Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay

elle s'appelait Sarah

Littérature française – Sortie en 2007

Le Livre de Poche

Lecture personnelle

 

Résumé : Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l’étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit. Paniquée, elle met son petit frère à l’abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible.

Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie va changer à jamais. Elle s’appelait Sarah, c’est l’histoire de deux familles que lie un terrible secret, c’est aussi l’évocation d’une des pages les plus sombres de l’Occupation.

Un roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire, qui connaît un succès international, avec des traductions dans trente-quatre pays.

 

Mon avis : je me suis plongée dans ce livre par curiosité. Tout d’abord, il m’a chaudement été recommandé par des copines lectrices. Ensuite, passionnée d’histoire et intéressée plus particulièrement par les histoires autour de la 2nde Guerre Mondiale, le quatrième de couverture de ce livre ne pouvait que me faire de l’œil.

Je me suis donc laissée tenter…..et quelle claque ! Je vous préviens, ce livre fait partie de mes coups de cœur et des incontournables de la littérature française. Il mêle à la fois l’Histoire (avec un grand H), des secrets de famille et des cas de conscience auxquels nous pourrions tous être confrontés.

D’un côté, nous avons Sarah, une petite fille de 10 ans, juive, qui vit au cœur de Paris avec ses parents pendant la 2ème Guerre Mondiale. Dans la nuit du 16 juillet 1942, elle est raflée avec ses parents et emmenée au Vel d’Hiv. D’un autre côté, nous avons Julia, journaliste américaine mariée et vivant en France depuis de nombreuses années. Deux évènements vont venir bouleverser sa vie. Tout d’abord, elle va se voir confier un article sur la rafle du Vél d’Hiv, dont on n’a, pendant très longtemps pas parlé. Ensuite, son mari fait rénover l’appartement familial afin de s’y installer avec sa femme et sa fille. Mais cet appartement renferme de nombreux secrets qui vont ressurgir à cette occasion.

Julia est une femme comme on les aime. Journaliste passionnée, elle veut aller au bout de son enquête afin d’être le plus juste possible. Malgré les découvertes qu’elle va faire, elle ne lâchera rien et pour cela, elle m’a éblouie. Nous avons aussi la petite Sarah, dont la vie va être également déroulée sous nos yeux. On ne peut pas rester insensible au destin de cette petite fille raflée, comme tant d’autres à cette époque-là.

Ce livre est impossible à lâcher avant de l’avoir terminé. L’écriture de Tatiana de Rosnay, dont j’ai lu un bon nombre de livres, est une nouvelle fois fluide et addictive. Les pages se tournent toute seule et le mystère entourant la vie de Sarah nous tient en haleine tout au long du roman. Je vous préviens, le dénouement est fort et je vous conseille de garder la boite de mouchoirs à portée de mains. J’ai également adoré ce livre car historiquement, les faits relatés ont existé pour des milliers de familles juives. Ce livre est un outil de cette mémoire qu’il faut faire vivre et il est impossible de rester de marbre face à cette histoire.

Pour information, un film avec la merveilleuse Kristin Scott Thomas est sorti en 2011. Faisant l’impasse sur des éléments du livre, je l’ai cependant trouvé très bon et également très émouvant. A ne pas regarder un jour où on n’a pas le moral cependant.

 

liens-utiles

Retrouvez l’univers de Tatiana de Rosnay sur son site officiel

Retrouvez « Elle s’appelait Sarah » sur Amazon

 

Publicités

Pretty Wife de Cécile Chomin

4151pcJd14L

 

Romance – Sortie en poche le 31 mai 2017

Editions Harlequin – Collection &H

Lecture personnelle

 

Résumé : Il a besoin d’une femme – Elle a besoin d’argent.

Pour Charlize, la vie est loin, très loin d’être un conte de fées. Depuis le décès de son mari, c’est même plutôt un film catastrophe, dans lequel elle doit se battre chaque jour un peu plus pour élever seule leur petit garçon malgré son maigre salaire d’agent immobilier. Mais voilà que le destin lui offre, sur un malentendu, une occasion inespérée : se faire passer pour la fiancée de Guillaume Garon. Certes, Guillaume Garon est un homme odieux dont le charme s’efface très vite devant son obsession pour le travail et sa mauvaise volonté pour redorer son image ; certes, en acceptant cette proposition, elle s’engage à assurer un rôle de parfaite épouse pour les cinq prochaines années… Mais ce n’est pas comme si elle avait une vie sentimentale ; et puis, ce contrat lui permettrait de résoudre tous ses problèmes d’argent et d’assurer l’avenir de son petit garçon. Alors… c’est parti pour la mission Pretty Wife ?

Mon avis : j’ai découvert Cécile Chomin avec son premier livre édité, qui l’a faite connaitre du grand public « Hot Love Challenge ». Lorsque celui-ci est sorti, je me suis précipitée pour le découvrir. Et le moins que je puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçue par ce nouvel ouvrage.

Dans le roman, nous faisons la rencontre de Charlize. Elle est agent immobilier, maman d’un petit garçon et dans la galère pour boucler les fins de mois depuis le décès brutal de son mari. Un soir, alors qu’elle devait travailler pour un « extra », elle fait la rencontre de Guillaume Garon. Ce directeur d’une grande entreprise est mis à mal par ses actionnaires. En effet, comme il est arrogant et n’a pas de vie privée, certains dans son entreprise voudraient le mettre dehors. Il propose donc à Charlize de jouer la parfaite épouse pendant 5 ans en échange d’un joli chèque à l’issue de cette « mission » et la prise en charge de ses frais pendant tout ce temps.

J’ai adoré les deux personnages principaux. Charlize est une maman courage et elle n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds…. Ce qui va bien sûr rendre sa cohabitation avec Guillaume, que l’on peut aussi surnommer M.Connard vu son caractère bien trempé, très électrique. La force de Cécile Chomin est également de ne pas négliger les personnages secondaires qui ont un rôle et une personnalité bien tranchée. On s’attachera ainsi à Alex, le fils de Charlize, Manu, le meilleur ami de Guillaume, Julie, la meilleure amie de Charlize, le majordome…..

Ce roman est parfait pour cet été. C’est une comédie romantique comme on les aime, sans prise de tête mais qui nous fait vibrer, rire et parfois nous amène au bord des larmes. Encore une fois, Cécile Chomin nous embarque grâce à sa plume fluide et ses dialogues percutants. Comme d’habitude, elle sait utiliser une touche d’humour ce qui a pour conséquence que vous ne pourrez pas lâcher le livre avant de l’avoir terminé ! Si vous ne la connaissez pas encore, foncez ! Vous ne le regretterez pas !

 

liens-utiles

 

Retrouvez Pretty Wife sur le site des éditions Harlequin.

 

 

Never Forget, tome 1 de Monica Murphy.

51xB6xtvlNL

 

 

 

[DARK ROMANCE / SUSPENSE – Nouveauté 2017]

Éditions Harlequin – Colletion &H

Lecture personnelle

 

 

 

 

 

Résumé :

Entre la victime et le fils du bourreau: l’histoire d’amour la plus interdite qui soit.
Quand Ethan s’est lancé à la recherche de Katie, la fille qu’il a sauvée des griffes de son kidnappeur, huit ans plus tôt, il voulait simplement s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle avait repris le contrôle de sa vie, qu’elle était heureuse, peut-être. Enfin, ça, c’est l’excuse qu’il s’est donnée, car, à la seconde où il a posé les yeux sur elle, il a su qu’il voulait plus. Beaucoup plus. Alors, il a fait tout ce qu’il s’était toujours interdit  : il est entré dans sa vie, sous son nouveau nom, sa nouvelle identité. Et, chaque jour qui passe, il s’enfonce un peu plus dans le mensonge.
Mais comment faire autrement, alors qu’il est le fils du monstre qui a changé sa vie à jamais  ?

«  Qu’est-ce qu’elle dirait si j’essayais de la contacter  ? Est-ce qu’elle serait contente  ? Est-ce qu’elle me détesterait  ? Est-ce qu’elle pense que je suis un connard ou est-ce qu’elle croit toujours que je suis son héros  ? Son ange gardien  ?  »

 

66112426

 

Mon avis :

Je me plonge de nouveau dans de la dark romance et cette fois ci elle s’avère bien plus sombre et délicate. Monica Murphy ne fait pas dans la dentelle, elle y va franco et nous emmène directement dans son univers où point de licorne y vit.

Le ton est donné dès les premières pages. Rien n’est dit tout est suggéré et c’est ce qui à mes yeux me torture le plus, ne pas savoir, ne pas le voir écrit noir sur blanc même si l’évidence est sans équivoque. L’auteure a eu la merveilleuse idée de nous faire naviguer entre présent et passé. Renforçant ce sentiment d’oppression, c’est comme si on ne pouvait plus échapper à ce qu’elle s’apprête à nous dévoiler : la vérité celle qui fait mal, celle qui a réduit à néant sa vie, celle de Katie.

En un clin d’œil nous voila confronter à l’innommable. D’ailleurs je remercie l’auteure qui dans son préambule nous avertis que son histoire ne sera pas toute rose.

Deux êtres totalement détruis et qui se sont attachés immuablement en quelques minutes, comme si chacun était sa bouée de sauvetage, son ancre à jamais. Elle c’est Katie, lui c’est, Will. La vie a passé mais ces minutes sont restés à jamais dans leurs mémoires. Katie a grandit et souffre toujours autant, de l’incompréhension, de la société des dits et non-dits, des rumeurs. Le moindre fait et geste est suspicieux même s’il n’est empreint de sincérité. Tout est suggestion à devenir paranoïaque. On ne peut dire que les circonstance ne peuvent que s’y prêter. La reconstruction est lente et dure et semble impossible. Jusqu’à une rencontre improbable qui va bouleverser sa vie isolée. Une rencontre inespérée mais vitale si seulement elle se doutait.

Will ou plutôt Ethan a fait parti de son passé, son ange gardien à jamais et une promesse qui reflète toujours son état d’esprit actuel. Sa vie d’après a été chaotique mais il semble s’en sortir beaucoup mieux que Katie. Le seul problème ou pas, cette promesse inscrite sur sa peau. Il ne pense qu’à elle et c’est elle qu’il veut, mais en sera t-il de même pour Katie ?

Même si nous sommes témoins des pensées de Ethan et savons ce qu’il désire et qu’il se fourvoie totalement dans sa façon de l’approcher, ça n’en reste pas moins une histoire déchirante. L’espoir est si fin et éphémère. On souffre autant que Katie et on espère que la fin ne nous réservera pas de mauvaises surprises.

Ces deux personnages sont à l’image de deux pansements. Ils se guérissent eux même et c’est en ceci que l’histoire est émouvante. L’auteure cerne magnifiquement la psychologie des personnages rendant le texte sensationnel.

La plume de Monica Murphy est attendrissante et glaciale quant il le faut. Elle joue sur les scènes et sur les émotions que développent ses personnages. Elle nous inflige mille blessures et nous les apaisent par des mots délicats. Elle nous fais découvrir des sensations affligeantes et merveilleuses à la fois. Tout un paradoxe. C’est déstabilisant et parfois euphorique. C’est à la fois fou et tendre. Une lecture magnifique et sombre.

 

 

 

liens-utiles

 

Lien Amazon

Site officiel de Monica Murphy

Pour tout savoir sur la Collection &H

 

 

 

Dark romance de Penelope Douglas

41wXJIL3w9L._SY346_

 

 

[ DARK ROMANCE / SUSPENSE – Nouveauté 2017]

Éditions Harlequin, Collection &H

Lecture personnelle et commune.

 

 

 

 

Résumé :

Leur amour peut les sauver… ou les détruire.
Michael Crist. Un nom qui fait frissonner chaque fille de notre petite communauté privilégiée de la côte Est. Moi comme les autres. Sauf que moi, ce n’est pas sa beauté à couper le souffle ou le fait qu’il soit riche et adulé qui me fascine – enfin, pas seulement. Non, moi, c’est la noirceur que je devine sous sa carapace dorée. La violence dans son regard noisette. Son mépris pour les règles, les lois, la morale. Ce miroir permanent de tout ce qui est noir et sombre au fond de moi. En dix-neuf ans, Michael ne m’a jamais jeté un regard. Mais, le jour où il s’intéresse à moi, je ne sais pas si je dois être excitée… ou terrifiée.

 

66112426

 

Notre avis :

Lilie

Pour commencer, je dois avouer que j’ai lu ce livre grâce à mon binôme #Esméralda. Au départ, je n’étais pas plus inspirée que ça par ce roman……et maintenant que je l’ai lu, je ne regrette pas d’avoir été « poussée » par #Esméralda. Quelle claque !

Pour ma part, je ne suis pas une grande habituée des Dark Romance. J’ai découvert ce genre littéraire il y a peu et ce roman était seulement ma 2ème lecture de ce type.

Erika est une jeune femme de 19 ans qui part faire ses études à l’autre bout du pays. Elle s’entend très bien avec Trevor Crist mais est attirée depuis toujours par son sombre et mystérieux grand frère Michael. Lors de son aménagement, elle apprend que Michael est son voisin et cela va immédiatement la troubler. Grâce à des flashbacks dans le temps et à une écriture à deux voix, on apprend peu à peu ce qui lie Michael et Erika. Car il faut bien l’avouer, rapidement, on se rend compte que leur relation est très ambiguë et que l’un comme l’autre ne sait pas sur quel pied danser.

J’ai beaucoup aimé ces deux personnages principaux car ils ont du caractère et une certaine intégrité. Les amis de Michael sont un peu plus noirs et rancuniers vis-à-vis d’Erika et ils font froids dans le dos.

La force de Pénélope Douglas est qu’elle maintient le suspense tout au long du roman. La lecture est rythmée, on va de rebondissements en rebondissements et les surprises sont présentes jusqu’au dernier moment. Je dois avouer que quelques scènes vous prennent aux tripes, voire vous font monter les larmes aux yeux, mais, selon moi, aucune de ces scènes n’est gratuite.

Pour une première rencontre avec la Dark Romance, je conseille donc la lecture de ce roman noir qui ne pourra que vous embarquer !

Esméralda

J’ai embarqué Lilie dans cette lecture peu commune, sachant qu’il y avait une chance sur deux pour qu’elle prenne du plaisir à découvrir ce livre, connaissant ses goûts, je ne me doutais pas qu’elle soit aussi enthousiaste. « Dark Romance » fut notre première lecture commune, et personnellement ma toute première et j’avoue, je ne suis pas une très bonne élève car il m’a été impossible de m’arrêter. C’est un livre que j’ai littéralement dévoré. C’est vrai que je n’ai pas d’apriori sur ce genre et j’apprécie les lectures sombres où la psychologie des personnages est superbement bien maîtrisé et que le scénario tient la route. Avec Erika et Michael, tout est explosif et tendre, un savant mélange qui nous tient en haleine tout au long de l’histoire. On ne peut que s’apercevoir qu’un lien étroit les uni, mais l’accepter est assez difficile et donner un nom à cette relation qui ne devrait pas exister est encore plus douloureuse. C’est une relation style yoyo : je te veux mais moi non plus. On pourrait trouver les scènes rébarbatives, mais ce n’est pas du tout le cas. Les meilleurs amis de Michael viennent rajouter leur grain de sable pour notre plus grand plaisir. On découvre au fur et à mesure, grâce aux flashback, les différents éléments qui constituent cette histoire énigmatique et donnent le ton quant à nos espérances.

Certaines scènes font froid dans le dos, d’autres sont tendres alors que d’autres sont carrément chaudes (je crois que celle qui se déroule dans le spa restera à tout jamais gravé dans ma mémoire). L’auteure a cette subtilité de nous faire vivre milles et une émotions. Sa plume est juste sensationnelle et son imagination sans limite. Elle m’a surprise jusqu’au dernier mot. Alors c’est vrai que je me suis dit à la moitié du livre : ok il n’y a plus que de solutions pour la fin : primo c’est la toute gentillote ou secondo l’auteure nous joue un mauvais tour et elle fait virer ses personnages dans la méchanceté extrême. Et bien non : le final est une méga surprise. Et moi j’adore les surprises, c’est encore plus excitant.

Il est bien évident que le terme dark romance fait peur, mais en toute sincérité ce roman est assez soft et idéal pour tâter le terrain et se faire une première idée du genre.

Ce roman est assez exceptionnel tant dans son scénario que dans ses personnages. Il nous met dans l’embarras, nous fait frissonner et nous joue des drôles de tours. C’est le genre de lecture qui nous fait sentir vivantes et qui nous consume.

En bref, un méga coup de cœur pour moi !

« Dark romance », allez-vous oser ?

 

liens-utiles

 

Lien Amazon.

Tout savoir sur la Collection &H.

Site officiel de Penelope Douglas.

 

 

 

Marked Men, tome 1 : Rule de Jay Crownover.

2017-06-23_17.14.37

 

[ NEW ROMANCE ]

Editions J’ai Lu pour Elle (format poche)

Lecture personnelle

 

 

 

 

Résumé :

Lorsqu’elle était adolescente, les parents de Shaw Landon, richissismes, se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Depuis elle est liée à cette famille, plus qu’à la sienne. Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule qui voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. Qui plus est, tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des percings et les cheveux de toutes les couleurs. Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change… Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent mutuellement mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule et l’ex de Shaw qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver. Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ?

 

66112426

 

Mon avis :

Alors comment vous annoncez que c’est un énorme coup de cœur … un super méga coup de cœur. Si j’aurai pu, je vous le crierai haut et fort. Ce livre est juste une méga claque. En plus d’être totalement tombée amoureuse de Rule (Je sais c’est complétement fou et en plus c’est mon premier béguin livresque) j’ai adhéré à l’univers rock n’roll de Jay Crownover : entre déboire en tout genre et sentimentalisme un cocktail explosif qui vous fait avaler les pages à une vitesse folle. La plume extraordinaire de Jay Crownover vous transporte auprès de ses personnages et nous engouffre dans les profondeurs de leurs émotions et leurs tourments. C’est juste incroyable cette sensation qui vous prend les tripes et vous fais vivre une multitude de sensations : joie, peur, haine, doute … tout y passe. L’amour est comparable à un volcan tumultueux qui hésite entre se déverser en douceur ou bien tout détruire sur son passage. Tout y est tellement bien maitrisé que l’on ne sait plus où donner de la tête.

Rule est un jeune tatoueur de talent. Il aurait pu devenir un de ces hommes conventionnels en costume cravate mais très jeune il s’affirme avec son look atypique. Ses émotions se gravent au fur des mois sur sa peau et des piercing viennent compléter cette panoplie séduisante. Il n’y a rien de rebelle dans son attitude, il ne se révolte que pour ce qu’il lui tient à cœur. Il croque la vie à pleine dents et tout lui sourit ou du moins il vous laisse le croire. Car tout n’est pas rose. Vous découvrirez les raisons sombres en ouvrant ce roman qui va de surprises en surprises.

Shaw est jeune étudiante qui est étouffée au contraire par une vie dictée par ses parents. Son caractère explosif apporte du punch au livre. Et quand ces deux là se rencontrent les étincelles vous éblouissent.

Même si le texte est écrit à deux voix où l’on apprend sur les deux personnages, l’auteure se concentre en priorité sur Rule. Et je vous avoue ça fait tout son charme. Pour une fois on pénètre les pensées d’un homme, on le découvre minutieusement et ç’est même un peu indécent car être dans l’intimité d’un homme ca peut paraître dérangeant  (ou pas). On s’en délecte, on le savoure, on le déshabille, on se l’approprie et on le possède ( non mais quand je vous dit que je suis accro…). On le déteste aussi car on ne peut s’empêcher de se dire : mais t’es con quand même de pas voir ce que t’as sous tes yeux.

Ce livre ne parle pas exclusivement de Rule, on fait la connaissance d’autres personnages qui ont tout autant leur place dans cette histoire et qui par ailleurs auront leurs propres histoires dans les prochains tomes. Bien évidemment l’auteure nous tient en haleine avec toute une histoire de vengeance, de secrets où le suspense est à son apogée au point d’en faire défriser un mouton.

Ce premier tome à un gout salvateur de liberté et de délivrance où l’amour aura une place inattendue.

MEGA COUP DE COEUR !!!

 

 

liens-utiles

 

Lien Amazon.

Lien J’ai Lu pour Elle.

Le Site officiel de Jay Crownover.

 

64391-episode

Pas si simple de Lucie Castel

pas si simple

Romance – Paru le 22 mars 2017

Editions Harlequin – collection &H

Lecture personnelle

 

Résumé : Parce que, dans la vie, rien n’est simple, Scarlett se retrouve coincée par la neige à l’aéroport d’Heathrow avec sa sœur Mélie l’avant-veille de Noël. Parce que, dans sa vie, tout est compliqué, Scarlett entre par erreur dans les toilettes des hommes et tombe sur William, un Britannique cynique et provocateur dont le flegme et le charme distingué sont ce que la Grande-Bretagne promet de mieux. Les heures d’attente leur permettent de faire plus ample connaissance et William leur propose alors de passer le réveillon dans sa maison, près de Kensington Street, le temps que te trafic reprenne. Une invitation en apparence innocente, mais qui va conduire les deux jeunes femmes au cœur d’un réveillon riche en émotions et en surprises de taille… Pas si simple aborde avec délicatesse et humour tes thèmes de la famille, du deuil, de l’amour et de l’engagement. La révélation française de l’année !

 

Mon avis : J’ai reçu ce livre dans une box « dans ma bulle » des éditions Harlequins. J’avoue que sans cela, je ne sais pas si je me serai laissée tenter. En effet, la couverture est certes mignonne mais contrairement à d’autres, elle ne m’attire pas plus que cela. En revanche, sans cette box, je serai passée à côté d’une jolie romance qui fait du bien.

Scarlett et sa sœur Mélie sont coincées, à 48h de noël à Londres. Elles rencontrent William, un anglais qui devait se rendre en France pour les fêtes. Ils vont faire connaissance et finir par passer le réveillon ensemble. Scarlett est une jeune femme qui a un travail d’architecte qui la passionne. Elle est indépendante mais cache de nombreuses blessures, notamment le deuil de son papa décédé quelques mois plus tôt. De son coté, William est un anglais sexy, flegmatique et responsable d’une galerie d’art. Malheureusement, il n’a pas encore fait le deuil de la mort de son épouse morte quelques temps auparavant. Très rapidement, un lien va se créer entre eux. Mais le poids des absences va se dresser entre eux…

Les personnages secondaires sont également très importants et jouent un grand rôle dans cette histoire. Tout d’abord, il y a Mélie, la sœur de Scarlett, qui est son opposé dans la mesure où elle dit tout ce qui lui passe par la tête. Il y a aussi Thomas, le frère gay de William, très drôle également. Quant à la famille de William et la mère de Scarlett et Mélie, je vous laisse les découvrir.

Ce roman est une romance qui fait du bien. Tout d’abord car elle se passe à Noël et qu’avec cette chaleur caniculaire, un peu de fraîcheur est le bienvenue ^^. Ensuite, la plume de Lucie Castel nous offre un roman fluide, mignon, qui nous pousse à croire que les plus belles rencontres peuvent se faire aux moments les plus inattendus. Enfin, c’est un roman qui se dévore et qui aura toute sa place dans vos lectures d’été.

liens-utiles

Retrouvez Pas si simple par ici !

 

Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes

mémé dans les orties

Feel good-book – Sortie le 9 mars 2016

Edition « Le Livre de Poche »

Lecture personnelle

 

Résumé : Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !

Mon avis : Depuis un an, j’entendais beaucoup parler de ce roman. L’été dernier, ma meilleure amie l’avait acheté et depuis, elle me harcelait pour que je le lise. J’ai résisté pendant un an….. et il y a un mois, lors de la réunion de mon club lecture, une copine a présenté ce livre et ma curiosité l’a emporté. Je suis donc repartie avec « mémé dans les orties » dans le sac. Et je dois vous avouer, je ne regrette pas du tout cet achat !!!!!

Ferdinand est un vieux monsieur un peu ronchon qui vit seul avec sa chienne Daisy. Il n’aime personne à part elle, sa fille étant partie vivre à Singapour avec son petit-fils. Un jour, sa chienne meure et Ferdinand perd le goût de vivre…. jusqu’à sa rencontre avec Juliette, une petite fille qui vient d’emménager avec son papa et sa petite sœur juste au-dessus de chez lui. En effet, cette rencontre va tout bouleverser pour le vieil homme qui va peu à peu retrouver le goût de vivre et va peu à peu s’ouvrir aux autres et se faire apprécier….. Sauf par la concierge, Mme Sanchez !! Entre ces deux-là, c’est l’amour vache et des vacheries, le livre n’en manque pas.

Je n’irai pas plus loin pour ne pas trop en dévoiler. En tout cas,  ce livre est un vrai « feel good-book », un concentré de bonne humeur. Les personnages sont très attachants. On se surprend à rire, trembler pour eux. Ferdinand, Juliette, Mme Sanchez et Béatrice, une voisine de Ferdinand, ont tous une personnalité affirmée et pourtant, l’auteure ne tombe ni dans la facilité ni dans la caricature.

Avec l’arrivée de l’été, ce livre sera parfait pour vous accompagner où que vous alliez. J’ai adoré la fluidité de la plume d’Aurélie Valognes, la manière dont elle déroule l’histoire en nous surprenant toujours. Maintenant que je suis convaincue, je m’en vais de ce pas me procurer « en voiture Simone », son deuxième roman qui est, paraît-il, encore plus drôle…

 

liens-utiles

 

Retrouvez « Mémé dans les orties » par ici