NOEL SOUS LA ROMANCE de Collectif.


[ RECUEIL DE NOUVELLES – Nouveauté 2018]
Auto édition
200 pages
Ma note : 5/5 mention « à croquer »
Lien Kindle



Le résumé :


14 auteurs vous content Noël.


Mon avis :


La lecture idéale pour aborder les derniers jours de l’année et débuter ceux de la nouvelle avec le sourire. Quatorze nouvelles d’une saveur exquise pour les amoureuses de belles histoires. De la romance tendre et épicée où les surprises savent toujours se faire attendre et émerveillent. Quatorze univers où la magie de Noël et l’amour se côtoient pour mon grand plaisir.


Ce recueil m’a permis de découvrir d’autres auteurs et j’ai également eu le plaisir de lire les nouvelles de ceux que je connais. Quatorze univers différents où les auteurs surprennent et ravissent les lectrices. Tu y retrouve touts les ingrédients indispensables pour te faire passer un pur moment de lecture. N’oublie pas la panoplie pour les moments pareils : gros plaid tout moelleux, chocolat chaud, lumière tamisée et gourmandises.


Je me suis régalée, pourtant je ne suis pas une grande adepte des romances de Noël, mais ce format là m’a convaincue et je n’ai trouvé aucune lassitude à le lire. Quatorze nouvelles pour quatorze surprises. C’est juste à croquer !


Certaines m’ont plu davantage que d’autre mais le principal c’est ce que j’ai pu ressentir en les lisant et le panel d’émotions est assez vaste.


Je te présente de ce pas en trois mots chaque nouvelles.


>>> UN PETIT BOUT DE NOUS, Nelly Weaver
Couple, épreuve, espoir.
>>> CALL ME BABY, Emily Jurius
Boulot, SMS, surprise.
>>> DERNIERE CHANCE, Anaïs Mony
Réconciliation, chalet, perdus.
>>> ANTONIA, Léon De Griffes
Jeu, séduction, solitude.
>>> RETROUVAILLE A NOEL, Alex H.S.
Séparation, amour de toujours, désillusion.
>>> UNE FOLLE SURPRISE POUR NOEL, Daguette
Déjeuner, retrouvaille, souvenir.
>>> L’INCONNU DE NOEL, Ninie. C
Train, plaisir, séduction.
>>> UN PERE POUR NOEL, Licora L
Petit garçon, tristesse, merveilleux cadeau
>>> MON CADEAU DE NOEL, Lola Berelle
Enfance, tendresse, souvenirs.
>>> L’HOTE DE NOEL, Angélique Auguri
Désespoir, surprise, magie de Noël.
>>> JOYEUX NOEL, SCARLETT !, Stefy Quebec
Mauvais sort, mort, un regard.
>>> L’ANGE ET LE CHEVALIER, Carine C.
Abandon, retrouvaille, reconquête.
>>>UN AMI POUR NOEL, Selena Dubh
Alchimie, laisser aller, vivre.
>>> UNE RENCONTRE INATTENDUE, Alicia Monteiro
Invitation, taxi , amour.


Ma toute dernière chronique de l’année en espérant continuer à te faire rêver encore et toujours.
Bon réveillon.


#Esméralda


IMG_20180426_160220_117




Publicités

TATOUE.E de Léon de Griffes.

Tatoué·e par [de Griffes, Léon]

 

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – Rentrée littéraire 2018]

Auto édition

 

Format numérique (270 pages) : 3.99€

Broché : 15.00€

Ma note : 3,5/5

 

 

 

 

 

 


 

Le résumé :

 

Cinq ans après son arrivée en France, Alek obtient enfin un travail dans le lieu mythique qu’il convoitait : le Cirque Éternel. Les deux pieds dans la boue, au milieu des fauves et des chevaux, il va rencontrer Alice, splendide et fascinante acrobate aux multiples tatouages. Elle est espiègle, joyeuse, indépendante. Il est sombre, nerveux, le corps marqué par son passé. Pour apprendre à le connaitre, Alice va lui proposer un étrange marché. Acceptera-t-il d’entrer dans son jeu ? Ne risque-t-il rien à se dévoiler ainsi ?

 


 

Mon avis :

 

TATOUE.E est le second roman de Léon de Griffes que je découvre. Changement radical de ce que j’ai pu constater avec sa dernière parution SUR LE BOUT DES DOIGTS (paru chez BMR).

 

Léon de Griffes plonge son lecteur dans le monde du cirque. Non pas un cirque nomade, mais un de ceux qui rayonne de part le monde comme par exemple Le Cirque du Soleil. Ici, le Cirque Eternel implanté dans Paris (comme le cirque d’hiver) propose des numéros d’animaux, de clowns, de trapézistes, de magiciens et autres disciplines. Le lecteur découvre aux travers des mésaventures d’Alek les coulisses et les personnes qui font vivre ce monde (petites mains, artistes, dirigeants, agents de sécurité, autres…). Alek est le soigneur des animaux : repas, change des couches, soins …, tout y passe !

 

Alek est un jeune homme vigoureux, attentif, malin, un peu bi mais il ne saurait l’affirmer. De ce côté là, il aime bien s’amuser. Alek a fui son pays natal, la Géorgie, emportant avec lui des blessures physiques et psychologiques. Depuis cinq années, il s’intègre doucement au sein de la vie parisienne et a appris ses codes. Il vie en colocation, ne fait pas trop la fête et adore découvrir la littérature française. Alek est un bel homme, ni arrogant, ni présomptueux, il aime rendre service et est d’une oreille attentive. Lorsque le rêve d’Alek se réalise (travailler au sein du cirque), il franchit une étape cruciale dans le plan qu’il a établi en arrivant en France. Un plan où la vengeance a toute sa place. Ce dernier ne l’empêche pas de rencontrer de belles personnes au tempérament exubérant (Jean) et introverti (Alice). Jean est homo et l’assume complétement. Il adore joué avec ce côté de sa personnalité et titille souvent Alek. Jean se met fréquemment dans des situations pas possible. Alice est une acrobate de talent et de surcroit tatouée.

 

Alek tombe littéralement sous le charme de la belle et mystérieuse Alice. La complicité naissante entre eux, va permettre de délier les langues et pourquoi pas finir sur une belle histoire d’amour. Si seulement le chemin n’était pas semé d’embuches.

 

Léon de Griffes a eu du mal à me convaincre. La première partie, est à mon gout, un peu trop longue à se mettre en place. Certaines « lourdeurs » viennent casser un rythme bien sympathique. J’ai eu l’impression de tourner en rond. Pourtant cela est nécessaire,  je le conçois, pour la mise en place de l’intrigue et surtout de bien mettre en avant la personnalité de chaque personnage (même les secondaires). Par contre ce qui est totalement intéressant c’est le sujet qui va découler de cette histoire rocambolesque. Les personnages évoluent dans un milieu d’homo, de bi, de non-dits et de jalousie. L’auteur n’hésite pas à explorer toutes les facettes : qu’elles soient romantiques ou qu’elles soient violentes. Sur ce dernier aspect, de Griffes met la gomme : scènes violentes ( sans tomber dans le gore) et impact psychologique.

 

TATOUE.E est une très belle histoire d’amitié et d’amour où les secrets qu’ils soient visibles sur la peau ou invisibles donnent un caractère sensationnelle au contexte.

 

 

 


 

Je remercie Léon de Griffes pour sa confiance.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site de Léon de Griffes, pour suivre son actualité !

 

 

IMG_20180426_160220_117

SUR LE BOUT DES DOIGTS de Léon de Griffes.

41fRKZP3tAL

 

 

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – 2017]

Éditions BMR

Service presse

 

 

 

 

 

 

 

Je remercie les éditions BMR pour ce service presse via Netgalley.

Le résumé :
À trente-sept ans, après deux enfants et un divorce, Gaspard ne sait plus draguer une femme. Exit le sourire qui fait danser, le regard qui fait vibrer, le petit jeu de mots qui fait rougir : il a oublié comment user de ses charmes. Quand il rencontre Ophélia, belle rousse aux formes diaboliques, il est prêt à tout pour attirer son attention… mais rien n’y fait et c’est à Clémence, amie d’enfance et voisine, que Gaspard confie son désarroi. Cette pétillante petite brune pourrait lui dire qu’il n’a aucune chance, mais elle ne souhaite qu’une seule chose : que Gaspard reprenne confiance en lui. Car s’il voit à quel point il est séduisant, peut-être ouvrira-t-il les yeux et arrêtera-t-il de chercher en vain la femme idéale ?

Mon avis :
Une histoire peu commune et bien trop rare à mon goût : l’histoire d’un homme écrite par un homme. De quoi susciter ma curiosité ! Alors qu’à l’heure actuelle, les femmes sont les reines de la romance en tout genre, « sur le bout des doigts » à tout d’un ovni !
Gaspard, grand gaillard, une force de la nature et de plus ébéniste, laissant son talent s’exprimer au travers du bois, est un père moderne à mi-temps (comprenez qu’il a la garde une semaine sur deux). Esseulé par un mariage voué à l’échec. Le divorce a été une véritable déchirure. L’amour qu’il portait à sa femme est véritable, alors qu’elle avait tendance à aller voir ailleurs ! Vaincu, au bord de la banque route, Gaspard tombe dans une dépression inévitable. Il peut compter sur le soutien indéfectible de son super frère qui grâce à ses méthodes douteuses de bon sens va le dépêtrer de cette situation qui a tendance à s’enliser : l’auto-apitoiement et les questions incessantes sur soi et l’avenir il, n’en veut plus. 
Gaspard est à mes yeux ce gentil nounours auquel on ne souhaite qu’une chose c’est s’accrocher, s’y blottir, se perdre dans ses bras si fort. C’est un monstre de la nature. Il émane de lui une telle force et également une douceur immense. Ses enfants sont la clef de son bonheur, même si une femme qu’il l’apprécierait à sa juste valeur serait un grand plus. Il est attendrissant, bourru, têtu, maladroit et coquin. Il a une certaine sensibilité et un humour fracassant. Retourner sur les sentiers de la drague est assez épique. On le retrouve dans des situations burlesques. Heureusement que son frère lui mâche une bonne partie du boulot. Mais s’est sans compter sur la présence bienveillante de sa voisine Clémence. Leur amitié a débuté alors qu’ils n’étaient pas plus haut que trois pommes. Les années les ont séparés et réunis. Mais le temps a fait son effet et leur complicité toujours aussi présente à laisser place peut être à autre chose ! Clémence est également une artiste. Illustratrice, elle travaille depuis chez elle et s’occupe volontiers des enfants de Gaspard lorsque ce dernier est en plein rush dans son atelier. Clémence est un petit mystère à elle toute seule. Elle ne laisse rien paraître de son émoi et pourtant elle n’en pense pas moins. C’est une jeune femme tout en courbe et volupté, loin des clichés de la mode. Affirmée et indépendant, il ne lui manque que l’homme de sa vie. Les histoires entre voisins n’auront jamais pris autant de sens qu’ici !!
Je connaissais déjà  la plume de Léon de Griffes. Je savais dès le départ que j’adhérerai complétement à son style. Il manie parfaitement le choc des genres. Voguant à la fois sur la volupté et la douceur des mots et l’explosion de l’érotisme. A la fois romantique et charnel. C’est un roman qui a eu la facilité de me transporter ailleurs dans le quotidien rocambolesque de Gaspard. J’ai eu envie de le secouer comme un prunier, d’être cette petite voix qui lui susurre à son oreille les éléments qu’il ne voit pas. Léon de Griffes met en évidence tous les malheurs d’un père célibataire, sa déroute et les moyens de remédier à cette solitude. Et ces derniers vont passer par la création d’un compte sur un site de rencontre ! Je vous laisse imaginer le scénario !
« Sur le bout des doigts » aurait pu s’intituler « l’art et la manière de faire l’autruche ». En effet Gaspard est l’exemple typique de faire l’autruche.
Même si j’ai suivi le raisonnement de Gaspard, l’auteur a eu l’intelligence d’accorder quelques chapitres sur le point de vue de Clémence et de jouer dans l’espace temps, retournant le temps de quelques chapitres dans le passé !
« Sur le bout des doigts » est un savant mélange de subtilité, de douceur, de questions, de chance et de doutes. C’est l’histoire d’un homme qui ne croit plus en rien mais qui veut donner une chance à celle qui lui prouvera le contraire. C’est touchant, bouleversant et unique !

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions BMR, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Léon de griffes, pour tout savoir !