LOSING LEAH de Sue Welfare.

[ POLAR – Nouveauté 2019 ]
Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Anne Confuron
Éditions DE SAXUS
332 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Un jour ordinaire. Un couple ordinaire. Un terrible secret.
Par un froid matin de février, Chris et Leah Hills s’arrêtent dans une station-service isolée à la frontière du Pays de Galles pour boire un café.
Pendant que Leah est partie se rafraîchir, Chris verrouille la voiture et part acheter leurs boissons. Les minutes passent, mais Leah ne revient pas…
Peu après, le sergent Mel Daley et son patron, l’inspecteur Harry Baker arrivent sur place pour commencer les recherches alors que chaque minute compte. Leah est-elle encore vivante ? A-t-elle quitté la station-service avec quelqu’un ?
Au fur et à mesure que leur enquête progresse, les policiers vont découvrir de sombres secrets à propos du couple dont la perspective fait froid dans le dos.
Sue Welfare, auteure à succès dans la liste des best-sellers du Sunday Times et scénariste primée pour la BBC et Channel 4, nous livre ici un thriller glaçant dans la lignée de « Gone Girl’ et « La fille du train’.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Par une glaciale matinée, Leah s’est envolée. Aucune trace, aucun témoin, aucune piste, rien, nada. Seul un mari désemparé, apeuré, inconsolable et en colère contre les enquêteurs, hurle son désarroi. Chris, bientôt à la retraite, doit subir les interrogatoires et relater leur vie commune, leur quotidien, leur vie conjugale, leur vie en société et leur vie professionnelle. Tout doit être passé à la loupe ! Chris est le genre d’homme attachant. Sa bonhomie, sa manière de parler, sa façon d’être et son aura font de lui un homme honnêteté, un voisin charmant, empathique, toujours là pour aider. En quelques minutes la vie de Chris a été réduite au néant. Il crie son amour pour sa femme et sa folie à être séparé d’elle. Qui ne le ferait pas, quel homme ne remuerait pas ciel et terre pour retrouver son épouse ? Quel homme ne ferait fi des conseils des enquêteurs pour foncer sur le terrain ? Chris est à bout. Chris dépéri. Il veut retrouver sa femme. Il veut retrouver sa vie. Il veut retrouver son quotidien. Il veut la liberté. Effectivement, toute enquête sur la disparition d’une personne, la famille proche est suspectée jusqu’à temps que les faits prouvent le contraire. Ni Mel Davey, ni Harry Baker ne vous diraient le contraire. Et ces deux là devront affronter des révélations surprises qui éclateront au fur et à mesure que l’enquête avance. Le pire n’est pas derrière eux il est à venir, et remuer les secrets inavouables vont ouvrir les portes d’un enfer tragique.

 

Sue Welfare signe un premier roman totalement dingue. Un thriller psychologique incroyable (c’est classé comme étant un thriller mais pour ma part c’est davantage un polar, mais comme je ne suis pas parole d’évangile, je garde ce terme !) qui m’a mené par le bout du nez pendant un très long moment. J’espère de tout cœur que c’est le premier d’une longue série car il y a vraiment matière à explorer notamment avec les enquêteurs Mel Davey et Harry Baker. Ce dernier donne l’impression d’être un sacré roublard, un petit génie de la police qui a tout vu tout entendu, et évidement, c’est le meilleur. Mel Davey, c’est une femme, est la novice du service avec quelques années à son actif dans la police. Elle apprend encore les ficelles du métier et son mentor est un bon enseignant. Cependant je regrette que l’autrice ai choisi de développer avec parcimonie la vie privée de Mel. Elle l’aborde mais cela reste superficiel et j’aurais aimé en apprendre davantage sur elle. C’est pour cela que j’espère que ce thriller est le premier d’une longue série. Sue Welfare a su crée une atmosphère digne des grands polars avec d’un côté ce qui a attrait à l’enquête véritable (technique, interrogatoire, enquête sur le terrain …. ) et d’un autre celui confère à l’aspect psychologique. Une alchimie incroyable en ressort. J’ai vraiment été captivée par cette lecture. Les rebondissements ne sont pas foudroyants mais ils amènent tous vers un dénouement terrible et explosif. Le scenario tient magnifiquement la route, la psychologie des personnages est maîtrisée et suffisante pour vous accrocher en un claquement de doigt.

 

Êtes vous prêts à partir à la recherche de Leah ? Oui ? Alors faites gaffe, garder un œil ouvert car l’effroyable vous attrapera bien plus vite que vous le pensiez !

 

Un excellent thriller que vous allez adorer !

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… la page Facebook des éditions DE SAXUS.

Publicités

AMÉLIE ET KURT : Résilience de Marushka Tziroulnikoff.

[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019 ]
Collection AMOURS INTERDITES – Tome 2
176 pages
Ma note : 5/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Jeune prodige de la musique baroque, Amélie est une pianiste qui a déjà une longue carrière derrière elle. Mais un jour, tout bascule. Amélie n’en peut plus et son comportement habituellement si docile et effacé change du tout au tout. Sur les conseils du médecin de famille, la jeune femme va se reposer à l’Institut Montcalm, en Suisse, un lieu administré par Kurt Von Ebrennac, psychiatre. Amélie retrouvera-t-elle la santé dans ce lieu privilégié ?
Est-il criminel de s’aimer ? En théorie, non. Mais dans les faits, chaque culture édicte ses codes et ceux-ci ne peuvent être enfreints, même au nom de l’amour. À chaque époque ses à priori, ses jugements et ses condamnations. Deuxième roman de la collection Amours interdites, AMÉLIE ET KURT – RÉSILIENCE est une romance psychologique dans laquelle on retrouve, une fois de plus, le questionnement de son auteure sur le sens de la vie, mais aussi sur les blessures, celles qui laissent des traces indélébiles au plus profond de l’âme des victimes. Peut-on réellement guérir de ces blessures ? Nous fragilisent-elles ou nous permettent-elles, au contraire, de devenir plus forts ? Tout ce que nous vivons a un impact sur nous et contribue à faire de nous ce que nous sommes. Notre pouvoir réside dans la façon dont nous abordons la vie, dans le regard que nous projetons sur elle et dans les actes que nous choisissons de poser.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Amélie est un petit prodige de la musique baroque. Très tôt ses parents et son entourage remarquent sa prédisposition pour le piano, orientée plus tard vers le baroque, elle évolue dans ce monde réservé et inaccessible pour le commun des mortels. Entraînements, représentations, concerts, dès son plus jeune âge, elle est confrontée à une pression grandissante où l’excellence prend le dessus sur le bien être d’une enfant. Amélie grandit, s’épanouit dans la musique mais nulle part ailleurs. Sa vie se résume à la musique qui  au fil du temps, est devenue une prison dorée. Introvertie, docile et peu expressive, Amélie est confinée dans ce monde mutique et solitaire. Une rencontre inopinée à la sortie d’un concert, lui fait prendre la mesure de son avenir. Bouleversée et pour une fois déterminée, elle ose crier son mal être et son désarroi. Un craquage qui l’a mène à l’institut Montcalm en Suisse et à Kurt, le médecin.

 

Appréhension, peur et solitude ont toujours été ses compagnons. Arrivée dans ce nouveau lieu aussi grandiose que magnifique, Amélie va devoir donner sa confiance et s’ouvrir. Mais à quel prix ? Alors qu’elle voit en l’homme, son médecin, un soutien évident, un compagnon de route et bien plus, l’évidence d’un amour fou et interdit va la porter vers un inconnu où se brûler les ailes et croire sont deux enjeux distincts.

 

Ce second tome est totalement différent du premier. Inattendue, cette lecture a eu le mérite de faire saigner mon cœur. La sensibilité d’Amélie m’a touchée d’une manière aussi désordonnée que foudroyante. L’autrice a su parfaitement retranscrire les émotions d’Amélie, ses interrogations, ses doutes, ses craintes, ses peurs et ses espoirs. D’une subtilité farouche et sensible, l’autrice m’a transportée aux côtés d’un personnage déchiré et profondément humain avec ses blessures, ses failles et ses aspirations, sur la route de la résilience. C’est un coup de cœur inattendu ! C’est une lecture aussi difficile que captivante. C’est très dur de vous expliquer ce que j’ai ressenti. C’est un tourbillon d’émotions et de paradoxes. C’est le bien et le mal qui se confrontent perpétuellement. Cette lecture m’a engouffrée dans l’âme humaine, dans sa douleur, confrontée à ce que la vie peut offrir de malsain. C’est la beauté qui côtoie la noirceur, c’est l’espoir qui combat la peur, c’est l’amour passionnel contre la folie humaine. C’est fou, c’est triste, c’est douloureux, c’est tragique. Cette lecture fait partie de celles qui ont su faire battre mon cœur d’une manière déraisonnée et qui laisse des traces pour toujours.

 

Marushka Tzirounilkoff signe ici un romantic suspense qui ne peut que vous foudroyer. J’ai envie de crier : « ouvrez et lisez donc ! »

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Marushka Tziroulnikoff.

… Mon avis sur le tome 1 (clique sur la couverture)

 

COMME LE PREMIER MOUVEMENT DE L’HIVER de Virginie Vauthier.

[ THRILLER – Nouveauté 2019 ]
LIBRINOVA
166 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Elise Nogard, une jeune femme de trente ans, revient de Normandie où elle a passé les fêtes de Noël en famille. Dans le train du retour vers Paris, elle rencontre Raphaëlle Lefebvre, normande elle aussi, avec qui elle sympathise. Une histoire d’amitié naît entre ces deux femmes qui se complètent. Elise est réservée, rêveuse et raisonnable ; Raphaëlle, excentrique, provocatrice et entreprenante. Son arrivée dans la vie d’Elise la chamboule. Elle change. D’abord par ses tenues vestimentaires, puis par l’assurance qu’elle gagne, et le grain de folie qu’elle peut mettre dans sa vie. Pourtant, Raphaëlle est parfois mystérieuse. Son comportement semble étrange à certains moments. Elise est persuadée que son amie a un passé douloureux et elle se donne tous les moyens pour la mettre en confiance. Elise la présente aux personnes qui lui sont chères et l’intègre à son quotidien. Sa vie en sera transformée.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Elise est une femme comblée. Un compagnon idéal qui la fait craquer toujours autant, un emploi de rêve dans une belle librairie et des collègues de travail sympathiques malgré quelque anicroche, un appartement génial dans un Paris trépidant. Le seul hic, elle est très loin de sa famille et de sa Normandie natale. Depuis qu’Elise a mis les voiles, ses parents vivent à l’autre bout du monde et sa sœur, avec son fiancé, à Budapest. Elise est un femme au naturel intimidée. Elle n’est pas du genre à provoquer quelqu’un ou à crier au scandale. Introvertie, elle a la main sur le cœur et n’hésite pas à aider son prochain. Empathique, elle est soucieuse des autres et sait être disponible et prêter une oreille attentive aux lamentations ou aux excès de joie de son entourage. Alors qu’elle rentre sur Paris après les fêtes de Noël, elle rencontre une jeune femme, Raphaëlle, tout aussi exubérante qu’elle est réservée. Elles sympathisent et se trouvent de nombreux points communs. Raphaëlle débute une nouvelle vie sur Paris et c’est avec élan et générosité qu’Elise se propose de l’aider et de l’accueillir pour quelques jours. Cette présence inattendue va révéler une nouvelle Elise bien plus à l’aise et ouverte. Elle s’épanouit aux côtés de sa nouvelle amie et ose tout simplement. Alors que les jours s’écoulent paisiblement au son de cette nouvelle euphorie, certains éléments et situations étranges apparaissent. Et si Elise était la cible ? Est-ce que le pressentiment de son meilleur ami s’avère juste ? A t-elle des raisons de croire que sa vie va changer radicalement ?

 

COMME LE PREMIER MOUVEMENT DE L’HIVER est un thriller sympathique mettant en scène un personnages féminin qui va découvrir que la méchanceté peut prendre l’apparence de plusieurs visages. Petit à petit l’étau se resserre et porte vers un final sombre et lugubre. Ayant l’habitude de lire souvent ce genre, je trouve le scénario convenu et sans réellement de surprises, mais je pense et tend à croire que ce thriller pourrait en séduire plus d’une. Notamment dans la manière dont Virginie Vauthier laisse planer le doute, dans l’évolution de son personnage principal et dans le déroulement de l’intrigue. Porté par une belle plume, ce premier roman, se lit avec entrain et envie.
 
Une chronique de #Esméralda
 


Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview de Virginie Vauthier.

… vers le site des éditions LIBRINOVA.

IMG_20180426_160220_117

MON TERRITOIRE de Tess Sharpe.

[ THRILLER – Nouveauté 2019 ]
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Héloïse Esquié
Éditions SONATINE
566 pages
 
 
Le résumé :
 » Une ballade époustouflante par une voix que vous n’oublierez jamais.  » David Joy
À 8 ans, Harley McKenna a assisté à la mort violente de sa mère. Au même âge, elle a vu son père, Duke, tuer un homme. Rien de très étonnant de la part de ce baron de la drogue, connu dans tout le nord de la Californie pour sa brutalité, qui élève sa fille pour qu’elle lui succède. Mais le jour où Harley est en passe de reprendre les rênes de l’empire familial, elle décide de faire les choses à sa manière, même si cela signifie quitter le chemin tracé par son père.
Depuis Winter’s Bone, on n’avait pas croisé d’héroïne aussi fascinante, émouvante, inoubliable qu’Harley McKenna. Ce roman magnifique signe la naissance d’une auteure au talent fou.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Bienvenue en territoire inconnu où le moindre faux pas peut vous coûter cher, où le moindre regard ou mot malvenu peuvent vous trouer la peau. Bienvenue sur le Territoire des McKenna.

 

Duke, le chef, le roi suprême, dirige cet empire depuis aussi longtemps qu’il le peut. Commerce d’armes, de meth et d’autres … Duke, le business, il le contrôle d’une main de fer. Duke est aussi père. Sa fille Harley est la prunelle de ses yeux. Seuls au monde depuis le tragique accident qui leur a enlevè une maman et une épouse, ils se battent contre le monde entier, enfin le monde entier se résume à la famille Springfield, éternel rival. Harley a grandi aux doux sons des balles qui explosent le crâne, avec la peur grandissante comme amie de jeu, avec le sang comme décoration et avec le sentiment d’être une fille unique façonnée dans le marbre pour endurer les plus terribles des épreuves. L’enfance et ses lots de déconvenues et de bonheur sont maintenant loin derrière elle. La jeune femme qu’elle est devenue force tout autant le respect que le sourire moqueur. Une McKenna se doit de tenir tête à tous. Il est temps pour elle de prendre les choses en main et notamment l’avenir de l’entreprise familiale. Mais ce que vous ne savez pas c’est qu’Harley n’est ni son père ni sa mère, ni la femme docile ni la femme sensible, ni celle qui vous laissera lui toucher une mèche de cheveux si elle ne vous donne pas son autorisation. Harley est une rebelle ténébreuse qui sait cacher son jeu, élevée dans la pure tradition des dur à cuire qui sévissent dans le Colorado.

 

C’est que je n’ai besoin de personne pour me sauver. Je suis qui je suis. Je suis ce que Duke a fait de moi. Il n’y a pas à s’en échapper. La seule option, c’est d’y faire face.
 
Il est rare quand je fais des comparaison avec d’autres romans, mais là je ne peux m’empêcher de penser à MY ABSOLUTE DARLING, BULL MOUNTAIN et LA PLACE DU MORT. Tu shakes tout ça et cela donne MON TERRITOIRE. Un premier thriller qui ne dépote pas tant que ça niveau action et le tralala mais qui met en scène une héroïne totalement subjuguante. Une héroïne mi-ange mi-démon qui joue avec un grand naturel une certaine ambiguïté. Une force phénoménale qui va tout de même te couper le souffle. Tess Sharpe a su créer une femme-enfant en qui les émotions, les remords, les espoirs et son héritage se manifestent d’une manière magistrale et humaine (surtout). Une personnalité de feu et de fer dans laquelle se cache une femme simple avec ses désirs. Loin d’être niaise, elle t’étonnera par ses stratégies. Son entêtement te charmera. Sa fougue te donneras des sueurs. Sa tristesse t’émouvras. Sa colère te feras paniquer. Son amour te transcenderas. Son air machiavélique te feras sourire. Tu iras de surprises en surprises.

 

Le scénario se veut simple et a contrario, l’héroïne est la pièce maitresse et centrale de ce thriller (que tu dois découvrir quand même). Tess Sharpe met en avant ce bout de femme étonnant et ses traits psychologiques. Pour le coup cela crée certaines redondances sur ce dernier aspect. Je pense que le lecteur, au bout de quelques chapitres, sait se saisir des détails psychologiques. De ce fait la lecture est parfois longue. Tess Sharpe a judicieusement choisi d’alterner entre passé et présent. Un effet de forme qui fait son bout de chemin et son effet. Je regrette une seule chose c’est la quasi transparence sur les sujets des femmes violentées et des gangs aryens. Tess Sharpe a choisi de les exploiter sans vraiment les développer et les laisse donc, en arrière plan.

 

Un premier thriller qui ne dépote pas vraiment mais qui se laisse découvrir ! En tout cas je vous invite à vous faire votre propre idée. Je suis certaine que vous succomberez à cette plume nerveuse et délicate. Tess Sharpe est une autrice à suivre et à ne pas perdre des yeux.

 

Il y a des jours où j’ai le sentiment d’être un poison, un poison qui tue lentement.
 
Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… sur le site de Lisez.com.

19 FEMMES de Samar Yazbek.

LES SYRIENNES RACONTENT
[ TÉMOIGNAGE – Nouveauté 2019 ]
Traduit de l’arabe (Syrie) par Emma Aubin-Boltanski et Nibras Chehayed
Éditions STOCK – Collection LA COSMOPOLITE
300 pages
Lien Kindle
 
Le résumé :
19 femmes est le fruit d’une série d’entretiens que j’ai menés avec des Syriennes dans leurs pays d’asile, ainsi qu’à l’intérieur du territoire syrien. À chacune j’ai demandé de me raconter ‘‘leur’’ révolution et ‘‘leur’’ guerre. Toutes m’ont
décrit le terrible calvaire qu’elles ont vécu.
Je suis hantée par le devoir de constituer une mémoire des événements qui contrerait le récit qui s’emploie à justifier les crimes commis, une mémoire qui, s’appuyant sur des faits incontestables, apporterait la preuve de la justesse de notre cause. Ce livre est ma façon de résister. »
SAMAR YAZBEK
Avec ce document unique, capital, sur le rôle des femmes dans la révolution, Samar Yazbek rend leur voix aux Syriennes, la voix de la résistance, la voix de l’espoir.
Postface de Catherine Coquio
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Samar Yazbek a parcouru le monde pour interroger des femmes syriennes. Ces femmes qui au delà de leurs vies ont combattu dans leurs villes, dans leurs quartiers et dans leurs rues pour une liberté de droits et pour un pays juste. Samar Yazbek, témoin de ces cris et de ces pleurs et de l’absence de quelconques considérations, prend la mesure que ces témoignages peuvent porter à la face du monde. Celui qui se cache dans l’indifférence, celui qui se cache derrière une non considération, celui qui bafoue la vie humaine. Parmi tous ces témoignages, Samar Yazbek en a choisi 19.

 

19 femmes pour 19 vies, 19 voix, 19 paroles, 19 enfers, 19 espoirs et des milliers de morts.

 

Témoignages poignants et nécessaires, ces 19 portraits, ces 19 guerres, ces 19 révolutions ouvrent les portes d’un monde inconnu. Il est impensable de croire qu’encore ce genre de guerre soit en cours. Alors que la Syrie est à nouveau sur le devant de la scène alors que la Turquie décide impunément de réduire une communauté qui a joué un rôle essentiel dans le combat contre l’islamisme radical qui a pris le contrôle après le soulèvement de la population. Sans rentrer dans la complexité de cette guerre, ces 19 voix m’ont ouvert les yeux sur l’envergure de cette guerre. Je ne suis pas une adepte des journaux télévisés pour la simple et bonne raison que les informations sont contrôlées et ne disent que des demi-vérités et beaucoup de mensonges.

 

Ces 19 femmes parlent sans filtres de ce qu’elles ont vécu, de leurs espoirs et de leur engagements. L’amour pour leur pays est souvent frappant au milieu de ces bombes, de ces morts et des cris. Affamées et terrorisées, à leurs petites échelles, elles ont contribué auprès des plus démunis.

 

J’ai détesté aimé ce document. J’ai détesté me sentir impuissante. Impuissante et si triste. Si triste et démunie face à ce déferlement d’horreur, de sang et si inhumaine d’être là, confortablement installée.

 

Pourquoi tant d’horreur ? Pourquoi tuer, torturer tant d’hommes et de femmes alors qu’ils demandaient davantage de liberté et de droits ?

 

Ce document est au delà d’être nécessaire, ouvre les portent sur un pays, un monde, des hommes et des femmes, des enfants, des tribus …. bafoués et anéantis.

 

La vérité à du bon même si elle doit être insoutenable !

 

Pendant le siège, les bombardements ont changé de nature. Les bombes provoquaient des ondes de choc comme un tremblement de terre. Le sol vibrait autour de nous, même lorsque nous étions éloignés du point d’impact. Dans les bombes-barils qu’ils larguaient sur nous, ils ont ajouté du chlore. Le nombre des blessés a augmenté. Lorsque je respirais les émanations de chlore, mes yeux se mettaient à pleurer et à rougir, ma peau également. Après chaque bombardement, je me grattais pendant plusieurs jours. Au début, la prise d’oxygène permettait de se rétablir, mais nous n’en avons plus eu ensuite. Quant à la nourriture, elle a disparu. Il restait un peu de boulgour et de lentilles, mais nous n’avions plus de gaz ni de mazout pour le cuisiner. Les gens brûlaient leurs habits pour cuire du boulgour.
Zayn, 20 ans – Alep.
 
Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions STOCK.

LEA ET ERIC : Initiation de Marushka Tziroulnikoff.

[ ROMANCE ÉROTIQUE – Nouveauté 2019 ]
Collection Amours interdites – Tome 1.
255 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Vaucluse, 1985. Léa, seize ans, est une ado rebelle. Elle fait partie du mouvement des Guides et Éclaireuses de Belgique et cette année, le camp de vacances des jeunes filles sera dédié à la rénovation d’un château français, résidence où a vécu en son temps Donatien Alphonse François de Sade, le célèbre et controversé marquis. Lorsque la route de Léa croise celle d’Éric, un écrivain de trente-cinq ans, la vie de la jeune fille s’en trouve à jamais transformée.Est-il criminel de s’aimer ? En théorie, non. Mais dans les faits, chaque culture édicte ses codes et ceux-ci ne peuvent être enfreints, même au nom de l’amour. À chaque époque ses à priori, ses jugements et ses condamnations. Avec LÉA ET ÉRIC – INITIATION, Marushka Tziroulnikoff présente un premier roman court qui inaugure la collection Amours interdites.Par une écriture délicate et accessible, l’auteure aborde les sujets qui la passionnent : la quête identitaire, la psychologie des personnages, les questions existentielles et la sexualité. Une fois de plus, l’auteure nous démontre que tout est relié et qu’il est vain de vouloir classifier et séparer les événements qui jalonnent nos vies.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Léa a à peine 16 ans et une détermination sans faille. Léa aime découvrir le monde, apprendre et aller au delà de son horizon. Son univers est vaste mais pour l’instant il ressemble à une prison. La liberté s’acquière mais pas avant un certain âge. Léa est mature et se la joue rebelle à ses heures perdues. Léa est différente de ses camarades et elle en a bien conscience. Ce nouveau voyage avec Les Guides est tout autant un calvaire que révélation. Et cette révélation se trouve être en la personne d’Eric. La belle trentaine, auteur à ses heures perdues, Eric et Léa s’est un coup de foudre réciproque mais interdit. Elle voit en lui l’homme qui lui fera découvrir les plaisirs de la chaire et la délivrera de ses tourments. Il voit en elle, la puissance féminine, la volupté et le désir. Si la loi leur interdit toute relation, le désir bafoue les consciences et se laisse exprimer. Un ballet sensuel, une initiation charnelle, une explosion de sensations qui vont au delà des a priori.

 

L’autrice ose un sujet tabou et qui fait souvent des vagues. Il n’est pas ici question de domination masculine. Au contraire l’héroïne joue de ses atouts et de sa persévérance pour atteindre son but. Mais dans cet état il n’y a rien de graveleux, au contraire, car les sentiments ont une place évidente et essentielle. Une initiation qui va crescendo et qui doit permettre à Léa de se découvrir elle même et de fortifier et révéler la femme qui sommeille en elle. Il est évident que quelques scènes érotiques sont parsemées tout au long de l’histoire. Elles offrent différents visages allant jusqu’au bdsm. Mais ce que je retiens ce sont les sujets que développent les deux amoureux transis pendant leurs discussions. Elles s’orientent autour de l’amour, de la liberté et de ses limites, des autres et des règles. Et c’est en même temps très philosophique. Le mélange érotique-philosophie et assez détonnant et inattendu, et cela me plaît beaucoup ! Si vous vous demandez si la différence d’âge m’a dérangée : et bien non, car tout simplement quand l’évidence même de cet amour interdit est si puissant et réciproque, la barrière de l’âge devient obsolète et je n’ai vu qu’une femme libre et une homme épris se parler d’amour et de vivre l’amour.

 

La plume de l’autrice est merveilleusement envoûtante et captivante. L’aspect psychologiques des personnages a une place primordiale et l’autrice les magnifie avec suffisance qu’il soit dans la souffrance ou dans le bonheur. Je me suis beaucoup attachée à Léa et Eric et à leur histoire qui mérite toutes les chances du monde de connaître un dénouement heureux. Ce premier tome est une très belle découverte que je recommande aux amatrices de romances érotiques.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview de Marushka Tziroulnikoff.

… le site de Marushka Tziroulnikoff.

IMG_20180426_160220_117

EN CHUTE LIBRE de Jay Crownover.

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Suzy Borello
Éditions HARLEQUIN – Collection &H
278 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Elle va lui donner une raison de se battre.
Il va lui apprendre à affronter ses peurs.
Solomon Sanders n’a pas de temps à perdre avec les sentiments. Depuis toujours, la violence fait partie de son monde, de son ADN. Il se bat pour ce qu’il croit juste, pour les personnes auxquelles il tient, pour sauver les quelques graines de bonté qui subsistent dans le désert aride qu’est la ville de The Point. Alors, quand il tombe sur une jeune mère célibataire et sa fille en train de se faire agresser dans une ruelle sombre, il réveille la bête  ; celle qui le transforme en monstre tatoué, en montagne de muscles et de rage. Sa mission accomplie et les damoiselles sauvées, Solomon est bien déterminé à oublier cette rencontre et à reprendre son quotidien. Mais, lorsqu’il découvre qu’Orley et sa fille, Noble, sont ses nouvelles voisines, il pressent que sa vie ne sera plus jamais la même…
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Je porte un amour inconditionnel à Jay Crownover, et le pire, c’est qu’à chaque fois je craque ! Jay Crownover, quelque soit l’histoire qu’elle a envie de vous raconter, vous embarque dès les premiers mots. La magie opère à chaque fois et à chaque fois je referme son roman pantelante.

 

Direction The Point, la ville de non droit où alcool, sexe, drogue et autre vices se côtoient pour le pire. Ville très peu accueillante, quartiers malfamés, il ne faut mieux pas se promener seule la nuit tombée et encore moins avec un petit bout de chou dans les bras. Pourtant Orley n’a pas eu le choix. Si une bonne raison l’a poussé ici dans cette rue glauque, elle aurait souhaité passer au travers des embrouilles et compagnie. Malgré sa hargne, elle ne veut pas se faire repérer, elle veut à tout prix éviter les ennuis. Orley, jeune maman célibataire d’une adorable petit fille, Noble, se démène de mille façons pour subvenir à leurs besoins et pour donner un cadre de vie honorable à son petit ange. Elle dénote dans son quartier : la rousse incendiaire au manière de bonne famille et bien fringuée fait un certain effet. Orley représente la ténacité, le courage, la volonté, la fougue et l’obstination. Sous cette carapace infranchissable se cache une jeune femme avide de protection, d’écoute et de soutien.

 

Les frissons parcourent son corps, la panique la gagne quand une silhouette menaçante s’approche. La peur prend possession d’elle, les mots n’éloignent pas son agresseur et elle pense de suite au pire. Alors qu’elle se résigne, une voix gronde derrière elle, une voix puissante, une aura impressionnante se dégage de son bon samaritain. Prenant la poudre d’escampette, elle en oublie de remercier cet homme, son sauveur. Alors qu’elle pensait ne jamais le revoir, le voici face à elle. Il s’appelle Solomon Sanders, Solo pour les intimes et une chose dont elle est sûre c’est qu’elle va avoir du mal à résister.

 

Solo aurait pu être un vilain méchant. Mais il a choisi la voie de la sagesse, enfin toute relative la voie. Solo est le gardien du quartier faisant respecter quelques lois essentielles pour un minimum de paix. Il a grandit ici, il connaît tout le monde et tout le monde le respecte. Fils unique, sa mère malade est son unique monde. Son quotidien : il trime le jour dans un garage automobile et la nuit il se sert de ses poings dans le cercle. Aussi prévenant et attentionné qu’il peut être, il peut se révéler être un véritable pitbull lorsque ses amis proches, ses voisins sont attaqués. Solo est charismatique. Un charisme impressionnant. Lorsqu’il croise Orley et Noble, il est loin de penser que son quotidien va être bouleversé.

 

Aussi longue que va être leur chute, ils s’en relèveront bien plus fort !

 

EN CHUTE LIBRE se veut être le spin off de la saga BAD (4 tomes). Jay Crownover fait les choses bien car son histoire se veut totalement indépendante de sa saga. Je n’avais lu que le tome 1 et je n’ai aucunement été biaisée. Donc vous pouvez foncer sans aucun problème !

 

Une nouvelle fois Jay Crownover met la barre très haute. Une histoire émouvante et captivante ayant pour héros deux personnages que tout oppose et ayant pour décor une ville sombre. Les émotions claquent dans un méli mélo de suspense. Le passé vient interférer dans cette idylle difficile. Les personnages sont extrêmement attachants. Alors oui, j’avoue, c’est toujours la même chose : des personnages différents qui craquent, des tatouages, un suspense pas si surprenant, du noir, du blanc et une explosion d’émotions ; mais je ne sais pas pourquoi la magie opère à chaque fois. Je pourrais m’en lasser et dire stop, mais je ne peux pas. Impossible de ne pas lire une de ses nouveautés. Accro ? Je le suis certainement et mon jugement en pâtit – peut être ! Bref, je trouve quand même pour celui ci qu’il manque quelques développements pour compléter cette histoire que j’ai trouvée trop rapide.

 

EN CHUTE LIBRE est une romance magnifique qui met en valeur le Bien dans un monde trop noir.

 

A découvrir et à croquer !

 

-Non. Je veux un baiser. Je sais que c’est idiot, et j’essaie de m’en dissuader depuis des semaines, mais impossible de l’oublier. Je n’arrête pas de me demander si t’embrasser aura un goût d’interdit par ce que tu n’appartiens pas à mon monde, ou si je me sentirai chez moi. Il y a quelque chose chez toi, et chez ta gamine, qui me touche profondément, Orley. J’essaie encore de comprendre comment tu as fait pour entrer aussi facilement dans mon cœur.
Je m’étais glissée par l’ouverture qu’il m’avait offerte dès qu’il m’avait sauvée du dealer flippant. Il nous protégeait, Noble et moi, alors que personne d’autre de notre connaissance ne s’était donné cette peine. Depuis, je n’avais pas entendu la moindre sonnette d’alarme. Je préférais ne pas tenir compte de celles qui venaient de se déclencher dans ma tête.
Je posai une main sur son épaule et me dressai sur la pointe des pieds jusqu’à ce que ma bouche se trouve au même niveau que la sienne. J’aimais avoir l’impression d’être entourée par sa puissance. J’avais le sentiment de me tenir derrière un bouclier de protection richement décoré, sauf que cette ligne de défense était dotée d’un cœur et d’une âme.
 
Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions HARLEQUIN.

…L’univers de The Point (clique sur les images pour découvrir mon avis).