Darker de E L James

Darker

Romance érotique – Livre paru le 6 décembre 2017

Editions JC Lattès

Service Presse

 

Je remercie les éditions JC Lattès, via la plateforme NetGalley, de m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : Après une liaison passionnée qui s’est achevée dans les larmes et les reproches, Christian Grey est incapable d’oublier Anastasia Steele.  Il l’a dans la peau. Décidé à regagner son amour, il s’efforce de réprimer ses désirs les plus troubles et son besoin de tout contrôler pour enfin aimer Ana selon ses conditions.

Hélas, son enfance continue de le hanter, d’autant que Christian comprend que Jack Hyde, le patron sournois d’Ana, la veut clairement pour lui seul.

Le Dr Flynn, confident et thérapeute de Christian, parviendra-t-il à l’aider à affronter ses démons ?

Ou est-ce que l’amour exclusif d’Elena et l’adoration insensée de son ex-soumise, Leila, finiront par le retenir dans le passé ?

Et si, malgré ses tourments et ses obsessions, Christian réussit à reconquérir Ana, sera-t-il capable de la garder ?

 

Mon avis : Comme beaucoup, j’attendais avec impatience la sortie de ce nouveau tome de la saga « 50 nuances ». Pourquoi ? Car cette saga est la première romance érotique que j’ai lu et que je ne pensais pas aimer ce type de lecture. De plus, après la déception du deuxième film, j’espérais au moins que ce deuxième tome du point de vue de Christian répondrait à toutes les questions qui sont en suspens. Enfin, « 50 nuances plus sombres » est mon tome préféré donc j’espérais beaucoup de cette réécriture.

Nous retrouvons donc Christian dans son entreprise de reconquête d’Anastasia. Ravagé par son départ, il se rend compte que sa présence est plus importante que ses besoins. Il va donc tout mettre en œuvre pour la reconquérir. Cependant, passé et présent vont s’entrechoquer et mettre en péril le futur de notre couple. Toute la difficulté sera d’arriver à gérer ces obstacles et à construire un avenir sur de bonnes bases.

Je ne vais pas vous raconter de nouveau le déroulement de ce tome. Je vais m’en tenir à l’analyse des protagonistes. Tout d’abord Christian. Comme on s’en doute, c’est un maniaque du contrôle et ses peurs sont ici exposées au grand jour. Ce qui peut nous sembler abusif quand on lit les romans du point de vue d’Ana sont ici plus clairs. Car Christian n’a qu’une peur : celle de perdre de nouveau Ana. Avec elle, il a fait le grand plongeon dans le monde des sentiments amoureux et il ne peut s’empêcher de s’inquiéter…. Surtout que la liste de ses ennemis s’allonge à vue d’œil ! On constate ici à quel point il voue un « culte » à Ana et à quel point il l’aime. Il m’a touché dans ce tome tandis qu’Ana m’a profondément énervée !! Mais qu’est-ce qu’elle est pénible avec lui !! Je ne m’étais pas rendue compte lors de la lecture de « 50 nuances plus sombres » de cet aspect de sa personnalité. Christian est très maladroit car il a du mal à communiquer et elle, elle lui fait des scènes pour un oui et pour un non. Certes, son côté surprotecteur est étouffant mais je trouve qu’elle n’essaie pas de se mettre à sa place. Malgré tout, on peut voir à quel point leur amour est passionnel et à quel point ils s’aiment. J’ai ressenti des papillons dans le ventre en relisant certaines scènes !

J’ai beaucoup aimé ce nouveau tome de la saga « 50 nuances ». J’ai trouvé l’écriture plus poussée que dans « Grey » qui reprenait beaucoup de passages de « 50 nuances de Grey ». Ici, on en apprend beaucoup sur le passé de Christian et sur sa personnalité. Des sceptiques pourront toujours dire qu’E L James aurait pu aller plus loin…. C’est vrai, mais je me suis quand même régalée pendant une grande partie de ma lecture. Je le recommande donc à tous les fans de la saga ou à tous les curieux qui voudraient en savoir plus sur la personnalité du mystérieux Christian.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez la chronique d’Esmaralda sur la Saga « Cinquante nuances de Grey » de E L James ici

Retrouvez « Darker » sur le site des Editions JC Lattès

Retrouvez « Darker » sur Amazon

pro_reader_120                     reviews_10_120                    favorited_reviews_120

Publicités

La captive de l’Ecossais de Laura Black.

La captive de l'Écossais (HQN) par [Black, Laura]

 

 

 

[ ROMANCE HISTORIQUE – 2017 ]

Editions Harlequin – Collection HQN

Service presse

 

 

 

 

 

 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour ce service presse via la plateforme Netgalley.

 


 

Résumé :

En rejoignant le clan des Mac Cleod pour fuir le mariage forcé auquel son père, le laird des Mac Dougall, veut la soumettre, Énéa n’avait qu’une idée en tête : retrouver sa mère, dont on lui a toujours caché l’identité. Elle n’imaginait pas une seconde que leur chef, le charismatique Calum, désireux de provoquer ses ennemis, ferait d’elle sa prisonnière. Mais Enéa refuse d’être réduite à un objet de représailles entre les deux clans ! Maintenant qu’elle a découvert qui elle était, une force nouvelle l’anime. Retenue captive au château des Mac Cleod, elle espère bien déjouer le sort que le troublant laird lui réserve…

 


 

Mon avis :

Je ne suis pas une fan inconditionnelle de lecture s’appropriant le monde des Higlanders ! J’ai du en lire mais il y a très très longtemps ! C’est certainement pour cette raison que l’immersion du départ à été rude, à cause de mon inexpérience. Si vous aimez ce genre de lecture, vous êtes d’accord avec moi de dire que les us et coutumes sont bien spécifiques, un environnement hostile (sauf si vous adorez les bains de minuit dans les lacs glacials… ça peut être assez romantique, enfin si vous n’êtes pas de grande frileuse !), un langage technique précis (arme, costume…) et des clans imposants (il y a tant d’hommes que parfois se rappeler qui est qui, est un vrai casse-tête). Après lecture de quelques pages, j’ai pu me formaliser à toutes ces notions et enfin pu me laisser aller et apprécier cette romance.

Enéa est la fille du Laird Mac Dougall. Ce dernier est connu pour  ces exactions, ces coups de colère et de sang et ses déboires. Les rumeurs courent les couloirs du château, et elles accablent le laird. Enéa se doute de ces accablantes fourberies, mais le décrier serait signer l’enfermement à vie dans la plus haute des tours. Surtout depuis qu’on lui a attribué un mari, un homme à la carrure imposante venant des Basses Terres qui aura le privilège de redorer l’honneur des Mac Dougall. Enéa a une enfance horrible, maltraitée et humiliée par sa belle mère, elle survie dans ce château. La bienveillance de sa nounou qui n’est rien d’autre que la guérisseuse, lui apporte du baume au cœur. Le mariage approche à grand pas et Enéa se met à douter. Son futur mari semble violent plus que de raisons et n’elle n’est pas prête à subir de nouveau cette torture autant physique que psychologique. Lorsque la guérisseuse lui confie une partie du secret régnant autour d’elle, elle décide d’y faire face et de retrouver, tambour battant, sa vraie mère quitte à  déshonnorer l’ensemble du clan. La voici donc en route sur les Terres des Mac Cleod auprès de sa bienfaitrice. Mais saura t-elle faire face à cette rencontre ? Sera t-elle accepter dans ce clan ennemi depuis toujours ? Sera t-elle comprise ? Deviendra t-elle l’objet de convoitise ou l’objet qui apaisera les tourments du clan Mac Cleod ?

Et c’est là qu’arrive l’impressionnant et imposant Calum Mac Cleod, laird de son titre. Entre perçu sous la lueur de la pleine lune, dans un lac, Enéa est de suite tomber sous son charme, mais elle ne sait pas mettre de mots sur ses jeunes sentiments et surtout ignore son identité, elle le découvrira un peu plus tard. Et bien évidemment c’est réciproque. Calum est un homme exigeant et intransigeant, féroce et puissant, courageux et vaillant, généreux et attentif. Comme quoi la jupe chez l’homme n’entache pas la virilité ! Calum va très rapidement devoir faire des choix face à cette nouvelle arrivante ( dont il ne cache nullement son attirance envers elle) et son mariage avec la fille du Clan Laukhan qui aura comme action bénéfique de renforcer les liens ! Perdu entre deux feux la situation va très vite déboucher sur des enjeux essentiels et surtout va lui faire rapidement perdre la tête. Les enjeux passeront-ils avant l’amour ?

Je dois dire que j’ai passé un agréable moment de lecture. Entre rebondissements, révélations houleuses, scènes romantiques et scènes ultra violentes dirigées essentiellement vers les femmes, je n’ai pas vu défiler les pages. L’omniprésence de l’action tient en haleine et met une pression signifiante aux personnages. Ces derniers m’ont troublés, notamment nos deux héros, à la fois attachant, ils deviennent méprisables et odieux. L’auteur sait jouer d’eux sur un fil ténu où les émotions et les sentiments troublent, rendent fébriles ou apaisent. La plume de Black m’a transporté dans cet univers et m’a fait vivre des moments forts tout au long de ma lecture. Il n’y a qu’un point qui m’a déçu :  c’est la quasi absence de surprise. Je m’explique : de mon propre ressenti il m’a manqué ces petits éléments qui viennent chambouler la trame de l’histoire. J’ai suivi le fil de l’histoire tout en soupçonnant de quoi il allait ressortir des divers rebondissements.

« La captive de l’Ecossais » est une excellente romance sur l’univers des Higlands. Tous les ingrédients sont réunis pour vous faire vivre une explosion d’émotions. A découvrir et à dévorer sans modération !

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Laura Black !

 

 

 

 

Il est toujours minuit quelque part de Cédric Lalaury.

 

[THRILLER – Nouveauté 2017 ]

Éditions Préludes – Collection Préludes Noir.

Service presse

 

Je remercie les éditions Préludes pour ce tout premier service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Bill Herrington est un homme heureux.
La cinquantaine approchant, mari et père comblé, il occupe un poste de professeur de littérature dans une prestigieuse université américaine. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…
Jusqu’au jour où il trouve dans son casier l’exemplaire d’un roman à sensation publié par un mystérieux inconnu : R. P. Kirkpatrick.
Pas de quoi chambouler Bill.

À un détail près : il s’agit d’une histoire vraie.
Celle d’un crime dont il était persuadé que personne n’en avait jamais eu connaissance.
Sur une île qu’il aurait voulu oublier pour toujours.

Cet ouvrage envahit bientôt l’existence de Bill et contamine tout autour de lui. Sa vie paisible et confortable ainsi que son équilibre psychologique vont vite menacer de voler en éclats sous l’effet dévastateur de ce livre vengeur qui a réveillé tous les fantômes du passé.

 


 

Mon avis :

Voici un roman bien singulier. Une lecture que j’ai beaucoup apprécié.

William Herrington, dit Bill, est un personnage assez tonitruant. Professeur de littérature, il ne voue son grand amour qu’aux grands romans classiques de la grande époque, la littérature contemporaine ou dite populaire, il la désavoue littéralement. D’ailleurs Bill tient un discours abscons et malvenu. Personnage dédaigneux et horripilant, il se retrouve mêlé à une histoire surgie du passé, de son passé. Ce dernier se trouve retranscris dans un roman déposé dans son casier. Tous les éléments présents sont d’une justesse redoutable et témoignent d’une scène qu’il a oublié. Cet auteur est inconnu du très grand public, et c’est ainsi que Bill par à la conquête de son identité afin de préserver son secret. Il va être aider par une nouvelle étudiante, Alan, qui après avoir lu le roman, sans connaître la véritable teneur, va porter sur un piédestal ce nouvel auteur, R.P. Kirkpatrick. Bill va totalement paniquer et échafauder tout un scénario pour trouver le traitre. Malgré lui, il va devenir un de ces personnages de romans populaires auxquels il porte un aversion sans nom. Pour ma part c’est ici que ce roman est singulier. La manière dont l’auteur va jouer sur les paradoxes entre ces personnages distingués des romans classiques et ceux des romans modernes. Il survole les frontières pour créer ainsi un personnages mixant les deux codes. Je ne vais pas vous cacher que Bill est une personne imbue de lui même, égoïste, sans scrupule et parfois sans cœur. Il arrive facilement à mettre de côté sa famille et à rompre avec celle ci, pour arriver au but ultime : se protéger. Alan à le merveilleux rôle d’unifier les deux univers : passé/présent et roman populaire/ roman classique. Alan est ce personnage clé qui ne faut absolument pas sous estimer.

Du coup tous les éléments du passé surgissent pour mettre une sacré pagaille dans la vie bien rangée de Bill. J’ai découvert petit à petit tous les tenants et je me suis prise au jeu de savoir ce qui allait peut être en découler et surtout, mettre un nom sur ce mystérieux corbeau. Il va s’en dire que ce parcours tonitruant que doit affronter Bill, est semé d’embuches et de questions toutes aussi importantes les unes des autres. Bill va suivre un chemin de croix assez éprouvant où toute sa vision de la vie en générale va être remise en question. J’ai pu voir l’évolution de ce personnage qui de détestable va petit à petit devenir un peu plus sympathique. Je me suis même surprise à le trouver attachant.

La rencontre avec Kirkpatrick est assez épique. Scène toute en désolation, sous une pluie battante, comme si ce déluge laver et pardonner les actes à venir. Une relation amicale va débuter. Je dois dire que la présence d’un certain humour noir va enjoliver cette relation inappropriée, sachant que l’un soupçonne l’autre. Non dits, quiproquo et situations embarrassantes vont rythmer ce rapprochement.

J’ai beaucoup apprécié la part symbolique accordé tout au long de l’histoire donnant un aspect mystique à la trame.

Cédric Lalaury est un écrivain à la plume franche et honnête. Sans fioriture, il est arrivé à me plonger dans son univers atypique voguant sur des influences mixtes et généreuses. Il ne m’a privé d’émotions au contraire. Il m’a invité à participer à la résolution de cette énigme tout en me plongeant dans une atmosphére sombre et lourde. J’ai passé un excellent moment de lecture et le final m’a laissé pantois. Je n’aurai pu imaginer une telle fin et bien évidemment je n’ai absolument pas pu mettre le doigt sur les réponses.

 

« Il est toujours minuit quelque part » est manifestement une très belle découverte ! Un thriller psychologique haletant où je suis allée de surprise en surprise pour mon plus grand bonheur !

 

 

Tu m’avais dit qu’après minuit c’en serait fini,
Que nos âmes tourmentées trouveraient le repos,
Mais tu te trompais, car rien ne s’achève à minuit, et ce moment
Sur le point d’arriver ne se produit jamais
Parce qu’il est toujours minuit quelque part
dans le monde pour les criminels de notre espèce,
Et que c’est là le point indépassable de notre horizon.

William Shakespeare,  Macbeth, IV 4*

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Préludes, pour tout savoir !!

Vers le site officiel de Cédric Lalaury !

 

Screenshot-2017-12-22 Il est toujours minuit quelque part

 

La disparue de Noël de Rachel Abbott.

 

[POLICIER – Nouveauté 2017]

Traduction : Muriel Levet

Éditions BELFOND – Collection Le Cercle Belfond

Service presse

 

Je remercie les éditions Belfond pour ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Quelques années plus tard, David fait de son mieux pour se reconstruire après le drame qui a emporté sa femme et sa fille. Il forme désormais un couple heureux avec la douce Emma et le petit Ollie, adorable bambin de dix-huit mois qui comble leur foyer.

Mais un jour, une inconnue débarque dans leur cuisine. Natasha.

Où était-elle toutes ces années ? Comment a-t-elle retrouvé le chemin de la maison ? Si David est fou de joie, Emma, elle, se sent vulnérable devant cette adolescente silencieuse.

Cadeau ou malédiction ? Que cache le retour de la disparue de Noël ?

 


 

Mon avis :

Une mort et une disparation, celles de Carolyne et Natasha, la veille de noël, six ans auparavant. Toute la région avait été fouillée de fond en comble, la petite fille de six ans, restait introuvable. David anéanti reprend le court de sa vie, en n’oubliant pas ses souvenirs. Sa nouvelle femme, Emma en mesure toute l’importance et tente de le consoler face aux remords toujours aussi présents. Le petit Ollie vient égayer leur vie qui désormais se veut paisible et agréable. Jusqu’au jour où Emma découvre une fillette au regard noir dans sa cuisine. Est-elle vraiment la fille de David, disparue ? Que cache Tasha sous cet air sinistre et dérangeant ? Pourquoi ne parle t-elle pas ?

Je m’attendais à des retrouvailles chaleureuses, mais au lieu d’effusions tendres, la méfiance et la distance s’installent immédiatement. Tasha suspicieuse et craintive ne semble pas vouloir renouer des liens. Elle s’enferme et se barricade dans sa chambre. Elle fuit les discussions. Elle ne veut pas s’épancher sur ces six années de disparition et sur ce retour miraculeux et inopiné. Tasha est une jeune fille de presque treize ans. Taciturne et morose, elle reste insensible aux sentiments de son père, heureux afin de la retrouver. Le comportement de Tasha n’est pas adéquat à la situation et Emma pressent de suite que cette jeune fille va lui mener la vie dure. Mais pourquoi ? Pourquoi se méfie t-elle autant ? Pourquoi son instinct de protection se réveille t-il ainsi ? Pourquoi tous les signaux d’alerte sont ils tous rouges ? Emma est une femme paisible qui a été désastrée par la rupture de ses fiançailles 6 ans plus tôt. Jack est l’amour de sa vie, se reconstruire après sa mort fut une véritable épreuve. Elle retrouve sa stabilité dans les bras de David. Elle se sent épanouie et choyée. Même si les sentiments ne seront jamais à la hauteur de ceux qu’elle éprouvait pour Jack, elle sait qu’elle pourra rester toute sa vie avec David. De cette union nait Ollie, un petit garçon joyeux et facile à vivre. Il illumine sa vie et retournerai le monde entier sans dessus-dessous, s’il devait lui arrivait le moindre malheur. Emme n’est pas par définition une femme violente. La douceur prime sur ses actions et avec patience, elle va mettre tout en œuvre pour découvrir ce que cache le comportement néfaste de Tasha. En fine psychologue, elle va anéantir les barrières de Tasha et va découvrir l’horreur. J’admire la preuve de force et de ténacité que fait preuve Emma. C’est une vrai guerrière. Combative, elle ne se laisse pas abattre quand tout va au plus mal. D’ailleurs tout le roman se porte, en partie, sur cette femme courageuse. En effet je ne peux pas dire que David ait de la ressource. Replié sur lui même, la fuite semble son mot d’ordre. Lâche et faible, c’est sa femme qui va mener ce combat acharné pour tout retrouver. Elle va pouvoir compter sur l’aide de Tom Douglas, inspecteur. Tom est l’ancien beau-frère d’Emma. Egalement anéanti par la disparition soudaine de son frère, Jack, six ans plutôt, il n’a jamais cessé de penser à lui. Replongeant dans les cartons de son frère, les souvenirs ressurgissent et les questions également. Trouveront-elles des réponses ? Jack et Tom sont diamétralement à l’opposé : l’un justicier l’autre voyou.

Ces six années ont gardé de lourds secrets, le moment est venu de les révéler, Emma, David et Tom seront-ils fin prêt à leur faire face ?

Ce polar est top ! Le suspense est présent à chaque instant nous plongeant au fur et à mesure dans les méandres d’une histoire sans commune mesure. Les vies des protagoniste s’entremêlent davantage lorsque les éléments s’imbriquent. Tout autant que les personnages, je me suis posée énormément de questions. Ceci tient en haleine du début à la fin. Course poursuite contre le temps, la vie et les révélations. Mon cœur n’a cessé de tressaillir face à l’intensité du scénario. L’atmosphère se veut lugubre, nonchalante et tragique. J’ai été happée par cette obscurité et touchée et peinée face à cette petite fille. Elle nous narre finalement sa vie et ses tourments. La peur est omniprésente et l’a avilit. La narration se déroule au diapason de trois personnages principaux : Emma, Tom Et Natasha. Leurs points de vues sont essentiels afin qu’on ait toutes les cartes en mains. Mais même en ayant les éléments capitaux, je n’ai pas vu arrivé le dénouement ! Le final est explosif dans tous les sens du terme. Par ailleurs un point que j’apprécie fortement : le fait que Abbott laisse aux lecteurs la possibilité d’en imaginer la suite. Je dois vous avouer que j’adore lorsque le point final ne m’est pas imposée.

La psychologie des personnages est maitrisée à la perfection et également le déroulé de l’enquête ponctué par des éléments bien précis dans le processus et les techniques.

Je n’ai pas lâché une seule seconde ce polar, envoutant, dramatique et percutant. Les rebondissements incessants ne m’ont pas laissé un moment de répit.

Une histoire magnifiquement bouleversante qui m’a plongée dans les affres des plus ignobles de l’espèce humaine :  chantage, trafic, enlèvement, séquestration, manipulation, maltraitance, prostitution.

« La disparue de noël » est captivant et sensationnel !

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Belfond, pour tout savoir !

Pour tout savoir sur Rachel Abbott et sa bibliographie !

 

 

La proposition, tome 2 de Katie Ashley

la proposition tome 2

New romance – epub sorti le 6 octobre 2017

Editions BMR

Service Presse

 

Je remercie les éditions BMR via la plateforme NetGalley de m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : Deux as en avant, trois pas en arrière. Après la trahison d’Aidan, Emma a rompu tout contact. Mais, même s’il a agi comme un lâche, Aidan n’est pas de ceux qui abandonnent la partie sans se battre. Prêt à tout pour se faire pardonner, il attend le moment propice… que la vie lui apporte finalement sur un plateau d’argent. Seul à pouvoir s’occuper d’Emma, alitée suite à des complications liées à sa grossesse, il parvient à se rapprocher d’elle. De son côté, Emma ne parvient pas à oublier le médecin qui l’a reçue à l’hôpital. À bien y réfléchir, il représente même tout ce qu’elle désire : un homme stable, prêt à être mari et père, un homme à l’opposé d’Aidan, et qui ne veut rien d’autre que gagner son cœur… Mais Emma est-elle prête à l’accorder une seconde fois ?

 

Mon avis : Le premier tome m’avait embarquée….Le second tome m’a achevée !! Le tome 1 s’est terminé sur un gros rebondissement : Aidan, mort de peur, a ramené une fille chez lui mais, obnubilé par Emma, il finit par éconduire la demoiselle…..sauf qu’Emma arrive à ce moment-là. Se sentant trahie, elle décide de quitter la villa et de couper les ponts avec lui. Trois semaines plus tard, nos héros ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Ils se revoient suite à un malaise de Patrick, le père d’Aidan, ce qui entrainera un malaise d’Emma qui l’obligera à s’aliter pendant deux semaines. Aidan voit là un coup du sort pour reconquérir sa belle. Mais cette dernière ne sait plus si elle doit lui faire confiance, surtout quand un beau médecin vient lui embrouiller les idées.

Tout comme dans le premier tome, j’ai adoré nos deux héros. Aidan me fait penser à Christian Grey au début du tome 2. Il est totalement désemparé sans Emma et ne sait pas quoi faire pour lui prouver qu’il l’aime. Il va devoir faire preuve d’initiatives pour reconquérir sa belle et arriver à lui ouvrir enfin son cœur. Cette tâche va s’avérer d’autant plus compliquée qu’Emma est charmée par le Dr Pesh. Medecin urgentiste qui rassurer et s’occuper d’Emma après le malaise de Patrick. Veuf, il a tout de l’homme idéal : gentil, prévenant, attentionné, poli…bref, beaucoup de facettes qu’Emma n’a pas ou peu vues chez Aidan. Cette hésitation est une des intrigues principales du roman et cela amène du piquant dans l’évolution de la relation de notre couple « star ».

Concernant Emma, j’ai trouvé très intéressant que l’auteure prenne le parti de décrire une jeune femme forte, avec du caractère et qui ne se laisse pas faire. Blessée par la vie, elle a été déçue par Aidan et ne sait plus si elle peut lui faire confiance. Malgré les preuves d’amour qu’il lui donne, elle attend ce petit plus qui tarde à venir. Elle a le courage de ne pas succomber à ses hormones qui lui hurlent de lui sauter dessus et j’ai trouvé cela très bien.

Encore une fois, la famille de nos deux protagonistes jouent un rôle prépondérant dans le roman et amènent tour à tour des touches d’humour ou des touches d’émotions lors de la lecture.

Vous l’aurez compris, j’ai trouvé ce tome 2 dans la lignée du tome 1. J’ai été totalement conquise par la plume de Katie Ashley qui nous transporte dans du rire aux larmes et qui sait également jouer sur la corde sensible sans tomber dans l’excès. Au cours de la lecture, même si la narration est faite d’un point de vue externe, on suit alternativement Emma et Aidan. J’adore cette façon d’écrire et de raconter les histoires car cela nous permet d’avoir toutes les cartes en main et ainsi d’entrer véritablement au cœur de l’action.

 Je recommande donc chaudement cette duologie à tous les amoureux de romance. Cette histoire passionnée et passionnante vous emportera sur une montagne russe émotionnelle et ne vous laissera sûrement pas de marbre !

 

liens-utiles

Retrouvez ici ma chronique de « La proposition, tome 1 » de Katie Ashley

Retrouvez ce roman également sur Amazon

 

pro_reader_120               reviews_10_120               favorited_reviews_120

Celui que j’aime de Julie Galli.

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2017]

Éditions Harlequin – Collection HQN

Service presse

 

Je remercie les éditions Harlequin pour ce service presse et leur confiance.

 


 

Résumé :

Elle ne pourra bientôt plus se passer de lui.

Ne jamais mélanger vie pro et vie perso, Aurore aurait pourtant dû le savoir. Résultat, elle se retrouve trahie, célibataire et… en galère. Car, pour éviter de perdre toutes ses économies, elle va devoir restaurer seule ce vieux camping acheté dans le sud de la France. Et, comme si sa situation n’était pas assez compliquée, Aurore se voit contrainte d’embaucher comme homme à tout faire César, le petit-fils des anciens propriétaires, qui est accessoirement en liberté conditionnelle après deux ans de prison ! Et même si cet homme secret et peu bavard ne lui inspire pas confiance, elle ne peut s’empêcher d’être attirée par son charme brut. Une chose est sûre, Aurore compte bien surveiller de très près son nouvel employé…

 


 

Mon avis :

Voici une histoire qui ne manque pas d’originalité ! Le camping, le grand air, les aventures et les galères !

Car Aurore à défaut d’y avoir un pied dans les galères, c’est de toute sa personne qui s’y retrouve embourbée jusqu’aux oreilles ! Aurore a cette prestance et cette envergure qui l’illuminent. Ingénieuse et travailleuse (ma foi elle va découvrir l’huile de coude), l’argent et les affaires sont ses principales motivations. Lorsqu’elle achète ce camping familial au bord de mer, son objectif : tout bétonné pour le confort et le luxe des clients fortunés. Mobil-home, tente canadienne, camping-car sont un langage qu’elle ne maitrise pas du tout et qu’elle ne veut surtout pas aborder. Hautaine et égoïste, elle s’imagine les poches pleins d’euros. Mais la vie a décidé de lui jouer un très vilain tour. Son compagnon qui plus et est son associé, est pris en flagrant délit de partie de jambes en l’air non autorisée. Son monde vacille. L’enfer ouvre en grand ses portes et l’engouffre sans avis d’échéance. La parisienne, talons hauts et apprêtée telle une femme d’affaire, débarque dans ce camping, désolé et désastreux, afin de sauver les meubles, se remplumer et surtout n’y passer qu’une saison. Sur d’elle, elle va découvrir l’envers du décor de la gestion d’un camping et va tomber dénue quant à la masse de travail à fournir avec un budget plutôt cric-crac. Il vrai que l’auteure nous sort toute la panoplie et la brochure du bon dirigeant ( actes administratifs, emplois…), mais honnêtement je n’y ai pas fait cas et je me suis surtout concentrée sur le personnage d’Aurore qui ma foi, m’a fait passé de grands moments. Aurore est la psycho rigide de base : sûre de ses atouts et de son savoir faire, elle arrive sur ses grandes échasses prête à valdinguer tout ceux qui s’approchent trop près d’elle. Très grande mutique, elle n’affirme que trop peu ses ambitions, mais n’hésite pas à nous faire savoir ses idées et ses pensées. Trop peu confiance en elle, elle nous fait naviguer entre auto flagellation et dérision. Aurore a de très grand moments de solitude. Surtout quand elle apprend que le petit fils des anciens propriétaires est un repris de justice en conditionnelle : Aurore dans toute sa splendeur va porter sur la comète tout un tas de ressentiments, d’apriori et des idées farfelues (quant à l’arrestation) sur ce mystérieux César. Pestiféré, César n ‘a pas sa place dans le cœur d’Aurore. Cette dernière bataille dure comme fer à rouvrir ce fichu camping, après tant de péripéties l’ouverture est enfin déclarée. La maniaque du contrôle se laisse peu à peu à l’apaisement. Elle s’entoure d’employés qui font la faire lâcher prise. Elle va apprendre à apprécier les petits rien de la vie, d’être attentive aux autres et de porter un regard différent sur les éléments et personnes qui l’entourent. Après avoir repousser gentiment les anciens propriétaires, qui ne sont qu’entre autre ses voisins, elle noue avec eux des liens profonds et puissants. Elle apprend à aimer, à oublier ses apriori et ses ambitions, à aimer la vie et ses simples plaisirs : un karaoké, un partie de pêche improviser, une cigarette grillée tard le soir en compagnie de César. Elle apprend à le connaître et il se dévoile. Silencieusement des liens indéfectibles apparaissent et étrangement leurs ressentis restent muet. César est un homme très mystérieux qui ne s’épanche que très rarement. Aux premiers abords, je l’ai trouvé renfermé sur lui même, antipathique, mutique et en marge de la société. Mais très vite, ces traits de caractère s’effacent pour laisser place à un homme travailleur, prévenant, enjoué, déterminé, sociable et tendre. Mais ces deux là ne sont pas au bout de leur surprise ! D’ailleurs qui sera le plus abasourdi ? La fin m’a réserve un magnifique coup de théâtre. J’ai été frustrée que cette partie ci ne soit pas plus développée et approfondie, il me manquait quelques chapitres pour combler mon enthousiasme !

Les personnages secondaires ne sont pas en reste et apportent ce côté légèreté et pimpant à cette atmosphère inquiétante et lourde due au quotidien d’Aurore. Une vrai bouffé d’air pur !

La plume de Julie Galli est d’un pur bonheur : elle ne m’a pas épargnée et m’a fait endurer toutes les épreuves que traversent Aurore. Un maelstrom d’émotions ! Je me suis prise de fou rire face à la décontenance d’Aurore. Entre auto-apitoiement et la loi de séries d’ennuis ! Et puis j’ai été attendrie par son épanouissement.

Ce roman m’a incontestablement remémorée mes années camping où je passais mes deux mois de vacances avec mes grand parents. Cette chaleur qui s’en émane. Ces campings familiaux où tout le monde sympathise, joue des parties de pétanques interminables et où l’apéro est le sacro saint des saints. Sans oublié les premiers flirts. Une ambiance joviale qui est loin de m’avoir déplu. J’ai été charmée par cette histoire et surtout par l’évolution humaine d’Aurore qui partie de ses grands idéaux se trouve à aimer les petites merveilles de la vie.

Une magnifique découverte et que je recommande à toutes celles qui adorent les histoires qui donnent le sourire !

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

 

 

Encore une nuit, tome 3 de Lauren Blakely.

 

[NEW ROMANCE – Nouveauté 2017]

Éditions BMR

Service presse

 

Je remercie les éditions BMR pour ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

LA SUITE ET FIN DE NUIT APRÈS NUIT et APRÈS CETTE NUIT...

Libérée de ses dettes, Julia peut enfin prendre un nouveau départ. Et quoi de mieux qu’un week-end en amoureux à Las Vegas pour profiter de la vie et du plaisir de jouer  ? D’autant plus que Clay, décidé à demander celle qu’il aime en mariage, lui a réservé de nombreuses surprises.
Malheureusement, à peine commencé, le week-end de rêve vire au cauchemar… Clay est obligé de s’absenter, laissant Julia seule dans la Ville du Péché, où les apparences sont souvent trompeuses, où les arnaqueurs se cachent derrière des sourires affables. Et dans les recoins de l’hôtel, une ombre guette Julia, suit chacun de ses gestes…
Clay rentrera-t-il à temps pour sauver Julia et la tenir encore une nuit entre ses bras  ?

 


 

Mon avis :

Une belle conclusion pour cette romance qui m’a fait vivre de belles montagnes russes émotionnelles. J’avais adoré le premier tome et étais déçue par le second, le troisième remonte dans mon estime.

Après des péripéties rocambolesques tout au long des deux premiers volets et une rencontre chaleureuse et émouvante, j’ai retrouvé avec un certain plaisir Clay et Julia, direction la ville des péchés et où tout est permis, Las Vegas. Julia n’a plus aucun lien avec la mafia, son affaire au bar roule à merveille et son amour pour Clay est au sommet de tout.

Mais voilà rien ne se déroule comme prévu ! Et oui le passé refait surface lorsque tout  semblent éloignés. De nouveaux rebondissements viennent rythmer l’histoire. Mais le romantisme a tout de même une place primordiale. Le côté chevalier de Clay est plus prononcé et on l’aime davantage pour toutes ses attentions, ses mots et sa tendresse. C’est un vrai bourreau des cœurs car il a ce magnétisme indéniable qui fait fondre le cœur des femmes. Julia est de plus en plus épanouie et retrouve le goût au jeu sans que cela ne l’empêche de prendre du plaisir. Leur couple resplendit et je l’adore pour ce qu’il en dégage.

J’ai retrouvé le plaisir que m’offrait l’auteure dans le premier tome. Toutes en sensibilité et en force, elle nous immerge dans cette relation assez mouvementée par les éléments extérieurs. La fluidité est de nouveau au rendez-vous (malgré quelques couacs qui m’ont fait grincer des dents).

Une très belle finalité pour l’histoire de ce couple atypique et où l’amour contrecarre les tribulations de la vie !

 

 

liens-utiles

 

41-7NDR7u5L

 

 

Mon avis sur le premier tome !

 

 

 

 

415z2vWjN9L

Mon avis sur le second tome !

 

 

 

 

Vers le site des éditions BMR !

Vers le site officiel de Lauren Blakely !