Les 7 de Babylone, tome 1 : La mémoire des anciens de Taï-Marc Le Thanh.

 

[FANTASTIQUE – JEUNESSE – Nouveauté 2017]

A partir de 8 ans

Éditions Slalom

Lecture Masse Critique de Babelio

 

Je remercie Babelio et les éditions Slalom pour cette lecture génialissime !

 


 

Résumé :

Jasper a une particularité : il aime escalader les toits de Paris la nuit. Lors d’une de ses escapades nocturnes, il assiste à une scène incroyable : un homme aux cheveux blancs, étonnamment agile pour son âge, s’enfuit par les toits, poursuivi par deux hommes armés. Avant de finalement lâcher prise et tomber du toit où Jasper se trouve, l’inconnu confie à l’adolescent une mystérieuse fiole. Cette rencontre fait entrer Jasper, malgré lui, dans l’univers des 7 de Babylone.

 


 

Mon avis :

Aujourd’hui je vous parle de mon dernier coup de cœur. Ce roman fantastique est une petite merveille pour les plus jeunes d’entre nous et pour les grands enfants.

Imaginez Paris pris d’assaut ! Une bataille sans merci pour accéder au pouvoir et d’un autre côté pour protéger la population des actes malveillants orchestrés. Jasper, 13 ans se retrouve mêlé à cet improbable et insoupçonné scénario. Jasper n’a rien du jeune farouche. Il passe inaperçu surtout dans les couloirs de son collège, haut lieu de l’ennui. Il adore par dessus tout sa petite sœur, Lili. Mais sa passion se trouve dans la fuite, la liberté de se promener sur les toits de Paris. L’insouciance, l’air frais et loin de toutes agitations ou stress. Jasper rêve, la tête dans les étoiles, d’aventures et d’un vie palpitante. Mais à 13 ans Jasper n’a pas trop le choix que de faire ce qu’on lui dit. Par une énième balade interdite, l’improbable se joue sous ses yeux ébahis : un homme lui transmet une fiole et disparaît littéralement sous ses yeux. Secoué par cette scène hallucinante, il est vite pourchasser. Dans sa fuite maladroite, la fiole se brise et il en avale le contenu. De retour dans le confort de sa chambre, il ne pense pas une seule seconde que sa vie banale va s’en trouver bouleverser à jamais. Jasper a tout du garçon adorable qui se pose un nombre incalculable de question sur le sens de la vie. Il a un esprit vif, mais pas fougueux et il a cette nonchalance que les jeunes aiment cultiver. Il ne casserait pas trois pattes à un canard. Il émane de lui une certaine douceur. Sa timidité est touchante. Mais après tout ce qu’il va éprouver, il va devenir un jeune adulte prêt à affronter moult situations dangereuses pour sauver l’humanité de la cruauté.

Dans les souterrains sombres de Paris se trouvent deux clans distincts qui se livrent une bataille permanente afin de dégoter les huit merveilles du monde dans le but d’assouvir le contrôle sur l’humanité. Chaque clan est composé de sept personnes. Et là OH SURPRISE ! C’est en ces personnages que résident l’originalité de ce roman. Le clan des gentils est composé de : Victor Hugo, Homère, Vercingétorix, les frères Grimm, Jeanne d’Arc et Mozart. Le clan des méchants est quant à lui composé de : Leonard de Vinci, Cléopâtre, Charlemagne, Hitler, Ravaillac et Christophe Colomb. Sans oublier l’apparition furtive de Raspoutine et de Gandhi. Epoustouflant !! Chacun ont des capacités incroyables mises au service de leur clan.

J’ai été totalement abasourdie par la mise en scène de ce roman et encore plus par les personnages présents. Que vous dire de plus … c’est juste incroyable ! Mais quelle idée sensationnelle de faire revivre des personnages qui ont marqué leur époque et l’Histoire. Ils deviennent des super héros des temps modernes tout en gardant l’essence même de leur personnalité. L’auteur a eu l’intelligence d’adapter leur comportement à nos temps en faisant par exemple des geeks et adorateurs de Rock les frères Grimm ou bien Léonard de Vinci en créateur de machine démoniaque avec une capacité impressionnante à détruire. C’est un super et agréable moyen de refaire connaissance avec ces Personnages et surtout de donner envie au plus jeune de découvrir qui était plus précisément ces Hommes et Femmes.

Du coup Le Thanh nous immerge dans un Paris devenu le terrain de jeu de ces deux clans. Les rebondissements sont incessants, les questions à profusion m’ont fait littéralement dévorer ce roman exceptionnel. La plume de Le Thanh est accessible pour les plus jeunes. D’une fluidité agréable, j’ai été envoutée dès les premières pages. Les éléments s’imbriquent à une vitesse démente et on ne regrette qu’une chose que le livre soit fini. On en redemande encore et encore, surtout que le final est une véritable bombe. Je ne connaissais absolument pas cet auteur, pourtant sa bibliographie est impressionnante.

Charmée du début à la fin, je n’ai qu’une hâte la sortie du tome 2 courant avril 2018 !

 

Petits et grands, fans d’aventures et d’explosions en tout genre et fan d’histoire, ce roman éveillera votre curiosité et vous fera passer un moment inoubliable de lecture !

 

-Quelque chose ne va pas ? me demande-t-il

Je grommelle une réponse inintelligible.

-C’est Jeanne ?

Sa perspicacité me surprend et me pique au vif également.

-Tu l’aimes bien, hein ? insiste Verse face à mon silence.

-J… j’ai l’impression qu’elle est mon amie, bredouillé-je.

La maladresse de mes propos ne provoque pas l’hilarité de Verse, je luis en suis reconnaissant. Sa respiration est lente, il doit mûrir sa réponse.

-C’est une bonne chose d’avoir une amie telle que Jeanne, finit-il par articuler. C’est une belle personne. Et je suis sûr qu’un jour, elle te rendra l’affection que tu lui portes. Ta sincérité ne peut être mise en doute. Et c’est également une bonne chose.

Puis il se tait. Les rues de Paris défilent devant mes yeux, véhiculant une mélancolie que je n’avais jamais remarquée auparavant. Mes pensées concernant Jeanne se dissipent avant de s’évanouir pour laisser place au plus urgent : notre mission nocturne. Nous empruntons les quais une nouvelle fois. Le ciel est voilé de nuages sombres, laissant présager une catastrophe imminente. Le moteur de notre véhicule ronronne, répercutant ses vibrations dans mon corps. J’ai l’impression de chevaucher un fauve.

-Un jour je t’apprendrai à piloter une moto, me dit soudain Verse.

-Oh !

Mon enthousiasme n’est pas feint. Verse rit et commence à m’expliquer, avec tout le sérieux qui caractérise nos séances d’entraînement :

-Tout se joue au niveau des cuisse. Tu dois les maintenir serrées contre le réservoir et c’est ainsi que tu pourras guider ta moto. La souplesse a ici aussi son importance. Je vois bien que tu possèdes l’intuition du pilotage. Comme passager, je veux dire. Lorsque je tourne, tu te laisses naturellement porter par le mouvement.

Il hoche la tête, comme pour approuver ses propos.

-Une loto, c’est comme un cheval fougueux. Il faut savoir le dompter…sinon c’est la gamelle.

Il part d’un grand éclat de rire. Et pour illustrer sa leçon, il tourne la poignée d’accélération. La moto bondit vers l’avant, m’obligeant à me cramponner à lui. Nous passons sous un tunnel à vive à l’allure L’inertie déporte mon corps sur le côté, je m’abandonne à la sensation grisante de la vitesse. Un double éclat souligne notre sortie du tunnel, un radar vient de nous flasher. Verse jure entre ses dents, manifestant son mécontentement. Un autre éclat illumine notre course : celui du gyrophare d’une voiture de police. Nouveau juron.

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Vers le site des éditions Slalom, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Taï-Marc Le Thanh !

Pour tous savoir sur l’univers « les 7 de Babylone » !

Résultat de recherche d'images pour "image à suivre"

Publicités

J’ai quelque chose à te dire d’Anne de Bourbon-Siciles

j'ai qq chose à te dire

 

Littérature française – Livre paru le 5 juillet 2017

Edition Archi-Poche

Masse critique Babelio

 

Je remercie les éditions Archi-Poche et Babelio, via l’opération Masse Critique, pour m’avoir permis de découvrir ce roman.

Résumé : New York, 1970. Greta, 20 ans, fille d’un émigré autrichien, professeur à Columbia, et d’une Irlandaise, galeriste bohème, s’apprête à entrer à l’université. Elle rencontre alors John, issu d’une famille fortunée et promis à un brillant avenir.

Quoique très différents, ils se fiancent ; mais, quelques jours avant leur mariage, ils sont victimes d’un accident de la route. À son réveil, Greta apprend qu’elle ne pourra jamais avoir d’enfant. Quand à John… il s’est volatilisé.

Pour Greta, tout est à recommencer. Elle découvrira l’effervescence de la vie parisienne, la violence de la passion sur les rives du Bosphore et la fausse quiétude des paysages du lac Léman.
Surtout, prisonnière d’un secret, Greta aura-t-elle le courage de s’en libérer ?

Mon avis : Tout d’abord, quelques mots sur l’auteure. Anne de Bourbon-Siciles est une ancienne rédactrice de mode, chargée de relations publiques pour des grandes maisons de couture et cousine du roi d’Espagne. On sent bien ses relations avec le jet-set et une famille royale dans son roman, cela apporte une touche de réalisme à son récit.

Revenons à ce roman. Nous suivons Greta, une jeune américaine, tout au long de sa vie. Greta a, culturellement parlant, un grand héritage : fille d’un juif autrichien et d’une irlandaise catholique, elle a grandi avec des valeurs d’ouverture d’esprit et d’acceptation de l’autre. C’est ce qui va la guider dans sa vie et l’amener à faire des choix, parfois difficiles mais nécessaire.

Greta est une jeune femme qui va réussir sa vie professionnelle en devenant journaliste de mode, tout d’abord à New-York puis à Paris. Cependant, elle va avoir beaucoup moins de chance dans sa vie amoureuse où elle va accumuler les échecs. La raison ? Elle choisit des hommes avec un ego surdimensionné et surtout loin de ses valeurs. Néanmoins, il est intéressant de voir, à chaque fois, son cheminement et ses réflexions sur ses aventures.

Je ne connaissais pas du tout la plume d’Anne de Bourbon-Siciles. J’ai été séduite par l’écriture fluide et la facilité de lecture. Les descriptions, sans être étouffantes, sont précises et transmettent de belles émotions. On est transportés à New-York, Paris, dans le Périgord, à Istanbul…. Et j’ai adoré voyager grâce à ce roman.

C’est une très belle histoire de vie qui nous est ici contée. Ce roman aborde de nombreux thèmes difficiles : la maladie d’Alzheimer, la question de la fin de vie, le calvaire des femmes ne pouvant pas avoir d’enfants… pourtant, ce n’est pas la gravité qui ressort principalement de cette lecture. J’ai été très enthousiasmée de suivre Greta dans son chemin de vie, dans tous ses choix. C’est une jeune femme pleine de vie, qui assume ses choix et surtout qui ne renonce jamais à ses valeurs ni ses convictions.

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de ce roman. Je pense relire bientôt un roman de cette auteure car j’ai été transportée au côté de Greta. J’ai souffert, je me suis enthousiasmée et j’ai ressenti beaucoup de fierté lors de ses réussites.

 

liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site d’Archipoche

Retrouvez ce roman sur Amazon

 

Deux cigarettes dans le noir de Julien Dufresne Lamy.

unnamed

 

[ LITTÉRATURE FRANÇAISE – NOUVEAUTÉ 2017]

ÉDITIONS BELFOND

LECTURES PERSONNELLE – MASSE CRITIQUE DE BABELIO.

 

 

Je remercie les éditions Belfond et Babelio pour m’avoir permise de découvrir un auteur de talent.

 

Résumé :

Clémentine travaille dans une usine de parfum. Elle attend un enfant.
Au volant de sa voiture en direction de la maternité, elle percute quelqu’un sans pouvoir s’arrêter.
De retour à la maison seule avec son bébé, elle apprend la mort à Paris, deux jours plus tôt, de la chorégraphe Pina Bausch. Clémentine se souvient : une silhouette maigre, de longs cheveux gris – c’est Pina qu’elle a fauchée.
Elle a tué un génie en mettant au monde son enfant.
La maternité, la danse, la vie, la mort se côtoient dans le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy, qui trouble et bouscule par son intelligence et son originalité.

stickers-frise-florale

Mon avis :

« Deux cigarettes dans le noir » commence à se lire dès sa prise en main. Une première de couverture délicieuse où trône cette photo de Pina Bausch qui dans sa posture nous invite à tourner la page et nous demande pardon par la même occasion, pour ce nous ressentirons tout au long de ces pages.

Julien Dufresne Lamy a cette plume sensationnelle, unique et extraordinaire qui nous plonge dans les méandres de l’âme humaine. Nous faisons la connaissance de Clémentine, jeune femme qui va donner naissance à ce petit Barnabé qui malgré lui, va être un élément important dans le déroulement de l’histoire. Nous nous projetons aux côtés de ce personnage complétement anéanti par la douleur, la solitude et le désarroi qu’offre la maternité. Elle se raccroche à cette femme exceptionnelle, Pina Bausch dont le décès à été annoncé à la sortie de la maternité de Clémentine. Dans sa dépression, Clémentine s’approprie cette danseuse. Elle devient son ancrage, sa référence, mais également le symbole d’un deuil lourd a porté.

Chaque mots, chaque paragraphes deviennent accablant. Nous nous sentons sombrer dans ce profond abysse où toutes les sensations sont décuplées. Ce récit savamment orchestré vogue entre flash back, présent et espoir.

L’auteur dépeint aussi la société ouvrière et le ressenti face à l’abandon et à l’isolation. c’est vraiment un crève-cœur.

Nous y découvrons aux fil des pages, la vie de Pina Bausch. Celle qu’elle était, celle qu’elle est et celle qu’elle restera. Une biographie, sans l’être, qui m’a faite découvrir une femme artiste et d’exception. Bien évidemment j’ai joué ma curieuse et suis allée fureter sur internet et j’ai pu ainsi visualiser une partie de ces ballets : un vrai délice.

Une lecture à toute épreuve qui m’a fascinée du début à la fin.

Un ballet de mots et de chapitres, à l’image d’une musique, donnent le rythme à vous couper le souffle et dont le final offert est juste exceptionnel. Une fin sans être une, nous laissant concepteur, pour le meilleur et le pire du personnage.

Un ballet entre la vie et la mort.

Un ballet entre nous même.

Un ballet époustouflant.

stickers-frise-florale

Pour tout savois sur Julien Dufresne lamy et les éditions Belfond : c’est par ici !