès Martin-Lugand. Tout d’abord, j’ai aimé tous les personnages, même Aymeric. Ils avaient tous quelque chose d’attachant et une ressemblance avec quelqu’un qu’on connaît ou qu’on côtoie. Ainsi, on peut se projeter certaines situations, avec une impression de moments déjà vécus ou déjà-vus. Ensuite, ce que j’apprécie, c’est de ressentir, au travers de ma lecture, des ondes positives. En effet, l’héroïne passe par des moments difficiles, et ce n’est pas la seule, mais on ressort de cette lecture avec le sourire car après chaque épreuve, quelque chose de positif finit par arriver. Certains diront que l’histoire est niaise, j’ai envie de leur répondre qu’on a le droit d’aimer les romans qui font juste du bien au moral et qui permettent de ne pas se faire des nœuds au cerveau. Un petit bémol, car je suis perfectionniste, sur la fin….. J’aurais aimé en savoir plus, ça finit un peu brutalement pour moi. La porte ouverte sur une suite, peut-être ?

Pour conclure, j’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman d’Agnès Martin-Lugand. Amateurs de lecture qui donnent le sourire, laissez-vous séduire par l’histoire d’Hortense, une danseuse dont la blessure va lui permettre de faire un point sur sa vie et de la reprendre en main.

 

Retrouvez ce roman sur le site d’Agnès Martin-Lugand

Avant toi de Jojo Moyes

Littérature anglaise/drame – Livre sorti le 10 juin 2016

Editions Milady

Lecture personnelle

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur »

 

Résumé : Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

 

L’avis de #Lilie : Ce roman a fait grand bruit au moment de sa sortie. Très vite, j’ai été intriguée et je me suis plongée dans cette histoire qui, sous ses airs de romance, aborde de nombreux thèmes difficiles. C’est une lecture qui m’a beaucoup marquée et dans laquelle j’aime me replonger régulièrement.

Nous faisons ici connaissance avec Lou. Elle vit dans un petit village en Angleterre avec sa famille, ses parents, sa sœur et son neveu. Lorsqu’elle perd son emploi, elle est prête à tout pour pouvoir aider financièrement les siens et elle accepte un travail de garde-malade auprès de Will, un jeune homme tétraplégique. Avec son mauvais caractère et ses désillusions, Will n’a plus le goût à rien. Lou va alors tout faire pour essayer de lui faire vivre de nouvelles sensations, lui donner de nouveaux souvenirs et essayer de lui redonner le sourire. Arrivera-t-elle à le faire changer d’avis ?

Lou est une jeune fille à la fois banale et unique en son genre. En effet, elle n’a jamais quitté son petit village et a pour seul but de faire au mieux pour sa famille. Elle se met en retrait par rapport à sa grande sœur et a peu d’ambitions pour le futur. A côté de ça, Lou est pétillante, pleine de vie,  optimiste et elle essaie toujours de voir la vie du bon côté. Ses premiers contacts avec Will seront difficiles mais elle ne va rien lâcher pour tenter de percer la carapace qu’il s’est forgé. En effet,  suite à son accident qui l’a cloué sur un fauteuil roulant et privé de l’usage de ses membres, Will n’a plus le goût de vivre. Auparavant, il était un grand sportif, un peu casse-cou, et toujours prêt à relever de nouveau défi. Le fauteuil est pour lui comme une prison de laquelle il ne pourra jamais sortir. Très méfiant envers Lou, il va peu à peu s’ouvrir et se découvrir des points communs avec elle. Il va aussi l’aider à évoluer et à voir plus loin. C’est un des points forts du roman car leur relation sera belle à voir évoluer.

Ce roman est un gros coup de cœur. Attention, j’ai tout de même deux recommandations à vous faire avant que vous vous lanciez. Tout d’abord, prévoyez du temps lorsque vous l’attaquez car il est très difficile de reposer le livre, une fois commencé. En effet, les événements s’enchaînent, sans aller trop vite, mais on se laisse prendre par la relation qui se noue entre nos deux protagonistes. Ensuite, il ne faut pas lire ce roman si vous n’avez pas le moral. La thématique de l’histoire n’est pas gaie et même si les facéties de Lou vous feront forcément sourire, il y a de nombreux passages triste et qui, pour ma part, m’ont fait pleurer. En abordant le thème du handicap, l’autrice montre la difficulté dans laquelle se retrouve les personnes qui, du jour au lendemain, se retrouvent dans un fauteuil roulant. Il y a beaucoup d’informations sur le quotidien de ces personnes et les contraintes auxquelles ils sont soumis. Enfin, elle aborde aussi la question du suicide médicalement assisté qui est autorisé dans certains pays. Là encore, elle expose des faits et ne prends pas partie, nous laissant libre de nous faire une opinion. C’est une très belle histoire qui ne peut laisser insensible le lecteur car elle vous remuera sûrement.

Pour conclure, je ne peux que vous recommander la lecture d' »Avant toi » qui est une merveilleuse histoire d’amour, remplie d’émotions. Il a été adapté, il y a maintenant quelques années, en film. C’est une merveilleuse adaptation, très fidèle au livre, avec un casting de premier choix qui vous fera passer un bon moment, même si je recommande d’avoir, à proximité, une boite de mouchoirs…  

 

Retrouvez ce roman sur Amazon

Driven saison 3 : Crashed de K.Bromberg

New romance – Edition poche parue le 12 avril 2017

Editions le Livre de Poche

Lecture personnelle

Ma note : 4/5

 

Résumé : Rylee m’a ramené à la vie. Elle m’a soutenu et m’a sauvé. Oui, elle vaut la peine que je me batte… Mais comment garder quelqu’un dont vous savez ne pas être digne ?
Colton m’a aidée à guérir et à me reconstruire, il a ravi mon cœur et m’a fait comprendre que notre amour n’est ni prévisible ni parfait. Il est atypique. Et cela me convient. Mais quand il est mis à l’épreuve, jusqu’où devrai-je aller pour prouver à Colton qu’il mérite que l’on se batte ?
Celui qui a dit que l’amour est patient et généreux ne nous a jamais rencontrés. Nous savons que nous sommes faits l’un pour l’autre, mais quand notre passé rentrera en collision avec notre avenir, les répercussions nous rendront-elles plus forts ou auront-elles raison de nous ?

 

L’avis de #Lilie : Après une pause, je retrouve Colton et Rylee pour connaître le dénouement de leur histoire. Cette chronique peut contenir des (petits) spoils si vous n’avez pas lu les tomes précédents.

L’histoire redémarre où elle s’était arrêtée. Colton est à l’hôpital, Rylee est apeurée à l’idée de perdre celui qu’elle aime, et cette épreuve n’est pas la seule que le couple va devoir surmonter. Entre reconstruction, doutes, et trahisons, rien ne sera épargné à nos deux protagonistes… Pour mieux se retrouver ? Auront-ils droit à un happy-end ?

Rylee ne sera pas épargnée, une nouvelle fois, dans ce troisième tome. Elle va de nouveau faire preuve d’une grande force et abnégation et elle va encaisser pour ressortir plus forte que jamais. Son amour pour Colton est immense et elle va tout faire pour l’aider à surmonter tout ce qui va lui arriver. Ce dernier connaît un passage à vide après son accident mais on voit à quel point l’amour qu’il a pour Rylee le porte. Lui non plus n’est pas épargné mais il va faire le choix d’avancer et il va prendre en main son destin et prendre les décisions qui s’imposent. Attention, Colton reste Colton, avec son arrogance et sa suffisance, qu’on lui connaît déjà, mais il laisse enfin totalement tomber le masque. On le découvre alors vulnérable, plein de doutes, mais aussi tellement plus « humain ». On retrouve également Haddie, Beckett, pour notre plus grand bonheur, mais aussi Tawny, qui n’a pas fini de nous étonner.

Ce troisième volet est celui des émotions. En effet, rien ne sera épargné à nos deux protagonistes et il faut avoir le cœur bien accroché pour les suivre. Avec eux, on rit, on tremble mais on pleure aussi car il y a de nombreuses scènes de révélations qui ne pourront vous laisser de marbre. Les scènes de sexe sont toujours très présentes, détaillées et, là aussi, émotionnellement prenantes. La plume de l’autrice est toujours aussi addictive et prenante. En effet, quand vous commencez ce tome, comme les autres, il est compliqué de le poser tant la tension est présente et les rebondissements nombreux. La double narration permet de cheminer avec nos deux héros et surtout d’en apprendre plus sur le cheminement de notre pilote. L’épilogue amène une jolie conclusion à cette trilogie qui fait partie, pour moi, des incontournables de la new romance.

Pour conclure, « Crashed » est un dernier volet intense, que ce soit émotionnellement ou au niveau des rebondissements. Cette romance dopée à l’adrénaline ne vous laissera aucun répit et ravira, sans aucun doute, tous les amoureux du genre.

 

Retrouvez mon avis sur le tome 1 ici

Retrouvez mon avis sur le tome 2 ici

Retrouvez ce roman sur le site des éditions du Livre de Poche

Vox de Christina Dalcher

Dystopie – Livre sorti le 7 mars 2019

Editions Nil

Lecture personnelle

Ma note : 4/5 mention « à lire »

 

Résumé : Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…
Christina Dalcher nous offre avec Vox un roman dystopique glaçant qui rend hommage au pouvoir des mots et du langage.

 

L’avis de #Lilie : A sa sortie, ce livre a fait du bruit et il m’a tout de suite intriguée. Je n’ai pas pu me lancer à ce moment-là mais quand une amie a proposé de me le prêter, j’en ai profité pour me plonger dans cet univers futuriste et glaçant.

Nous nous retrouvons aux Etats-Unis, dans un futur pas si lointain. Les « Purs » sont arrivés au pouvoir et on assiste à un retour aux valeurs fondamentales d’un temps que l’on croyait désormais révolues. En effet, les hommes ont repris le pouvoir et occupent tous les postes de premier plan. Les femmes ont été reléguées à la maison. Elles doivent élever les enfants, tenir leur intérieur et surtout, elles ont un compte-mot qui leur interdit de prononcer plus de 100 mots par jour. Bref, elles ont été réduites au silence et toute opposition est violemment réprimée. Un jour, des hommes du gouvernement viennent trouver Jean car ils ont besoin de ses compétences pour soigner le frère du Président. Pour elle, c’est clair : elle ne mettra ses compétences au service du gouvernement que si on lui retire son compte-mots… et à sa fille aussi ! Mais est-elle prête à ce qu’elle va découvrir en retournant travailler ? Voudra-t-elle tout accepter pour mener sa mission à bien ?

Jean est une femme qui, dans le temps, s’est battue pour les droits des femmes. Depuis qu’elle a été réduite au silence, elle prend son mal en patience. En effet, elle ne veut pas faire de vagues mais n’en pense pas moins contre ce gouvernement et leurs pratiques. C’est une femme moderne qui a bien du mal à se laisser dicter sa conduite. Entière, elle n’est pas égoïste et essaie toujours de penser à sa famille, avant de prendre une décision. J’ai aimé ce personnage que l’on suit de son adolescence, grâce à de nombreux flashbacks, à maintenant. Le roman est essentiellement centré sur elle mais je n’ai pas trouvé cela gênant car c’est une protagoniste charismatique, à qui on s’attache. Volontaire, combative, réfléchie, c’est une héroïne moderne qui est prête à tout pour défendre les siens.

De temps en temps, j’aime bien lire des dystopies. Imaginer le monde tel qu’il pourrait être dans quelques années peut-être stressant ou, au contraire, l’occasion de se reprendre en main et ne pas laisser la situation nous échapper. Le monde décrit dans « Vox » peut paraître, à première vue, exagéré. Pourtant, quand on voit comment fonctionnent certains régimes totalitaires, on peut se dire qu’on n’est à l’abri de rien. L’autrice reprend les codes des dystopies, c’est-à dire qu’on a un pouvoir totalitaire, qui oppresse une partie de la population, qui la surveille en permanence et qui humilie ceux qui voudraient s’y opposer. L’histoire, en elle-même, est intéressante et donne à réfléchir. Il y a des personnages que l’on prend plaisir à détester et d’autres que l’on voit évoluer sous nos yeux. La plume de l’autrice est vive, prenante et émotionnellement forte. En effet, une fois lancée, il est difficile de poser le roman tant on a envie de savoir la suite. On perd un peu ce rythme après le deuxième tiers de l’histoire mais la fin est haletante et nous réserve des surprises jusqu’au dernier chapitre ! Ainsi, on n’a plus aucune envie d’abandonner avant de terminer !

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture avec « Vox » de Christina Dalcher. Ce n’est pas la première fois qu’une dystopie évoque l’asservissement des femmes mais c’est celui-ci est particulièrement fort émotionnellement. Je le recommande donc à tous les amoureux du genre et à tous ceux qui cherchent une lecture prenante et qui donne l’occasion de réfléchir.

 

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Nil
Retrouvez-le aussi en version poche, réédité aux Editions Pocket
 

Le coeur battant de nos mères de Brit Bennett

Littérature Nord-Américaine – Livre paru le 22 aout 2018

Editions J’ai Lu

Lecture personnelle

Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

 

Même si c’est une lecture personnelle, je tiens à remercier Léa et les membres du Picabo River Book Club qui m’ont permis de découvrir ce roman grâce à leurs critiques et leurs conseils.

 

Résumé : Quand Nadia, 17 ans, perd sa mère et avorte en cachette, sa vie est bouleversée. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l’a vue grandir et laisse derrière elle Luke, son amant aux rêves brisés, et Aubrey, sa meilleure amie. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente désormais l’élite.
Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l’extrême par le poids du secret.

 

L’avis de #Lilie : Le moins que je puisse dire, c’est que je ne m’attendais pas du tout à ce que j’ai découvert en ouvrant ce livre. Entraînant, intriguant, il l’est. Par contre, je ne voyais pas du tout la trame de l’histoire comme cela… loin d’être déçue, j’ai été surprise au cours de cette lecture et je dois avouer que de temps en temps, ça fait du bien de l’être !

A la lecture du quatrième de couverture, je pensais qu’on allait vite entrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire suivre Nadia, une jeune femme de 17 ans qui quitte sa petite ville de Californie pour aller faire des études dans une université prestigieuse. Finalement, l’autrice prend le temps d’installer les personnages, de nous les faire découvrir avant de « faire partir » Nadia. En effet, on la suit pendant les semaines qui précèdent son départ, les épreuves auxquelles elle est soumise et qui vont, quelque part, faciliter ce départ. C’est d’ailleurs l’occasion de découvrir Aubrey, qui est la meilleure amie de Nadia, et Luke, son amant. Aubrey est puritaine et elle n’a pas connu un début de vie facile. Quant à Luke, être le fils du pasteur n’est pas forcément un poids facile à porter. Pas forcément gaté par la vie, Luke est un jeune homme qui ne sait plus trop où il en est.

Au fil des années, ces trois personnages vont se croiser, interagir, s’éloigner, se retrouver…. Bref, on suit trois tranches de vie et on prend plaisir à les voir évoluer, douter, changer de trajectoire… Car oui, comme dans la « vraie » vie, ces trois protagonistes sont perfectibles, ils font des choix, qu’ils assument ensuite… ou pas ! Ce que j’ai trouvé admirable, c’est que le narrateur omniscient ne porte pas de jugement sur leurs choix; il nous les expose, tout simplement, et c’est à nous, lecteur d’en tirer, ou pas, les conclusions qui s’imposent. Même si Nadia est un peu plus mise en avant au départ, finalement, on passe autant de temps avec les uns qu’avec les autres. Tous les trois ont un rapport particulier avec leur mère et tous les trois vont se construire grâce, ou à cause, de cela.

Le gros point positif de ce livre est, pour moi, la plume de l’autrice. Fluide, entraînante, elle nous plonge au cœur de cette communauté et on est en totale immersion. J’ai apprécié que ce roman nous expose la vie de ces personnages sans tomber dans le cliché « les afro-américains vs les blancs ». En effet, Brit Bennett décrit la vie des différents membres d’Oceanside mais je n’ai pas eu l’impression d’être dans un roman qui dénonce. Non, on est juste dans une histoire exposant les destins croisés de trois adolescents devenant adulte, qui font des choix, des erreurs et qui évoluent comme ils peuvent.

Pour conclure, « Le cœur battant de nos mères » est une très belle découverte pour moi. Cette histoire, même si elle ne m’a pas emmenée là où je pensais, m’a beaucoup plu et m’a procuré un large panel d’émotions. L’autrice est clairement à suivre tant son style est percutant et entraînant. 

 

Retrouvez ce roman sur le site des Editions « J’ai lu »