LA DEESSE DES LOUPS, tome 1 : Morsure de Mathilde Bonnard.


[ FANTASTIQUE – YOUNG ADULT – 2018]
Tome 1/3
Editions LIVRESQUE
462 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle



Le résumé :


À la mort de ses parents, le monde d’Alexandra Schmitt bascule dans une sombre et infernale spirale. Orphelines, sa famille ne peut l’accueillir elle et sa soeur jumelle : ils sont donc contraints de les séparer. A contre cœur, Alexandra quittera la France pour rejoindre sa tante au Canada. Les adieux sont glacials et la rivalité fraternelle n’a jamais été aussi pesante.
Arrivée dans son nouveau lycée, elle rencontre Dyami, un mystérieux amérindien aussi séduisant que détestable, qui apporte une lueur dans toute cette obscurité et l’éloigne du point de non-retour. Quel lourd secret porte-t-il ?
Rejetée, trahie, l’adolescente retrouve ses démons et tente de mettre fin à ses jours. C’est alors qu’elle revient à la vie grâce à la magie d’une légende indienne : La Déesse des Loups.
Le mythe oublié, renaît.


Mon avis :


La vie d’Alexandra semblait tout simplement banale. Un petit copain qui ressemble au parfait idiot et une sœur jumelle qui l’exècre plus tout au monde. La parfaite vie d’adolescente ! Sans compter sur des parents aimants mais qui en prennent pour leur grade. Alexandra est une gentille fille, sans grande prétention qui encaisse toutes les bassesses de sa sœur. Haïr est si facile. Alexandra n’a rien d’une féroce battante. Elle vie selon la situation et s’adapte. Loin d’être joyeuse, elle apprécie les bons moments sans prise de tête.


Sauf le jour où tout bouscule dans l’horreur. Un accident mortel emporte ses parents et le monde d’Alexandra déjante à une vitesse incroyable. La douleur, l’incompréhension, la perte, la solitude, le désespoir et l’abandon la submergent et la noient dans tout un tas d’émotions négatives. Le pire d’entre tout est le fait qu’elle se voit envoyer à des milliers de kilomètres de sa famille, au Canada, chez une tante qu’elle connaît trop peu. Le déracinement est effroyable et douloureux. Des pensées de plus en plus noires s’emparent d’elle la coupant d’un nouveau monde. Une tante froide et désagréable l’accueille. Des lycéens amérindiens vouant une haine indescriptible aux Hommes Blancs ne lui sont d’aucun soutien amical. Seule la sœur de Dyami, LE chef amérindien, lui ouvre les bras et son monde. Suffira t-elle à la détourner de son projet morbide ? Retrouvera t-elle un semblant de paix ? Le beau Dyami n’arrête pas de lui planter des couteaux dans le dos et le dernier à tout du coup fatal.


La fuite, la nuit, une forêt, un désespoir incommensurable et une morsure : que va t’elle advenir d’elle ?


Ce premier tome pose des bases efficaces pour une histoire qui fait vivre mille et un tourment. Alexandra a tout de l’héroïne tragique qui renait de ses cendres. Si Mathilde Bonnard insiste dès le départ sur l’état émotionnel de son personnage, au fil des pages, elle retourne sa veste pour décrire une héroïne parfaitement à l’aise pour un rôle fait comme un gant. La descente en enfer est si prenante que la résurrection est incroyable. De nombreux rebondissements rythment une histoire qui tient en haleine. Si l’imaginaire est trop peu présent à mon goût, il va de soi que les émotions engendrées par tous m’ont prise aux tripes. Je n’ai pu empêché de verser ma larme. En filigrane, les histoires d’amour et d’amitié parachèvent une trame 100% suspense.


Malgré des longueurs et des scènes quelquefois pas assez développées (je sais, je suis trop exigeante), j’ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de ce premier tome. La plume de Mathilde Bonnard a su me transpercer par la flopée des émotions rendant les aventures d’Alexandra addictives.


#Esméralda


Je remercie Mathilde Bonnard pour sa confiance et sa patience.



image-principale-page-liens-utiles


Vers le site des éditions Livresque pour tout savoir.

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

Publicités