La librairie des rêves suspendus d’Emily Blaine

la librairie des rêves suspendus

Romance contemporaine – Livre sorti le 5 juin 2019

Editions Harlequin – Collection &H

Service Presse

Ma note : 3,5/5

 

Je remercie les éditions Harlequin et la plateforme NetGalley pour m’avoir permis de découvrir ce roman au moment du « Challenge NetGalley ».

Résumé : Entrez dans un monde où tout devient possible…
Sarah, libraire dans un petit village de Charente, peine à joindre les deux bouts. Entre la plomberie capricieuse de l’immeuble, les murs décrépis et son incapacité notoire à résister à l’envie d’acheter tous les livres d’occasion qui lui tombent sous la main, ses finances sont au plus mal. Alors, quand un ami lui propose un arrangement pour le moins surprenant mais très rémunérateur, elle hésite à peine avant d’accepter. C’est entendu  : elle hébergera Maxime Maréchal, acteur aussi célèbre pour ses rôles de bad boy que pour ses incartades avec la justice, afin qu’il effectue en toute discrétion ses travaux d’intérêt général dans la librairie. Si l’acteur peut survivre à un exil en province et des missions de bricolage, elle devrait être capable d’accueillir un être vivant dans son monde d’encre et de papier…
Une rencontre émouvante entre deux êtres que tout oppose mais unis par un même désir  : celui de vivre leurs rêves. 

 

L’avis de #Lilie : Emily Blaine fait partie des autrices qui, depuis quelques années maintenant, m’accompagne tous les étés avec ses romances. Son dernier roman n’a pas fait exception à la règle même si, pour une fois, le coup de cœur n’a pas été au rendez-vous.

Nous faisons ici connaissance avec Sarah, jeune libraire charentaise, en proie à de grosses difficultés financière. Alors qu’elle envisage de mettre la clé sous la porte, un ami lui propose d’accueillir Maxime, un acteur au tempérament de feu, qui doit effectuer des travaux d’intérêts généraux suite à un énième débordement. Entre ces deux protagonistes que tout oppose, comment va se passer la cohabitation?

Sarah est une amoureuse des livres. Toujours en train d’en acheter pour sa librairie ou à essayer d’attirer de nouveaux lecteurs, elle se réfugie dans cet univers de papier pour éviter d’affronter la réalité et ses difficultés. Sérieuse, idéaliste, rêveuse, elle est aussi profondément gentille et fait passer ses livres avant tout ! A l’inverse, Maxime est un écorché vif, qui vit sur les chapeaux de roue et qui n’a pas l’habitude de nouer facilement des relations humaines. Il a peu d’amis et ne souhaite pas faciliter la cohabitation avec la jeune libraire. Pourtant, elle va rapidement prendre un tour inattendu.

Cette année, cette romance n’a pas totalement réussi à faire mouche avec moi. Pourquoi ? La première raison, c’est que les personnages, même s’ils sont attachants, sont un peu trop caricaturaux pour moi. La romance est là pour nous faire rêver mais là, j’ai eu du mal à croire à leur histoire et à l’évolution de leur relation. Malgré cela, la plume d’Emily Blaine fait toujours des miracles car comme toujours, quand on commence son roman, on a du mal à le poser et on a des petits papillons dans le ventre à de nombreuses reprises. La double narration nous permet d’avoir les points de vue des deux protagonistes et de mieux comprendre leur cheminement et certaines de leurs réflexions. Enfin, ce roman est un manifeste pour la défense des petites librairies, qui sont des commerces qui ont parfois du mal à survivre mais qui sont des havres de paix où tout un monde de rêve et d’imaginaire et à notre portée de mains.

Pour conclure, « La librairie des rêves suspendus » est une romance contemporaine plaisante. Elle nous permet de passer un bon moment de lecture et de s’évader. Pour ma part, ce roman a manqué de piquant et de surprises et ne m’a pas permis d’atteindre mes rêves suspendus.

 

liens utiles

Retrouvez tout l’univers d’Emily Blaine ici
Retrouvez ce roman sur le site des éditions Harlequin
Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

pro_reader_120      favorited_reviews_120      reviews_50_120      netgalley_challenge_2018_120      netgalley_challenge_2019_120

 

Publicités

TROIS PETITS TOURS de Hélène Machelon.

 
[ AUTO FICTION – Nouveauté 2019]
Librinova
140 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du RDV #MonMarathonIndé de Juillet
 
Le résumé :
« Saviez-vous que les petites filles naissent pour faire tourner leur jupon de princesse jusqu’à s’étourdir, pour massacrer les bâtons de rouge à lèvres en se tordant les chevilles sur les escarpins de leur mère, pour sauter sur les lits et s’admirer dans le grand miroir de l’entrée en récitant des poèmes ? La mienne aussi. Enfin, c’est ce que je croyais ». Au cours des heures suivant l’arrêt des soins qui maintiennent Rose en vie, ses parents croisent les héros de l’ombre qui les entourent. Leurs vies se racontent dans des portraits (la mère, la pédiatre ou le clown) qui embarquent le lecteur dans un monde d’émotions que généralement on tait. Il se glisse dans les conversations et partage les pensées de chacun pour mieux comprendre l’intensité inouïe du moment.Une histoire d’amour avec un regard original sur l’inacceptable : la perte d’un enfant.Un livre percutant et juste au style délicat, porteur d’espoir et de lumière.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
L’éphémère de la vie dans un regard transperçant, dans une main câline, dans un sourire cristallin, dans les mots susurrées au creux de l’oreille, dans ces ritournelles candides. L’éphémère qui se compte, auquel on s’accroche, contre lequel on se bat. Les cris silencieux de douleur et l’espérance qui fait battre chaque cellule d’un corps qui s’use. Le déchirement insupportable. L’impuissance. L’abnégation. Le refus. La solitude. Le désespoir. L’effondrement. Des coulées de larmes qui noient toutes notions et enflent le courant de la haine. Et ses regards de ces hommes et de ces femmes qui continuent leur danse funèbre au rythme d’un pas stoïque. Figures de marbre dans un lieu aseptisé où les vivants font la guerre aux morts. Mais qui sont-ils ? Comment survivre dans un lieu qui ne prend plus qu’il ne donne ?

 

Dans ce ballet chargé d’espoir et de désillusion s’affronte la dure réalité de la vie. Une infirmière, un clown, une copine éphémère, une secrétaire, un curé, un croque-mort, une femme se livrent à tour de rôle. Mettant le cœur sur la table et l’âme à découvert, leur portrait est saisissant, effroyable et déstabilisant. Rentrer dans leur vie est comme un cadeau qui peut se révéler empoissonné ou au contraire merveilleux.

 

Dans cet endroit où la douleur règne en reine, elle percute différemment ces hommes et ces femmes. Alors que l’on voudrait qu’elle soit partagée pour mieux la supporter, certains se renferment, courent après le temps, font un timide sourire d’autres l’acceptent et la magnifient.

 

Cette immersion dans ces intimités chamboulent. Elles éclatent les petites bulles de bonheur personnelles pour en créer une merveilleuse où l’espoir transparaît, façonnées avez un zeste de douleur.

 

Une plume efficace et fluide mettant en scène des mots comme de véritables perles. Je pense être passée par tout un tas d’émotions, de la plus destructrice à la plus paisible. Bouleversant, déchirant et déstabilisant, il est vraiment impossible d’être insensible à cette vague émotionnelle. L’humilité côtoie l’honnêteté et la perte. Une histoire tout simplement magnifique.

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Librinova.

… l’interview de Hélène Machelon.

IMG_20180426_160220_117

Monsieur d’E L James

Monsieur

Romance érotique – livre sorti le 29 mai 2019

Editions JC Lattès

Service presse

Ma note : 2,5/5

 

Je remercie les éditions JC Lattès qui, via la plateforme NetGalley, m’ont confié ce roman en service presse.

Résumé : Après le phénomène Cinquante Nuances, E L James nous offre, avec Monsieur, une nouvelle histoire d’amour pleine de passion et de suspense.

LONDRES, 2019. Le séduisant Maxim Trevelyan a toujours mené une vie facile. Riche aristocrate, il n’a jamais travaillé et a rarement dormi seul. Et lorsque la tragédie frappe, son existence est bouleversée. Maxim hérite du titre, de la fortune et des domaines familiaux, avec toutes les responsabilités que cela implique. Un rôle auquel il n’est pas préparé.

Mais son plus grand défi est de lutter contre son irrépressible attirance pour une jeune femme au passé trouble, dénuée de tout, qui vient d’arriver en Angleterre. Fasciné par cette mystérieuse musicienne, aussi discrète que belle, Maxim voit son désir se transformer en amour ; un sentiment qui lui est encore inconnu.

Qui est vraiment Alessia Demachi ? Maxim peut-il la protéger du péril qui la menace ? Et comment réagira-t-elle, lorsqu’elle découvrira que lui aussi cache des secrets ?

Du cœur de Londres aux Cornouailles sauvages en passant par la beauté austère des Balkans, Monsieur est un thriller érotique qui tiendra le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

 

Mon avis : Comme beaucoup de lectrices, quand j’ai entendu parler d’un nouveau roman d’EL James, j’ai oscillé entre « quoi ? Et le tome 3 de 50 nuances version Christian, c’est pour quand ?? » et « chouette, une nouvelle histoire !! ». J’avoue, je n’ai pas eu beaucoup de patience et j’ai été ravie d’avoir l’occasion de découvrir cette nouveauté grâce à la plateforme NetGalley.

« Monsieur » est l’histoire de Maxim Trevelyan, un aristocrate anglais qui n’a jamais eu à beaucoup travailler et qui collectionne les conquêtes féminines. Mais le jour où il fait la connaissance d’Alessia, sa nouvelle femme de ménage venue d’Albanie, elle devient une obsession pour lui. Pourtant, il ne sait rien d’elle et de son passé. Malgré leur différence de statut, une histoire d’amour est-elle possible entre eux ? Alessia est-elle celle qu’il faut pour aider Maxim à assumer son nouveau rôle ?

Alors, je me dois d’être honnête, je n’ai pas du tout accroché avec les deux protagonistes. Autant, dans « 50 nuances de Grey », le côté nunuche d’Anastasia et la folie de Christian ne m’avaient pas dérangé, autant là, j’ai eu beaucoup de mal. Maxim est un coureur de jupons qui est né dans une famille aristocratique. Avant la mort de son frère, il n’avait aucune responsabilité et jonglait entre une activité de DJ et sa passion pour la photo. Arrogant, sûr de lui, il est aussi très protecteur avec ceux qui lui sont chers. Néanmoins, il a peu de personnes dont il est proche et sa rencontre avec Alessia va tout changer. Cette dernière est une jeune albanaise, arrivée clandestinement en Angleterre afin de fuir son pays. Au fil des pages, on en apprend plus sur elle et sur les épreuves qu’elle a endurées. Malgré tout ce qu’elle a vécu, je n’ai pas ressenti de tristesse ou d’empathie pour elle. De plus, son côté fleur bleue, encore pire que celui d’Anastasia, m’a franchement fait lever les yeux au ciel…. Tous les deux, ils vont tomber amoureux avant même d’être ensemble et une fois qu’ils se sont trouvés, ils vont jouer à deux la mélodie du bonheur. Je ne sais pas si je deviens exigeante dans mes lectures mais je n’ai pas du tout cru à leur histoire. En effet, le tombeur qui, en l’espace de quelques regards, abandonne tout pour sa femme de ménage vierge et dans les ennuis jusqu’au cou, je n’y crois pas du tout. Je suis d’accord avec le fait que les romances sont là pour nous faire rêver mais là, c’était trop gros pour moi.

Concernant la plume d’EL James, ce n’est toujours pas de la grande littérature. La présence d’un narrateur externe qui passe de Maxim à Alessia est une bonne idée. Néanmoins, je ne sais pas si cela vient de la traduction mais par moment, certains paragraphes étaient construits de manière un peu maladroite et cela m’a gêné dans ma lecture.

J’ai vu que ce roman était classé comme thriller érotique… pour moi, ce n’en est pas un car il y a, en effet, du suspense autour du passé d’Alessia mais rien qui vous donne le frisson. Quant à l’érotisme, il est bien présent, parfois un peu trop. Le roman se termine de façon un peu abrupte et de nombreuses questions restent sans réponses. Je ne sais pas si EL James a prévu une suite mais cela paraitrait logique car il y a encore des zones d’ombre notamment autour de la mort de Kit, le frère de Maxim, et même sur le devenir du couple. Néanmoins, je ne suis pas sûre de me laisser tenter si elle devait être écrite.

Vous l’aurez compris, « Monsieur » a été une déception pour moi. Ce thriller érotique n’a pas réussi à m’emporter ni au niveau de l’intrigue ni au niveau des personnages. Pour ceux qui espèrent ressentir de nouveau le frisson, comme lors de leur lecture de « 50 nuances de Grey », j’ai bien peur que vous soyez déçus car finalement, la magie n’opère pas ici.

 

liens utiles

Retrouvez l’univers d’E.L. James sur son site officiel
Retrouvez ce roman sur le site des éditions JC Lattès
Retrouvez-le aussi sur Amazon

 

pro_reader_120     favorited_reviews_120     reviews_50_120     netgalley_challenge_2018_120     netgalley_challenge_2019_120

Lucky Luce, tome 1 de Vanessa Furchert

lucky Luce 1

Romance – livre sorti le 31 mai 2019

Editions BMR

Service presse

Ma note : 3,5/5

 

Je remercie les éditions BMR qui m’ont permis, via la plateforme NetGalley, de découvrir ce roman.

Résumé : La reine des gaffes, c’est moi. Une catastrophe à l’horizon ? Vous pouvez être sûrs que je serai dans le coup.

Alors quand je me retrouve aux urgences au milieu de la nuit, c’est forcément pour une histoire si ridicule qu’elle ferait rougir de honte n’importe qui. D’autant plus que le médecin chargé de m’aider est le cliché sur pattes de l’homme parfait en blouse blanche !

Et lorsque, quelques jours plus tard, je recroise docteur Beau-Gosse dans une situation encore plus embarrassante (si, si, c’est possible), je n’ai qu’une envie, devenir invisible. C’est officiel, le destin adore se payer ma tête.

Ce titre a déjà paru sous le titre  Les Pérégrinations d’une gourde, aux éditions Erato.

 

Mon avis : En lisant le quatrième de couverture, j’ai tout de suite été séduite par le côté « miss catastrophe » de l’héroïne. Et pourtant, j’étais loin de penser qu’une maladresse pareille pouvait exister !!

Nous faisons ici connaissance avec Lucie, assistante de direction maladroite, complexée par ses kilos en trop mais aimant trop manger pour essayer d’y remédier. Après une soirée catastrophe, elle termine aux urgences et rencontre Noah, un docteur charmant qui ne la laisse pas insensible. Lorsqu’elle le recroise à plusieurs reprises, elle ne peut s’empêcher qu’il s’agit d’un signe du destin. Mais Noah est-il celui qu’il lui faut ?

J’ai beaucoup aimé le personnage de Lucie. En effet, cela fait du bien de voir une héroïne avec des défauts physiques mais aussi un caractère imparfait. Elle n’aime pas sa silhouette mais n’aime pas se priver des bonnes choses…. Honnêtement, ne sommes-nous pas nombreuses à agir de même ? Pour son côté maladroit, il est parfois poussé à l’extrême mais cela la rend également attachante. Malgré tout, Lucie est une jeune femme rigolote, sérieuse dans son travail et qui enchaine les histoires qui ne mènent nulle part. Justement, quand elle rencontre Noah, elle pense avoir décroché « le gros lot ». Imaginez un instant : un interne sexy, gentil, bourré d’humour, attentionné et qui s’intéresse à vous, il n’y a pas à hésiter, il faut foncer !! Néanmoins, j’ai trouvé ce personnage un peu lisse, trop conventionnel et je sens qu’il nous réserve des surprises…. Peut-être est-ce mon côté désabusé qui parle ? Le tome 2 répondra sûrement à cette réponse ! Dans tous les cas, j’ai trouvé ce couple assez atypique et j’attends de savoir quel sort l’autrice compte leur réserver car contrairement aux apparences, tout n’est pas si rose entre eux…

Je dois avouer que je ne savais pas que ce roman était un tome 1. Arrivé au bout, je suis restée bête car la fin appelle à une suite qui, je l’avoue, s’annonce compliquée pour notre héroïne. J’ai passé un bon moment car la protagoniste est attachante et drôle. La plume de l’autrice est fluide, facile à lire et entrainante. Les chapitres courts dynamisent notre lecture. Si je devais mettre un petit bémol, ce serait sur le narrateur qui se concentre uniquement sur Lucie, et laisse donc planer des zones d’ombres sur les autres personnages. De plus, j’ai trouvé que par moment, l’action avançait un peu trop vite, j’aurais aimé approfondir notamment le passage de la croisière. Néanmoins, cela reste un roman très agréable, parfait pour une lecture détente.

Pour conclure, je recommande le tome 1 de « Lucky Luce » pour tous les amateurs de romance qui cherchent une héroïne attachante, entière et drôle. Cette histoire vous fera, sans nul doute, passer un bon moment et vous permettra, le temps de quelques pages, de sourire et de vous évader de votre quotidien.

 

liens utiles

Retrouvez ce roman sur le site des éditions BMR
Retrouvez également ce roman sur amazon

 

pro_reader_120     favorited_reviews_120     reviews_50_120     netgalley_challenge_2018_120     netgalley_challenge_2019_120

L’oiseau rare d’Émilie Collins

oiseau rare

Romance contemporaine – Livre sorti le 15 mai 2019

Editions BMR

Service presse

Ma note : 5/5 mentions « coup de coeur » et « incontournable 2019 »

 

Je remercie Émilie Collins et les éditions BMR qui, via la plateforme NetGalley, m’ont permis de découvrir ce roman en service presse.
Résumé : Une poignée d’habits détrempés, une voiture au réservoir à moitié plein et sa chienne Sita, voilà tout ce qu’il reste à Zélie. Mise à la porte de chez elle après une dispute houleuse, sans personne sur qui compter, elle décide de suivre la trace d’une mystérieuse lettre qui la conduit dans un petit village de campagne.
Là-bas, le pire se produit, et Sita est renversée par un chauffard. C’est alors que Mathias, jeune vétérinaire qui habite en face, prend sous son aile l’animal blessé et sa maîtresse. Mais la plus cabossée des deux n’est pas celle que l’on croit. Tout le village va bientôt s’occuper de la jeune fille farouche qui va vite s’avérer être un souffle puissant pour dépoussiérer les blessures et les secrets.

 

Mon avis : Ayant déjà lu une romance d’Emilie Collins, j’avais des attentes avant de débuter cette lecture. Le résumé s’annonçait prometteur, je me suis donc lancée le cœur léger et pourtant, je n’étais pas prête à l’ouragan émotionnel qui m’a saisie et emportée.
L’histoire commence sur une grosse dispute au cours de laquelle Zélie est chassée de chez elle par son conjoint. Il ne lui reste que quelques affaires détrempées, un ordinateur explosé, sa chienne Sita, sa voiture et une mystérieuse lettre venant d’un notaire. Elle décide donc d’aller le trouver. Arrivée sur place à la nuit tombée, sa chienne va être renversée par un chauffard et elle va tomber malade. Heureusement, le destin va mettre sur sa route Mathias, le vétérinaire du village, qui va prendre soin d’elles. Mais Zélie est-elle prête à faire confiance ? Quelle est son histoire ? Et pourquoi Mathias est-il si gentil avec elle ? N’attends-t-il pas quelque chose en retour ?
Au départ, j’ai eu un peu peur du personnage de Zélie. En effet, une héroïne tourmentée par son passé peut vite devenir caricaturale voire exaspérante. Mais ici, il n’en est rien. J’ai été très touchée par cette jeune femme qui n’a pas été épargnée par la vie et qui a du mal à faire de nouveau confiance. Entière, altruiste et pétillante, elle a hissé de hautes murailles autour de son cœur car elle a trop souvent été déçue et elle a peur de décevoir. Au côté de Mathias, elle va se rendre compte que tout n’est pas écrit d’avance. Concernant ce dernier, c’est un jeune homme généreux et protecteur qui va se prendre d’affection pour Sita….mais aussi sa propriétaire ! Touché par la solitude de la jeune femme, il va tout faire pour lui redonner le sourire et son cercle d’amis va vite l’accepter. Très rapidement, on sent une alchimie et une complicité se développer entre eux mais rien ne va aller trop vite et j’ai pris plaisir à voir cette relation se développer, non sans quelques embûches. Je ne peux m’empêcher de parler également d’Adélaïde, la maîtresse à la retraite, ou Timothé, le médecin et meilleur ami de Mathias, ou Christine, la « maîtresse tornade ». Tous ces personnages ont leur importance dans l’histoire et il est agréable de voir que toute la lumière n’est pas mise que sur les deux protagonistes principaux.
Je pense que vous l’avez déjà compris mais j’ai eu un gros coup de cœur pour cette romance. En effet, j’ai apprécié de lire une belle histoire où les bons sentiments sont mis à l’honneur. Les deux protagonistes ont des parcours de vie assez simples, même si Zélie a connu des hauts et des bas. Ils sont tous les deux sincères et cherchent à vivre heureux. Si vous ne connaissez pas la plume d’Emilie Collins, je vous conseille chaudement ce roman. Sa plume est vive, efficace et vous touche en plein cœur. Je me suis enthousiasmée, j’ai ri, j’ai pesté mais j’ai aussi pleuré au cours de ma lecture et surtout, j’ai eu beaucoup de mal à poser ma liseuse avant de connaître le dénouement. Enfin, l’autrice profite de cette histoire pour mettre en lumière les relations toxiques, et leurs dégâts, mais aussi le fait que la générosité et l’esprit de « famille » existent toujours.
Pour conclure, je ne peux que recommander la lecture de « l’oiseau rare » à tous ceux qui cherchent une belle histoire d’amour, remplie de bons sentiments, qui fait du bien au moral, sans tomber dans les clichés habituels. Venez trouver Mathias et son « petit moineau » et vous verrez que vous refermerez ce roman avec le sourire mais aussi avec une petite pointe de tristesse à l’idée d’abandonner tous ces personnages attachants.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des éditions BMR
Retrouvez-le également sur le site d’Amazon

 

LE MARS CLUB de Rachel Kushner.

 
[LITTÉRATURE CONTEMPORAINE ÉTRANGÈRE – 2018 ]
Editions STOCK – Collection La Cosmopolite
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sylvie Schneiter
480 pages
Ma note : 4/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle
 

 

 

Le résumé :

 

Romy Hall, 29 ans, vient d’être transférée à la prison pour femmes de Stanville, en Californie. Cette ancienne stripteaseuse doit y purger deux peines consécutives de réclusion à perpétuité, plus six ans, pour avoir tué l’homme qui la harcelait. Dans son malheur, elle se raccroche à une certitude : son fils de 7 ans, Jackson, est en sécurité avec sa mère. Jusqu’au jour où l’administration pénitentiaire lui remet un courrier qui fait tout basculer.
Oscillant entre le quotidien de ces détenues, redoutables et attachantes, et la jeunesse de Romy dans le San Francisco de années 1980, Le Mars Club dresse le portrait féroce d’une société en marge de l’Amérique contemporaine.
 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Je suis sortie de ma zone de confort avec cette dernière lecture. Je n’ai pas été de suite à l’aise avec l’univers, les codes, la plume de Kushner et la trame. Comme je ne me laisse jamais abattre par les difficultés. J’ai pris le temps de savourer les pages quitte à revenir sur certain passage, attendant religieusement que la magie opère. Ma patience  a été récompensée par ce fameux déclic et enfin j’ai pu apprécier ce roman qui mérite largement toute votre attention.

 

Kushner dépeint à travers une héroïne non conventionnelle cette société mise à part et méjugée. Celle qui court la nuit et survit le jour. Celle qui se détruit à feu lent. Celle qui fait du bruit. Celle qui se retrouve derrière les barreaux par inadvertance ou par justice. Romy Hall a 29 ans mais a déjà vécu mille et une vie. Elle aurait pu avoir un autre avenir, si la rue ne coulait pas à flot dans ses veines. Depuis l’âge de ses 11-12 ans elle est livrée à elle même. Une mère dépressive et inexistante. La rue est sa famille et tous les vices ses compagnons de route. Comme une destinée prédite, comme si tout les petits cailloux parcheminant son chemin l’avait conduite dans cette sinistre demeure. Privée de liberté, Jackson (son fils) dernière et seule attache d’un monde qu’il la condamne pour avoir voulu se protéger de son harceleur, d’un détraqué.

 

Rachel Kushner dépeint avec honnêteté et sans entrave le quotidien, la vie, les événements décisifs qui ont marqué son héroïne. Il y a une certaine cruauté, un sentiment de malaise, une profonde gêne à s’immiscer dans cette vie. Mais il y a aussi cette terrible vérité foudroyante qui immerge telle une lumière rédemptrice. Et puis il y a les autres, ces hommes, ces femmes qui racontent un morceau d’eux.

 

La plume implacable de Kushner délivre une véritable force. Ce voyage insouciant et inconscient dans un univers glauque, méritant et intransigeant. Un voyage où il est difficile de s’en sortir indemne. Il vous broie. Il vous détruit. L’humanité est une chose abstraite remaniée mais unique solution salvatrice et libératrice.

 

LE MARS CLUB est une claque monumentale. Celle qui déstabilise, celle qui m’a noyée dans un tourbillon infini où la beauté à un autre visage.

 

#Esméralda

 

Je remercie les éditions Stock et la plateforme NetGalley pour leur confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… le site des éditions Stock.

 

Une lecture approuvée par les membres du PICABO RIVER BOOK CLUB

 

 

received_257092058249322

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

Sa majesté des fèves d’Eve Borelli

sa majesté des fèves

Chick-lit – livre sorti le 16 janvier 2019

Editions Mazarine

Service presse

Ma note : 3,5/5

 

Je remercie les éditions Mazarine qui, via la plateforme NetGalley, m’ont fait confiance et m’ont permis de découvrir ce roman en service presse.

Résumé : « Tu as toujours eu peur de vivre, Lucien. »
Il soutint son regard.
« Et toi, Cristalline, tu as toujours eu peur de te montrer prudente et raisonnable. »
Lucien, dernier fabricant de fèves de France, désespère : l’âge d’or des féviers est révolu, il vient de mettre la clef sous la porte et pour couronner le tout, sa petite amie plie bagage.
Heureusement, sa sœur Cristalline ne l’entend pas de cette oreille. Pour une lanceuse de disque de son niveau, la défaite n’est pas une option. Elle met donc au point un plan follement insensé pour sauver son frère : destination Londres pour rencontrer la reine Élisabeth, grande adepte de galettes des rois et devenir son févier officiel !
Commence alors un périple rocambolesque en compagnie de Roméo, le fils de Cristalline, qui traîne un vague à l’âme inexplicable, mais aussi de son infâme caniche Micheline Ostermeyer, sans compter la rencontre d’un ex-détenu au cœur d’artichaut et d’une danseuse boiteuse à la beauté renversante. Drôle d’équipe, aussi tendre que dépareillée ! Mais ces êtres cabossés par la vie ont une revanche à prendre…

 

Mon avis : Depuis un moment, j’entendais beaucoup parler d’Eve Borelli mais par manque de temps, je n’avais jamais eu l’occasion de la lire. Ce manquement étant réparé, je vais vous faire part du bilan de cette lecture.

Nous faisons ici connaissance avec Lucien, dernier févier de France qui a de plus en plus de mal à vivre de son métier. En effet, qui n’a jamais regretté les belles fèves de notre enfance qui sont peu à peu remplacées par des fèves en plastique…. Également malheureux en amour, il n’a pas le moral. Sa sœur Cristaline, accompagnée de son fils Roméo, décide alors de lui proposer un plan fou : partir à Londres pour rencontrer la reine, grande amatrice de frangipane, afin de devenir son févier royal. Sur la route, ils embarquent dans leur périple Maguelone, une danseuse à un croisement de sa vie, et Twix, un grand gaillard pas si sûr de lui. En avant pour un road-trip qui s’annonce haut en couleurs !!

J’ai du mal à faire ressortir un des personnages car au final, en fonction des chapitres, ils sont tous mis en avant et on les découvre ainsi au fil des pages. Néanmoins, celui qui m’a le plus marqué est le petit Roméo, fils de Cristallne, qui est mélancolique depuis quelques semaines, au grand dam de sa maman. Au côté de Twix, il va se révéler et essayer de surmonter la peine qu’il ressent.

Ce qui est intéressant ici, c’est que tous les protagonistes sont à un carrefour de leurs vies et qu’ils vont tous vivre de manière intense ce voyage à Londres. Sous couvert d’une lecture légère, Eve Borelli met en lumière des thèmes profonds : la solitude des personnes âgées, la difficulté de devoir se réorienter professionnellement et donner un second souffle à sa vie, la complexité des rapports amoureux et la banalisation du sexe, l’opportunité de prendre sa vie en main  mais aussi la disparition de nombreux métiers artisanaux. On ne peut s’empêcher, au cours de la lecture, de s’interrompre pour se questionner et j’ai trouvé cela très malin.

Je dois avouer que je ressors de ma lecture un peu frustrée. En effet, je trouve que tout va trop vite, que ce soit dans l’évolution des rapports entre les personnages ou de l’intrigue. Du coup, je suis un peu frustrée car cette lecture m’a apportée beaucoup de bonheur et de bonne humeur mais j’aurais aimé que certains passages, notamment la fin, soient plus développés, et ainsi passer plus de temps avec ces personnages si attachants !! En tout cas, la plume de l’autrice est efficace, dynamique. Les chapitres sont relativement court et en mettant à chaque fois un personnage à l’honneur, on ne ressent aucune lassitude.

Pour conclure, j’ai passé un excellent moment avec « sa majesté des fèves » et je suis ravie d’avoir enfin pu lire un roman d’Eve Borelli. C’est une lecture fraîche, légère, qui vous fera sans nul doute oublier le quotidien mais qui, mine de rien, vous obligera à vous poser plein de questions…

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers d’Eve Borelli sur sa page Facebook

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Mazarine

Retrouvez également ce roman sur Amazon