Le tigre de la Destinée de Eve Terrellon.

 

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2017]

Amarante Éditions

Lecture personnelle

 


 

Résumé :

Lorsque Cynthia arrive en Inde pour rejoindre ses parents, son âme d’enfant est émerveillée par la magie des lieux. Mais lorsqu’elle comprend que son père a décidé de prendre sa destinée en mains en dépit de l’opposition de sa mère, elle déchante rapidement. Oui, elle est « différente », on le lui a assez souvent fait remarquer sur le ton de la moquerie, mais est-ce un réel handicap ? Le regard enchanteur que pose Sanjit sur elle semble prouver le contraire et Cynthia finit par se rapprocher du jeune homme. Toutefois, Sanjit est-il vraiment celui qu’il laisse paraître ?

 


 

Mon avis :

J’ai été de suite attirée par cette merveilleuse couverture avec ce tigre tout en splendeur. Son regard promettait une belle balade. Profitant de la promotion de lancement, il a aussitôt rejoint ma kindle surchargée.

Un soir de plénitude total, je me suis lancée dans cette lecture et que vous dire : j’ai été subjuguée de début à la fin. La plume magnifique de Terrellon nous fait place à un univers exotique, de milles et une couleur, où les habits flamboyants et ces saris soyeux et éclatants viennent vous éblouir. Une histoire d’amour, une histoire où la différence n’existe pas, où la tolérance et le respect ont une place royale.

Me voici plongée sur les terres de l’Inde coloniale. Cynthia est la fille d’un anglais entrepreneur et se retrouve ainsi dans la chaleur moite de ce pays. Cynthia est une jeune fille pure qui trouve le bonheur dans les choses simples de la vie. Son entourage la considère comme niaise et idiote. Au contraire, je la trouve tout simplement merveilleuse, elle adore se balader, chasser les papillons et discuter avec les servantes. Elle est touchante et splendide car ses paroles reflètent la plus douce des innocences. Dans ce palais, se trouve un mystérieux servant : il s’appelle Sanjit. Bel indien qui va prendre sous sa protection la belle Cynthia. Une histoire improbable va ainsi naître.

Cette nouvelle est juste sensationnelle et totalement exquise. J’adore ces histoires où les gens et les couleurs se mélangent ! En bref un histoire courte qui se suffit largement à elle même et où j’ai passé un super moment de lecture !

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site de Amarante éditions, pour tout savoir !

Pour tout savoir sur Eve Terrellon !

 

 

 

Publicités

Elles, saison 1 et 2 de Nessa.

 

 

 

[ NOUVELLES F/M et F/F – Nouveauté 2017]

Éditions Dreamcatcher

Service presse

 

Je remercie les éditions Dreamcatcher pour ce service presse.

 


 

Résumés :

Elles, ce sont des femmes d’aujourd’hui, des femmes qui font notre société et notre richesse. Mais ce sont aussi des mères, des amantes, des employées, des patronnes.

Saison 1 : « Double Jeu »

Voici Nelly, mariée à Bastien depuis des années, leur couple n’est plus que l’ombre de lui-même, la rupture n’est pas loin. Poussée par sa meilleure amie, elle va aller chercher l’aventure et braver les interdits sur un site de rencontre. Mais osera-t-elle sauter le pas ?

 

Saison 2 :  » le constat »

Voici Elodie, femme indépendante à la tête d’une société de vente à domicile va rencontrer lors d’un accrochage en voiture Ambre. Et si cette rencontre devenait plus qu’un simple constat à remplir ? Laisseront elles passer cette chance ?

 

 


 

Mon avis :

« Elles » regroupent deux nouvelles qui dépeignent les femmes naturelles, les femmes d’aujourd’hui et leurs désirs. Ce ne sont ni des supers héroïnes et ni des femmes fatales. Elles sont celles que l’on croise tous les jours : dans les transports en communs, aux sorties des écoles, des crèches, derrières leurs cadis. C’est en cela que « Elles » est génialissime : le coté naturelle et sans superflu de ces personnages féminins. Ces deux saisons offrent deux histoires diamétralement opposées : la première est une de ces histoires qui met en projecteur les problèmes de couples et l’autre la passion fulgurante entre deux jeunes femmes. Je ne vous cache pas que j’ai adoré les deux nouvelles sans distinction. La plume fraîche et pimpante de Nessa met des étoiles dans les yeux. L’humour omniprésent donne cet aspect de légèreté que j’affectionne particulièrement. J’ai été captivé dès le départ par cet univers tout aussi réel que lourd de sens ! 

La saison 1 « Double Je » met en avant ces couples qui s’oublient au fil du temps, ceux qui ne communiquent plus et qui ne se touchent plus. La frustration et l’incompréhension deviennent oppressants. Nelly se sent délaissée et abandonnée. Peut être n’est-elle plus aussi attirante qu’avant ? J’ai ressenti son désarroi en pleine figure. Je ne vous cache pas que Nelly et sa situation représentent nos pires craintes. Nelly est plus qu’attachante, je lui vouerai le bon dieu pour que sa tristesse disparaisse. Poussée par sa meilleure amie, elle décide de s’inscrire sur un site de rencontre et à son plus grand étonnement elle y prend goût surtout quand un mystérieux inconnu se montre à la hauteur de ses espérances. Il représente le goût de l’interdit doté d’un humour bien présent et sans sexisme. Il pourrait être son idéal masculin. Mais les événements s’emballent et les emmènent directement vers un rendez-vous où la sensualité sera le mot d’ordre. Nelly osera t-elle ? Sera t-elle une de ces femmes qui trompent leurs maris ? Nelly se pose tout un tas de questions : les assumera t-elle ?

La saison 2  » Le constat » : je l’ai déjà lu lorsque cette dernière était autoéditée. Cette nouvelle narre une rencontre atypique et cliché à la fois, une attirance réciproque, des non-dits, des situations pittoresques et un humour à vous prendre des fous rires pas possible. Tous les ingrédients sont réunis pour passer un agréable moment avec Ambre et Élodie.J’ai vraiment aimé la scène de vente à domicile de sex toys où la réalité est sans équivoque.

En résumé : à découvrir sans hésitation lors d’un de ces week-ends où la décompression est de rigueur. Vous allez adorez ces petites histoires emplies d’un humour à mourir de rire ! On les adore ces femmes là car elle sont un peu nous !

Coup de cœur assuré et une mention spéciale pour la couverture qui est aussi clinquante que ce qui se trouve à l’intérieur !

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon : Saison 1 !

Lien Amazon : saison 2 !

Vers le site des éditions Dreamcatcher, pour tout savoir !

 

 

Il est toujours minuit quelque part de Cédric Lalaury.

 

[THRILLER – Nouveauté 2017 ]

Éditions Préludes – Collection Préludes Noir.

Service presse

 

Je remercie les éditions Préludes pour ce tout premier service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Bill Herrington est un homme heureux.
La cinquantaine approchant, mari et père comblé, il occupe un poste de professeur de littérature dans une prestigieuse université américaine. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…
Jusqu’au jour où il trouve dans son casier l’exemplaire d’un roman à sensation publié par un mystérieux inconnu : R. P. Kirkpatrick.
Pas de quoi chambouler Bill.

À un détail près : il s’agit d’une histoire vraie.
Celle d’un crime dont il était persuadé que personne n’en avait jamais eu connaissance.
Sur une île qu’il aurait voulu oublier pour toujours.

Cet ouvrage envahit bientôt l’existence de Bill et contamine tout autour de lui. Sa vie paisible et confortable ainsi que son équilibre psychologique vont vite menacer de voler en éclats sous l’effet dévastateur de ce livre vengeur qui a réveillé tous les fantômes du passé.

 


 

Mon avis :

Voici un roman bien singulier. Une lecture que j’ai beaucoup apprécié.

William Herrington, dit Bill, est un personnage assez tonitruant. Professeur de littérature, il ne voue son grand amour qu’aux grands romans classiques de la grande époque, la littérature contemporaine ou dite populaire, il la désavoue littéralement. D’ailleurs Bill tient un discours abscons et malvenu. Personnage dédaigneux et horripilant, il se retrouve mêlé à une histoire surgie du passé, de son passé. Ce dernier se trouve retranscris dans un roman déposé dans son casier. Tous les éléments présents sont d’une justesse redoutable et témoignent d’une scène qu’il a oublié. Cet auteur est inconnu du très grand public, et c’est ainsi que Bill par à la conquête de son identité afin de préserver son secret. Il va être aider par une nouvelle étudiante, Alan, qui après avoir lu le roman, sans connaître la véritable teneur, va porter sur un piédestal ce nouvel auteur, R.P. Kirkpatrick. Bill va totalement paniquer et échafauder tout un scénario pour trouver le traitre. Malgré lui, il va devenir un de ces personnages de romans populaires auxquels il porte un aversion sans nom. Pour ma part c’est ici que ce roman est singulier. La manière dont l’auteur va jouer sur les paradoxes entre ces personnages distingués des romans classiques et ceux des romans modernes. Il survole les frontières pour créer ainsi un personnages mixant les deux codes. Je ne vais pas vous cacher que Bill est une personne imbue de lui même, égoïste, sans scrupule et parfois sans cœur. Il arrive facilement à mettre de côté sa famille et à rompre avec celle ci, pour arriver au but ultime : se protéger. Alan à le merveilleux rôle d’unifier les deux univers : passé/présent et roman populaire/ roman classique. Alan est ce personnage clé qui ne faut absolument pas sous estimer.

Du coup tous les éléments du passé surgissent pour mettre une sacré pagaille dans la vie bien rangée de Bill. J’ai découvert petit à petit tous les tenants et je me suis prise au jeu de savoir ce qui allait peut être en découler et surtout, mettre un nom sur ce mystérieux corbeau. Il va s’en dire que ce parcours tonitruant que doit affronter Bill, est semé d’embuches et de questions toutes aussi importantes les unes des autres. Bill va suivre un chemin de croix assez éprouvant où toute sa vision de la vie en générale va être remise en question. J’ai pu voir l’évolution de ce personnage qui de détestable va petit à petit devenir un peu plus sympathique. Je me suis même surprise à le trouver attachant.

La rencontre avec Kirkpatrick est assez épique. Scène toute en désolation, sous une pluie battante, comme si ce déluge laver et pardonner les actes à venir. Une relation amicale va débuter. Je dois dire que la présence d’un certain humour noir va enjoliver cette relation inappropriée, sachant que l’un soupçonne l’autre. Non dits, quiproquo et situations embarrassantes vont rythmer ce rapprochement.

J’ai beaucoup apprécié la part symbolique accordé tout au long de l’histoire donnant un aspect mystique à la trame.

Cédric Lalaury est un écrivain à la plume franche et honnête. Sans fioriture, il est arrivé à me plonger dans son univers atypique voguant sur des influences mixtes et généreuses. Il ne m’a privé d’émotions au contraire. Il m’a invité à participer à la résolution de cette énigme tout en me plongeant dans une atmosphére sombre et lourde. J’ai passé un excellent moment de lecture et le final m’a laissé pantois. Je n’aurai pu imaginer une telle fin et bien évidemment je n’ai absolument pas pu mettre le doigt sur les réponses.

 

« Il est toujours minuit quelque part » est manifestement une très belle découverte ! Un thriller psychologique haletant où je suis allée de surprise en surprise pour mon plus grand bonheur !

 

 

Tu m’avais dit qu’après minuit c’en serait fini,
Que nos âmes tourmentées trouveraient le repos,
Mais tu te trompais, car rien ne s’achève à minuit, et ce moment
Sur le point d’arriver ne se produit jamais
Parce qu’il est toujours minuit quelque part
dans le monde pour les criminels de notre espèce,
Et que c’est là le point indépassable de notre horizon.

William Shakespeare,  Macbeth, IV 4*

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Préludes, pour tout savoir !!

Vers le site officiel de Cédric Lalaury !

 

Screenshot-2017-12-22 Il est toujours minuit quelque part

 

Matriochkas, tome 1 de Christelle Da Cruz.

 

[DYSTOPIE – Nouveauté 2017]

Éditions DREAMCATCHER 

Service presse

 

Je remercie les éditions Dreamcatcher pour ce service presse.

 


 

Résumé :

Depuis près de soixante ans, le pouvoir appartient aux femmes. Une mystérieuse épidémie a lourdement décimé la population masculine et l’isolement des survivants a conduit à une réorganisation totale de la société.

Au cœur de la capitale, Gabrielle, chauffeuse de taxi, mène une vie sans histoire entre son boulot et ses amies. Un soir, au détour d’une course réalisée pour une riche cliente, elle va se retrouver plongée dans une intrigue inquiétante.

Qui est cet homme, évadé d’un pôle d’enfermement, qui ne cesse de la traquer ? Comment a-t-il pu atteindre la capitale sans être interpellé ? Autant de questions dont les réponses pourraient bouleverser l’ordre établi.

 


 

Mon avis :

Voici un roman dont la trame soulève beaucoup de questions. Une société de femmes dirigée par des femmes. Une société où les hommes n’ont plus de place et offrent uniquement un certain divertissement rustre lorsqu’ils se trouvent dans l’arène à devoir se battre pour survivre. Situation barbare, non, un juste retour de manivelle, si je puis dire, quant on voit qu’actuellement les femmes doivent se battre pour accéder à des postes clés, doivent faire à leur violence, à leur pulsions malsaines, à leur injures. Mais est ce juste de mettre tous ces hommes dans le même sac ? Le girl power peut-il seulement suffire et l’équilibre précaire peut-il être maintenu ?

Depuis de longues décennies, les hommes ont été placés en quarantaine dans des pôles et chaque jeunes hommes issus d’une grossesse, suite à une fécondation in vitro, sont enlevés de leurs mères pour préserver cette nouvelle société. Mais de quoi au juste ?

Gabrielle est plongée malgré toutes ses craintes dans un soulèvement qui ne la laissera pas indemne et indifférente. Gabrielle, chauffeur de taxi, est une jeune femme plein de dynamisme et de bonne volonté. Sa vie est paisible : boulot, plaisir, famille et dodo. Elle hait les hommes, du moins comme lui a t-on appris à l’école. Elle en a une peur immense par ce qu’il porte en eux un virus qui pourrait la tuer. Il faut bien comprendre que cette peur est fortement ancrée dans sa personnalité. Elle les exécré et maudit. Elle en a jamais vu de près et c’est pour son plus grand malheur qu’elle en croise un lorsqu’elle accompagne une cliente intrigante et étrange, Rose Gale. Lui est désarmant, déstabilisant, imposant, et beau. Ce viking a tout pour lui. Cette rencontre inopinée insuffle à Gabrielle une peur immense mais soulève de nombreuses questions surtout quand Rose Gale l’envoi sur les traces de la vérité.

Je dois vous dire que la lecture est loin d’être reposante, de rebondissements en rebondissements, de découvertes en surprises et de réflexions en interrogations. Une lecture rythmée et qui ne laisse à aucun moment place à l’inaction et repos. L’univers que l’auteur nous offre est parfaitement maitrisé : Da Cruz nous fait naviguer entre passé et présent, nous livrant au passage des éléments clés à la compréhension générale de la trame. L’action se situe principalement dans le présent. L’atmosphère générale se veut quelque peu inquiétante. La tension augmente au fil des chapitres. Je vous avoue tout de même des moments de légèreté notamment lorsque surgissent des scènes passionnelles et intenses entre Aleksandre (le viking) et Gabrielle. Je n’ai pu que m’exclamée qu’ils allaient repeupler ce monde de petits garçons. Parmi tous ces points positifs, je me suis sentie mal à l’aise lorsque les motivations de cette nouvelle société nous sont dévoilées. Mal à l’aise car le moyen pour arriver à ce but ultime m’a évoqué le génocide. Car le moyen pour mettre de côté ces hommes m’a fait pensé aux camps de concentration. Choquée ? Non car Da Cruz ne fait pas dans le morbide et au contraire son récit se veut optimiste.  Percutant ? Sans aucun doute ! Délation ? Oui la société actuelle : ses travers, ses désillusions, l’impuissance des femmes et de ses inégalités. Féministe ? Oui et non, tout dépend quelle force on accorde à ce nom. Société réaliste ? A vous de choisir votre camp ? Un monde avec ou sans homme ?

Je pense qu’on ne peut absolument pas être insensible à cette lecture et au combat que livre ce roman. La syntaxe est percutante et le style de Da Cruz s’y prête à merveille. Le final nous laisse en suspens sans être dans le style cliffhanger explosif.

Lecture intense et excellente découverte ! Fan de dystopie vous passerez un excellent moment !

 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Vers le site des éditions Dreamcatcher, pour tout savoir !

Vers la page Facebook de Christelle Da Cruz !

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

 

Les Somber Jann , saison 1 de Cynthia Havendean.

 

[DARK ROMANCE – Nouveauté 2017]

Ediligne

Lecture personnelle

 

 


 

Résumé :

J’habite dans le Dakota du Nord, l’étrange famille Somber Jann s’installe juste en face de chez moi… Je suis Engy, j’ai 16 ans.
Un soir, avant d’aller à une fête, je me retrouve poursuivie par un groupe d’inconnus. Juste avant qu’ils ne m’enlèvent, mon voisin arrive à mon secours. Tel un psychopathe, d’un seul coup de couteau agile, Jaylen tue de sang-froid un de ces agresseur.
Redevable, intriguée et attirée face à mon sauveur, je ne cesse d’espionner cette famille. Je tente par tous les moyens de m’approcher de lui. Ce que je ne sais pas encore, c’est que je suis en danger à ses côtés…
Maintenant, j’en sais trop sur cette famille… Je suis la captive non pas d’un héros, mais d’un tueur en série!…

 


 

Mon avis :

Il faut dire que c’est un roman que me faissait de l’œil depuis belle lurette, voir depuis sa sortie. Un synopsis de rêve et une première de couverture sanglante, il y avait de forte chance que je succombe. Et ce fut le cas il y a quelques semaines de ça. Que vous dire que c’est une dark romance comme je les adore et que tout y fait pour vous filer les frissons du début à la fin.

Engy est une jeune lycéenne qui par un mauvais concours de circonstances, se retrouve dans le jardin de son voisin d’en face. Pourchassée par des individus malintentionnés, elle court se réfugier chez lui. Peut être aurait-elle du s’abstenir car sa vie va s’en trouver bouleverser à tout jamais. Engy est une gentille fille, insouciante, naïve. Le monde est à ses pieds et elle ne souhaite que le découvrir. Mais la voici, lors de cette soirée, témoin dune scène qu’elle n’aurait jamais du voir : le meurtre d’un de ses harceleurs. Jaylen dans le calme le plus total va mettre fin à la vie de cet homme et va dorénavant prendre toutes les garanties inimaginables à ce que cet acte soit gardé dans le secret. Jaylen est le frère ainé, d’une fratrie de trois frères. Son regard froid est insondable et vous file des sueurs froides. Sa posture met en alerte rouge tous vos sens. Mais il dégage une aura de sensualité à damner et un sentiment de protection intense. Mais Jaylen est un tueur de sang froid, il traque et découpe ses victimes et le plus dérangeant est que son père l’a enrôlé dans ce sinistre parcours. On peut dire que c’est une entreprise familiale qui roule plutôt bien. La manipulation, la peur et l’endoctrinement sont omniprésents. Mais cette rencontre inopinée va faire naitre des sentiments incommensurables et destructeurs.

Engy et Jaylen c’est épique, violent, fougueux et impensable. L’auteur manie avec brio la frontière entre réalité et syndromes de Stockholm et Lynn. A tel point qu’on ne sait plus où donner de la tête et différencier du bien du mal. C’est une histoire d’amour qui n’aurait jamais du naitre car elle est vouée à être détruite d’une part par les impulsions violentes et incontrôlées de Jaylen et par la prise de conscience de Engy. Mais j’ai bien été spectatrice de ces sentiments qui prennent de plus en plus de place. Bref c’est un truc de ouf !!!! C’est démentiel ! Des rebondissements incessants viennent agrémenter un scénario de folie. Que dire de la plume de Havendean : totalement subjuguante et envoutante ! Elle nous fais vivre une multitude d’émotions passant : de la peur à la haine, de l’espoir à la destruction, de l’amour à l’indifférence, de la manipulation à la capitulation, de tout à rien, de l’envie à l’anéantissement, de la passion à la violence.

En bref, une histoire à faire palpiter votre cœur à une vitesse effrénée, je ne regrette qu’une chose ne pas l’avoir lu beaucoup plus tôt !

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site officiel de Cynthia Havendean !

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

On peut tout acheter , partie 1 de Steff S.

 

 

[ROMANCE SUSPENSE ÉROTIQUE – Nouveauté 2017]

Evidence Editions – Collection Vénus Noir

Service presse

 

Je remercie les Evidence Éditions pour ce service presse.

 


 

Résumé :

Elsa vient d’accoucher à l’hôpital de Saint Brieux lès épines. Alors qu’elle attend son amie, un inconnu la supplie de l’embrasser. Il n’en faut pas moins pour que sa vie bascule. Et que celle du multimilliardaire, Loïc Legrand, prenne une autre dimension en embrassant la petite rouquine assise sur le banc. En voulant écarter son ennemie jurée, Juliette Brignard, journaliste du magazine Satisfaction, il déclenchera sans le savoir une cascade de catastrophes. À cause de son impulsivité et de sa tendance au mensonge, Loïc ne mesurera pas les conséquences d’une phrase dite à la légère. Il continuera sur la voie de la déchéance en sombrant dans d’alcool, le sexe illusoire, et les folies pécuniaires. À cela s’ajoutera l’ultime abjection : un marché sordide qu’il passera avec Elsa. Son fils s’est fait enlever, les ravisseurs exigent un million d’euros. La jeune mère sans emploi ne sait plus vers qui se tourner. Mais Loïc Legrand, le multimilliardaire, réapparaît comme magie en lui proposant un échange. Une nuit avec lui contre la somme demandée. L’amour s’invitera dans ce méli-mélo d’enquête policière, mais sera-t-il plus fort que le destin ?

Sexe, argent, vengeance ou jalousie, ces sentiments amèneront nos héros à l’excès. Ils entraîneront avec eux leur entourage familial ainsi que leur cercle d’amis dans la tourmente.

 


 

Mon avis :

Voici une romance originale combinant suspense et érotisme. Je suis friande de ce genre de mélange.

Elsa est ce genre de personne qui se doit d’être couver, protéger. Elle incarne l’innocence, la douceur et la gentillesse. D’ailleurs elle est souvent la cible de personnes sans scrupules, notamment de Fabrice le père de cet enfant dont il ne veut pas entendre parler. Après un déni de grossesse, elle ne peut avorter et doit mener sa grossesse jusqu’à terme. Démoralisée et déprimée, elle peut compter sur le soutien de ses trois meilleurs amis qui vont la remettre d’aplomb et lui redonner un moral d’acier. Le jour de la naissance est enfin arrivé. Désabusée et inquiète, elle ne sait pas quoi faire face à ce poupon qui n’a quelle au monde. Elle sympathise avec la sage femme qui va devenir son modèle et arrive afin à assumer son rôle de mère. Elle se découvre une force insoupçonnée qui la motivera pour les événements à venir. Le jour de sa sortie a enfin sonné, elle attend patiemment dans le hall de l’hôpital que sa meilleure amie vienne la cherche et comme à son habitude elle a du retard. Une foule impressionnante a envahi le parvis de l’hôpital, il semble que ça soit des paparazzis qui patientent. Fait rare dans cette bourgade reculé de l’auvergne. Ne faisant pas cas de cet attroupement, elle patiente jusqu’au moment où un charmant inconnu vient interrompre sa quiétude tout en prononçant des paroles insensées et en l’embrassant. Pensant que c’est la personne qu’attend la foule, elle se prête au jeu, lui sauvant la mise. Ces quelques minutes d’insouciance bouleverseront à jamais sa vie.

Lui, Loïc Legrand, grand patron multimillionnaire et adepte de débauches en tout genre, a tout du grand méchant loup. Il n’a vu qu’en elle la brebis égarée, la proie qui le sauvera de son mauvais pas. Mais voilà le baisser et ses jolis yeux ne le laisseront pas indemne. Dans la vie Loïc est manipulateur et égoïste. Il n’a pas la grande panoplie de toutes les belles qualités. L’alcool et le sexe à outrance sont ses loisirs et la plupart de son entourage est au courant de ses travers. Mais l’argent achète tout, notamment le silence et il ne va s’en dire que Loïc est adepte de cet adage. C’est le seul moyen de se couvrir des journalistes et surtout de fuir toutes responsabilités de ses actes. Il lui n’arrive pas une semaine sans se mettre dans des situations délicates, surtout lorsqu’il amène ces filles dans sa chambre, elles y découvrent un homme aux mœurs violentes. Masochiste, ses pulsions l’embrasent au détriment du plaisir de ses conquêtes qui sont violentées. Le mystère autour de ce personnage est très bien maitrisé. Quelques éléments sont portés à notre connaissance, mais c’est assez insuffisant pour comprendre son comportement. Il trouve l’apaisement néanmoins quand Elsa est proche de lui. Il peut faire confiance à son chauffeur et à sa bonne, mais son meilleur ami cache des motivations bien sombres.

La rencontre inopinée du départ, va emporter nos deux protagonistes dans une histoire folle où bon nombre de rebondissements malsains font les contraindre à se rapprocher immuablement. Il font s’apprivoiser et se découvrir. Elsa va grandir à ses côtés et se considérer de plus en plus comme étant une femme attirante. Elle s’épanouit dans les bras de Loïc. Mais ce dernier ne sait plus trop où il en est et va faire foirer les prémices de cette relation. Elsa va s’en trouver anéantie et bien d’autres malheurs vont lui tomber dessus. Au bord du gouffre, sa décision prise va à tout jamais changer sa vie.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. Les personnages sont attachants même si Loïc est détestable aux premiers abords, je n’ai pas toutes les cartes en main pour valider cette première impression. Le suspense est omniprésent, me faisant voguer sur des flots troubles. Ce premier volume donne quelques éléments quant à ce remue-ménage mais nous en donne pas les véritables raisons. J’ai été beaucoup perturbée par tous ces malheurs qui surgissent de nulle part. Elsa est tellement gentille, qu’elle m’a peinée. C’est une lecture au flot continu d’émotions intenses. J’ai dévoré cette histoire qui m’a mené vers un final éprouvant. Je ne m’en suis pas encore remise au moment où j’écris cette chronique. Je ne m’attendais pas du tout à cette tournure. Steff S. a cette façon particulière de nous surprendre : romantisme, charme, peur, haine, déchainement. Les scènes érotiques sont à couper le souffle profilant à l’histoire une touche sensuelle et renfonçant le côté pervers de Loïc.

J’ai été charmée par cette merveilleuse histoire me rappelant, je ne sais pourquoi, un de mes contes préférés, celui de « La belle et la Bête » ( bien évidemment modernisé). Vraiment hâte d’en savoir davantage dans la seconde partie.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des Evidence Editions, pour tout savoir !

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

La disparue de Noël de Rachel Abbott.

 

[POLICIER – Nouveauté 2017]

Traduction : Muriel Levet

Éditions BELFOND – Collection Le Cercle Belfond

Service presse

 

Je remercie les éditions Belfond pour ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Quelques années plus tard, David fait de son mieux pour se reconstruire après le drame qui a emporté sa femme et sa fille. Il forme désormais un couple heureux avec la douce Emma et le petit Ollie, adorable bambin de dix-huit mois qui comble leur foyer.

Mais un jour, une inconnue débarque dans leur cuisine. Natasha.

Où était-elle toutes ces années ? Comment a-t-elle retrouvé le chemin de la maison ? Si David est fou de joie, Emma, elle, se sent vulnérable devant cette adolescente silencieuse.

Cadeau ou malédiction ? Que cache le retour de la disparue de Noël ?

 


 

Mon avis :

Une mort et une disparation, celles de Carolyne et Natasha, la veille de noël, six ans auparavant. Toute la région avait été fouillée de fond en comble, la petite fille de six ans, restait introuvable. David anéanti reprend le court de sa vie, en n’oubliant pas ses souvenirs. Sa nouvelle femme, Emma en mesure toute l’importance et tente de le consoler face aux remords toujours aussi présents. Le petit Ollie vient égayer leur vie qui désormais se veut paisible et agréable. Jusqu’au jour où Emma découvre une fillette au regard noir dans sa cuisine. Est-elle vraiment la fille de David, disparue ? Que cache Tasha sous cet air sinistre et dérangeant ? Pourquoi ne parle t-elle pas ?

Je m’attendais à des retrouvailles chaleureuses, mais au lieu d’effusions tendres, la méfiance et la distance s’installent immédiatement. Tasha suspicieuse et craintive ne semble pas vouloir renouer des liens. Elle s’enferme et se barricade dans sa chambre. Elle fuit les discussions. Elle ne veut pas s’épancher sur ces six années de disparition et sur ce retour miraculeux et inopiné. Tasha est une jeune fille de presque treize ans. Taciturne et morose, elle reste insensible aux sentiments de son père, heureux afin de la retrouver. Le comportement de Tasha n’est pas adéquat à la situation et Emma pressent de suite que cette jeune fille va lui mener la vie dure. Mais pourquoi ? Pourquoi se méfie t-elle autant ? Pourquoi son instinct de protection se réveille t-il ainsi ? Pourquoi tous les signaux d’alerte sont ils tous rouges ? Emma est une femme paisible qui a été désastrée par la rupture de ses fiançailles 6 ans plus tôt. Jack est l’amour de sa vie, se reconstruire après sa mort fut une véritable épreuve. Elle retrouve sa stabilité dans les bras de David. Elle se sent épanouie et choyée. Même si les sentiments ne seront jamais à la hauteur de ceux qu’elle éprouvait pour Jack, elle sait qu’elle pourra rester toute sa vie avec David. De cette union nait Ollie, un petit garçon joyeux et facile à vivre. Il illumine sa vie et retournerai le monde entier sans dessus-dessous, s’il devait lui arrivait le moindre malheur. Emme n’est pas par définition une femme violente. La douceur prime sur ses actions et avec patience, elle va mettre tout en œuvre pour découvrir ce que cache le comportement néfaste de Tasha. En fine psychologue, elle va anéantir les barrières de Tasha et va découvrir l’horreur. J’admire la preuve de force et de ténacité que fait preuve Emma. C’est une vrai guerrière. Combative, elle ne se laisse pas abattre quand tout va au plus mal. D’ailleurs tout le roman se porte, en partie, sur cette femme courageuse. En effet je ne peux pas dire que David ait de la ressource. Replié sur lui même, la fuite semble son mot d’ordre. Lâche et faible, c’est sa femme qui va mener ce combat acharné pour tout retrouver. Elle va pouvoir compter sur l’aide de Tom Douglas, inspecteur. Tom est l’ancien beau-frère d’Emma. Egalement anéanti par la disparition soudaine de son frère, Jack, six ans plutôt, il n’a jamais cessé de penser à lui. Replongeant dans les cartons de son frère, les souvenirs ressurgissent et les questions également. Trouveront-elles des réponses ? Jack et Tom sont diamétralement à l’opposé : l’un justicier l’autre voyou.

Ces six années ont gardé de lourds secrets, le moment est venu de les révéler, Emma, David et Tom seront-ils fin prêt à leur faire face ?

Ce polar est top ! Le suspense est présent à chaque instant nous plongeant au fur et à mesure dans les méandres d’une histoire sans commune mesure. Les vies des protagoniste s’entremêlent davantage lorsque les éléments s’imbriquent. Tout autant que les personnages, je me suis posée énormément de questions. Ceci tient en haleine du début à la fin. Course poursuite contre le temps, la vie et les révélations. Mon cœur n’a cessé de tressaillir face à l’intensité du scénario. L’atmosphère se veut lugubre, nonchalante et tragique. J’ai été happée par cette obscurité et touchée et peinée face à cette petite fille. Elle nous narre finalement sa vie et ses tourments. La peur est omniprésente et l’a avilit. La narration se déroule au diapason de trois personnages principaux : Emma, Tom Et Natasha. Leurs points de vues sont essentiels afin qu’on ait toutes les cartes en mains. Mais même en ayant les éléments capitaux, je n’ai pas vu arrivé le dénouement ! Le final est explosif dans tous les sens du terme. Par ailleurs un point que j’apprécie fortement : le fait que Abbott laisse aux lecteurs la possibilité d’en imaginer la suite. Je dois vous avouer que j’adore lorsque le point final ne m’est pas imposée.

La psychologie des personnages est maitrisée à la perfection et également le déroulé de l’enquête ponctué par des éléments bien précis dans le processus et les techniques.

Je n’ai pas lâché une seule seconde ce polar, envoutant, dramatique et percutant. Les rebondissements incessants ne m’ont pas laissé un moment de répit.

Une histoire magnifiquement bouleversante qui m’a plongée dans les affres des plus ignobles de l’espèce humaine :  chantage, trafic, enlèvement, séquestration, manipulation, maltraitance, prostitution.

« La disparue de noël » est captivant et sensationnel !

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Belfond, pour tout savoir !

Pour tout savoir sur Rachel Abbott et sa bibliographie !