LE PISSEUX de Damienne Lecat.

 

[ LITTÉRATURE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]

Éditions ACADEMIA – Collection Évasion.

120 pages

Ma note : 5/5 mention « Incontournable 2019 »

Lien Kindle

 
Le résumé :
Belle-doche, salope ! Eric, gamin sensible et intelligent, invective ainsi en secret sa belle-mère qui ne rate pas une occasion de le maltraiter. Son père se voile la face, sa grande soeur Anne essaie de le protéger. Encore une qui va me faire chier ! Cinquante ans plus tard, Eric, misanthrope reclus dans son appartement, ne supporte ni Prune, sa nouvelle voisine qui essaie de s’immiscer dans sa vie, ni sa soeur qui l’entoure toujours de ses attentions. Un même personnage, une alternance de deux époques, un dénouement parallèle pour un drame psychologique caustique, non dénué d’humour et de poésie.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

Encore une qui va me faire chier, se dit Eric en la voyant par la fenêtre débarquer de sa vieille Kangoo garée en double file, les quatre clignotants allumés. Il n’a pas tort. Les seins à l’air, mais le cul presque invisible sous un large pantalon, une bonne femme dépose deux poufs, un narguilé et une plante verte qu obstruent l’entrée de l’immeuble, puis, sa,s la moindre gêne, elle s’en va au volant, sans doute à la recherche d’une place de parking dans le quartier. Elle revient à pied une demie-heure plus tard. Tout ce temps pour un simple créneau ! Le chat tigré qui passait par là a eu le temps d’exercer ses griffes sur le pouf de droite et de marquer son territoire sur celui de gauche, ce qui rend Eric presque guilleret. Elle vase marrer dans le quartier, la gamine !
(Premières lignes)
Eric depuis sa fenêtre côtoie le monde. Un monde qu’il dénigre et qu’il ose affronter à l’occasion de quelques sorties d’une absolue nécessité. Eric n’est pas agoraphobe mais les relations sociales l’horripilent. Il aime passer ses journées selon un rituel bien précis. Il aime vagabonder entre ses quatre murs. Chaque pas, chaque odeur, chaque grincement, chaque jeu de lumières, chaque élément à leur place précise lui rappellent des souvenirs douloureux. Eric n’a jamais su guérir ses blessures qui au fil des années l’ont emmuré dans un cercueil de rancœur, de haine, de colère et d’injustice. Il répudie les femmes, même sa sœur n’a pas droit à un traitement de faveur. Eric est un homme hautain, mal-aimable, détestable et goujat. Le portrait d’un parfait misanthrope. Un homme des cavernes, un ours mal léché, un grinch tout autant de comparaisons qui sont loin d’être à la hauteur de cet homme.

L’arrivée de la nouvelle voisine va bouleverser le quotidien bien rangé d’Eric. Un harcèlement bon enfant qui va ouvrir la boite de Pandore. Pour le meilleur, Eric va devoir se confronter à quelques vérités et découvrir une réalité macabre et pour le pire, peut-être, ouvrir son cœur. Le petit pisseux qu’il est n’a qu’à bien se tenir !

Damienne Lecat signe un roman où surprise et déconvenue vont de paire avec horreur et drame. Si dans un premier temps le personnage d’Eric à de quoi rebuter et horripiler, de fil en aiguille, le lecteur découvre les raisons qui ont amené ce petit garçon à devenir l’adulte du présent. Comme la madeleine de Proust, l’environnement proche d’Eric déclenche la résurgence des souvenirs. Entre passé et présent, le lecteur devient le témoin de cette vie insoutenable. J’ai ainsi pu comprendre cet homme, le rendant, pour l’occasion, attachant dans son désœuvrement, dans sa peine, dans cette blessure qui n’a jamais cicatrisée. Sans l’espoir, le grand Eric a perdu la foi dans l’avenir, vivant abattu dans sa coquille d’escargot. Damienne Lecat touche un sujet sensible. Elle l’aborde d’une manière que j’ai beaucoup apprécié : un ton grave et sobre emprunt d’une petite note de légèreté. Petit à petit, les éléments s’emboîtent pour parfaire un tableau où la tristesse prédomine et où les ombres anéantissent le peu de lumière qui reste. Damienne Lecat m’amène alors vers ce final inattendue qui lève le voile sur cette promesse.

J’ai été subjugué par la plume de Damienne Lecat. Une plume délicate qui met en valeur les tourments de l’âme. Une plume franche qui ose des mots crus et insensés. Une plume caustique et efficace. Ce drame psychologique m’a tenue en haleine tout au long des pages. Une lecture que je vous invite vivement à découvrir !

#Esméralda

 
Je remercie les éditions Academia pour leur confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Academia.

Publicités

AMOUR, FLINGUES ET MACARONIS de Anna Triss.

 

[ ROMANTIC SUSPENSE / FEEL-GOOD BOOK – Nouveauté 2019 ]

Tome 2/2

BLACK INK Editions

430 pages

Ma note : 5/5 mention « à croquer »

Lien Kindle

 
Le résumé :
Ne me jugez pas trop vite. Ne me détestez pas.
Sept années de passion, de bonheur et de sexe torride pour en arriver là aujourd’hui…
Il y a six ans, à Florence, après moult mésaventures rocambolesques, moi, Robyn, j’ai épousé Valentino Massari, l’amour de ma vie. Mon Échelon Cinq est devenu le père d’adoption de ma fille.
Nous étions heureux tous les trois. Une famille épanouie.
Jusqu’à récemment, j’étais persuadée d’avoir déniché la perle rare avec mon macaroni.
J’étais convaincue que ma poisse légendaire s’était envolée.
Mais quelque chose de terrible s’est passé…
Détrompez-vous, le prince charmant n’existe pas.
L’homme que je prenais pour mon prince charmant est italien, tueur à gages… et je l’ai quitté.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Nous sommes toutes  d’accord qu’à l’annonce de la sortie de cette suite et au vu du résumé,  nous avons hurlé notre désarroi et lorsque le book-trailer a fait son apparition, nous avons (enfin moi plutôt) meuglé telles des vaches en furie prêtes à démolir quiconque, (oui, oui …. quiconque) se mettrait au milieu de notre route. En mode grognasse avec plein de points d’interrogations qui clignotent de toutes les couleurs. Digne d’un super GIF.

 

Mon état d’esprit était digne d’un mélodrame : blagues douteuses, explosions de slip à tête de mort, une mythomane qui se la joue à la Bonnie. J’étais bien partie pour un very bad trip où je prenais le flingue pour estriper (expression de vers chez moi!) le macaroni. Pôvre Robyn ! Je vais éviter de m’égarer ! Je reviens donc à nos mouton, enfin plutôt, à nos macaronis et à nos flingues, et pour l’amour je verrais plus tard.

 

Saut dans le futur, 7 années se sont écoulées depuis le mariage tout mimi de nos  tourtereaux : le prince charmant (accessoirement tueur à gages) et la pulpeuse pin-up.  7 années de pur bonheur où Valentino devient restaurateur et Robyn ouvre enfin son salon de tatouages. Je vous épargne les corps suants s’entremêlant dans un sorte de ballet érotique et sensuel. (En gros, ils ont b******** comme des lapins ! Et tant mieux pour eux). Valentino respire la sérénité. Il ne tâtonne plus de la gâchette. Mais se reposant trop sur ses acquis, il a oublié deux choses cruciales : une promesse et une dette ne s’effacent pas avec le temps et quand Robyn pète un câble, elle prend la tangente quitte à fracasser bien des cœurs. Et qui s’est qui rame comme un forcené dans la semoule et bien c’est bibi le macaroni. Un qui ne manque pas de ressources et quitte à se ridiculiser (enfin c’est un grand mot) autant le faire avec les formes ! Et puis le mafieux sur sa colline il n’a qu’attendre pour régler les comptes.

 

Anna Triss met la gomme pour ce second (et dernier) tome. Une suite toutefois bien différente notamment dans le ton que l’autrice emploie. Une histoire bien plus sombre voire mélancolique où les personnages déchirés entre amour et haine ne savent plus où donner de la tête. Tout part en cacahuète. Et c’est un vrai crève-cœur ! Robyn perd de son ardeur et retrouve son éternelle compagne « la maladroite ». Elle tente malgré sa déprime soignée à coup de bonbons, de dépasser touts les derniers événements de sa vie et d’aller surtout de l’avant. Anna Triss met parfaitement en avant les fêlures des ces personnages fétiches. Assaillis de question et de doutes, les remises en questions sont persistantes alimentant un combat où reconquérir le cœur de l’autre est une joute pleine de surprises.

 

Une nouvelle fois je me suis laissée embarquer dans cette aventure totalement hallucinante où j’ai pu découvrir de nouvelles facettes des personnages principaux et vivre une aventure où ce trio explosif (amour, flingues et macaronis) défie tous les statistiques. Cerise sur la gâteau, pour la gourmande que je suis, les nouveaux points de vus sont judicieux et apportent un nouveau rythme, pour ne pas dire, un nouveau coup de folie. La plume de Anna Triss est alléchante et gourmande. Un brin plus érotique que dans le tome précédent et surtout tout aussi addictive et carrément barré. Et j’adore ce dernier. La légèreté côtoie la déprime. Le sérieux, l’innocence. L’amour, la mort. La folie, la joie. Difficile de résister à tout cela !

 

Je persiste et je signe (avec le diable tant pis pour moi), je veux un prince-charmant-tueur-à-gages-spécial-macaroni pour noël !

 

#Esméralda

Je remercie Black Ink Editions pour leur confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions

… le site de Anna Triss.

Mon avis sur le premier tome (clique sur la couverture pour le découvrir).

 

Le book-trailer !

S.W.A.T., tome 2 : Absolution de Manon Donaldson.

 

[ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019 ]

Tome 2/2

BLACK INK Éditions

342 pages

Ma note : 5/5 mention « à croquer »

Lien Kindle

 
Le résumé :
Comme un miroir qui vole en éclats, les convictions d’Alyssa et de Hardy ne sont plus que des fragments d’incertitudes.
Dans l’étroite frontière qui sépare le vrai du faux, la confiance qu’ils se portent est ébréchée. Pendant ce temps, leurs ennemis gagnent en puissance, et la menace qui pèse sur eux est assortie d’une dette colossale.
Alyssa et Hardy, deux âmes opposées, mais contraintes de s’allier, doivent affronter un destin parsemé d’embûches et de trahisons.
Et si le danger prenait sa source là où ils s’y attendent le moins ?
Sauront-ils se battre ensemble ou capituleront-ils, précipitant l’autre dans les abysses de leurs peurs les plus profondes ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Entre crush, passion, haine et colère, Alyssa et Hardy c’est je t’aime moi non plus, puissance 1000.

 

Un regard, des paroles cachées, un ordre, un corps et du sang, Alyssa perd rapidement pied. Elle a osé le geste qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir accomplir. La vengeance est un plat qui se mange froid mais il a un goût amer et nauséabond. Alyssa s’est mise à nouveau dans les emmerdes profondes. Maintenant, elle est redevable (à vie) à un mafieux aussi sournois qu’intelligent. Sacré pétrin dans lequel elle va devoir ramer pour ne pas mourir. Hardy en tant que chevalier sur son cheval d’infortune se doit de protéger sa belle guerrière pour le pire et le pire. Une alliance silencieuse où les non-dits flottent. Les secrets n’ont jamais rien apporté de bon et ils vont en pâtir tous les deux.

 

La colère s’infiltre dans leur relation, les cris fusent, les mots blessent et l’abandon est meurtrier. Alyssa et Hardy s’éloignent l’un de l’autre pour tenter l’inconcevable. Le mystère autour d’eux s’effiloche et laisse apparaître peu à peu la vérité. Le mal rôde sournoisement autour d’eux. N’ayant plus rien à craindre, se jeter dans la gueule du lion semble digne de l’acte héroïque ou suicidaire.

 

Amour, passion, secrets, trahison, honneur, respect, ténacité, manipulations, complots, un combo explosif pour une histoire poignante, déchirante et totalement sensationnelle.

 

Manon Donaldson signe un second opus complétement dingue. Si pour le premier, elle avait pris son temps pour mettre en place son histoire et son intrigue, ici, il n’en est plus question. Manon attaque dès les premières lignes pour ne plus nous lâcher jusqu’au point final. Ce second tome met la baraque en dessus-dessous. De l’action à profusion sans oublier tout de même de développer le côté psychologique des personnages. Les sentiments dégoulinent sous des attitudes parfois contradictoires. Et puis dessous tout cet amas totalement désespérant, se cache l’espoir. Celui qui va permettre l’impensable. Celui qui va faire avancer, pas à pas, nos héros. Celui qui transcende. 

 

Manon Donaldson ne lésine pas à la tâche. Une plume nerveuse, addictive où se croise toute une panoplie de sentiments douloureux et passionnels. A la fois intransigeante, elle n’hésite pas à malmener ses personnages. Il s’en dégage une émotion puissante rendant les personnages hyper attachants. Et que dire de ce final. Juste un gros WOUUUUAAAAAAHHHH ! J’adore quand un auteur prend des risques et que jusqu’au point final tout est là, sans emphase, sans promesse, sans dinguerie. Les mots justes, la scène adéquate ne me laissant que les larmes pour admirer et savourer.

 

S.W.A.T est une sacrée histoire. C’est se fourvoyer dans un jeu où les règles bougent continuellement, où l’amour a tout à prouver, où une seule et unique promesse peut en cacher un tas d’autres dont le pardon. Un sublime romantic suspense à croquer, à dévorer avec hargne !

 

#Esméralda

Je remercie Black Ink Éditions pour leur confiance.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions.

Mon avis sur le tome 1 (clique sur la couverture pour le découvrir)

Le book-trailer de S.W.A.T.

AMOUREUSE DU DIABLE de Alexandra Lanoix.

 
[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019]
424 pages
Ma note : 5/5 mention « à croquer »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du Rdv Mon Marathon Indé de mai.
 
Le résumé :
Lilly s’octroie quelques jours de congé bien mérités à Monaco. Elle a économisé plusieurs mois sur son salaire de caissière pour s’offrir ce voyage : un break avec sa vie actuelle et… sa vie d’avant. Durant son séjour, elle croise la route de l’homme d’affaires Léo Watts, mais cette rencontre va lui valoir toute l’attention d’Interpol, qui lui demande d’infiltrer le cercle très fermé du richissime businessman. Acceptera-t-elle de jouer les taupes auprès de cet homme qui est loin d’être un ange
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
La nouvelle romance d’Alexandra Lanoix est un sacré bijoux. Bien plus que ça, c’est démentiel, enivrant, entrainant, bouleversant et captivant. Une romance double effet Kiss Cool garanti !

 

Lilly a connu un monde où célébrité, adrénaline et effusion étaient au centre de sa vie. Lilly a éprouvé l’euphorie, l’insouciance et  l’insolence. La liberté avec un grand L, celle qui donne des frissons, celle qui envoûte en un tour de main, celle au travers de laquelle elle se sentait vivre. Mais du jour au lendemain, en un claquement de doigts, Lilly doit faire face à l’enfer. Une descente vertigineuse qui ne lui laissera aucun répit mais beaucoup de cicatrices. Retour à la case départ. Pour faire face, elle enfile le costume de caissière et tente malgré tout de joindre les deux bouts pour elle et sa mère, malade. Lilly depuis deux ans a mis de côté des économies pour se payer le voyage de ses rêves : se retrouver dans un grand palace à Monaco avec vue directe sur la mer. Un break bien mérité. Une semaine de fainéantise !

 

Lilly est un sacré bout de femme : déterminée, entêtée, revancharde, imposante, mystérieuse, courageuse, téméraire, fonceuse. Un sacré caractère auquel il faut mieux éviter de se frotter. Et Léo Watts va s’y piquer et devenir accro. Une rencontre fortuite, une détermination à tout épreuve, un enjeu secret et une alchimie explosive : voilà l’effet Léo-Lilly. Léo est un homme d’affaires mystérieux, possédant une aura magnétique et attractive. Léo Watts aime tout maitriser. Avoir un coup d’avances dans ses affaires est primordiale. Il n’avait aucune faiblesse jusqu’à présent. Lilly représente à ses yeux l’amour inaccessible, le bonheur, la sérénité. A ces côtés, c’est un autre monde qui s’ouvre devant lui.

 

Mais le mal rôde, prêt à jaillir de nulle part pour abattre ces cartes et détrôner le roi. Une aventure exquise où le bien et le mal n’a plus de limite ! Seriez-vous prêtes à vous y lancer corps et âme ?

 

Alexandra Lanoix signe une  nouvelle romance exceptionnelle ! De suite, j’ai été embarquée dans cette aventure. Une héroïne qui en jette, un héros mystérieux et une alchimie foudroyante. Pourtant les secrets virevoltent entre eux et les choix qui doivent être pris sont cruciaux et vitaux. Alexandra Lanoix adore titiller notre curiosité et pousser nos limites. Du danger, de la passion, des enjeux, de l’amour, le bien, le mal, un cocktail savoureux et généreux. En effet, Alexandra n’hésite pas entre rebondissements, actions, mensonges et complots à nous rendre véritablement accro. C’est juste dingue ! Incroyablement dingue !

 

Et cette fin ! Mais quelle fin ! Alexandra ose quelque chose de détonnant et je ne peux qu’adorer. Une fin pas facile mais qui colle tellement et magnifiquement bien à toute son histoire.

 

AMOUREUSE DU DIABLE c’est un shoot puissant d’adrénaline, un cocktail dangereux où amour et trahison se côtoient, une romance palpitante, passionnante et rocambolesque, et, des personnages puissants et attachants. Une histoire prenante, poignante, redoutable et addictive où le suspense m’a collé des frissons.

 

A découvrir absolument et à croquer sans modération 😉

 

#Esméralda

 
Je remercie Alexandra Lanoix pour sa confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview de Alexandra Lanoix.

…Le site officiel d’Alexandra Lanoix.

 

Mes avis sur ses précédentes romances (clic sur la couverture)

Protection Très Rapprochée
Shape of You
The Korsican
Music & Love (Tome 1)
Music & Love (Tome 2)

IMG_20180426_160220_117

ON A TOUTE LA VIE POUR MOURIR de Cyrille Thiers.

 
[ RECUEIL DE NOUVELLES / POLICIER / ENQUÊTE – Nouveauté 2019 ]
338 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du RDV Mon Marathon Indé de Mai
 
Le résumé :
J’ai rassemblé dans cet ouvrage quinze histoires très noires dont certaines ont eu l’honneur d’être primées dans divers concours. Ces récits ont en commun la mort sous toutes ses formes, jusqu’aux plus improbables. Souvent violente, parfois glauque, elle façonne minutieusement la noirceur de ces intrigues en les parsemant de cadavres, d’ossements, et même de momies. Vous aurez probablement du mal à discerner les victimes des coupables. Néanmoins, jusqu’à l’hécatombe finale, je vous garantis un plaisir aussi malsain que jubilatoire en observant les acteurs de ces tranches de vies, ou plutôt devrais-je dire … de ces vies tranchées.[Illustration de couverture : André Taymans.]

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Voici un recueil de quinze nouvelles aussi qu’intrigant que jubilatoire. Une atmosphère sombre, inquiétante et noire comme la nuit. Quinze nouvelles subjuguantes, quinze scènes où l’inattendu frappe sournoisement à la porte pour mieux surprendre. Cadavres dans le placard ou autres endroits incongrus, les personnages éclectiques ont du mordant et du sang sur les mains. Cyrille Thiers a le sens de la mise en scène. Un peu d’Edgar Alan Poe et un peu de Stephen King, Cyrille Thiers a su me captiver dès le départ. Une plume acérée et légèrement morbide m’a plongée dans un univers captivant, dramatique, sanglant où la logique n’est pas celle que l’on peut appréhender dans un premier temps. Mais le plus surprenant est la manière dont Cyrille Thiers s’approprie son recueil. En effet, l’auteur a eu l’ingénieuse et l’originale idée de relier ses nouvelles. Un lien intrinsèque qui se concrétise dans la dernière nouvelle.

 

Ce recueil est juste stupéfiant. J’ai tout simplement adoré. Le format « nouvelle », pour une fois, ne m’a pas du tout frustrée. Je n’ai eu à aucun moment ce sentiment où il m’en fallait plus. Ces quinze nouvelles sont de longueurs inégales mais où le sujet est exploité de manière suffisante pour assouvir ma curiosité. L’originalité est partie prenante. L’humour noir et mini intrigue sont de rigueur pour mon plus grand des plaisirs. Parmi cette diversité, j’ai apprécié toutes les nouvelles. Seule une, « Conquistadors », m’a laissé coite. Petit bonus, Cyrille Thiers nous livre à la fin de son recueil LES SECRETS DE FABRICATION, une nouvelle idée géniale afin de découvrir les coulisses d’écriture d’un recueil sensationnel.

 

Maintenant place aux nouvelles que je vous décris en quelques mots.

 

MARCHE FUNÈBRE : enterrement, vengeance, pièce cachée.
LE SAPIN DE NOËLLE : cadeau de noël, haine, tempête meurtrière
TICKET GAGNANT : avarice, jackpot, malchance
LE TUEUR AU TOURNEVIS : journaliste, enquête, corps
MOZART EST LA : secret, marchandage, pizza empoissonnée
DÉRAPAGES : dénonciation, sniper, bombe, rancœur
GENEALOGIE APPLIQUÉE : famille, héritage, argent
LE SPECTRE DE L’AUTOCAR : bandes dessinées, casse automobile, trésor
SON PETIT DOIGT M’A DIT : disparition, corps enseveli, complot
VOUS ÊTES TOUS TÉMOINS : ascenseur, meurtre, deux coupables
GENEALOGIE APPLIQUÉE – la suite : ancêtre, seconde guerre mondiale, tunnel Jenner
LA CROUTE DU SIÈCLE : peinture, Picasso dissimulé, house noire
TUEURS EN PARALLÈLE : personnage atypique, piège, violeur
CONQUISTADORS : eau, destruction, âme
JE VAIS A RIO : avion, attentat, la plupart de tous les personnages
SECRETS DE FABRICATION : le making-off, Cyrille Thiers revient sur chaque nouvelle et délivre ainsi les petites anecdotes de fabrication.

 

Je vous invite vraiment à découvrir ce recueil. Je n’ai pas été déçue par cette lecture aussi riche qu’atypique. Un univers multiple où les cadavres exquis germent ici et là au sein d’une atmosphère où le mal crépite avec vigueur.

 

#Esméralda

 

 

Je remercie Cyrille Thiers pour sa confiance et sa patience.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… l’interview de Cyrille Thiers.

La page Facebook de Cyrille Thiers.

 

IMG_20180426_160220_117

LAISSE LE SOUFFLE DU VENT CHASSER LA PLUIE de Emy Luca.

 
 
[ROMANCE CONTEMPORAINE / FEEL GOOD BOOK – Nouveauté 2019]
LIBRINOVA
250 pages
Ma note : 5/5 mention « coup de coeur »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du rdv Mon Marathon Indé de mai
 

 

Le résumé :
Comment continuer à vivre lorsque l’on a perdu l’être qui comptait le plus dans notre existence ? Quand la douleur demeure insupportable malgré le temps qui passe, malgré nos efforts quotidiens pour ne pas s’effondrer ?
A 28 ans, Chloé a tout tenté pour se reconstruire. En vain. Au fil des jours, elle voit sa vie s’effriter, en proie à un mal être si profond qu’elle n’aspire qu’à une solution : mourir.
Severic, un jeune viticulteur de trente ans, connait cette même douleur sournoise et intense. Mais contrairement à la jeune femme, il a fini par choisir la vie en se jetant à corps perdu dans le travail.
Leur première rencontre aurait pu être une évidence. Pourtant, chacun préfère fuir de son côté…
Jusqu’à ce qu’un accident vienne tout bouleverser.
Laisse le souffle du vent chasser la pluie évoque la rencontre d’un homme et d’une femme, tous deux cabossés par la vie, qui se retrouvent unis par une même douleur. Chacun va tendre la main à l’autre, avec ses propres moyens, ses propres doutes et ses propres peurs mais aussi avec la furieuse envie de vivre et d’être à nouveau heureux.
C’est aussi une histoire de destins qui s’entrecroisent, de liens d’une force étonnante qui s’apprivoisent et se nouent. C’est une belle histoire d’amour au pluriel. Une ode à la vie, tout simplement.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Voici un premier qui vous coupera le souffle littéralement.

 

Chloé a perdu du jour au lendemain tout ce à quoi elle aspirait : une simple vie familiale. Chloé tente malgré tout de survivre. Chaque pas, chaque respiration, chaque nuit, chaque anniversaire et chaque journée restent une cruelle torture. Une lame bien ancrée dans son cœur qui est impossible d’arracher. Alors que le jour, elle est institutrice et se bat pour se faire attendre, la nuit elle se noie, elle sombre dans la mélancolie. Elle finit par se perdre dans son désarroi. Cette douleur si intense la bouffe et elle, l’accueille les bras ouverts. C’est sa manière à elle de porter son deuil et de s’approprier ce trou béant. De se faire une raison, mais elle se fourvoie et cette complaisance sinistre aura un lourd tribu. Sa mère et sa meilleure amie sont d’un soutien indéfectible. Parfois il est nécessaire de tomber dans un gouffre, de se disloquer pour mieux se reconstruire et pourquoi pas atteindre une certaine forme de sérénité. C’est ce qui se produit lors d’une soirée suite à laquelle plus rien ne sera plus pareil.

 

Séveric vit à quelques centaines de kilomètres de Paris, loin des tracas routiniers et de la pollution. Dans son petit village de la Drôme, Sev est viticulteur, un métier-passion que lui a appris son père. Sev est à l’image d’un ours mal léché. Bourru au premier abord mais derrière cette solide carapace se cache un cœur en guimauve qui a aussi connu et subit les aléas de la vie. Sev est un rescapé et les souvenirs et les rêves non aboutis sont autant de fantômes qui s’interposent à son bonheur. Sev rencontre Chloé lors d’une soirée sur Paris où son frère l’a entraîné. Une rencontre choc mais pas sous de meilleurs hospices. En effet les faux semblant ont le cuir dur et les mots valsent touchant parfois le cœur en plein milieu. Pourtant, un petit quelque chose a jaillit. Se seraient-ils reconnus dans la douleur ? Leur rencontre sera t-elle le prémices d’une nouvelle aventure ? Rendez-vous dans les vignes de la Drôme où l’inattendu, la colère et la passion seront présents.

 

Ce roman se décline en deux parties. La première est très sombre, mélancolique et douloureuse. Emy Luca se concentre sur cette douleur destructrice. Elle expose les états d’âmes, les doutes, les questions, les remords, les blessures de Chloé. Je vous rassure cette partie est assez courte et Emy Luca évite de tomber dans le glauque émotionnel. Ce début est une torture sans nom. Je me suis sentie coulée au côté de Chloé. J’ai ressenti cet accablement comme si c’était le mien. C’est oppressant et destructeur. C’est vraiment dur. Et puis surgit la seconde partie sur une note catastrophique mais qui inscrit cet événement comme étant un tournant décisif. Chloé reprend du poil de la bête et gère mieux ses émotions. Toutefois rien n’est rentré dans l’ordre. Cette seconde partie est sous le signe du renouveau, de la renaissance, de la prise de conscience, de l’écoute et du partage. Chloé sourit véritablement et respire enfin sans que cela soit une déchirure. Un apaisement bénéfique qui va lui permettre de se retrouver et de présager bâtir son avenir. Sans oublié un certain rayon de soleil aigri qui par la même occasion va bénéficier de l’attention de Chloé. Ce duo « pansement » est un pur ravissement.

 

Emy Luca a une plume exceptionnelle qui fait passer les émotions avec une franchise bienveillante. L’honnêteté de ses mots apporte une force à une histoire loin d’être banale. C’est une explosion de tout un tas de choses qui m’a percutée et foudroyée. C’est le genre d’histoire que j’aime découvrir et convaincre par mon propre enthousiasme, les lectrices. Emy Luca c’est une boule d’émotions qu’elle fait éclater au moment opportun et vous embarque dans un flot continuel de sentiments. Emy Luca adore les paysages bucoliques et ses descriptions ne sont pas avares. Elle adore les moments romantiques où la passion peut s’exprimer. Elle adore les moments plus ambigus où les blessures resurgissent et anéantissent le peu d’espoir. Voici tout ce qui m’a captivée, ce qui m’a envoûtée et ce qui m’a séduite. Un superbe coup de cœur que je vous invite à découvrir !

 

Au fil des jours, la douleur n’est plus qu’une ligne floue à l’horizon qui s’efface même par moment. Les nuages denses et sombres ont fini par fuir, poussés par la force du vent qui ne leur a laissé aucun répit.
 
#Esméralda

 

 

Je remercie Emy Luca pour sa confiance et sa patience.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview d’Emy Luca

… le site de Librinova

IMG_20180426_160220_117

LE DERNIER MYSTÈRE DE LA PIÈCE ROUGE de Louis-E Metan.

 
[ POLAR – Nouveauté 2019]
193 pages
Ma note : 3/5
Lu dans le cadre de Mon Marathon Indé de mai
Lien Kindle
 
Le résumé :
Un vendredi noyé sous les caprices de l’hiver, le jeune Louis se rend dans un ancien manoir pour faire le service. Mais ce qui devait être un simple week-end d’affaire entre gens aisés, se transforme peu à peu en une cérémonie mortuaire préméditée. Personnages mystérieux et souvenirs lointains, ils devront tous, enfermés dans ce manoir durant trois jours, se confronter à un invisible mais ingénieux tueur à mesure que les cadavres se succèdent.J’invite celui d’entre vous qui s’en sent capable, à résoudre le dernier mystère de la pièce rouge.Roman policier/thriller de poche, se déroulant en huis clos.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Ambiance tamisée, flocons de neige à volonté, manoir austère, isolé et lugubre et une réunion peu commune juste avant les fêtes de Noël. Louis, jeune étudiant en droit et passionné de polar, a répondu à cette annonce dans le but de payer ses études. Confiant et optimiste, il est loin de se douter de la tragédie qui va se dérouler entre ses murs.

 

Digne d’un Agatha Christie et du célèbre jeu le Cluedo, ce court roman m’a replongée dans mes premiers amours : une enquête, un huis clos, une énigme, un mobile, une arme et des personnages potentiellement tous coupables.

 

Ce premier roman est une véritable réussite malgré quelques couacs et peut être le manque de développements, j’ai adoré l’ambiance et les traits psychologiques de tous les personnages à qui bien évidemment ont leur confierai le bon dieu. Après l’effroi de cette terrible découverte du premier corps, les esprits abattus se ressaisissent rapidement. Suspicion et crainte émergent doublées par l’incompréhension totale. L’inquiétude les envahit lorsque le deuxième corps est trouvé. Les échanges houleux résonnent dans la bâtisse et l’énervement est à son comble. Coincés pendant trois jours sans pouvoir joindre quiconque par le téléphone, la fatigue et les nerfs à vif se ressentent largement. Louis se reprend de son abattement et décide de plonger son nez dans cette affaire et de regrouper tous les éléments en sa possession. Et la finalité a de quoi largement surprendre.

 

LE DERNIER MYSTÈRE DE LA PIÈCE ROUGE est une très belle découverte. Un premier roman qui tient la route et surtout une trame complexe que Louis-E Metan maitrise à la perfection. Ce court roman se dévore avec envie et l’ambiance cosy hyper inquiétante a eu l’audace de titiller la curiosité. Du 100% enquête !

 

#Esméralda

 

 

Je remercie Louis-E Metan pour sa confiance et sa patience.

 

IMG_20180426_160220_117