ICI N’EST PLUS ICI de Tommy Orange.

[ LITTÉRATURE NORD AMÉRICAINE – Rentrée littéraire 2019 ]
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Stéphane Roques
Éditions ALBIN MICHEL – Collection Terres d’Amérique
352 pages
Ma note : 4,5/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle
 
Le résumé :
À Oakland, dans la baie de San Francisco, les Indiens ne vivent pas sur une réserve mais dans un univers façonné par la rue et par la pauvreté, où chacun porte les traces d’une histoire douloureuse. Pourtant, tous les membres de cette communauté disparate tiennent à célébrer la beauté d’une culture que l’Amérique a bien failli engloutir. À l’occasion d’un grand pow-wow, douze personnages, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, vont voir leurs destins se lier. Ensemble, ils vont faire l’expérience de la violence et de la destruction, comme leurs ancêtres tant de fois avant eux.
Débordant de rage et de poésie, ce premier roman, en cours de traduction dans plus d’une vingtaine de langues, impose une nouvelle voix saisissante, véritable révélation littéraire aux États-Unis. Ici n’est plus a été consacré « Meilleur roman de l’année » par l’ensemble de la presse américaine. Finaliste du prix Pulitzer et du National Book Award, il a reçu plusieurs récompenses prestigieuses dont le PEN/Hemingway Award.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Cela fait depuis quelques temps que je pense à me lancer dans les chroniques vidéos. Et aujourd’hui je saute dans le vide. Je ne le ferrais pas tous les jours, mais je me donne comme objectif une fois par mois (je vais rester raisonnable). Je tenais toutefois à laisser mes doigts courir le clavier et en quelques lignes décrire mon ressenti. Vous pouvez néanmoins regarder la vidéo (support IGTV) à vos risques et périls, je ne suis pas certaine d’être compréhensible et je vous l’accorde je suis loin d’être à l’aise.

 

ICI N’EST PLUS ICI laisse pantois. Difficile de mettre les mots adéquats sur ce roman choral, le premier de Tommy Orange. Un roman choral particulièrement prenant où les mots fusent telles des balles accaparant le lecteur dans une tornade infernale. ICI N’EST PLUS ICI n’a rien de merveilleux. Portrait d’une communauté désenchantée, engloutie par l’égoïsme et l’arrogance de l’homme blanc. Les désillusions ont pris possession de ces femmes et de ces hommes arrachés à leur croyance, à leur vies et à leurs espérances depuis des décennies. Massacre consensuel et voulu, tout en silence, d’un art de vivre en adéquation avec la nature et les esprits.

 

12 personnages, 12 vies intrinsèques qui portent aux nues le désarroi incommensurable de tout un peuple. Alcool, violence, abandon, dépression, tout autant de maux qui trouvent leurs sources dans cet héritage arraché. Pourtant l’espoir perce dans ces petits trucs de rien du tout : un enfant qui enfile un costume et qui ne cesse de danser, un tambour qui résonne, des chants, un homme et sa caméra qui capturent ses instants dérisoires et le grand pow-wow, rassemblement de souvenirs. Un héritage qui persiste et dure, un héritage nécessaire quand les mots disparaissent d’une génération à l’autre ou quand cet héritage est bien trop lourd à porter.

 

Un roman puissant porter par les mots poétiques et judicieux d’un auteur hors norme.

 

Nous sommes l’ensemble des souvenirs que nous avons oubliés, qui vivent en nous, que nous sentons, qui nous font chanter et danser et prier comme nous le faisons, des sentiments tirés de souvenirs qui se réveillent ou éclosent sans crier gare dans nos vies, comme une tache de sang imbibe la couverture à cause d’une blessure faite par une balle qu’un homme nous tire dans le dos pour récupérer nos cheveux, notre tête, une prime ou simplement pour se débarrasser de nous. […]
Être indien en Amérique n’a jamais consisté à retrouver notre terre. Notre terre est partout ou nulle part. […]
Mais pour les Autochtones de ce pays, partout aux Amériques, se sont développés sur une terre ancestrale enfouie le verre, le béton, le fer et l’acier, une mémoire ensevelie et irrécupérable. Il n’y a pas de là, là : ici n’est plus ici.
 
Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Albin Michel (vidéo et extraits).

… le Picabo River Book Club.

 

received_257092058249322

 

Un grand merci à Léa et au Picabo River Book Club.

Publicités

UN FRUIT AMER de Nicolas Koch.

[ THRILLER – Nouveauté 2019]
Éditions DE SAXUS
498 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Un thriller étouffant dans la chaleur de l’Amérique du Ku Klux Klan.
Comté de Woodbridge, Alabama, 1963.
En pleine ségrégation raciale, le Ku Klux Klan répand la terreur au nom de la suprématie blanche alors que la communauté noire fait entendre sa voix pour obtenir plus de droits. C’est dans ce contexte explosif qu’un fait divers va mettre le feu aux poudres. Un matin, le corps d’une jeune blanche violée et battue à mort est retrouvé dans les bois. Elle n’est autre que la fille d’un riche entrepreneur de la région qui est lui-même membre du Klan.
Qui a bien pu la tuer ? Pour les autorités, ça ne fait aucun doute : c’est l’œuvre d’un Noir. Peu avant le drame, la victime avait écrit au FBI, car elle craignait pour sa vie. Le Bureau dépêche alors sur place l’un de ses agents afin de tirer l’affaire au clair. Ce dernier va découvrir qu’elle a été tuée et il va se retrouver au cœur de la haine des hommes, face à une vérité dérangeante…
 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Au fin fond de l’Alabama, 1963, où règne sur ces terres rudes une atmosphère d’un autre temps. Une petite ville dirigée par un maire qui a du mal à s’imposer, un shérif zélé, des hommes poussés par des voix vindicatives et les « noirs » parqués à l’autre bout de la ville, dans des taudis d’un autre siècle. Une atmosphère où les non dits pèsent et où les regards assassinent. Des cris pacifistes et des poings levés pour faire plier les irréductibles blancs. Et des blancs qui se disent suprêmes se cachant sous des bonnets blancs informes. Bienvenue à Woodbridge, un des bastions du Klu Klux Klan où les morts n’auront le repos éternel qu’après que justice soit faite.

 

Une jeune femme, blanche, dénudée, pendue à un arbre. Son corps décharné, traumatisé et marqué dans la mort. Une incompréhension évidente, prémices à un déchaînement incroyable.Une vérité maquillée et des pions positionnées signent le départ d’une course poursuite où la mort sèmera sur son chemin une funeste danse. Le feu purifiera le mal, les fusils résonneront et les cagoules blanches marcheront à l’unisson pour imposer leur loi.

 

Agent spécial du FBI, Dwayne Olsen, est embarqué malgré lui dans cette enquête. Tout juste promu, son enthousiasme débordant lui vaut quelques entourloupes. Il est le seul qui pourrait mettre une terme à cette situation qui se dégrade jour après jour, mais il est loin de se douter qu’il n’a aucun pouvoir sur ces terres sinistres. Il va de découverte en découverte, croisant sur sa route des protagonistes tout aussi différents que concernés par cette enquête. Jusqu’au jour où la vérité éclate dans un bouquet final où nul n’a prédit les retombés.

 

La thématique de ce thriller a tout pour séduire. Le KKK, ses débordements et son emprise sur cette Amérique puritaine a été maintes fois explorés que cela soit au cinéma ou en littérature. Pour ma part c’est un thème que j’avais abordé il y a de cela quelques années. Personnellement, Nicolas Koch ne m’a rien appris de nouveau et ne propose pas quelque chose de spectaculaire. Mais, je me dis qu’il y a toujours quelque part un novice prêt à découvrir cela et je ne pourrais que lui recommander cette lecture.

 

Un thriller embarquant dans un périple tout aussi fascinant qu’abjecte. Un thriller où une ambiance pesante s’installe petit à petit. Un thriller porté par un sujet important et primordial dont le souvenir doit se perpétuer pour que cela ne puisse plus se réaliser. Un thriller étrangement addictif où chaque rebondissement amène le lecteur vers une autre intrigue Des personnages impressionnants : du shérif un peu trop sur de lui, au citoyen lambda qui se prend pour le roi du monde, en passant par des manipulateurs hauts placés, puis par l’activiste qui court pour survivre et un agent du FBI persistant. Une panoplie qui suscite beaucoup de réactions.

 

UN FRUIT AMER est sans contexte une belle lecture que je vous invite à découvrir si la thématique vous intéresse. Une lecture conduite par une plume captivante qui met en exergue le milieu dans lequel évoluent les personnages. Une intrigue minutieusement menée et un final en apothéose. A découvrir sans aucun doute.

 

Une chronique de #Esméralda

UN PETIT JEU SANS CONSÉQUENCE de JC Harroway.

[ ROMANCE SEXY – Nouveauté 2019]
Éditions HARLEQUIN – Collection MAGNETIC
288 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
« Leur passion ne devait durer qu’une nuit… »
Fraîchement installé à Londres, Ash n’a qu’une idée en tête : échapper à ses vieux démons, et faire exactement le contraire de ce que lui dicte sa bonne conscience. Aussi s’empresse-t-il de séduire une inconnue aux courbes irrésistibles, le temps d’une folle nuit de passion. Une nuit sans conséquence, si seulement sa conquête ne s’était pas présentée à son bureau le lendemain…
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Un homme. Une femme. Deux inconnus dans un parc. De cette rencontre est née une osmose particulière et euphorisante, celle qui précède une nuit sans lendemain, sans sentiment et sans regard désapprobateur.

 

Une nuit d’étreintes passionnées et fiévreuses. Une nuit initiatique pour elle et inoubliable pour lui. Mais quand le jour se lève, elle n’y est plus et lui reprend sa vie.

 

Lui c’est Ash Jacob, avocat irrésistible qui débarque de New York pour échapper à sa vie et à l’animosité barbante et suffocante de son environnement. Ash, en beau gosse intelligent qu’il est, dégage une aura magnétique à laquelle il est difficile d’y échapper. Les relations longues et sérieuses ne sont pas à son goût. Cette liberté évidente est pour lui une manière de pouvoir contrôle et diriger sa vie. Alors oui, c’est macho et égoïste, mais Ash a de très bonnes raisons d’avoir choisi cette vie. Croquer la vie en pleine dent et maîtriser tous ses enjeux à ce quelque chose de jouissif. Malgré ce côté de débauché, Ash est une personne de confiance et bosseuse. Un esprit vif dans un corps d’athlète. Difficile pour la belle Essie de ne pas craquer. Essie est une jeune femme sérieuse, studieuse et empathique. Une enfance loin d’être dorée et une personnalité brisée, Essie n’est vraiment pas une femme expansive. Le doute et la crainte envahissent souvent ses pensées. Essie pourtant tente tant bien que mal de donner un autre sens à sa vie. Sa persévérance l’a récompensée. Désireuse d’apprendre et de percer les mystérieuses des relations amoureuses, elle se lance comme défi de vivre sa première expérience d’une nuit sans lendemain. Mais ce qu’elle n’avait pas prévu dans son plan sans faille, c’est que le beau spécimen soit assis derrière le bureau, le premier jour de son nouveau boulot et qu’en plus, ils allaient devoir collaborer. Sans compter sur un certain article en ligne sur internet qui laisse planer certains rebondissements.

 

Cette romance sexy est le second roman que je lis de cette autrice américaine. Une romance sexy et légère qui met au cœur de son histoire des personnages loin d’êtres des caricatures ambulantes. J’ai beaucoup apprécié le déroulement d’une histoire pas si simple aux premiers abords, surtout quand l’aspect psychologique des deux héros entravent cette relation. Relation en dent de scie, percutée par des secrets bien trop sombres et les doutes. Les sentiments et les corps résistent à une tentation bien trop évidente.

 

J’aime ce genre de lecture entre deux plus conséquentes. Une romance sexy pour décompresser lors d’un après midi pluvieux ou en soirée. Une plume vraiment addictive qui sait accaparer sa lectrice. Une histoire émouvante et fracassante même si le final est convenu, je me suis laissée porter par le tumulte des personnages. On est loin, quand même, de la romance « gnangnan », les personnages sont attachants dans leur désespoir, car oui il y en a.

 

UN PETIT JEU SANS CONSÉQUENCE  a tout pour vous séduire !

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions HARLEQUIN.

… Mon avis sur un autre roman de JC Harroway (clique sur la photo)

VE.RI.TAS. Personne n’est parfait de Isabelle Fourié.

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]
BLACK INK Editions
329 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle

Le résumé :
Bienvenue à Harvard.
Hockeyeur vedette de l’équipe universitaire, Léo est le stéréotype de l’étudiant populaire. Beau, riche et arrogant, il est le fantasme de la gent féminine et use de son charme pour obtenir ce qu’il veut. Tout semble lui sourire.
Pourquoi proposer un marché des plus étranges à la belle mais glaciale Astrid ?
Pourquoi accepte-t-elle de jouer sans contrepartie sa petite amie factice ?
Indubitablement attirés l’un vers l’autre, cette histoire va rapidement les dépasser. Les mensonges derrière lesquels ils se cachent résisteront-ils bien longtemps ? La vérité brisera-t-elle ce lien inattendu mais si particulier qui les unit ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Léo a tout pour plaire. Beau gosse, intelligent, sportif de haut niveau. Elles veulent toutes être à son bras, même pour un laps de temps très court. Léo ne se plaint pas du tout de sa vie trépidante, c’est même un sport qu’il affectionne particulièrement. Les matchs, les filles, les bars, oui… pour rien au monde il ne changerait ses habitudes de play boy. Sous son air nonchalant et hyper cool, se cache un homme tiraillé par ces devoirs envers sa famille. Une famille hors norme dirigée par une grand-mère despotique. Les histoires de familles et les secrets sont une manne providentielle pour que tout le monde reste dans les clous. Si Léo pensait pourvoir y échapper, il s’est bien trompé et il va devoir revoir son plan depuis le début.

 

Elle, Astrid, belle française, débarque à Harvard. Nouveau départ pour cette jeune femme qui ne rêve que de liberté. Souffler loin de sa famille et des souvenirs horribles qui ont jalonné son enfance. Astrid est un diamant pur façonné par les aléas. Introvertie, elle n’est vraiment pas très à l’aise avec les jeunes gens de son âge. Elle préfère passer ses journées à la bibliothèque à étudier ou enfermer dans sa chambre. Malgré cet air candide, se cache une femme un brin dominatrice qui n’hésite pas à faire des prises de karaté lorsqu’elle se sent menacée ou sortir des phrases bien senties. Astrid est un paradoxe à elle toute seule. Le feu et la glace, à un claquement de doigts elle peut se transformer en diablesse ou en chaton. Astrid trimballe de nombreuses casseroles dont elle veut se défaire. Aidée par sa colocataire intrépide, elle va apprendre à s’ouvrir au monde et pour commencer rien de mieux que d’accepter ce marché qui sans aucun doute la propulse droit sur un mur. Mais après tout pourquoi ne pas tenter l’aventure ! Et advienne ce qui pourra !

 

Rien de prédestiner ces deux-là à se rencontrer. Concours de circonstances et attirance, les ont poussés tous les deux à emprunter un chemin dangereux. Celui où les sentiments peuvent évoluer, celui où l’autre devient irremplaçable, celui où les secrets peuvent éclater et tout anéantir. Astrid et Léo, ce n’est pas l’évidence car tout prouve qu’avenir n’est pas réalisable.

 

Isabelle Fourié nous plonge dans l’univers des étudiants où frasques et sentiments se côtoient pour le meilleur et le pire. Deux identités, au milieu de ce brouhaha, de la convoitise et de la jalousie, parviennent à se trouver pour un marché peu commun. Cette histoire aurait pu me convaincre, mais malheureusement je l’ai trouvé trop convenu. Il n’y a rien de surprenant, tout coule de source dans les différentes situations. Il me manque un peu de peps, quelques choses de fou qui me scotchent. C’est donc à mes yeux une romance assez simple et lisse qui personnellement ne me convient pas ou plus. Peut-être que je l’aurais lu, il a quelques années en arrière j’aurai crié le coup de cœur. Je constate qu’au fil du temps, je deviens beaucoup trop exigeante quand il s’agit de la romance et peu importe le sous-genre. Le personnage de Léo est à mes yeux trop simple ou trop déjà vu. Alors que celui d’Astrid est bien davantage travaillé. Il occulte vraiment les autres ne leur laissant finalement que peu de chances. Les personnages secondaires qui m’ont charmée, ne sont pas ou peu exploités, à mon grand désarroi. Je ne veux en aucun refaire l’histoire proposée par Isabelle Fourié, mais voilà je suis passé à côté d’une romance qui pourtant a tout pour charmer et peut être est-ce le cas pour vous, si vous l’avez déjà lu, ou, que vous vous apprêtiez à la lire. Malgré tout, je ne vous cache pas que j’ai lu VERITAS d’une traite. Une plume efficace qui table parfaitement sur les émotions.

 

Une romance qui je suis sûre plaira à un grand nombre d’entre vous. Rien de mieux dans ce cas-là, de vous faire votre propre avis.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des Black Ink Editions.

Le Book-trailer !

UNPUR de Isabelle Desesquelles.

[ LITTÉRATURE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]
Rentrée littéraire 2019 – Sortie le 22 Août
Éditions BELFOND – Collection Pointillés
Ma note : 5/5 mention « incontournable 2019 »
224 pages
Lien Kindle
 
Le résumé :
Quand l’enfance nous est arrachée, quel humain cela fait-il de nous ?
Garder ce qui disparaît, c’est l’œuvre d’une vie. C’est notre enfance.
Benjaminquejetaime et Julienquejetaime, c’est ainsi que leur mère les appelle. Tous les trois forment une famille tournesol aux visages orientés vers le bonheur. Le destin en décide autrement quand un inconnu pose les yeux sur les jumeaux, se demandant lequel il va choisir.
Quarante ans plus tard s’ouvre le procès du ravisseur, il n’est pas sur le banc des accusés, et c’est sa victime que l’on juge.
Quand l’enfance nous est arrachée, quel humain cela fait-il de nous ?
De l’Italie – Bari et Venise – au Yucatán et ses rites maya ancestraux se déploie ici l’histoire d’un être dont on ne saura jusqu’au bout s’il a commis l’impardonnable.
À sa manière frontale et poétique, Isabelle Desesquelles joue avec la frontière mouvante entre la fiction et le réel, et éclaire l’indicible.
Roman de l’inavouable, UnPur bouscule, envoûte et tire le fil de ce que l’on redoute le plus.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

La mer des Caraïbes ne fait de vagues. Le soir tombait, je restais en elle bras écartés, visage renversé vers un ciel sur le point d’être enténébré. Il était mon ciel du Yucatán toutes les routes menant nulle part. Le corail remué au fond évoquait un sablier qui s’écoule, il me berçait. Au procès, Julien, tu as décrit ta collection de bouteilles pleines de sable, elles te bercent, toi aussi ? A Tulum, je découvre les bains de nocturne, je me couche dans la dans la mer, immanquablement les poissons finissaient par me mordiller, drôles de chatouilles. Je guette les étoiles qui s’enfuient, elles ne me déçoivent pas, il y en a toujours une pour griller le ciel. Quand l’haleine du vent me perce, nous sommes pris la mer et moi d’un même frisson, il me souffle « Il est l’heure maintenant ». La quiétude que maman trouvait à s’éloigner dans la mer, je l’éprouve à y rester, mais vient le moment où il faut en sortir.
Bataille de polochons, rires fugaces éternellement éclatant, jalousie passagère, regard malicieux et sourire en coin, chatouilles chatouilleurs, câlins rassurant, bras réconfortant, complicité hors norme, Benjaminquejetaime et Julienquejetaime, deux étoiles suprêmes dans un univers unique. Des rêves de grandeur dans cette vie brisée.

 

Chaos instantané, froid engourdissant, bruit récurrent, odeur démoniaque, ombre sinistre d’un avenir sordide. Un traître de ceinturon, un tapis moelleux engloutissant toute dignité, une chambre satyre et une vie décharnée. Un super héros désillusionné qui ne compte plus rien. L’espoir a fui, le soleil s’est terni, les abysses sont son nouveau terrain de jeu.

 

Le temps s’écoule. L’enfant grandi, objet abjecte d’un néant destructeur, façonné par une main experte, détruisant peu à peu une imparfaite pureté. Les souvenirs vacillent, l’espoir s’est fait la malle laissant la peur bien droite dans ses bottes. Pourtant un jour, la fuite vient toquer à sa porte. Voyages insondables vers une fuite, la rédemption à l’autre bout du monde. Des rencontres, des secrets inavoués et tordus, un homme brisé qui tente encore d’échapper à l’enfant volé et souillé qu’il est devenu.

 

Isabelle Desesquelles, plume fine où la subtilité poétique parachute dans un monde désœuvré, décharné et dépourvu de bonté. Mots cachant l’insoutenable dans un souffle peinant et encombrant de tant de vérités à jamais tus. Mots fous et perturbés dans une illusion qui n’a plus de limite. Mots crachés, venimeux, haranguant la colère contenue. Mots espérés et choyés d’un pardon bien trop irrévocable.

 

Isabelle Desesquelles aime bousculer, aime déranger dans cet étrange ballet où les paradoxes et l’âme humaine mettent sur table leurs plus beaux atouts comme leurs plus redoutables. Amourachée et éberluée devant une histoire qui ne peut que questionner sur un impossible dont il est inenvisageable de penser. Foudroyée par cette osmose aussi magique que destructrice délivrant ce message de douleur, de recueil, de reconstruction, de rédemption et de pardon. Secouée par la vivacité de cette plume intransigeante qui percute sans aucune concession. Abasourdie par ce cycle macabre sonnant le glas de tout espoir.

 

Isabelle Desesquelles signe un nouveau roman bouleversant et émouvant.

 

Une chronique de #Esméralda

 

L’avis de #Lilie :
20190822_204916
J’ai eu la chance, moi aussi, d’obtenir ce roman en service presse. J’en profite pour remercier les éditions Belfond et l’autrice pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en avant-première.
 
Ce roman, c’est l’histoire de Benjamin, arraché à sa mère et à son jumeau Julien lors d’un séjour à Venise. Ce roman, ce sont les épreuves qu’il a subit, auxquelles il a survécu, la manière dont il a essayé de se reconstruire. Ce roman, c’est un coup en plein cœur, une écriture qui vous prend aux tripes, une noirceur qui fait frémir et un rythme haletant.
 
On suit Benjamin dans son enfance, son adolescence puis sa vie d’adulte. Tout est dit à demi-mot, suggéré, laissant au lecteur le choix d’imaginer ou de comprendre ce qui a pu lui arriver. Honnêtement, je ne connaissais pas du tout la plume d’Isabelle Desesquelles et je dois dire que j’ai été totalement emportée par sa manière d’écrire et de nous plonger au cœur de cette histoire bouleversante. De Bari au Mexique, on le voit grandir et essayer de surmonter mais pourra-t-il y arriver ? Tout est l’enjeu de ce magnifique roman qui ne passera pas inaperçu. Avant de terminer, je voudrais souligner le jeu de mot autour du titre, « UnPur » en un mot, ce qui laisse, là aussi, la place à l’interprétation de chacun.
 
Pour conclure, ce livre est une belle découverte. Plein de sensibilité et de poésie, cette histoire est d’une noirceur incroyable et elle vous plonge dans les tréfonds de l’âme humaine. Véritable claque pour moi, je m’ajoute le nom d’Isabelle Desesquelles dans la liste des autrices à suivre.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… Ils en parlent sur Lisez.com.

… mon avis sur le précédent roman de Isabelle Desesquelles. (Clique sur la photo).

ROSE, tome 2 : Forgive me de Khéméia b.

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – NEW ADULT – Nouveauté 2019 ]
Tome 2/2
230 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du RDV #MonMarathonIndé de Juillet
 
Le résumé :
Pour Rose qui est chirurgienne pédiatrique, l’altruisme est inné.
Alors que risque-t-elle en aidant Nolan, l’énigmatique SDF qui a élu domicile sur le pas de sa porte ?
Tout, justement.
Mais il est trop tard, son sort est scellé à celui de cet homme qui l’entrainera malgré lui dans un monde à part.
« Émotions brutes, suspense, haletant et addictif » Julie
« Un cocktail d’émotions brutes, une écriture fluide, riche et rythmée et une fin magnifique » Angie
« Fougueux, sensuel, captivant, torride par endroits et cependant très fin. » Eva
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Quand il a disparu, j’ai perdu la magie. La magie de nos moments uniques. Malgré nos tensions, j’existais comme la flamme d’un brasier, alimentée sans cesse d’un liquide hautement inflammable. Puis son absence a éteint cette flamme, laissant un tas de cendres qui me colle à la gorge et dont je n’arrive pas à me débarrasser. Je ne crois pas avoir eu autant besoin de quelqu’un dans ma vie. Je le déteste de prendre toute cette place, d’être étouffée par mon manque de lui. Je ne l’ai pas décidé, mon cœur me l’a imposé.
 
Après un premier tome placé sous le signe de l’apprivoisement, de la colère, de la haine et du pardon, ce second tome est incontestablement différent. Différent dans cette intensité qui vous broie les tripes. Différent dans l’attitude des personnages. Différent dans l’appréhension des émotions. Déchirant, conciliant, épatant, tout simplement envoûtant.
 
Les rebondissements accaparent le fil de l’histoire alors que cette dernière impose un nouveau rythme. Nolan et Rose font la part belle d’un scénario qui ne peut que tenir en haleine. Un Nolan un (petit) peu plus réfléchi s’impose dans ce chaos, alors que son côté choupinou ressort au coté de l’insatiable Rose. Une Rose qui se transforme en une femme téméraire (davantage), et qui finalement va s’affranchir peu à peu des ses doutes et surtout de ses pires peurs. Elle décide enfin d’accorder une place suffisamment importante à un futur paisible où les souvenirs ont leur place sans pour autant être destructeurs. Un travail acharnant et épuisant pour ce petit bout de femme qui ne m’a cesse surprise.
 
L’adrénaline affole les cœurs, l’oxygène se raréfie, pour un final explosif et étourdissant. Ce second tome a tout de l’allure d’un romantic suspense en version, certes, light pour celles adeptes du genre. L’intrigue amorcée dès le tome 1 est explorée avec énergie. Khéméia b. donne l’envie implacable de tourner les pages de son roman dans le but, enfin, de savoir.
 
Cette duologie est une très très très belle découverte. Une autrice au talent indéniable qui sait partager grâce a sa plume les émotions. Un maelstrom d’émotions. Des personnages aussi sensibles qu’intransigeants, anéantis par un passé douloureux. Un duo qui va apprendre à se connaître lors de moments aussi délicieux que douloureux. Une alchimie indéniable et surprenante. Un duo de choc ! Une atmosphère pesante qui prend de l’ampleur au fil des chapitres. Une histoire qui, à aucun moment, ne m’a déçue.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview de Khéméia b.

… mon avis sur le tome 1 (clique sur la photo)

CUPCAKES & CO(CAÏNE) #2 et #3 de Fleur Hana.

[ CHICK-LIT – Nouveautés 2019]
Novella tomes 2&3/3
Ma note : 5/5 mention « coup de cœur »
263 pages
Lien Kindle
Lu dans le cadre du RDV #MonMarathonIndé de juillet
 
Le résumé (tome 2) :
Votre cupcake, avec ou sans cocaïne ?
J’allais enfin pouvoir reprendre mon business avec la vente de mes cupcakes.
Ma priorité était vraiment de me recentrer sur ma petite boutique.
Tout était parfait, les touristes commençaient à arriver et ma recette glacée leur plaisait déjà.
Tout devait se dérouler sans accroc.
Enfin ça, c’était la théorie.
La pratique ? Aujourd’hui, me voilà à nouveau embarquée dans une sombre affaire de drogues dures avec mon lieutenant sexy, une grand-mère italienne, la réincarnation de Tolstoï et la version naine de Jolly Jumper.
 
Le résumé (tome 3) :
Observer, enquêter, coffrer. J’avais tout prévu. Sauf Charlotte Monroe.
Je bossais sur cette affaire depuis des mois.
L’objectif était de démanteler le plus gros trafic de cocaïne de la Côte d’Azur.
Ma couverture était parfaite et j’étais à ça, juste ça, de coincer ces mafieux russes.
Tout devait se dérouler sans accroc.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Comédie romantique déjantée, Fleur Hana est là pour vous servir. Après un premier tome tonitruant et totalement génialissime, les deux derniers tomes, dans la même veine, m’ont mis une fois de plus plein les yeux et les zygomatiques n’ont jamais autant sollicité.

 

Charlotte, alias Charlie, cafouilleuse de première et aimant à embrouille, n’est absolument pas prête à retrouver un quotidien serein. Depuis sa rencontre avec le lieutenant sexy et leur virée dans l’arrière-pays, rien ne va plus. Roulette de la malchance, Charlie subit de plein fouet un retournement de situation dont elle aurait pu se passer. Un lieutenant sexy toujours aussi grognon, mais toujours aussi sexy, une meilleure amie présente et sa boutique chérie qui ne roule pas sur l’or mais qui vaut celui du monde entier. Cupcakes en folie, sa boutique est son monde et elle lui rend bien, enfin ça s’était avant d’avoir pris une décision aussi stupide que stupide, laissant entrer le loup déguisé dans la bergerie. Nouveau roulement de tambour, faites vos jeux, rien de va plus, catastrophe éminente. Charlie reste fidèle à elle-même, à son caractère saugrenu et à son tempérament de folie.  Joyeuse furibonde et verbe aussi acérée qu’épicée, Charlie va connaître de nouvelles joies de la vie. En même temps, elle a bien cherché le bâton pour se faire battre et en guise de bourreau, je nomme le lieutenant sexy. Enfin ce n’est plus le seul, la mafia russe et la mafia italienne s’invitent aux côtés de ce duo atypique pour une course poursuite à travers la France. Revirement de situation, quiproquo, scènes hilarantes, l’intrépide Charlie n’a qu’à bien se tenir, il ne faudrait pas qu’en plus le lieutenant sexy tombe amoureux de la belle tornade. Enfin ça c’est une autre histoire, celle après « le après ».

 

Comment ne pas craquer ! Enfin, moi, je n’ai pas la solution, car j’ai complétement succombé à ce duo infernal. Humour, dérision, catastrophe en tout genre et personnages attachants de quoi passer quelques heures de lecture à se poiler et à savourer. Une comédie romantique qui met la pêche.

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’univers de Fleur Hana.

… mon avis sur le tome #1 (clique sur la couverture).