LE GROGNEUX, tome 1 de Iris Rivaldi.

 
[ POLAR – 2018 ]
NDB Editions
160 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Une femme marche dans une rue sombre quand elle heurte un objet sur le sol. Elle est effrayée et cherche aussitôt de l’aide à la porte la plus proche… C’est ainsi que débute ce polar avec l’entrée en scène d’un commissaire de police plus qu’atypique qui a été bercé par les grands noms de la maison Poulaga. Javert, l’inspecteur Gourrel, Colombo sont d’ailleurs ses maîtres à penser. Il ne s’est pas non plus remis de l’émoi sensuel éprouvé à la lecture des aventures de Malko Linge, le héros des SAS qui a enflammé son adolescence. Au fil du récit, ce flic de choc au flair réputé infaillible révélera aussi une personnalité sensible, un brin romantique… Le Grogneux est le héros d’un roman palpitant et rythmé où se mêlent à la fois le sordide et l’amour. De plus, l’histoire retrace le travail de ces héros du quotidien que sont les policiers d’un commissariat de province. Ces hommes et ces femmes affrontent en effet chaque jour la délinquance et la détresse, tout en sachant faire corps face à l’adversité et se montrer fraternels.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Le grogneux a usé les semelles de ses chaussures dans les couloirs du commissariat. Un vieux de la vieille qui connait tous les rouages de sa profession, tous les aléas, toutes les péripéties, les ragots et ses collègues qu’il a vu défiler au fil des ans. Une seule véritable amitié tout au long de sa carrière, un respect bien mérité auprès de ces pairs, des envieux et une carrière cousue de fil blanc. Les petits noms bien gentils qui résonnent d’une pièce à l’autre ne l’importunent plus, au contraire. Un roublard qui a roulé sa bosse, à l’image de ces vieux films pleins de charme et d’intrigue. La grande ligne droite semble vouloir prendre fin, mais les vieilles habitudes ont la vie dure.

 

Un soir en plein hiver, une jeune femme apeurée se réfugie chez lui. Une tasse de thé et après, les mots coulent de source, ce premier contact annonce de belles heures d’échanges. Le grogneux se laissera t-il attendrir par le joli minois de la belle ? Un coup de foudre ?

 

N’empêche l’heure n’est pas à la sérénade, une chaussure à talon bleu, figée dans le froid devant chez lui, celle que la jeune femme a percuté hier soir avant de se réfugier chez lui. Une nouvelle énigme pour le commissaire chevronné. Et si il commençait par la maison fermée depuis longtemps en face de chez lui.

 

Le grogneux est un personnage assez caricatural. Les éléments s’emboitent et les idées s’enchainent dans sa tête. Un commissaire qui a roulé sa bosse mais qui en veut encore malgré tout. Il a vu  son métier évoluer pour le meilleur et le pire, la société se modifier et la violence augmenter. La sagesse a pris le pas sur l’imprudence et la témérité. Sa vie professionnel l’a blasé et celle personnelle a déjanté depuis le décès de sa femme. C’est au final un homme au charisme impressionnant.

 

Iris Rivaldi m’a transportée dans son polar à l’allure de ces vieux films en noir et blanc. De l’action, une enquête, de l’amour et une atmosphère sombre chargée en questions et doutes. J’ai passé un agréable moment en compagnie de ce polar qui se lit très vite, même peut être un peu trop. J’aime quand il y a un peu de développement et d’approfondissement. Iris Rivaldi a choisi l’action face à l’inaction. Il n’y a aucun point mort. Les chapitres courts conférent le rythme voulu. L’ambiance et un personnage charismatique sont au centre de ce polar qui met en exergue un monde aux préjugés faciles.

 

#Esméralda
 

 
Je remercie Iris Rivaldi et NBD Editions pour leur confiance et leur patience.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… Le site de NDB Editions.

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

Publicités

MAUVAIS GENRE de Isabelle Villain.

 
[ POLICIER / THRILLER – 2018]
Éditions TAURNADA – Collection Le Tourbillon des Mots
247 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 

 
Le résumé :

 

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

 
Mon avis :

 

Le commandant Rebecca de Lost, femme accomplie dans un milieu quasiment masculin. Un métier auquel elle voue son temps, sa vie (parfois personnelle) et son corps. C’est une femme de caractère et de principes. Pas besoin de crier ou de taper le poing sur la table pour se faire entendre et surtout se faire respecter. Rebecca mène son monde avec fermeté et bon sens. A l’écoute de sa brigade, elle relève en grande partie les défis que sont les enquêtes. Malgré le fait que certaines de ces dernières restent sur le carreau, elle est satisfaite du résultat de son équipe. Côté vie personnelle c’est à la fois rude et exquis. Avoir une vie sentimentale avec ce métier c’est souvent mission impossible. A cinquante ans, elle a survécu à tout. Mais peut-être pas à ce qui se prépare dans l’ombre !?

 

Son enquête actuelle ne lui laisse aucun répit. La mort de cette jeune femme transsexuelle fait surgir le passé d’un petit garçon traumatisé et mal dans sa peau. En parallèle une vielle histoire de 7 ans qui paraissait élucidée, refait surface dans les rues de Paris. S’ensuit une course poursuite afin de retrouver le véritable coupable. Et dans l’ombre, une menace  veille et surveille Rebecca de Lost.

 

De quoi perdre la tête pour une équipe sur le qui-vive et à fleur de peau !

 

Il est clair que je me suis régalée pendant tout le long de ma lecture, même si j’ai trouvé qu’il manquait certains développements sur des points cruciaux du roman et des réponses à quelques questions. J’espère, sincèrement, qu’il y aura une suite à cette aventure ! (Sinon je fais un -petit- malheur.) Isabelle Villain met le lecteur de suite dans le bain avec deux scènes d’une violence sans nom. Un petit garçon et une jeune adolescente confrontés à la cruauté d’adultes n’ayant aucune morale et once d’humanité. Les années défilent pour arriver au moment de l’histoire avec un dénouement plutôt inattendu. Les intrigues et le suspense sont menés avec ingéniosité. Les personnages sont impressionnants par leur force de caractère et leurs aspirations. Ils sont malmenés par différents rebondissements.

 

MAUVAIS GENRE est un super thriller qui prend très vite à la gorge. L’addiction est telle que je me suis laissée embarquer dans une aventure qui file à toute allure au grès d’une belle plume qui sait surprendre à point nommé.
#Esméralda

 
Je remercie Joël des éditions Taurnada pour sa confiance et sa patience.
 
image-principale-page-liens-utiles

 

 

Vers le site des éditions Taurnada pour tout savoir.

 
 
Découvre la bande-annonce du thriller

BULL MOUNTAIN de Brian Panowich

 
[ ROMAN NOIR – réédition poche 2019]
ACTES SUD – Collection Actes Noirs
Traduit par Laure Manceau
336 pages
Ma note : 5/5 mention « à dévorer »
Lien Kindle
Lecture commune de janvier avec le PICABO RIVER BOOK CLUB

 
Le résumé :
Chez les Burroughs, on est hors-la-loi de père en fils. Depuis des générations, le clan est perché sur les hauteurs de Bull Mountain, en Géorgie du Nord, d’où il écoule alcool de contrebande, cannabis et méthamphétamine jusque dans six Etats, sans jamais avoir été inquiété par les autorités. Clayton, le dernier de la lignée, a tourné le dos à sa fratrie en devenant shérif du comté. A défaut de faire régner la loi, il maintient un semblant de paix. Jusqu’au jour où débarque Holly, un agent fédéral décidé à démanteler le trafic des montagnards. Clayton se résout alors à remonter là-haut pour proposer un marché à son frère. Il sait qu’il a une chance sur deux de ne pas en redescendre. Ce qu’il ignore, c’est que Holly en a fait une affaire personnelle, et que l’heure des pourparlers est déjà passée. Roman noir rural et déchirant salué par bon nombre d’auteurs fameux, à commencer par James Ellroy, Bull Mountain se lit comme l’histoire de Cain et Abel dans un Sud plus poisseux que jamais.

 
L’avis d’#Esméralda :
L’histoire aurait pu commencer par « il était une fois, une jolie montagne où vivait une gentille famille » et se terminer par « ils eurent beaucoup d’enfant ». Cela aurait pu se passer de cette manière, si la montagne n’était pas Bull mountain et si la gentille famille n’était pas celle des Burroughs. En ce qui concerne les enfants, et bien ma foi, c’est la stricte vérité.
Bull Mountain, no man’s land, de l’état de l’Oregon a vu grandir des générations de Burroughs. Famille patriarcale, pure et dure, les fils sont élevés aux coups de feu et au sang qui coule. Pas de pitié et pas de manière, la famille Burroughs sont des durs à cuire aux quels il vaut mieux ne pas se frotter. Famille paria et crainte, elle règne sans concession sur sa montagne. Si tu arrives à avoir un pass-droit, tu verras que cette montagne ne cache pas le paradis mais l’enfer. Elle devient le terrain de jeux favoris pour l’alcool de contrebande, la culture du cannabis et laboratoire de méthamphétamine. L’honneur et le respect prévalent sur toutes formes d’amitiés, si tu prêtes allégeance à la famille Burroughs c’est pour des générations.
Sacrée famille Burroughs ! Personnages aussi effroyables qu’extravagants liés par les liens du sang et un honneur à toute épreuve. Perpétuer la « tradition » et le business est l’unique but des hommes Burroughs. Pas de quartier et pas de sommation, le moindre écart et la gâchette déraille accidentellement.  
La dernière génération des Burroughs ne fait pas dans la dentelle. Alors que le frère cadet, Clayton, décide pour les beaux yeux de sa femme, Kate, de se présenter au poste du shérif du comté qui réussit à obtenir haut la main et par un heureux hasard, les deux grands frères, Halford et Buckley, font prospérés l’affaire familiale. Mais ce qui devait arriver, arriva :
Si Clayton était le bon, et Halford la brute, alors Buckley était le truand. Ca ne l’avait pas surprise – ça n’avait surpris personne – d’apprendre qu’il avait été tué par balles au cours d’échanges de coups de feu avec la police. Il était du genre à tirer sans réfléchir, et probablement qu’il méritait tout ce qui lui était arrivé, mais il n’en demeurait pas moins le frère de Clayton. Il faisait partie de la famille, et Clayton avait le droit de lui rendre hommage, malgré ce que Halford et sa clique en pensaient.
 
Les années s’écoulent patiemment sans heurts insurmontables. La vie suis son court sur la montagne et dans la vallée. Tranquillement et sans précipitations. Jusqu’au moment où un hurluberlu attifé d’un costard nickel vient jouer les cadors avec sa proposition aussi alléchante qu’inquiétante.
Les choses sérieuses débutent maintenant ! Qui y laissera des plumes ?
Voilà un roman noir efficace à 200% ! Pas de quartier et pas de sentiments, Brian Panowich décrit à merveille ce que la famille a de plus sombre à exiger. Ces liens intrinsèques et puissants qui condamnent ces hommes à une prédestinée malsaine et sans concession et contestation. Une famille qui se détruit peu à peu, s’étiole et se braque. Une famille qui s’embourbe mais qui tend à survivre dans un dernier souffle. Brian Panowich ne laisse aucun répit à son lecteur et l’immerge immédiatement dans une spirale infernale où les éléments se déchainent. Le passé se confronte au présent pour un futur des plus sombres. Les points de vue et les narrateurs s’enchainent pour une histoire qui sans relâche ne présage rien de bon. La tension monte crescendo pour un final à couper le souffle. Un final où l’enfer se défoule dans un ballet chaotique. Ce roman noir rural est hypnotique et addictif. Les chapitres défilent au point crucial où je me suis exclamée : »oh bordel! ».
Ce roman est à dévorer littéralement ! La suite paraitra dans quelques semaines.
 
 
L’avis de #Lilie :
Ce livre est très loin de ma zone de confort de lecture. Désigné comme « lecture commune » du Picabo River Book Club ce mois-ci, j’ai longuement hésité…… avant de me lancer. Laissez-moi vous dire que ce roman m’a mis une claque monumentale et m’a procuré un plaisir à lire incroyable !
Dans ce roman, nous faisons connaissance avec une partie de la famille Burroughs : Clayton, le shérif, et ses frères Halford et Buckley, leur père Gareth, leur grand-père Cooper et leur grand-oncle Riley. Chez les Burroughs, la Montagne est leur domaine et personne n’ose venir mettre son nez dans leurs affaires. Clayton, qui a choisi de devenir shérif, laisse ses frères vivre de leur trafic mais il ne peut s’empêcher de s’inquiéter pour eux. Lorsque Holly, un agent fédéral, débarque dans son commissariat pour tenter de mettre fin à ces pratiques, le shérif sera pris en tenaille entre esprit de famille et l’accomplissement de son devoir. De nombreux personnages sont présentés au fil des chapitres et permettent d’en apprendre davantage sur la lignée des hommes de Bull Mountain. Par ailleurs, l’auteur a fait le choix de mettre en lumière à chaque chapitre un protagoniste différent, ne vivant pas forcément à la même époque. Au départ, j’ai été déstabilisée de changer de période et de personnage aussi souvent. Pourtant, au fil des pages, cette gymnastique devient addictive et très enrichissante dans la mesure où cela nous permet de suivre l’évolution de la famille Burroughs, de leurs affaires et aussi de mettre en lumière des choix qu’ils ont pu faire au cours de leur vie.
Brian Panowich livre ici un roman noir, plein de rebondissements et qui ne laisse aucun répit au lecteur. En effet, son écriture est addictive et l’intrigue tellement bien ficelée qu’on ne peut s’empêcher de vouloir en apprendre davantage. On se demande surtout jusqu’où il va nous amener et je dois avouer que j’ai, à de nombreuses reprises, hurler de stupeur et été prise à contrepied car je ne m’attendais pas à de tels rebondissements. Sous couvert d’une histoire de famille, l’auteur met également en lumière les trafics qui peuvent exister dans les contrées reculées  des Etats-Unis et l’impact du poids de l’histoire familiale dans ces régions. 
Pour conclure, ce roman est une très belle découverte. Roman noir, roman familial, « Bull Mountain » est un livre addictif, surprenant qui ne vous laissera ni répit ni indemne en arrivant à la fin. Je viens d’apprendre que la suite devait paraître sous peu, j’ai hâte de m’y plonger !

 

 


image-principale-page-liens-utiles

 

 

Vers le site des éditions ACTES SUD pour tout savoir.

received_257092058249322

ANTIQAM de Luc Serrano.

 
[ POLICIER – 2016]
Éditions BOD
336 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 
Le résumé :
Quand certains actes condamnables, liés au conflit franco-algérien, refont surface au bout de plusieurs dizaines d’années, c’est tout un petit village du sud de Toulouse qui va être le théâtre d’une suite d’événements mystérieux qui iront jusqu’à mettre en péril la vie de certains de ses habitants.
En découvrant par hasard des vieux ossements dans le bois du château, le pauvre Zaius ne s’attend pas à provoquer un tel cataclysme dont il sera la première victime.
Alphonse Placard, venu à l’aide de son ami le Baron Louis Clément du Martinet du Bois de la Pierre aura beaucoup de mal à faire la preuve de ses intuitions.

 
Mon avis :
 
J’ai été vraiment séduite par ce polar, une intrigue palpitante et surtout j’ai adoré que les scènes se situent non loin de chez moi. Je trouve ce dernier aspect très intéressant.

 

Petit village au sud de Toulouse, Saint-Ettifal devient le théâtre de nombreux événements bien curieux. Petit village tranquille où agriculteurs, majoritairement, se côtoient dans une ambiance bon enfant. Bien évidemment cancans et ragots sont le pain béni de ces habitants et certains en font d’ailleurs les frais plus que d’autres.

 

Zaius est le vilain petit canard du village. La solitude est son unique compagne qu’il tente de combler par des balades et les livres empruntés à la médiathèque où la jolie bibliothécaire l’a pris sous son aile. Lors d’une de ses balades, Zaius fait une terrible découverte : des ossements humains. Seulement dans l’ombre, une menace guette telle une arme fatale.

 

Le Baron Louis Clément du Martinet du Bois de la Pierre est un vieux garçon (pas si vieux que ça) qui vit au château du village. Issu de la noblesse, son quotidien s’apparente à de longues journées mornes entrecoupées par la présence bienveillante de sa gouvernante. Il ne fréquente guère les gens du village pour sa plus grande peine mais c’est ainsi. Il vit au son du passé, se rappelant le vaste dans lequel s’épanouissait les habitants du château et les convives. Louis Clément est un homme attentionné. Aucune once de méchanceté n’y transparait. Lorsque sa gouvernante découvre dans les souterrains du château des traces de pas et entend des bruits inquiétants, Louis Clément n’hésite pas à faire à appel à un vieux ami qui a fait ses armes au sein de la gendarmerie et qui depuis vit de sa profession de détective.

 

Alphonse Placard est un brave gars avec un net penchant pour les bonnes choses. Son activité de détective bas de l’aile. Les affaires sur les tromperies de l’époux ou de l’épouse sont son pain quotidien. Pourtant il rêve de l’affaire ardue à laquelle il pourra afin mettre à l’œuvre ses talents. Lorsque Louis Clément l’appelle pour une affaire bien curieuse, il n’hésite pas une seconde. Le voici donc quittant Toulouse à bord de sa vielle automobile, loin de se douter de l’aventure qu’il va vivre. De biens étranges évènements vont faire vivre la terreur dans ce petit village qui n’aspire qu’à la tranquillité.

 

Luc Serrano narre avec talent une intrigue policière passionnante. Dés le départ j’ai été happée par cette lecture qui s’ouvre sur une scène douloureuse de séparation et de déracinement. Les péripéties que rencontrent les habitants de se village semblent liées au passé et tout au long des chapitres la lumière se fait. La vengeance apparaît alors être le moteur. Le suspense se délie jusqu’au point final. Les personnages aux traits de caractères bien différents mènent un enquête d’une envergure qu’il n’aurait pu soupçonner. A cela se rajoute « l’aspect territoire » que je connais bien puisqu’en effet l’histoire se déroule non loin de chez moi. Il est plaisant de redécouvrir les paysages connus dans un livre. J’ai souri face à quelques recommandations gourmandes de l’auteur qui avec enthousiasme cite quelques restaurants de la région où il fait bon de s’arrêter (comme « Chez Jeanne » à Riolas, restaurant incontournable).

 

ANTIQAM est une très belle découverte que je recommande chaudement à ceux et à celles qui veulent passer un agréable moment de lecture en compagnie d’hommes et de femmes prêts en découdre pour savoir la vérité.
 

 
Je remercie Luc Serrano pour sa confiance et sa patience.
 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Découvre l’univers de Luc Serrano sur son site.

Vers le site des éditions BoD pour tu savoir.

 

IMG_20180426_160220_117

 

MON PETIT MARATHON SPÉCIAL « INDE » de DÉCEMBRE.


Dernier Marathon de l’année dédié aux romans indés. Mes quatre prochaines lectures vont me porter dans quatre univers différents : de la romance spéciale Noël, des enquêtes policières d’un autre genre, de l’urban fantasy et une autre romance contemporaine vibrant au rythme de la musique. De quoi passer de nombreuses et belles heures de lecture. Et si je te lancée le défis d’en lire un des quatre ! Serais tu prête à le relever ? Lequel choisirais tu ?

Découvre dès à présent les quatre résumé !




L'étrange pension de Mrs Scragge, 1er épisode de la série les enquêtes d'Antoinette: (Mystère et suspense aux Pays-Bas) par [Kessou, Anna]


L’ÉTRANGE PENSION DE MRS SRAGGE

1er épisode de la série LES ENQUÊTES D’ANTOINETTE

de Anna Kessou

Lien Kindle (gratuit)

248 pages




Le résumé :


Antoinette n’est pas l’employée modèle de la CLEAN,
une agence de nettoyage dirigée par l’énigmatique
Monsieur Anselme, un ancien directeur de la sécurité…
A chaque nouveau client, une enquête à résoudre. Avec son
inséparable collègue, Mireille une Hollandaise à la langue
bien pendue, elle va sillonner villes et campagnes et venir
en aide même à ceux qui n’ont rien demandé !
Dans ce 1er épisode, découvrez :
• Comment Antoinette, nurse anglaise charmante, mais un
peu cynique est devenue femme de ménage à la CLEAN
• Comment arriver à la tête d’un trafic de cocaïne colombienne
• Pourquoi les diamants sont les meilleurs amis des femmes
et des pirates
• Et que tous les souterrains mènent aux bibliothèques
Alors, remontez votre plaid, ajoutez une bûche dans la
cheminée et faites chauffer la bouilloire.
Vous reprendrez
bien un peu de fantaisie et de suspense avec votre Earl Grey?



Music & Love (Tome 1) par [Lanoix, Alexandra]



MUSIC & LOVE, tome 1 de Alexandra Lanoix

Tome 1/?

Lien Kindle

458 pages




Le résumé :


À Londres, lors d’une soirée chez sa meilleure amie, Stephanie a un véritable coup de foudre pour le beau James, un mannequin gay. Difficile de croire qu’une histoire d’amour pourrait naître entre eux, et pourtant…
Pour tenter de vivre de sa passion, la musique, elle va devoir travailler pour Greg, un chanteur sur le déclin qui veut revenir sur le devant de la scène. Charmé dès leur rencontre par Stephanie, Greg est prêt à tout pour la conquérir, quitte à perturber la vie sentimentale déjà compliquée de la jeune femme.
De Londres à New York en passant par Paris, suivez leur chassé-croisé amoureux sur fond de musique jazzy.



Le loup de Stony Point (Ryvenn t. 2) par [Phaeton, Jupiter]



RYVENN, tome 2 : Le Loup de Stony Point de Jupiter Phaeton

Tome 2/?

311 pages

Lien Kindle




Le résumé :


Deux mois.
Deux mois depuis que Catherine et ses acolytes ont mené une attaque de grande ampleur sur New York.
Deux mois depuis que le président a fait son coming-out.
Deux mois depuis qu’Ari a demandé Ryvenn en mariage.
Deux mois depuis qu’elle sait que son père était un loup-garou.
Intégrée à la meute de Stony Point, Ryvenn a peur que chaque nouveau jour soit celui de sa transformation. Que se passera-t-il alors ? Perdra-t-elle le contrôle ? Deviendra-t-elle un danger pour sa famille et ses amis ? Et si elle n’avait que ça en tête… Car Ryvenn enquête également avec son alpha, Greg, sur une série de kidnappings de magiciens parfaitement orchestrés.
À ce rythme-là, l’empathe en vient à se demander si elle retrouvera un jour la vie paisible qui était la sienne… Car décidément, les ennuis ne font que la trouver.






NOEL SOUS LA ROMANCE

14 auteurs vous content Noël

202 pages

Lien Kindle





A bientôt pour mes avis et je te souhaite de belles fêtes de fin d’année.
#Esméralda



IMG_20180426_160220_117

A MÊME LA PEAU de Lisa Gardner.


[ POLICIER – A paraître le 2 janvier 2019]
Éditions ALBIN MICHEL
Traduction : Cécile Deniard
Titre original : Fear nothing, 2014.
512 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

Le résumé :


Deux meurtres spectaculaires sont perpétrés à Boston à six semaines d’intervalle. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes seules, atrocement mutilées, à côté desquelles l’assassin a déposé une rose.
L’inspectrice D.D. Warren, chargée de l’enquête, décèle vite une similitude entre ces mises en scène macabres et une longue série de meurtres ayant défrayé la chronique à Boston quarante ans plus tôt et dont l’auteur, Harry Day, s’est suicidé depuis.
Seul recours pour D.D. Warren : se rapprocher des deux filles de Harry Day. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre les récents crimes et Shana et Adeline ? Pour le savoir, D.D. Warren va devoir se confronter à cette interrogation : peut-on échapper à son destin lorsqu’il est marqué du sceau de la mort ?
Une plongée stupéfiante au coeur d’un enfer familial : Lisa Gardner s’impose définitivement comme une virtuose du thriller psychologique.

Mon avis :


Je découvre pour la toute première fois la plume extraordinaire de Lisa Gardner. Effectivement, si ce nom  me revenais souvent aux oreilles, je n’ai jamais ouvert un de ses romans. Maintenant que le problème est résolu et bien cette rencontre a été formidable, éprouvante et majestueuse.


Je ne sais pas si son meilleur roman, en tous cas il m’a donné envie de découvrir ses précédentes parutions en les rajoutant dans ma wish-list.


D.D. Warren est ce genre de personnage que j’adore. Déterminée, têtue, courageuse, teigneuse, survoltée, passionnante, intelligente et super flic, D.D. est un sacré bout de femme qui ne se laisse pas déstabiliser et qui fonce droit dans les problèmes. Un personnage aux traits de caractères forts et impressionnants. On est loin de ces personnages fades qui se laissent porter par les flots. Non, D.D. fonce, réfléchit, suppose et questionne. Dit comme cela, on dirait une super héroïne, oui mais D.D. est aussi une femme avec ces faiblesses et ses fragilités, une maman inquiète et protectrice et une épouse qui ne faut pas chatouiller.


J’ai adoré suivre ses péripéties, surtout que l’auteur ne l’épargne rarement et joue avec ces nerfs. Cette nouvelle enquête sur « le tueur de la rose », n’a rien d’évident, surtout quand le passé, une psychiatre insensible à la douleur (Adeline) et une prisonnière (Shana) s’en mêlent. Le point commun : Harry Day, papa de Shana et Adeline et accessoirement tueur en série qui séquestrait des femmes et découpait leur peau. Quand deux meurtres rappellent ceux d’il y a quarante ans, c’est la panique à bord.


Lisa Gardner a le talent incroyable de narrer une histoire totalement sensationnelle avec des personnages qui à travers leurs qualités et leurs nombreux défauts arrivent à subjuguer. Elle parfait un tableau aussi horrifiant que réel, incluant le poids incommensurable d’un héritage sanguinaire. Un thriller mené avec brio et ingéniosité où Lisa Gardner ne cède absolument pas à la facilité. Une intrigue où règne un suspense qui tient en haleine jusqu’aux dernières pages. Les personnages attirent l’attention. J’ai lu ce thriller d’une traite. L’auteur m’a immergée dans son monde avec une certaine facilité. La trame dénote par son intensité et les implications. Les doutes assaillent souvent les personnages et outre le fait de découvrir qui est ce tueur à la rose, D.D., Adeline et Shana devront faire face à ce qu’elles ont de plus personnel : leur identité.


Quel thriller éprouvant ! Dans la lignée de Karine Giebel, Lisa Gardner a le talent et l’audace de faire vivre une lecture « tourbillonesque » !


#ESMERALDA


Je remercie les éditions Albin Michel et Babelio pour la découverte de ce super roman.


image-principale-page-liens-utiles



Vers le site des éditions Albin Michel pour tout savoir.

Vers Wikipédia pour découvrir l’univers de Lisa Gardner.

VEUX-TU DINER AVEC MOI ? de Maxime Morin.

20181015_160727

 

[ ROMAN POLICIER – Nouveauté 2018]
Éditions de Mortagne
Format numérique (422 pages) : 16.17€
Broché : 18.00€
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

 

 


 

Le résumé :

 

Maxence Verlomme a récemment vu sa vie s’effondrer. Il y a trois mois, sa carrière de flic s’est brisée avec l’annonce du cancer de sa femme. Pour vivre ses derniers instants avec elle, il a dû abandonner sa traque du Marchand de sable, un tueur en série activement recherché. Ayant enterré Marion le matin même, l’homme se réveille, quelques heures plus tard, prisonnier d’un autobus fuyant la capitale. Deux ravisseurs, neuf otages. Lorsque le premier captif est ramené sain et sauf à son domicile par ses bourreaux, plutôt que de profiter de sa liberté, il préfère se tirer une balle en pleine tête. Dès lors, chacun comprend que le danger ne se trouve pas à l’intérieur du bus, mais bien à l’extérieur. Un road trip macabre où chaque arrêt se révèle fatal. Et quand les affres du passé resurgissent, le compte à rebours est déjà lancé, ne laissant à Verlomme que peu de temps pour découvrir le lien qui les unit tous. À la fin du voyage, la rédemption. Ou bien la mort.

 


 

Mon avis :

 

Halloween approche, alors, pourquoi pas s’offrir un moment lecture adéquat à l’atmosphère voulue ? Et bien j’ai pour toi un thriller décapant et étonnamment effroyable.

 

A première vue, le résumé qui m’a tout de suite fait penser à un certain film (Speed, 1994), ne laisse absolument rien présager à ce qui se cache parmi ces pages.

 

Et je ne peux m’exclamer : Aaaaa l’abordage !

 

Maxence Verlomme est un flic bon sous tout rapport, peu apprécié par ses pairs, mais les résultats sont là. Il reste malgré tout un loup solitaire. Sa femme, Marion, est son seul et unique rayon de soleil. Gravement malade depuis des années, il tend à lui rendre la vie plus facile et agréable. La maladie emporte Mario et c’est alors que le monde de Maxence vrille.

 

Quelques heures après l’enterrement de sa femme, il se retrouve pris en otage avec 8 autres personnages dans un bus. Deux personnes cagoulées font régner la terreur dans ce bus bringuebalant vers une destination qui se précise au fil des heures. Maxence a pris sa retraite anticipé de flics il y a trois mois de cela. Mais quand t ‘es flic un jour, t’es flic pour toujours. Par la force et la volonté (amen !), Maxence reprend « du service ». Les méninges s’activent, les hypothèses fusionnent : Que fait-il ici ? Quels liens les unis tous ? Pourquoi ses souvenirs sont-il vagues ? Que va t-il m’arriver ?

 

Tout autant de questions pertinentes pour une urgence vitale : la survie.

 

Road trip macabre, huit clos effrayant : un duo sans équivoque qui a eu le mérite de me faire vivre des heures de lectures addictives. Pendue aux mots, la recherche de la vérité tient en haleine. Les péripéties de Maxence, ses flash back, ses souvenirs, ses questions, ses doutes, sa peur, sa colère, son désarroi m’ont assaillie d’une force surprenante. Au fil des pages le personnage de Maxence s’affirme et se révèle.

 

Et il arrive le moment où tout dérape et l’histoire prend une nouvelle dimension hallucinante et inattendue ! Et la c’est le OH MON DIEU !, le OH PURÉE ! le NOOOOOON !, le C’EST PAS POSSIBLE ! …. qui résonnent dans les limbes de ton cerveau. Scotchée, tu deviens !

 

VEUX-TU DINER AVEC TOI ? est incommensurablement un page turner de tonnerre ! Un clifhanger de malade qui a eu le don de m’épater. Le seul petit bémol, mais qui en soi n’est pas forcément dramatique, est le fait que bien des questions restent sans réponses. Rien ne t’empêche toi, lecteur, de fomenter tout un plan pour combler cette petite lacune. Et j’avoue l’exercice est plutôt sympathique.

 

Mystère, rage, colère, énigme, sang, horreur, amour, drame, manipulation, suspense deviendront pendant cette lecture tes meilleurs amis.

 

Les mordus du genre s’en mordront les doigts et seront charmés par l’atmosphère glaçante à la Stephen King (pour donner une image … n’est ce pas … !!).

 

A découvrir … sans aucun doute !

 


 

Je remercie Pascale pour sa confiance et sa patience.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions De Mortagne, pour tout savoir !