POSSESSED SOULS de Shelby Kaly.

Possessed souls par [Kaly, Shelby]

[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019 ]
BLACK INK Éditions
263 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à croquer »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Megan, sulfureuse et sublime jeune femme, vit sous la coupe de son père qui l’utilise pour ses affaires illégales.
Sa dernière mission : séduire Connor, le fiancé d’Alyssa, sa demi-soeur décédée dans un étrange accident, qui avait en sa possession des informations compromettantes. Elle doit découvrir ce qu’il sait, et mettre en oeuvre n’importe quel moyen pour parvenir à ses fins.
Mais Connor n’est pas manipulable et recèle une dangerosité qui excite la prédatrice en elle. Chacun cherchera à prendre l’ascendant sur l’autre, mais certains secrets causent des dégâts irréversibles.
Un torride mais vicieux jeu de séduction s’engage, les poussant à déployer l’étendue de leur machiavélisme. Quand deux chasseurs s’affrontent, la loi du plus fort ne s’applique pas toujours.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Megan n’a rien d’un ange ! Mais a tout l’air d’un ange déchu qui règne sur son royaume : séduction, convoitise, dangerosité sont ses maîtres mots. Croqueuse d’hommes, elle n’a pas peur de s’afficher en tant que tel. Au contraire, son image, son addiction au sexe, sa désinvolture et son apparente superficialité cachent bien des secrets. Megan est une diablesse, une vile tentatrice, qui se sert sans aucun remord de ses atouts pour arriver à ses fins. Séduire est un jeu qu’elle adore. Elle excelle dans son domaine et prend dans ses filets hommes et femmes sans distinction. Megan croqueuse, Megan insensible, Megan déterminée, Megan obstinée à découvrir la vérité. Si sa nouvelle mission se déroule comme prévue elle atteindra enfin le pourvoir qu’elle convoite tant. Une mission à haut risque, une mission qui ouvrira les portes du paradis, une mission qui se montrera aussi destructrice que révélatrice. Mais jusqu’à quel point Megan acceptera que sa vie chavire vers l’inconnu et la passion ?

 

Sa mission se nomme Connor. Connor n’a rien d’un enfant de cœur. Si à l’heure actuelle, il s’est enfin rangé dans les rangs, sa vie est partie en vrille lorsque sa famille est décimée. Connor a toujours frôlé avec les limites du raisonnable. L’adrénaline et le contrôle lui ont permis de survivre dans un monde de requins. Affranchi de ce monde depuis quelques années, Connor n’a jamais oublié qui l’a façonné et qui lui a permis de devenir l’homme de maintenant. Connor est le diable en personne enrobé de chocolat-marshmallow que l’on a envie de croquer. Il rend les femmes insatiables et leur font tourner la tête en un claquement de doigts. Connor a bien trop souffert de sa dernière liaison et ne veut plus se donner à une femme ouvertement. Alyssa la détruite littéralement. Quand il tombe sur Megan, rien n’a plus d’importance à part l’attirance, le désir et le pouvoir. Tel un papillon de nuit il est attiré par cette lumière et il ne doute pas de sa dangerosité. Peu importe, car s’il arrive à décrypter ses moindres regards qui cachent tant de chose, elle en vaut la chandelle et peut être davantage. Leurs tourments, leurs passions, leurs colères, leurs espoirs, leurs doutes, leurs haines et leurs silences, tout autant de sentiments qui fusionnent, s’appellent et se déchirent dans un ballet incessant rythmé par les douleurs, l’incompréhension et les surprises.

 

Avec un rythme endiablé, Shelby Kaly m’a plongée dans l’univers de la luxure, de la manipulation et du complot. Rien de ce que vous voyez n’est la réalité. Tout ce que vous entendez et tout ce que vous croyez ne sont que mensonges. Impressionnée par le scénario, Possessed Souls m’a embarquée dans une histoire complètement hallucinante où le pouvoir et la séduction deviennent une arme massive et destructrice. Ce n’est ni noir ni blanc, tout est rouge. Les personnages ne sont ni gentils ni méchants. Ils sont eux : entiers, tourmentés, diaboliques, puissants et avides. Elle n’est pas comme la blanche colombe. Il n’est pas l’homme prêt à retourner sa veste pour les beaux yeux de sa belle. Ce sont deux boules de feux qui dévastent et embrassent tout !

 

Shelby Kaly signe un romantic suspense qui fille les frissons et fait vivre une aventure folle qui vire à la course poursuite insolite. C’est un sacré shoot d’adrénaline qui te laisse certaines séquelles. Shelby Kaly frôle les limites avec la dark romance et l’érotisme et cette subtilité fait toute la différence.

 

Je n’ai qu’un mot à vous crier : foncez ! Ça fouette le sang, ça remue les tripes et ça rend dingue et accessoirement accro !

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions.

Le brook-trailer.

PLUMES D'HIVER de Collectif.

[RECUEIL DE NOUVELLES – Nouveauté 2019]
Collectif – LES PLUMES INDEPENDANTES
406 pages
Lien Kindle
 
Le résumé :
L’hiver, une saison qui fait rêver ou que l’on redoute. Noël, un moment que l’on chérit ou que l’on déteste. Il y a autant de regards sur ces sujets qu’il y a de personnes pour les porter. Qu’en est-il de vous ?
Que vous soyez amoureux de cette période de l’année ou que vous l’ayez en horreur, vous trouverez forcément votre bonheur dans ce recueil composé de vingt-quatre nouvelles à lire chaque jour jusqu’à Noël !
Plongez-vous dans ces histoires illustrées pour patienter jusqu’au 25 décembre. Qui sait, votre vision de cette fête pourrait en être changée…
Avec la participation de Céline Saint-Charle, Yannick Giammona, Cécile Soler, G!, Attila Valpinson, Fanny Bernard, Céline Spreux, Lielie Sellier, Agnès de Cize, Laurianne Bailey, Esméralda, Brigitte Hue-Pillette, Jeanne Sélène, Chris Red, Frédéric Danset, Erika Boyer, Mélanie De Coster, Frany Jane Cavalier, Antoine Delouhans, Kathleen Torck, Iréna Callas-Dubois, Morgane Rocher, Tia Wolff, Christophe Matocq et Emmanuelle Delouhans.

 
Aujourd’hui c’est un article un peu particulier car je vais vous parler d’un recueil que je n’ai pas encore lu. Pour la simple et bonne raison que cette lecture rythmera mes journées en attendant Noël.

 

24 auteures et auteurs de l’association les Plumes Indépendantes vous plongent dans l’attente de Noël. Une lecture par jour pour se faire plaisir et découvrir une auteure ou un auteur qui vous est inconnu ou au contraire, savourer la plume de vos auteurs inconditionnels. L’association met en avant dans ce recueil les plumes qui font vous faire vibrer.

 

Le thème : Noël et l’hiver. 24 univers 24 histoires tout genre confondu pour un plaisir sans fin.

 

Maintenant et exceptionnellement je vais vous parler de moi, car si vous avez lu le résumé vous avez vu apparaître mon pseudo. J’ai eu la chance extraordinaire de participer à ce projet et je ne remercierais jamais assez Julia et Jupi qui m’ont poussée et qui on cru en moi. Écrire est quelque chose qui m’a toujours plu et si vous seriez dans ma tête vous y verrez passé tout un tas d’histoires. Le doute et un manque total de confiance moi m’ont toujours empêcher de faire le premier pas. Encouragée par mes copinautes, cette année je me suis lancée 3 défis : le premier participer à ce recueil, le deuxième participer à un concours de nouvelles et le troisième tenter l’aventure du Grand Prix des Lectrices Elle. Sur les 3 j’en ai réussi 2 et c’est un véritable bonheur d’aller au bout de ces aventures.

 

L’écriture de la nouvelle que vous allez découvrir dans ce recueil a été une aventure émouvante semée d’embûches et surtout de doutes. Et je pense continuer l’écriture l’année prochaine et pourquoi pas démarrer un grand projet même si il doit rester dans le tiroir.

 

Pour en revenir au recueil et avant de terminer par un extrait de ma nouvelle qui s’intitule La Gardienne, vous pourrez suivre ma découverte des nouvelles en attendant Noël tous les jours sur le fil de la page Facebook et/ou en story Instagram. Si j’ai le temps, je ferais à nouveau un article sur le Blog regroupant toute les nouvelles, mais ça sera en janvier.

 

Je finis en vous souhaitant d’ores et déjà une excellente fin d’année.

 

#Esméralda

 

Sa douce voix scandait cette mélodie harmonieuse. Courant aussi vite que le vent, illuminant chaque parcelle de vie, secouant les flots immuables, tels un séisme, l’impensable se produisit, une magie d’ailleurs, celle que vous ne connaissez pas. La femme habitée par cette magie, s’avança rapidement vers la falaise blanche, emprunta cet escalier creusé à même la roche. L’effort ne sembla pas la déranger, mais à vue d’œil, il serait périlleux d’y poser le pied. La descente s’effectua sans anicroche, comme si elle survolait la roche. Cette escapade l’amena à ce ponton qui s’avançait sur la mer calme. Mue par cette force invisible, elle arriva au bout. Son corps figé, dans l’attente, une nouvelle fois.
Si vous aviez pu être à son côté, vous auriez entendu cette prière silencieuse qui n’est connue que par quelques initiés. Se déchaîna alors la mer. Des lames de fond tourbillonnèrent, l’écume bava de colère, le vent mugit. Une force incroyable s’éleva autour d’elle. Malgré cela, le silence continua de régner.
Poussée par cette force invisible, elle alla droit devant, alors qu’elle aurait dû être engloutie par cette masse d’eau, la mer obéit à sa maîtresse, l’éleva dans les airs sur ce trône impromptu dressé au milieu du chaos, avec cet air majestueux où l’ébahissement était évident.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site Les Plumes Indépendantes.

77 ASSASSINS de Henri Duboc.

[ THRILLER FANTASTIQUE – Nouveauté 2019 ]
Editions BETA PUBLISHER
343 pages
Ma note : 4.5/5 mention « carrément dingo ! »
Lien Kindle

 

Le résumé :
Je m’appelle Damien Hachett : 34 ans, légiste et, à peine sorti de ses diplômes, catapulté médecin chef à l’Institut Médico-Judiciaire.
Tard le soir, entre deux macchabées carbonisés ou livrés coupés en morceux dans un joli paquet cadeau, j’écris aussi des bouquins.
Jusqu’à ce qu’une nuit, mon plus vieux lecteur, à qui j’ai dédicacé le 77ème exemplaire de mon premier roman, m’attende sagement sur ma table d’autopsie.
Bien…et maintenant, que les ennuis commencent !
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
En voilà une lecture complètement dingo !! Henri Duboc a une imagination qui au premier abords peut paraître totalement dérangeante voire loufoque et au pire on se pose des questions sur sa santé mentale ! Il faut dire que Henri Duboc met le paquet et il ne se prive à aucun moment de titiller son lecteur. Il instille avec une aisance sans faille une dose d’humour qui bien évidemment ne s’arrête pas au premier degré.

 

Thriller et rire, en voilà un mélange détonnant dans un paysage littéraire borné ! Et voici les raisons pour lesquelles vous allez craquer :
1
Henri Duboc ne connaît aucune limite. Une plume aussi dérangeante que totalement sensationnelle qui déroge à toutes les règles induites par la littérature dite classique. Henri Duboc balaie d’un coup de baguette magique les codes et se les approprie d’une manière hallucinante ! De l’ironie en pagaille, de l’humour noir à vous chauffer les zygomatiques, et un personnage …. non …. mais attendez… j’ai beau cherché (et pour tant j’en ai lu des bouquins) … un personnage hors du commun et encore s’est bien faible pour le décrire ! Pour en revenir à Henri Duboc et son formidable et admirable thriller hors compétition, si je devais vous le comparer c’est une dose de glauque dans le style de Sire Cédric et pour le reste …. ce n’est que du pur et dur Henri Duboc !

 

2
Damien Hachett (on prononce Ha(t)chett) est un drôle de trublion. Médecin légiste et auteur à ses heures perdues, Damien est un personnage qui vous désarçonne à la première rencontre. Mais quel est donc cet énergumène ? On est loin du médecin légiste caricaturé par une silhouette lasse, sans un cheveux sur le crâne et un chapeau par la même occasion, et des yeux habillés de lunettes hyper immondes, sans oublier cette blouse totalement ridicule qui vous repousse dès vos yeux posés dessus. Non, Damien c’est une lumière dans les ténèbres de la morgue. C’est de la joie dans la douleur. Adepte des répliques bien senties, il n’en manque pas une, pour glisser des piques à mourir de rire. Il est juste mortel (sans jeu de mots !). Un anti héros totalement attachant, j’en voudrais bien un pour mes jours déprime ! Damien Hachett voit sa vie basculée dans une catastrophe apocalyptique et monstrueusement merdique « Nom d’un prout liquide ! » quand les morts s’agglutinent.

 

3
Une intrique aussi bien ficelée que du saucisson ! Henri Duboc vous entraîne dans une folle aventure où les cadavres remplis par une bouillie blanche s’alignent dans les couloirs des morgues. Où des humains totalement déments et zombifiés mettent un chaos sans pareil. Et un vilain méchant insoupçonnable ! Pourtant Damien est le dénominateur commun a tout ce bazar, et c’est sans cape et sans collant qu’il va devoir affronter un redoutable adversaire.

 

4
Des scènes hilarantes, des scènes qui font flipper, des scènes cauchemardesques, des scènes où il faut accrocher son cœur et des rebondissements qui m’ont entraînée dans un thriller indéfinissable. Il fout autant les jetons qu’il fait rire.

 

5
Il dérange, il turlupine et il fait peur ! 77 ASSASSINS est clairement un Objet Littéraire Non Identifié et je rajouterais même un sacré PAGE TURNER !
 

 

Je vous recommande et je vous recommande et surtout n’ayez pas peur de pousser vos limites 😉

 

Pour le grand bonheur des téléspectateurs et l’immense joie d’Anabelle Zebutte, Agathe Somefingtoussay se retrouve instantanément tartinée de bouillie blanchâtre de la tête aux pieds qui jaillit de la bouche du bonhomme prison comme un geyser de lave d’un volcan explosif. Elle reste debout, incrédule,immobile avec son micro, alors qu’on distingue à peine les contours de son visage derrière le vomi.
Ensuite, le corps de la jeune journaliste, tout de blanc visqueux recouvert, se met à trembler bizarrement. Frénétiquement. Rapport au coup de taser électrique que le bonhomme prison est en train de lui infliger à pleine puissance. […]
Ensuite, lentement, apparaissent deux pieds nus. Puis des jambes. Arrivée du bonhomme prison. Les jambes se plient, les genoux se posent.
Il se met à terre et plaque la joue au sol, pile en face de la caméra. Ses yeux sont noirs comme la mort. Sur sa tempe, lentement, viens se poser un tube métallique sombre. Les amateurs reconnaîtront le canon d’un fusil à pompe Benelli M90.
Juste avant que sa tête ne soit volatilisée dans une mare de sang, on l’entend clairement dire :
JE VAIS VENIR … DAMIEN…
 
Une chronique de #Esméralda
 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Beta Publisher !!

CHASSEURS DE LUMIÈRE de Tyler Knott Gregson.

POÈMES DE LA MACHINE A ÉCRIRE
Nouveauté 2019
Traduction de l’anglais (États-Unis) par Clémentine Beauvais
Éditions PRESSES DE LA CITE
152 pages
Ma note : 5/5 mention « wouahhhh et incontournable 2019 »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Un jour, en flânant dans une brocante, Tyler Knott Gregson tombe sur une vieille Remington. Là, debout, sur une page arrachée d’un livre, il tape sans réfléchir. Sous ses doigts naît le tout premier poème de la série de la machine à écrire. Il est aussitôt séduit par cette singulière incapacité à effacer, à retravailler. Par le reflet de son esprit sur cette page, imparfait et sincère. Dans un monde numérique, tenir dans sa main des mots analogiques, c’est pour lui comme une respiration. Quelques années et près d’un millier de poèmes plus tard, publiés sur Instagram et rassemblant toujours plus de Followers, l’auteur a réuni les plus pertinents dans ce recueil devenu depuis un best-seller dans plusieurs pays.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
La poésie est loin d’être mon genre de prédilection. Depuis la création du blog, il me semble que c’est le troisième recueil de poèmes que je met en avant.

 

Depuis ma découverte du recueil de poèmes de Rupi Kaur « lait et miel », je suis à l’affût. Et en voici un nouveau qui a attiré mon attention et j’ai bien fait de suivre mon pressentiment.

 

Tyler Knott Gregson, globe-trotter, photographe et amoureux des mots, propose ici une partie de ses créations que nous pouvons suivre sur son compte instagram.

 

La poésie est en générale assez mystérieuse pour moi. Son interprétation peut être floutée par l’incompréhension imagée, par le sens et les tournures des mots et je pense, vraiment que le ressenti personnel rentre en compte, bien plus que dans la littérature générale.

 

Ce que j’aime avant tout dans la poésie, c’est la manière intrinsèque et intimiste qui va animer mon cœur au rythme des mots. Il y a ce quelque chose de totalement naïf, d’accaparant et d’humilité qui brise les chaînes que nous nous imposons.

 

Tyler Knott Gregson a su faire pleurer mon cœur. Pleurer de douceur et de beauté. Pleurer d’amour et de passion. Pleurer de tristesse et de déchirement. Pleurer de douleur et de joie.

 

Porté par une plume subtile, mélancolique et naturelle, Tyler Knott Gresgon emporte ses lecteurs aux doux sons d’une musique apaisante et singulière où la nature, le simple et le merveilleux ne forment qu’un pour célébrer un amour vibrant, libre et sincère. Il trace ce chemin qui nous conduit vers une lumière où seul l’importance du simple rayonne. Il capte et capture ces instants précieux et éphémères traduisant la simple beauté éternelle.

 

Un recueil de poèmes contemporains et modernes pouvant enchanter les plus récalcitrants à l’exercice métaphysique qu’il impose. Une mise en page attrayante où le moindre détail a une particularité. La traduction par Clémentine Beauvais est sublime.

 

Un voyage inoubliable pour ma part. Un de ceux qui grignote l’âme pour y graver des lettres d’or.

 

Une chronique de #Esméralda.
 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… sur le site de Lisez.com.

… l’univers de Tyler Knott Gregson.

APSARA, DE SANG ET D’ENCRE de Célia Quero.

[ ROMAN AVENTURE / ESOTERISME – Nouveauté 2019]
Tome 1/?
Éditions EXERGUE – Collection Roman Eso
464 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Quand le safran se teintera de rouge, viendra le temps de compter trois nuits d’enfantement. La quatrième, la lumière sera là. Quelle énigme cachent les premières lignes de ce poème ? C’est ce que Clara découvrira suite au décès de son grand-père adoptif, l’éminent professeur Henry Delatour. Un bien étrange poème qui mènera la jeune femme des rues de Londres aux jungles asiatiques, de fragments d’ Afghanistan à la révolution birmane, sur les traces d une communauté gardienne d’un précieux secret. Le danger est immense, mais Clara ne peut plus reculer. La quête l’a choisie, la noirceur l’enserre et se tatoue sur sa peau. Deux camps et deux hommes s’arrachent la jeune femme qui, entre recherches, voyages et prémonitions, décodera peu à peu les énigmes du poème pour préserver l’équilibre du monde. Mais y parviendra-t-elle à temps ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Aujourd’hui je t’embarque dans ce roman d’aventures qui sent mot bon le dépaysement.

 

Clara a mal démarré dans la vie. Devenue orpheline suite à la disparition brutale de ses parents, elle se trouve arrachée au monde qu’elle connait pour rentrer en France. Une première mésaventure qui pourtant la conduit directement dans les bras de Henry Delatour éminent ethnologue. Henry et Clara, s’est un coup de foudre réciproque. Une osmose magique et inimaginable qui se crée instantanément. Clara grandit dans un monde immensément riche. Son grand père adoptif l’élève avec douceur et bienveillance. Malgré cela Clara se sent dépossédée, en décalage avec les jeunes de son âge. Elle ne trouve pas sa place dans le monde qu’il entoure. La solitude devient une compagne fidèle et elle s’en accommode. Sa vie part en vrille lorsqu’elle apprend le décès de Henry. Son monde s’écroule et sombre. C’est en rangeant le bureau de son grand-père qu’elle découvre une correspondance bien curieuse. Une prophétie, un poème, un nom, un lieu, une quête qui dure depuis plus de 30 ans ? Que se cache-t-il derrière ces non-dits ? Poussée par une force invisible, peut-être l’espoir de voir encore son grand-père vivre au travers de tout cela, Clara décide de mener sa propre enquête. Direction Londres où sa vie va changer radicalement.

 

Londres et une rencontre déterminante plus tard, la voici les deux pieds dans une enquête ardue qui ne laisse aucune place aux indécisions. Embrigadée dans cette course contre la montre, Clara vit mille tourments où les exaltations viennent parfois remonter son moral en berne. Sans se soucier du danger qui guette son heure dans l’ombre, elle se donne corps et âme dans le but de déchiffrer ce poème. Sa vie monacale est loin d’être palpitante, embourbée dans ses recherches, elle met rarement le nez dehors. Toutefois, elle se lie d’amitiés avec la pétillante voisine de dessous et puis le locataire de l’appartement où elle a pris ses quartiers revient et un séduisant homme d’affaires courtise Clara avec élégance et insistance, alors qu’un vieux monsieur lui cache des éléments cruciaux.

 

Clara, poussée par une intuition et effrayée par les derniers rebondissements, décide de se rendre, accompagnée par le séduisant colocataire, en Birmanie, berceau de son énigmatique poème.

 

Arrivera-t-elle à percer le mystère de cette quête à temps ? Arrivera-t-elle à déjouer les tours de la partie adverse ? Que découvrira-t-elle au bout de cette quête ?

 

Célia Quero nous invite dans une fabuleuse et extraordinaire aventure. A l’image (un peu) du Da Vinci Code, cette histoire est portée par une jeune femme qui prise dans les filets de cette quête va se découvrir. Elle va se découvrir farouche, fonceuse, obstinée, têtue, courageuse et surtout elle va découvrir comment être en accord avec elle-même. Elle découvre aussi l’amour et le soutien indéfectible de l’amitié. Elle découvre ses racines et puis elle va  être confrontée au mal et à l’horreur. La perte de l’identité, l’obscurantisme, le génocide et la non tolérance. Célia Quero a un talent absolument génial. Celui de me faire voyager au travers de ses descriptions pittoresques et merveilleuses. Un voyage inouï au cœur d’un peuple survolté et chaleureux. Les paysages défilent sur mes yeux et l’impression irréelle d’avoir également entrepris ce voyage. De très belles descriptions, de l’action et des rebondissements portent vers le twist final. Un final très inattendu et épatant et surtout scotchant !

 

Je voudrais aussi ajouté un petit commentaire sur le choix du titre de ce roman que je trouve totalement stupéfiant et en accord total avec cette histoire. Célia Quero nous porte sur un sujet quelle maitrise totalement et son enthousiasme à nous faire découvrir ce monde est saisissant.

 

De Londres à la Birmanie, en passant par la Thaïlande pour finir sur les îles Mergui, Célia Quero signe un roman où l’aventure exotique règne en maître.

 

Un super roman à découvrir absolument !!

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Exergue.

… le book-trailer.

 

HONORE ET MOI de Titiou Lecoq.

[ BIOGRAPHIE – Nouveauté 2019]
Éditions de L’ICONOCLASTE
304 pages
Sélection du jury de février
Lien Kindle
 
Le résumé :
‘Parce qu’il était fauché, parce qu’il a couru après l’amour et l’argent, parce qu’il finissait toujours par craquer et s’acheter le beau manteau de ses rêves, parce qu’il refusait d’accepter que certains aient une vie facile et pas lui, parce que, avec La Comédie humaine, il a parlé de nous, j’aime passionnément Balzac.’
Tout le monde connaît Balzac, mais bien souvent son nom reste associé aux bancs de l’école. Avec la drôlerie qu’on lui connaît, Titiou Lecoq décape le personnage. Elle en fait un homme d’aujourd’hui, obsédé par l’argent, le succès, l’amour, dans un monde où le paraître l’emporte sur le reste. Sous sa plume, ce géant de la littérature devient plus vivant que jamais.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Balzac grand nom de la littérature classique. Grand nom d’un temps révolu. Certains d’entre vous l’ont lu et dévoré, d’autres l’ont ignoré, d’autres l’ont dénigré, d’autre non rien compris. Balzac est un condenseur d’avis allégoriques ou négatifs.

 

Mais connais-tu ce Balzac ? Tu as peux être lu tout un tas de biographies, ou carrément pas ? En même temps il faut vouloir le connaître. Pour ma part Balzac est un nom qui me fait peur. D’une part, il me renvoi à mes années collège et lycée, où j’ai peut être lu un extrait de ses œuvres pour études et compagnies. Et si cela s’avère juste, je n’ai absolument aucun souvenir. Non pas par ce que, ce que j’ai certainement lu était mauvais, mais plutôt par ce que j’étais l’élève assise au fond de la classe et qui ne pipait à aucune explication que le vaillant professeur essayait de nous inculquer. Et d’autre part, Balzac est pour moi synonyme de vieillerie surannée qui parle d’un monde que je n’ai pas connu et qui ne m’intéresse pas plus que ça.

 

Mais cela, c’était avant que j’ouvre la dernière biographie de Titiou Lecoq, féministe et essayiste, et accro à Balzac en l’occurrence.

 

Titiou Lecoq n’est pas tombée dans la marmite balzacienne dès son plus jeune âge, enfin, dès le moment où elle découvre les œuvres de ce cher Balzac, l’alchimie opérée ne trépasse pas. Dans un moment de faiblesse, elle part à la découverte du musée de Balzac à Paris et là c’est la révélation divine. Coup de foudre et maniaquerie la propulsent dans le monde gargantuesque de ce cher Honoré.

 

Me voici donc en possession de cette biographie tonitruante que je n’aurais, au grand jamais, ouvert si ma candidature au prix n’avait pas été retenue.

 

Découvrir Balzac, c’est entreprendre une grande traversée du désert, avec comme seul compagnon la solitude et les rêves. Balzac le maudit, Balzac le génie, deux entités réunis dans un corps qui suscite les moqueries. Balzac est un homme né avec une ambition démesurée.
A l’appui des différents témoignages et de sa correspondance personnelle, Titiou Lecoq dépeint l’homme extravagant qu’il fût. Un homme fougueux qui ne mesure son talent qu’à l’argent qu’il dépense. Un homme acharné et travailleur qui tente par tout les moyens de devenir un Homme dont on se souviendra. Un homme peu malin mais qui vit à fond, avec la passion du condamné, sans se soucier des conséquences. Un homme exubérant. Un homme qui vit à mille à l’heure. Un homme qui se cherche dans l’amour et qui contre tout attente écrit ses aspirations dans ses romans tout en décrivant la société hypocrite dans lequel il évolue.

 

Titiou Lecoq de sa plume taquine et malicieuse tire le portrait d’un homme fabuleux avec tous les travers et les défauts en sa possession. Je ne peux pas dire qu’elle le valorise et pourtant je me suis attachée à lui. Ses états d’âmes et sa manière de vivre, un peu je m’en foutiste, font de lui un homme accessible et un homme passionnant.

 

Titiou Lecoq m’a ouvert les yeux sur un homme qui n’a rien d’un Dieu. Un homme simple embrigadé dans les mauvais tours que la vie lui a joué.

 

Maintenant que je connais l’homme public, j’ai envie de découvrir l’homme écrivain qu’il était. Titiou Lecoq a fait un travail formidable et pour me faire changer d’avis je ne peux dire que Merci !

 

∞EXTRAIT∞
Ce n’est pas faire insulte à sa mémoire de raconter ses déboires financiers, comme ce n’est pas faire insulte à la littérature de rapporter sa soif d’argent. C’est au contraire comprendre pourquoi son œuvre est toujours voire de plus en plus actuelle. C’est apprendre sur nous et notre société. Balzac a su évoquer la terrible frustration que produisent le manque d’argent, l’envie que l’on peut éprouver devant la vie des riches et quel compromis moral on est prêt à faire pour y goûter. Comment vivre dans un système où l’argent semble être la condition nécessaire au bonheur ? Balzac fut un génie et un loser magnifique, il aurait pu nous enseigner une manière balzacienne de mener nos vies en nous émancipant. Et pour une société comme la nôtre, obsédée par l’idée de réussite totale, c’est un flamboyant contre-exemple.
 
Une chronique de #Esméralda
 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions L’Iconoclaste.

… la présentation du document par Titiou Lecoq.

LA CONJURATION D’UN VIKING de Anna Lyra.

[ ROMANCE HISTORIQUE – Nouveauté 2019]
Tome 3/3 – Trilogie « Viking »
Éditions HARLEQUIN – Collection Victoria
448 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Royaume de Sogn, actuelle Norvège, l’an 845
Trahie ! Alfie est traversée de sentiments contradictoires depuis qu’elle sait que Sven lui ment : rage, révulsion, désespoir… Ce Viking au passé trouble, pour qui elle a pris des risques en dupant les autorités et qu’elle a recueilli dans leur ferme avec tant de bonté, l’a poignardée sans vergogne. Elle sait désormais qu’elle ne peut plus se fier à cet homme tatoué, malgré le désir latent qui la consume. Doit-elle pour autant le chasser au loin alors que la saison froide a déjà recouvert de son manteau blanc toute la Norvège ? Ou taire ce que ses visions lui ont appris du passé de Sven, pour qu’il continue à protéger les siens contre les troupes pillardes du terrible Halfdan le Noir ? 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Dernier opus de la trilogie « Viking » de Anna Lyra, il a totalement ravi mon cœur. Pour information, sache que les tomes peuvent se lire indépendamment même si au fil des livres tu retrouveras forcément plus au moins les mêmes personnages. Pour ma part, je n’ai toujours pas lu le premier tome, cela n’a en rien entaché la compréhension du fil conducteur.

 

Sven court derrière son passé. Un passé incommodant qui cache bien de sombres secrets. Sven est un viking, un guerrier certainement, tatoué, qui doit se dépatouiller avec un sortilège qui ne lui laisse guère de répit. Sur ces terres inconnues, il tente d’échapper à des hommes portés par un colère noire. Il court littéralement pour sauver ses fesses et se retrouve à quémander la charité à la petite Alfie en échange de services pour l’hiver qui arrive. Sven est soulagé de se trouver un toit sur la tête en attendant que sa mésaventure soit résolue. Il découvre un monde de dur labeur. Une ferme où il fait bon vivre et dirigée par une main de maître par la husfreyja. Le froid envahit rapidement les terres, poussant Sven à se poser de nouvelles questions sur lui et son passé. Une nouvelle menace s’approche et met en péril la maisonnée. Sortilège et dangers n’ont jamais fait bon ménage, et quand les forces se déchaînent, il est vite évident qu’il faut mieux passer son chemin, car quand le grand Tatoué se réveille, il ne jure que par une seule chose, Elle.

 

La petite Alfie, n’a rien d’une petite. Apparence trompeuse plus ou moins par nécessité, Alfie a déjà connu une terrible vie. Une vie de violences et d’injures. Une vie d’humiliation qu’elle a aussitôt rejetée. Uns situation méprisante qu’il la place directement aux côtés des esclaves. Elle fait selon le bon vouloir de sa mère qui sous ses airs implacables et durs, l’adore plus que tout. Alfie n’est pas une femme ordinaire, elle a des dons qu’elle utilise avec parcimonie et délicatesse. Alors lorsqu’elle aperçoit l’homme de ses rêves, Sven, elle sait ce qu’elle doit faire et se laisse guider par ses rêves. Elle ne pensait jamais ressentir des émotions provoquées par une autre homme. Elle n’aurait jamais cru que l’amour pouvait renaître des cendres. Elle en espérait pas tant. Pourtant l’évidence est là et les terribles épreuves qu’ils affronteront ensemble, les porteront à la porte des désillusions.

 

J’adore ce qu’Anna Lyra écrit. On est vraiment loin de la romance historique caricaturale avec le beau viking tatoué qui défie les Dieux et enlève la femme pour la faire sienne. On est loin des clichés ambulants et sanguinaires. Tout au contraire, LA CONJURATION D’UN VIKING est une romance historique inscrite dans une réalité documentée. Dans ce tome ci, Anna Lyra dépeint la vie familiale, la vie paysanne, la ferme, les lois qui régissent ce monde et, bien plus encore, la dimension religion a une place prédominante. La romance est jalonnée par de minutieux détails qui confèrent un décor réaliste et impressionnant. L’atmosphère s’adapte aux personnalités des personnages surtout lorsque l’aspect divinatoire est présent. C’est tout ce que j’adore découvrir dans les romans historique qu’ils soient romances ou documents. J’aime beaucoup ce côté instructif tout en prenant du plaisir à lire et découvrir un univers qui n’est plus du tout accessible. Anna Lyra s’est beaucoup documentée et en fait profité son lecteur. J’ai vraiment été accaparée par cette histoire, son univers intrigant et ses personnages qui n’ont rien de lisse. Une immersion agréable portée par une plume qui sait vous prendre par les émotions. Une romance aussi pétillante que glaciale. Une romance aussi magnifique qu’éprouvante. Une romance aussi sensuelle qu’irrésistible.

 

A découvrir sans aucun doute ! Et pour ma part, dès que je peux je me lance dans la lecture du premier tome.

 

∞ EXTRAIT ∞

Sven se leva. Il la dominait de toute sa taille mais paraissait attendre quelque chose de sa part. Un encouragement pour le travail restant ? Un signal de départ ?
Alfie s’était méprise. Il lui tendit la main, la remit sur ses pieds et lui demanda si …
Quoi ?
-Tu retrouveras ton chemin jusque chez toi ? Ta mère m’en voudrait beaucoup si tu te perdais en route. Je peux t’accompagner un peu, si tu veux, ou alors tu peux attendre que j’aie fini et tu monteras sur le mulet pour rentrer.
Le feu de la colère embrasa ses veines. Pourtant Alfie se sentait glacée de l’intérieur.
Il la prenait décidément pour une enfant ! Elle allait le détromper, et sans plus tarder. Les dents serrées, elle plongea son regard furieux dans le sien.
-Tu as vraiment de la bouse de vache dans les yeux, Sven. Coupe ton bois, et sois à l’heure pour le repas ! Si tu n’es pas rentré à la tombée de la nuit, j’enverrai Strutir te chercher et je te préviens : il est dressé pour mordre les baquillir.
 
Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… Le site des éditions Harlequin.

… le site de Anna Lyra.

… Mon avis sur le tome 2 (et je n’ai pas encore lu le tome 1…).