Parier mais pas jouer, tome 2 de Chrys Galia.

 

[NEW ROMANCE – Nouveauté 2017]

Éditions BMR

Service presse

 

 

Je remercie les éditions BMR pour ce service presse via la plateforme Netgalley.

 


 

Résumé :

Le pari est fini ! Stephen et Liv peuvent enfin profiter de quelques jours en amoureux.
Du moins, c’est ce qu’ils croient…
Car le passé, lui, n’est pas prêt à les laisser tranquilles. La confiance et la famille que Liv et Stephen commencent à construire, ce sont des trésors fragiles.
Il suffirait d’un rien pour que tout s’effondre…

 


 

Mon avis :

Voici une suite inattendue, imprévisible et stupéfiante.

J’étais loin de me douter de ce revirement de situation. Un rebondissement déchirant et qui m’a collé les frissons jusqu’au dénouement de ce tome ci. Et pour le coup c’est vraiment difficile de vous en parler, car vite j’en viendrai à vous spolier.

Liv n’est pas au bout de ses surprises, jusqu’ici merveilleuses, elles vont prendre un tournant tragique. Son passé est toujours de rigueur et il va prendre une place des plus importantes. Liv insouciante et heureuse d’avoir retrouver son petit garçon, va devenir une femme torturée, blessée et meurtrie. Tout est chaos mais son amour pour Stephen sera la seule ancre dans ce nouveau monde cloitré par les ténèbres.

L’auteure joue toujours avec nous en utilisant ses personnages pour nous interpeller personnellement. Sa plume a emprunté un chemin plus sombre et ce n’est pas pour me déplaire. Ce deuxième tome est tournée vers Liv. Les personnages ont évolué bien évidemment côté psychologique qui j’avoue à le mérite d’être honnête et de rendre justice à l’histoire. Exit les personnages frivoles du départ. Ils sont tellement plus attachants et matures. L’entourage prend de plus en plus de place et quelques rebondissements originaux viennent égayer la fin notamment par les agissement de la sœur de Liv et des meilleurs amis de Stephen.

Pour le coup, ce deuxième tome m’a interpellé. Autant le premier m’a laissé sur ma faim autant avec celui ci j’ai été surprise par ce côté impertinent et osé.

Ce deuxième tome nous plonge dans les profondeurs sombres et dégénérés de l’être humain. Il nous renvoi à ce que l’homme a de plus monstrueux. Mais il y a également cette phase d’après, pleine d’espoir, mais qui est teintée par des faits et des gestes imprévisibles mais qui agissent tels que des pansements.

Je ne sais pas ce que réserve la suite, mais mon petit cœur de lectrice commence à bondir !

 

 

liens-utiles

 

Mon avis sur le tome 1 !

Lien vers le site des éditions BMR !

Lien vers la page Facebook de l’auteure !

 

La faucheuse de Neal Shusterman.

 

 

[ROMAN FANTASTIQUE – Nouveauté 2017]

Collection R

Lecture personnelle

 

 


Résumé:

Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.


Mon avis :

Une lecture qui me faisait envie depuis sa sortie, au mois de février. Avec une couverture qui dit tout ou presque rien, un titre sans ambiguïté et un synopsis des plus intriguant : voici une alchimie qui ne peut que m’attirer. Un auteur outre-Atlantique que je découvre, même si il n’est pas inconnu du public littéraire français.

La plongée dans cet univers m’a totalement fasciné : futuriste où tout ce que nous combattons ou essayons de déjouer n’est qu’une vieille légende désuète dans ce monde ci. La vie éternelle n’ai plus une chimère, elle est réelle. Une société qui vivote dans un monde de plénitude absolue : exit les guerres, la famine, les assassinats, la corruption, l’amour…. Tout ce qui rendait l’humanité humaine n’est qu’une idée lointaine. J’ai été surprise par cette atmosphère : utopisme dans toute sa gloire. Les détails et les descriptions ne sont pas en reste cassant parfois le rythme de la lecture. Mais c’est un bien pour un mal. Il ne faut pas oublier que c’est le premier tome de cette série, d’où l’obligation, tout de même, de poser certaines bases essentielles pour la suite. Mais revenons au thème principal de ce roman : la mort. Il vrai que je me suis posée cette question : mais pourquoi donc en faire le leitmotiv lorsque la vie n’a plus de secret ? Il est bien évidemment de la réponse qui découle de toute logique : la croissance exponentielle de la population. Ainsi est née au début de cette nouvelle ère, une communauté de faucheurs dont seuls leurs lois les gouvernent.

Ce terme « la faucheuse » n’est inconnu de personne. Par définition : il représente aussi bien la mort que la vie. Un paradoxe dont va exploiter à merveille Neal Shusterman.

J’ai fais connaissance des deux protagonistes, Citra et Rowan. Citra est une adolescente bien éduquée et soutenue par sa famille. Outre le fait d’être une jeune fille respectable, elle a un sacré caractère et fougueuse. Rowan est le énième d’une grande famille. D’ailleurs il se prénomme  » la feuille de la salade » : j’adore cette expression assez imagée. Il mène sa vie telle qui la souhaite, sans aucune considération de ses parents, il se montre assez ardent tout en gardant cette part d’innocence et sa timidité. Ils sont à eux deux l’image même de la rébellion, du moins on présent en eux les prémices de quelque chose de nouveau.

Les voici tout les deux embarqués dans une formation qu’ils ne souhaitaient pas du tout suivre : celle de devenir faucheur. C’est maître Faraday qui se charge de l’enseignement : combat, armes, poisons et moral. En effet cette communauté est régie par une certaine éthique et c’est de ce dernier point que vont en découler de nombreux rebondissements aussi palpitants que déroutants et désarmants.

Une atmosphère qui se veut totalement lugubre aux côtés de ce monde merveilleux. Une guerre silencieuse dans une monde où la mort a un tel pouvoir de décision. Une guerre entre le bien et le mal au sein même de cette communauté qui se doit d’être impartiale. Neal Shusterman m’a plongé dans un monde de réflexions moralisatrices dans lequel j’ai du me positionner. Il joue avec ces personnages comme si ils étaient des poupées.

C’est une lecture que j’ai beaucoup apprécié. Une plume sans accro, intimidante, choquante et bouleversante. Un condensé d’émotions dans un monde où elles n’ont aucune valeur. Le final explosif promet une suite de tonnerre.

« La faucheuse » est d’une folie démesurée, excessive et cynique.

 

Plus on vit longtemps, plus les jours semblent passe vite. C’est problématique lorsqu’on vit pour toujours. Une année paraît s’écouler en à peine quelques semaines. Les décennies passent sans événement majeur. Nous nous installons dans la routine insignifiante de notre vie, jusqu’à ce que, soudain, un jour, nous nous contemplions dans la glace et découvrions un visage qu’on reconnaît à peine, nous implorant de passer un cap et de redevenir plus jeune. Mais rajeunissons-nous vraiment lorsque nous passons un cap ?

Nous nous raccrochons aux mêmes souvenirs, aux mêmes habitudes, aux mêmes rêves non réalisés. Notre corps est sans doute fringant et souple, mais à quelle fin ? Aucune. Jamais.

Je suis convaincue que les mortels se battaient avec plus de force pour atteindre leurs objectifs, car ils savaient que le temps leur était compté. Mais nous ? Nous avons beaucoup plus de facilité à repousser les échéances que ceux condamnés à mourir. Car la mort est devenue l’exception plutôt que la règle.

La stagnation que je glane avec tant de ferveur chaque jour qui passe est une sorte d’épidémie qui tend à croître avec les années. Par moments, j’ai l’impression de mener une bataille perdue d’avance contre une apocalypse de morts vivants d’un autre temps.

Extrait du journal de bord de l’Honorable Dame Curie.

 

 

 

liens-utiles

 

Lien vers le site des éditions Robert Laffont !

Le site officiel de Neal Shusterman !

 

 

Les passeurs de lumière, tome 3 : Le saut de l’ange de Blandine P. Martin.

 

[ ROMANCE FANTASTIQUE – Nouveauté 2017]

Editions REINES-BEAUX

Service presse

 

Je remercie les éditions Reines-Beaux pour ce service presse.

 


 

Résumé :

Séquestrée par William, Elisa lutte chaque jour pour ne pas perdre espoir. Son cercle d’amis devient alors sa seule chance de se sortir de cet enfer. Les bas-fonds du Royaume des Ombres n’ont plus de secrets pour la jeune Passeur de Lumière. Fort heureusement pour elle, ses alliés de toujours ne l’abandonneront pas.

Et si la folie dévastatrice de William changeait à jamais la jeune femme ?

Et si son enlèvement réveillait chez certains des sentiments enfouis ?

Une chose est sûre, rien ne sera jamais plus pareil après cela.

Envolez-vous pour un dernier voyage, préparez-vous pour le dernier saut de l’ange.

 


 

Mon avis :

La fin du deuxième tome nous laissait dans l’embarras le plus total : Elisa kidnappée et séquestrée par William un être abject et sans moral. Une fin qui nous laissait sur notre faim et une seule pensée obsédante : à quand la suite ?

Ce troisième volume reprend là on s’arrêtait le second : dans les cachots sombres où toute forme d’humanité semble avoir déserté. C’est un chaos indescriptible où les corps décharnées des femmes se trouvent être la seule valeur importante. L’auteure survole ce sujet sans trop rentrer dans les détails morbides, mais on ressent parfaitement toutes ces éléments néfastes. Il va s’en dire que ses amis, les passeurs de lumière et Jared, sont toujours présents et se démènent pour la retrouver et la sauver. Lors de cette mission sauvetage, c’est Marc qui va la délivrer.

S’en suit une phase de reconstruction et de remise en question. Elisa n’est plus que jamais perdue. La noirceur l’a envahi et sème le doute.

Une fois de plus, Blandine P. Martin, m’en a mis plein les yeux. Elle a cette facilité émouvante de transmettre les sentiments. Elle vous plonge dans les frasques de ses personnages en un claquement de doigts. J’ai été obnubilée par cette suite et pas un seul moment je n’ai vu ce qui se profilait à l’horizon. Un final totalement ahurissant avec un retournement de situation rocambolesque. L’auteure a frappé fort. Je me suis énormément attachée à cette clique que j’en ai versé mes larmes face au déroulement de ce troisième volet. Que de chemin parcouru depuis le premier tome.

« Les passeurs de Lumière » est un condensé pur de sincérité, d’amitié, d’amour et de personnages qui vivent mile tourments et plaisirs et qui sont présents quoiqu’il arrive. La mort n’est pas synonyme de fin, ici l’auteure l’a magnifiée et rendue plus merveilleuse que la vie.

 

 

liens-utiles

 

Mon avis sur le premier tome !

Mon avis sur le second tome !

Lien vers le site de la maison d’éditions Reines-Beaux

Retrouver ICI l’interview de Blandine P. Martin !

 

 

 

Temptation, tome 1 : Seduce Me de Gina Gordon.

 

 

[ROMANCE ÉROTIQUE – Nouveauté 2017]

Éditions HARLEQUIN – Collection &H

Service presse

 

Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance et ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

La vie d’Everly a été une suite ininterrompue d’obligations et de soirées révisions. Sur le point de terminer sa fac de droit, elle n’a toujours pas trouvé le temps d’accomplir ne serait-ce qu’une seule des « expériences incontournables » dont sa grand-mère lui a dressé la liste avant de mourir. Jusqu’au jour où elle rencontre Max Levin. Il est richissime et bien trop sûr de lui. Bref, pas son genre. Soit exactement l’homme parfait pour mener à bien la première expérience de sa liste : « sortir avec un homme auquel tu n’aurais même pas adressé la parole. »

 


 

Mon avis :

Je ne connaissais absolument pas cette auteure avant de commencer cette nouvelle lecture. Les premières fois sont toujours émouvantes : soit on accroche ou soit pas du tout. En attendant le synopsis et la première couverture sont attrayants et ont su piquer ma curiosité.

L’auteur nous invite dans un monde quelque peu banal, certainement ce dernier dès son nom prononcé met mal à l’aise. Son personnage masculin , Max Levin est le directeur adjoint d’une boite de productions de films pour adulte. Vous avez bien lu et il s’agit bien de pornographie. Alors je vous vois faire de gros yeux ! Mais sachez que les descriptions attenantes à ce milieu sont élégantes et classes (ce n’est pas sale). Rien de scabreux et ni de dérangeant. C’est une immersion plaisante avec quelques anecdotes qui donnent le sourire et des situations qui donnent chaud, très chaud ! Max Levin est par définition, l’homme prétentieux, sûr de lui, égoïste, perfectionniste, ambitieux, beau comme un Dieu, attachant, humble, passionnant, amical, chaleureux et doté d’un humour ravageur. C’est un homme qui sous sa carapace mérite le coup d’œil. Une rencontre inattendue va bouleverser sa vie, mais à quel point ?

Everly est une jeune femme soucieuse de son avenir. L’obtention de son diplôme de droit est le but ultime de sa vie qui se définit entre ses cours et ses cours. L’intrépidité et l’insouciance ne sont pas ses mots d’ordre. C’est une fille gentille, peu expansive et maladroite. Nous voyons bien qu’elle n’est pas à l’aise en société et surtout qu’un homme bien charmant va prendre une place impromptue dans sa vie.

Leur aventure débute suite à cette liste de 10 points laissée par sa grand-mère qu’elle affectionnait plus que tout. C’était son pilier et son rocher sur lesquels elle se reposait volontiers mais la mort l’a prise bien trop tôt. En tant que lecteur, on s’aperçoit rapidement que ces dernières volontés ont un but bien précis. Mais la question qui demeure : est ce que le but sera atteint ?

Toute l’histoire tourne autour de cette fameuse liste. S’enchainent rapidement des rebondissements qui amèneront vers un final inattendu et explosif.

J’ai adoré voir évoluer Everly et Max qui vont prendre conscience que la vie n’est pas celle que les autres souhaitent pour eux. Ils deviennent beaucoup plus mature, s’apprivoisent et s’auto-guérissent. Leur liaison, sans ambiguïté, est quelque peu paradoxale et attendrissante.

Gina Gordon sait très bien s’amuser avec nos nerfs. Elle fait monter progressivement la tension et la température. Elle a su me mettre à l’aise par rapport au milieu où évolue Max. Elle nous en offre une autre vision et essaye de vaincre ces préjugés vieux comme le monde. Outre ce point, elle a eu la facilité de me plonger dans la bulle qu’elle a créée pour ses personnages. Je me suis sentie proche de ces derniers et j’ai eu l’envie de me battre avec eux contre le reste du monde. Tout ceci est rendu possible grâce à la plume parfaite de Gina Gordon. Elle l’a manipule parfaitement rendant les émotions intenses.

Une lecture  que j’ai littéralement dévorée. J’ai souffert autant que Everly et Max, j’ai eu beaucoup de peines, de doutes, d’attentes interminables et j’ai eu très chaud !

Je frôle le coup de cœur : il me manque ce petit quelque chose qui aurait fait exploser mon cœur. Le deuxième tome « Believe me » est dans les starting block et je n’ai qu’une hâte m’y plongée à nouveau.

« Seduce me » est palpitant, bousculant et fiévreux ! La séduction n’a pas de limite !

 

 

liens-utiles

 

Vers le site des éditions Harlequin

Vers le site officiel de l’auteure !

 

 

 

Sex, love in the Ring, tome 1 de Blandine C.

 

 

 

 

[ NEW ROMANCE – Nouveauté 2017 ]

Éditions LIPS & ROLL

Lecture personnelle

 


 

Résumé :

« Un jour, une personne te serrera si fort dans ses bras que tous les morceaux brisés de ton cœur se recolleront. « 

Sierra a finalement l’existence qu’elle a toujours voulue : un fiancé parfait, un travail captivant, un quotidien bien rangé.

Mais lorsqu’un événement dramatique survient et remet tout en question, c’est sa vie entière qui s’écroule.

Et comme un malheur ne vient jamais seul, elle fait la rencontre de Kayden Williams. Mec à problèmes, bagarreur et tatoué, il participe à des combats de boxe clandestins et cache de lourds secrets.

Elle le trouve insupportable, pourtant il est l’unique personne en mesure de l’aider. Décidés à se venger, ils vont s’allier. Et pour cela, ils ont le plan parfait. Mais que se passe-t-il lorsque l’amour s’immisce entre eux ?

Quand le feu et la glace se rencontrent, elle fond..

 


 

Mon avis :

Ma lecture plaisir du mois de juillet que j’ai beaucoup adoré. Un univers loin des licornes à paillettes. Un univers où les combats sont plus de raisons.

Sierra est la petite amie bien sous tout rapport et même trop au point que ses œillères deviennent trop opaques. Elle vit dans son monde idéal jusqu’au jour où l’impensable et l’inévitable se produisent. La fuite est sa seule échappatoire. Un vrai supplice rempli de profonds tourments. Son monde s’écroule et ce n’est sans compter sur la rencontre de Kayden, le terrible bad boy tatoué et boxeur. Autant vous dire de suite c’est le genre de personnage que j’affectionne particulièrement : sombre, ténébreux, tatoué, méfiant, sur la défensive, colérique, instable et séduisant à se damner. Un mélange d’ingrédients qui fait son charme et qui m’a conquise indéniablement. Sierra est au début la gentille fille qui finit pas s’enhardir et se forger un caractère prêt à supporter toutes les épreuves. Elle est têtue et revancharde. Elle se cloisonne dans ce sentiment de vengeance.

Cette histoire ne serait pas remarquable, s’il n’y avait pas ce jeu de séduction et ce domptage mutuel. La naissance d’une passion irraisonnée et  tumultueuse. Deux esprits et deux corps attirées pour notre plus grand plaisir.

Je découvre pour la première fois la plume de Blandine C. Elle est simple et raffinée et transmet agréablement bien toutes les émotions que ressentent ses personnages. J’ai trouvé regrettable que le tome 1 soit aussi court (lu en une soirée), heureusement que pour me consoler la suite sort aujourd’hui !

« Sex, love in the ring » se savoure, mojito à la main pour refroidir les ardeurs 😉

 

 

liens-utiles

Pour tout savoir sur Les éditions Lips&Roll

 

 

 

Parier mais pas jouer, tome 1 de Chrys Galia.

 

 

[ NEW ROMANCE – Nouveauté 2017]

Éditions BMR

Service presse

 

 

Je remercie les éditions BMR pour ce service presse via la plateforme Netgalley.

 


 

Résumé :

Tout réussit à Stephen Atkins. Excellent au travail comme dans sa vie privée, il ne connaît pas l’échec. Jusqu’au soir où Liv, serveuse dans son bar préféré, résiste à ses avances. Cette fille serait-elle hermétique à ses charmes ? Pourtant aucune femme ne dit non à Stephen Atkins…
Mis au défi par ses amis, il a trente jours pour la séduire. Facile ! Ou pas… car la jeune femme a un caractère bien trempé. Sans le savoir, Stephen va se trouver pris à son propre piège…

 


 

Mon avis :

Stephen Atkins est par définition : l’homme alpha, égoïste, égocentrique qui fait valoir sa position sociale par son arrogance, sa situation financière aisée, son statut de dirigeant de son entreprise et par son excentricité. Un homme de pouvoir qui a pour habitude d’avoir tout son petit monde à ses pieds au moindre caprices de sa majesté. D’ailleurs il ne se prive absolument pas et le revendique haut et fort : « je suis le Roi ». On connait ce genre de personnage, on le rencontre souvent dans ces nouvelles romances, donc ici rien de nouveau. Jusqu’à cette rencontre fortuite avec Liv, serveuse dans ce bar ou Stephen et sa clique d’amis prennent du bon temps. Liv est une jeune femme avec un fort tempérament. Sa verbe a l’audace de refroidir notre monseigneur d’où le pari improbable de la séduire. De vous à moi, on sait parfaitement dans quel genre de situation ce Stephen s’est mis et aux conséquences dont il devra faire face.

De ce premier tome, il ne ressort rien de nouveau en rapport aux autres romances. Pour ma part ce n’est pas du déjà vu, mais le thème abordé n’innove pas. Pourtant je décèle beaucoup de potentiel (peut être que les deux tomes suivant me donneront raison). J’ai beaucoup apprécié la narration de l’histoire : Stephen Atkins en est le principal comédien et a l’audace de s’adresser à nous, nous obligeant à prendre une certaine position et peut être à s’apitoyer sur son pauvre sort. Mise en part ce point-ci fort intéressant, ce qui m’a le plus bouleversée c’est l’histoire ou plutôt le vécu de Liv. C’est dérangeant, touchant et triste. C’est un personnage extrêmement attachant, on a envie d’être auprès d’elle pour la consoler. On a pitié d’elle et du coup on l’encourage mentalement à ne pas s’effondrer et de qu’elle se fasse aider dans son combat acharné. Les personnages évoluent tout au long dès chapitre et ce n’est qu’encourageant.

C’est une lecture que j’ai lu de but en blanc, sans m’arrêter (c’est assez court pour passer une soirée agréable). On a vite envie de découvrir ce qu’il en retourne et entre moult péripéties, passion et trahison , on ne s’ennuie nullement. La plume de Chrys Galia est pétillante et donne du relief à une histoire quelque peu banale. Elle joue avec ses personnages telle qu’une partie de poker : on allonge ou on se couche.

En bref « Parier mais pas jouer » n’est pas une histoire transcendante mais je relève de nombreux points positifs. Le second tome (en attente) saura me séduire, peut être, davantage.

 

 

liens-utiles

 

Lien vers le site des éditions BMR !

La page Facebook de Chrys Galia !

 

 

 

 

Entre les mondes, tome 2 : Les Descendants de Maëlle Andals.

 

 

 

[ ROMANCE FANTASTIQUE / Bit-lit – Nouveauté 2017 ]

Éditions DREAMCATCHER

Service presse

 

 

Je remercie les éditions Dreancathcer pour ce service presse.

 


 

Résumé :

Alors que la paix est sur le point de régner à Méenne, Adrian est obligé de retourner dans la famille qui l’a vu naître. Il sait ce qu’il doit à son pays d’adoption ; alors ce sacrifice ne lui semble pas si grand après tout. Quant à Néva, elle a survécu… S’il est heureux de la retrouver, il va devoir pourtant lui dire adieu, encore une fois.

Dans le monde de Néva, la mission des SDO semble terminée. Néva est bien décidée à s’expliquer avec Joshua sur leur relation. Elle veut son indépendance et refuse l’idée d’appartenir à qui que ce soit et encore moins à un vampire. Mais rien ne se passe comme prévu… Pourquoi refuse-t-il de sortir de sa vie ? L’affaire est-elle vraiment terminée ? Peut-elle vraiment arrêter de rencontrer Adrian comme il le lui a demandé ?

 


 

Mon avis :

Je faisais partie des quelques lectrices qui n’avaient pas accroché au premier tome pour maintes raisons que vous retrouvez dans ma chronique (voir lien plus bas). A l’annonce de la sortie par la maison d’éditions, j’ai longtemps hésité à accepter : allais-je aimer ou pas ? Puis j’ai accordé une seconde chance à Maëlle Andals, va t-elle me conquérir ? C’est donc avec beaucoup de craintes que j’ai débuté ce deuxième tome « les Descendants ». Tiens donc, un titre accrocheur qui me met de suite la puce à l’oreille, l’auteure va t-elle nous dévoiler enfin les réponses aux questions énoncées dans le premier volume ? Avec nonchalance je m’y jette enfin et je met de côté tous mes aprioris.

Les chapitres s’enfilent à mon grand étonnement aussi rapide que l’éclair. Et j’en suis la première soufflée. Malgré la longueur de ces derniers que je désapprouvais au premier tome, ici elle n’est aucunement gênante et au contraire j’ai beaucoup apprécié car l’action très présente a pris la place aux descriptions quelquefois trop longues et imposantes (toujours dans le premier tome). Premier bon point !!! Autant que je vous le dise dés maintenant je vais en distribuer beaucoup de bon point !

Je retrouve donc notre trio d’enfer : Néva, la guerrière intrépide, Adrian, le beau chevalier et Joshua l’irrésistible vampire. Quels beaux mondes ! Un trio d’amoureux qui jouent parfaitement leurs rôles de possessifs, de jaloux et d’intransigeants. Honnêtement, mon cœur n’a pas su les départager : je les aime tous les deux. Leurs traits de personnalités, leurs défauts et leurs qualités réunis en feraient un homme parfait. Par ailleurs Néva, également joue sur les deux tableaux, la coquine. Oui quelle coquinette cette Néva ! Elle nous offre des scènes torrides (rien de vulgaire, elles sont magnifiquement enjolivées par la plume de Maëlle Andals). Elles apportent une touche sensuelle dans ce monde de brut. En effet, elle va être confronter à de terribles événements tragiques et morbides. Néva va souffrir physiquement et psychologiquement. Tout se déchaine autour d’elle. Pour le coup j’admire cette force qu’émane de ce petit bout de femme. Elle mène son monde en désolation par le bout du nez et insuffle une énergie vitale. C’est une tornade à elle toute seule. Elle améliore ses capacités surnaturelles et nous en met plein les yeux. Ce deuxième tome permet aux personnages de s’affirmer et de se dévoiler. Leurs assurances magnétiques et écrasantes rendent la lecture encore plus addictive. La plume de l’auteure n’est pas en reste car elle m’a totalement hypnotisée. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure glisse quelques clins d’œil sortis du premier volume. Il est vrai qu’en l’absence de prologue, j’ai eu peur d’avoir oublié l’essentiel et que ceci nuirait à ma compréhension de cette suite. Mais que nenni tout est parfaitement ficelé pour rendre la lecture d’autant plus agréable.

Ce deuxième tome m’en a mis plein les yeux et m’a conquise. L’action omniprésente avec une intrigue bien menée et la révélation du secret d « Entre les Mondes«  m’ont enchantée et émerveillée. Un pur régal pour un final tonitruant et qui bien évidemment m’a laissée sur ma faim.

 

 

liens-utiles

 

Mon avis sur le 1er tome : c’est par ICI !

Lien vers le site des éditions Dreamcatcher : c’est par ICI !

Lien vers Amazone (1er tome )