Speedway de Pascale Stephens.

 

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2017]

Editions BMR

Service presse

 

Je remercie les éditions BMR pour ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Recommencer une autre histoire. Apprendre à connaître un nouvel homme, sortir avec lui, décider de s’abandonner, de se confier. Envisager l’avenir… Autant dire « mission impossible » pour Clémence. Depuis la mort de son fiancé, sa vie amoureuse est au point mort et semble destinée à y rester. Du moins, c’est ce qu’elle pensait avant son retour dans l’univers des courses de moto, jusqu’à ce qu’elle croise à nouveau la route de Nate. Pilote audacieux, plusieurs fois champion du monde, il a lancé le pari de la réconcilier avec la vie. Mais la guérison est un parcours ardu et semé d’embuches… Alors que leur relation gagne de la vitesse, et que Clémence prend de la distance avec son passé, c’est celui de Nate qui ressurgit…

 


 

Mon avis :

« Speedway » est le troisième roman que je lis de cet auteur après les deux premiers tomes de la trilogie « Not easy ». Ce roman s’inscrit dans un monde ultra masculin puisqu’il s’agit de celui de la course professionnelle de moto.

Clémence a tout pour être heureuse, un homme qui s’occupe d’elle et qui n’hésite pas à la pousser lorsqu’il s’agit de se mettre en avant dans le monde de la moto. Elle est aussi pilote et son professionnalisme n’est plus à prouver désormais. Les débuts ont été un crève cœur pour elle, une femme pilote n’a pas sa place sur les circuits. Certains d’entre eux s’en sont pris à elle ouvertement alors que d’autres lui ont rendu le respect mérité. Clémence vit la vie parfaite. Elle est épanouie et en profite un maximum. Jusqu’au jour où tout bascule. L’accident mortel qui lui enlève son futur mari. La chute est brutale et profonde. Les mots sont blessants et les gestes loin d’être réconfortant. Elle s’enlise dans son malheur et les mauvaises nouvelles n’améliorent pas la situation. Emmurée dans sa carapace elle décide de fuir la France vers l’Ecosse lors d’une occasion qui se présente à elle. Elle pressent alors que c’est le signe qu’elle attendait pour amorcer des changements dans sa vie. Mais parfois seule la volonté n’est suffisante, c’est alors que surgit de nulle part, un homme, son pire ennemi sur l’asphalte, celui qui l’a toujours démontée et qui l’insupporte au delà des mots. Cet homme est Nate, le ténébreux, l’insondable, le détestable, le macho , l’égoïste sans nom, le bad boy du circuit. Celui qui lors des soirées fêtant les vainqueurs se pavanent avec les plus belles filles.

Une rencontre et un pari, les voici partis pour un périple qui sera loin d’être de tout repos !

Cette romance offre de nombreux rebondissements et un final qui, honnêtement, a eu le mérite de me faire flipper ! J’ai beaucoup apprécié les dialogues très présents qui jouent parfois sur les quiproquo ( petite touche de comique qui est agréable dans cet imbroglio de sentiments très sombres) et sur le malaise des personnages. Ces phases sont très bénéfiques pour nos deux héros, elles leurs permettent d’évoluer, de se découvrir et de mettre des mots sur leurs émotions. L’autre point positif ce sont les détails techniques sur la mécanique des motos et sur ce qui est en rapport aux courses de motos. Dès le départ, j’ai senti que c’est un roman écrit avec les tripes et qui a certainement touché l’auteur (sentiment confirmé dans les remerciements de l’auteur). Mais, voilà, plusieurs points me chagrinent. Il est vrai que quand j’entends le mot moto de suite, je l’associe à la liberté. Il vrai que dans le monde de la compétition ce mot là n’a pas du tout sa place. On est oppressés dans ce monde où les coups bas sont de rigueurs, les langues de vipères courantes : en fait tout est permis !! Pascale Stephens a trop bien mis en avant ce point là et ne s’en prive pas. Du coup ça m’a coupé mon sifflet ! Malgré la présence de joyeux lurons, on s’aperçoit vite que la sincérité n’est pas monnaie courante. Tout ceci est accentué par la morosité des personnages qui par ailleurs s’envole trop vite à mon goût. Alors que dans les premiers chapitre on tombe en excès dans la mélancolie (certains passages sont redondants surtout au niveau de l’expression des sentiments et du désarroi de Clémence), on enchaine rapidement sur la redécouverte du plaisir et de la séduction. J’aurais voulu plus de moment casse gueule où tout part en cacahouète, ou du moins le peu qu’il y a, soit plus accentué, plus intense. J’ai trouvé le scénario trop facile !

Néanmoins j’adore toujours autant la plume de Stephens Pascale, j’attends le livre qui révélera tout son merveilleux talent. Je trouve qu’il n’est pas assez exploité !

Malgré les petits points négatifs qui m’ont contrariée, c’est un roman qui plaira à bon nombre d’entre vous : les motos, un homme hyper sexy, une femme qui ne sait plus où donner de la tête et la jalousie sont au rendez-vous.

« Speedway » fera vrombir votre cœur !

 

liens-utiles

 

 

 

Vers le site des éditions BMR !



 

 

 

 

Publicités

Des étoiles dans la mer de Natasha Boyd.

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2017]

MxM Bookmark – Collection Infinty

Traduction : Laurie Asin

Service presse

 

Je remercie chaleureusement les éditions MxM Bookmark pour leur condiance et ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Livvy a pris la fuite. Elle s’est échappée là où personne ne pourra jamais la retrouver.

Mais dans le cottage isolé où elle se réfugie, il y a déjà Tom, un mystérieux inconnu, qui est là pour des raisons personnelles.
Dans l’intimité de ce cottage abandonné, au cœur de la nature sauvage de l’île, leur connexion immédiate est impossible à ignorer. Mais alors qu’ils fuient leur histoire et refoulent leurs secrets, le passé les rattrape et bouleverse leurs vies de façon inimaginable.
Malgré leurs sentiments profonds et leur alchimie puissante, ils devront se battre contre un enchevêtrement de mensonges et surmonter les blessures de leur passé. La vérité, en émergeant, fera peut-être plus de mal que de bien.

 


 

Mon avis :

Natasha Boyd nous offre une histoire qui vous coupera le souffle sans aucun doute. Cette histoire vous filera les frissons du début à la fin , des sueurs froides, des coups de chaud et les larmes ne pourrons que noyer vos yeux.

L’intensité de cette histoire est juste magnifique, palpitante et majestueuse  !

Livvy vient juste d’atteindre sa majorité. Elle fuit cette vie désastreuse où étouffée dans un univers qui se dévoilera être insupportable. Livvy souffre et suffoque. Le passé, le présent ne seront pas son futur. Son refuge s’avère être une vieille bicoque sur une petite île non loin de la côte. Elle représente la tranquillité, l’espoir et la liberté. Elle appartenait à sa grand-mère qui les chérissait elle et sa sœur décédée. Après un périple épuisant, elle se retrouve finalement devant cette maison inespérée. Mais un surprise l’attend ! Un homme a l’apparence d’un ours mal léché.

Livvy est une jeune femme traumatisée par les secrets de famille. Elle se protège par une attitude assez fourbe et se cache derrière une apparence sombre et négligée. La psychologie de son personnage est maniée avec beaucoup de subtilité. Les maux du corps et de l’esprit qui en découlent sont dépeints avec beaucoup de vivacité et de sensibilité. Tommy est un homme mystérieux et nonchalant. Il souffle souvent le chaud et le froid. On s’aperçoit rapidement que son attitude est ambigüe et cache quelque chose. De suite il m’a fait pensé à un ours mal léché. Carrure de bucheron, barbe camouflant son visage et un parlé tranchant : un homme repoussant aux premiers abords mais qui révélera une face beaucoup plus douce et chaleureuse !

La vie les a détruit, les a consumé et les a noyé dans un gouffre sans fond. A eux deux, elle sera plus facile malgré les chemins périlleux qu’il devront abordés. Leurs passés s’avéreront mêlés et les révélations anéantirons les vains espoirs de Livvy.

Ce livre est juste  une méga surprise. Dés le départ j’ai été conquise par le style de Natasha Boyd. La plume de l’auteure se veut honnête et ne nous épargne pas. Elle nous fait ressentir une flopée d’émotions : la peine, l’espoir, le doute, l’envie, la tendresse, la haine, le désespoir…On ressent instantanément que l’histoire va nous toucher. J’ai eu les frissons pendant la totalité de la lecture, le cœur oppressé par les rebondissements incessants et surtout les révélations qui s’imposent au fils des pages. Cette romance vous met les nerfs en pelote, la pression monte inévitablement jusqu’au dénouement fantastique !

Cette romance ne s’inscrit pas dans la ligné des romances dites « new romance ». Elle traite un thème très grave qui impacte la psychologie des personnages. L’auteur ne tombe pas dans le glauque et nous offre une porte de sortie qui se dénote par un regain d’espoir.

Un méga coup de cœur pour « Des étoiles dans la mer » !

 

 

liens-utiles

 

Vers le site officiel de Natascha Boyd !

 

A un fil de Rainbow Rowell.

 

 

[LITTÉRATURE SENTIMENTALE – réédition 2017]

Éditions Milady

Traduction : Benjamin Mallais

Masse critique Babelio

 

 


 

Résumé :

Georgie est au trente-sixième dessous : cela faisait des années que son mariage battait de l’aile, mais cette fois, c’est la fin. Alors que son mari est parti passer Noël avec ses enfants dans le Nebraska, elle reste seule à Los Angeles, car elle a pris la fâcheuse habitude de faire passer sa carrière avant sa famille. C’est alors qu’elle tombe sur un vieux téléphone jaune à cadran rotatif. Contre toute attente, cette antiquité va lui permettre de faire un bond de quinze ans en arrière et de communiquer avec Neal dans le passé. N’est-ce pas l’occasion rêvée pour résoudre leurs désaccords et retomber amoureux comme au premier jour ?

 


 

Mon avis :

Le thème du livre a tout pour plaire : une working girl surmenée qui laisse filer entre ses doigts le bonheur de sa famille et un téléphone fixe qui la projette dans une conversation 15 ans auparavant qui n’a jamais eu lieu à part maintenant.

Malheureusement je n’ai pas accroché vis à vis de cette lecture. Plusieurs points m’ont gênée. Tout d’abord les personnages : Georgie est une femme un peu fofolle qui s’oublie dans le travail. Je n’ai pas accroché avec son rôle de mère qui à mes yeux délaisse totalement ses deux filles au profit de soirée brainstorming. Et surtout j’ai détesté le comportement face à son mari qui tout de même se dévoue entièrement à sa famille. Georgie est un personnage que j’ai détesté par sa façon d’aborder les problèmes et d’agir face aux conséquences qui vont lui tomber sur le nez. Elle m’a insupportée du début à la fin par cette attitude désastreuse. Neal est à son opposé : introverti, peu bavard même pas du tout. Il a extrêmement du mal à parler de ses émotions et de ses envies. Il les transmet par des petites mimiques. Pour le coup c’est un homme très effacé qui pour se faire comprendre agit souvent en prenant la fuite. Alors il a beau être hyper sympa dans le rôle de papa moderne et d’homme à tout faire, mais qu’est ce que j’ai eu envie de le secouer comme un cocotier pour qu’enfin il exprime clairement le fond de sa pensée ! Et puis le meilleur ami de Georgie, Seth. C’est un homme hyper prétentieux qui cherche à tout prix à séduire Georgie et la mettre dans des situations impossibles. Son rôle n’est pas franc et beaucoup trop ambiguë.

Ensuite comme vous l’avez compris dans le résumé, Georgie découvre un téléphone magique qui va lui permettre de parler à Neal 15 ans auparavant. Si l’idée est séduisante, je trouve qu’elle est mal exploitée. J’aurai voulu plus de rebondissements, plus de peps, plus d’imprévus ! J’ai juste était confrontée à un dialogue où Georgie essaye d’influer leur futur en minimisant les risques.

Et pour finir, ce qui m’a fait grincer les dents : c’est le passage incessant entre passé et présent où Georgie nous plonge dans des réflexions existentielles. Souvent j’ai du reprendre le paragraphe pour arriver à me situer dans l’espace temps. Ce n’est pas du tout agréable de toujours se poser la question » j’en suis où là ? ».

Tous ces petits points négatifs entachent le fil de la lecture qui portant aurait pu être sensationnelle. Le fond de l’histoire est pourtant intéressant puisque l’auteur soulève des problématiques modernes : la femme dans un milieu professionnel exclusivement masculin, le rôle de la mère working girl au sein de la famille, la place du mari dans la famille, le couple et son épuisement, l’évolution de l’amour et de quelle manière il s’exprime. La plume de l’auteur a du potentiel dont je n’ai pas pu apprécier ni la teneur et ni la profondeur !

Il est rare que je mette des avis de la sorte. Mais on ne peut pas tout aimer ! Malheureusement ! Si vous l’avez lu j’en serais heureuse d’en débattre avec vous ! Alors n’hésitez pas à laisser un commentaire si c’est le cas !

 

 

liens-utiles

 

Tout savoir sur l’auteure et les éditions Milady : c’est par ICI !

Pour une vie meilleure de Susan Wiggs.

 

[LITTÉRATURE SENTIMENTALE – Nouveauté 2017]

Éditions Harlequin (hors collection)

Service presse

 

Je remercie les éditions Harlequin pour ce service presse via la plateforme Netgalley.

 


 

Résumé :

Tout recommencer. Il y a un an, cette phrase n’aurait eu aucun sens pour Annie. Mariée à Martin Harlow, le célèbre chef cuisinier, productrice d’une émission suivie par des millions de téléspectateurs, et – surtout – future maman, sa vie lui semblait idéale. Jusqu’à ce que Martin lui brise le cœur. Jusqu’à ce qu’elle soit victime d’un accident. Jusqu’à ce que son existence bascule…
Tout recommencer. Aujourd’hui, Annie a fait de cette phrase son mantra. Mais pas question de reprendre le travail, et encore moins de renouer avec celui qui est désormais son ex-mari… À la place, Annie décide de retourner vivre dans sa petite ville natale du Vermont. Là-bas – dans l’exploitation familiale de sirop d’érable – elle sait qu’elle pourra compter sur le soutien de ses proches et de Fletcher, son premier amour…

 

Mon avis :

Je découvre pour la première fois l’univers de Susan Wiggs. Et c’est une agréable surprise en ce début du mois d’octobre.

Susan Wiggs nous invite, au travers de ce roman, dans une balade aux senteurs d’érable. Une balade envoutante dans le dédale du passé et du présent. Celui d’Annie, une working girl ambitieuse qui a abandonné sa ville natale perdue dans le Vermont. Elle y a abandonné sa famille, son amoureux et ses merveilleux paysages pour vivre son rêve à fond. Celui d’allier cuisine et émission télévisée. La cuisine est la passion transmise par sa grand-mère qu’elle chérissait. Elle pouvait passer des heures entières à cuisiner et à discuter de tout et de rien notamment pendant les longs hivers rigoureux. La cuisine était l’élément clé qui réunissait les gens autour d’une table.

J’ai été totalement surprise par l’atmosphère qui s’est dégagée de cette lecture. A la fois envoutante, calme, reposante et sereine. C’est un pur délice. On est loin de l’addictivité voulue par les romances actuelles. On ne rebondit pas d’un action à une autre et où une pseudo intrigue vient agrémenter la romance. On est pris dans une sorte de balade intemporelle où senteurs, gouts et saveurs viennent déclencher les souvenirs d’autrefois et de maintenant. Annie se réapprend au fil de ces souvenirs, bons ou mauvais, ils font partis d’elle et grâce à eux elle va réapprendre ce que la vie a de plus essentiel.

Il est vrai que je ne suis pas une grande fan des longues descriptions où je juge que le rythme de l’histoire est souvent ralenti. Mais ici rien de tout ça. Au contraire, j’ai trouvé un ensemble du récit très fluide où les passages entre passé et présent sont très bien orchestrés. Un ensemble uni qui confère à cette histoire une immensité où sentiments et réflexions sont chamboulés par la propre route de l’existence de l’héroïne. Dans un premier temps j’ai pensé que ce roman pouvait être rangé dans la catégorie « feel good » mais maintenant je n’en suis plus si sûre. On retrouve tout au long de la lecture ce côté apaisant et bienfaiteur mais je pense que c’est du à l’atmosphère général du roman.

J’ai beaucoup apprécié la plume de Susan Wiggs que je découvre pour la première fois. C’est un vrai régal de suivre l’évolution des personnages. Même si la fin n’a jamais été vraiment cachée par l’auteure, je note tout de même un sacré parcours du combattant pour y arriver. C’est un livre qui se lit en douceur. J’ai laissé durer le plaisir pour repousser le plus tardivement le dénouement.

Susan Wiggs retrace la vie d’une femme qui s’est perdue dans ses rêves et qui grâce à l’amour de sa famille et des bonnes choses va retenter de se trouver là où tout à commencer !

« Pour une vie meilleure » est juste sublime pour tout ce qui s’en dégage. Une « madeleine de Proust » version sirop d’érable

 

liens-utiles

 

Pour tout savoir sur Susan Wiggs et ses livres!

Vers le site officiel de Susan Wiggs !

 

Ad Vitam de Valorie Blue.

 

ROMANCE HISTORIQUE – AVENTURE – Nouveauté 2017

Auto-édition

Service presse

 

Je remercie Valorie pour sa confiance.

 


 

Résumé :

Théa vit dans les livres pour rêver et faire rêver, dans sa boutique qui sent bon le passé et les contes.
Vincent fait des recherches historiques pour établir des faits et la vérité du passé, dans les sites archéologiques.
Ils ne sont pas vraiment fait pour se rencontrer mais une nuit va tout changer. Dès lors, ils ont un mystère à résoudre, un trésor à trouver, dans l’ancienne Alexandrie.
Vont-ils y parvenir ?
Et si les rêves étaient des souvenirs ?

 


 

Mon avis :

Pour sa première romance Valorie Blue tâte le terrain avec cette belle histoire d’amour.

Théa est une libraire et passionnée par les temps d’autrefois : notamment par l’Égypte ancienne, celle qui fait rêver et qui émerveille, celle de la grande reine Cléopâtre. Théa rêve au travers de ses nombreuses lectures mais va les vivre lorsqu’elle part en voyage en Alexandrie afin de visiter la grande exposition sur Cléopâtre. Elle va rencontrer dans les dédales de la ville mythique un jeune homme à l’apparence d’Indiana Jones ( enfin en peu plus sexy tout de même). Il s’agit de Vincent, archéologue. Il est en mission dans le désert proche afin de mettre sous la main un mystérieux trésor, une boîte, qui selon la légende aurait des pouvoirs surnaturels. Par une malencontreuse situation, Théa se retrouve aux côtés de Vincent sur le chantier.

C’est une romance assez attachante où l’auteure explore à merveille les émotions naissantes entre ses personnages. C’est un vrai plaisir de voir évoluer ces derniers dans un paysage pittoresque. Les rebondissements viennent alimenter le côté romance et nous plongent dans le côté action. Mais je trouve justement regrettable le peu d’action qui n’est vraiment pas assez présent à mon gout. Surtout que le décor s’y prêtait. Valorie n’a pas su exploiter ce côté aventure et historique à fond. Et c’est vraiment bien dommage car les personnages sont justes excellents.

La plume de Valorie maîtrise parfaitement le ressenti des personnages et nous offre de supers moments d’échanges romantiques et de tendresses.

 

liens-utiles

 

Lien vers la page facebook de l’auteure.

 

 

Parier mais pas jouer, tome 3 de Chrys Galia.

 

[ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2017]

Editions BMR

Service presse

 

Je remercie les éditions BMR pour ce service presse via Netgalley.

 


 

Résumé :

Stephen, Brad, Riley et Tom ont un pacte  : ne jamais succomber au charme de la compagne, l’ex-compagne ou la sœur de l’un d’entre eux. Alors que Callie et Riley s’installent dans une romance un peu fade, une amitié improbable naît entre la sœur de Liv et Brad.
Entre exaspération et attirance, comment ce dernier va-t-il pouvoir respecter son engagement auprès de Riley  ?

 


 

Mon avis :

Il aura fallu attendre la lecture de ce troisième tome pour que l’auteure m’en mette, enfin, plein les yeux. La persévérance a du bon.

Ce nouveau volet s’affère autour du personnage de Brad et accessoirement celui de Callie. Brad fait parti de la joyeuse bande de lurons de Stephen et Riley alors que Callie est la sœur de Liv et l’amoureuse de Riley. Le déroulement de cette histoire s’imbrique dans celles des deux premières : on y découvre quelque peu les coulisses. Brad et Riley ne sont pas inconnus au bataillon : deux potes qui s’adorent et s’admirent et dont l’amitié passe avant toute chose au détriment parfois de l’amour.

Brad est l’homme bien sous tout rapport : avocat sexy et maniaque. En grattant sous sa carapace on y découvre tant de jolies choses. Bref, ici l’auteur n’a pas inventé la poudre de perlimpinpin : l’homme cliché de nos romances adorées. Callie a cette insouciance bienveillante. Elle est professeur de danse à la Julliard School et également danseuse pro. Elle est magnifique, sublime, bien dans ses chaussons. Une femme des temps modernes assumant totalement tout : pêchés mignons y compris.

J’en viens maintenant à pourquoi j’ai tant aimé ce troisième volet.  En tant que lectrice on ressent forcément ces petites choses qui font la différence, celles qui nous émerveillent et qui font battre nos petits cœurs. Celles qui nous filent les frissons et nous émeuvent. Je ne sais pas par quelle magie, mais ici la plume de l’auteure s’est totalement transformée. Elle délaisse un peu cette façon dont les protagonistes venaient apostropher le lecteur par ces petites phrases accrocheuses. Et ce n’est pas pour me déplaire. Disons que ceci me mettait mal à l’aise ! Elle nous transporte dans un tourbillon de sentiments. On y ressent la sincérité celle qui sort du cœur. Tout ce que l’auteure déballe est d’une puissance phénoménale. L’habilité de sa plume est formidable : émoi, amour, trahison, haine, envie, honte, désespoir deviennent d’une telle transparence comme si elle avait déchiré le voile opaque qui empêchait la lumière de nous atteindre. C’est un pur délice. Emportait par ce flot incessant d’exaltations, j’ai dévoré les pages ! J’ai été impressionnée de ce revirement et j’avoue, j’adore quant les histoires sont écrites avec cette passion à fleur de peau. Et ce qui est ahurissant, c’est que l’auteur à choisi comme narrateur Brad et non Callie pour transmettre tout cet enthousiasme.

Il est bien évident que la lecture est ponctuée de rebondissements qui nous mènent droit vers un final déchirant et épouvantable ! Alors il me semble que c’est bien la première fois que j’exècre autant à ce point une auteure. En principe, je me contente de ce qu’on m’offre. Mais ici j’ai maudit Chrys Galia de toutes mes forces : comment peut-elle faire ceci à ses lectrices ?

Chris Galia m’a enfin conquise. Après un début en demi teinte, elle m’a finalement offert ce que j’attendais d’une romance : la tornade d’émotions !

Allez, je l’écris en tout gros ……….NOUVEAU COUP DE COEUR !!!

 

liens-utiles

 

Mon avis sur le premier tome !

Mon avis sur le tome 2 !

Lien vers la page Facebook de Chrys Galia !

Lien vers le site de la maison d’éditions BMR !!

 

 

 

Café-in – partie 2 de Sophie Santoromito Pierucci

café in 2

 

New romance – Sortie le 3 juin 2017

Editions BMR

Service presse

 

Je remercie les éditions BMR via la plateforme NetGalley de m’avoir confié ce livre en service presse.

Résumé : Kim a perdu foi en l’amour, mais pas en l’avenir ! Ambitieuse et impulsive, elle profite de la vie sans rien se refuser, prend son pied avec des inconnus et dirige, avec ses deux meilleures amies – et dans la plus grande discrétion ! –, une entreprise, un peu particulière, qu’elles ont montée de toute pièce.

Oui, sa vie était parfaitement rodée… avant ce café. Avant Max, qui s’entête à vouloir la connaître, lui réapprend à aimer et chamboule son monde.

Quel monde ? Celui où s’envoyer en l’air n’est pas un tabou et où aucun sentiment n’est admis… a priori.

 

Mon avis : alors le résumé ne dévoile rien car je viens de voir…… que c’est le même que celui de la partie 1….. mais je vais vous en dire plus, je ne vous inquiétez pas ! Nous retrouvons Kim et Max là où nous les avions laissé, c’est à dire à la soirée d’anniversaire de Kim lorsque cette dernière surprend Max en compagnie de son ex. Bouleversée, Kim quitte la boîte de nuit en pleurs et pars dans la nuit. Je vous rassure, les hauts et les bas entre nos deux protagonistes sont loin d’être finis !!

Dans cette deuxième partie, nous retrouvons Kim, plus fragile que jamais malgré son caractère de cochon. Elle a toujours peur de se dévoiler complètement à Max car elle craint de souffrir de nouveau. Quand à Max, on le retrouve plus protecteur et plus colérique que jamais. Néanmoins, il va faire un mauvais choix qui va impacter sa vie….et celle de Kim !! L’évolution de leur couple est intéressante car au fil des chapitres, on doute vraiment de la manière dont va se terminer leur histoire. La seule chose que je peux vous dire, c’est que leur couple ne va rien faire simplement.

 J’ai retrouvé avec joie Carry et Kate, les copines de Kim même si par moment, elles vont devoir lui dire des vérités qui font mal. Quand à Richard, le frère de Kim, mes craintes se sont envolées. Il va se révéler être un allié précieux pour nos deux protagonistes.

C’est avec joie que je me suis plongée dans la suite de Café-in et que je me suis replongée dans l’écriture de Sophie Santoromito-Pierruci. Toujours aussi fluide et addictive, sa plume est magique et nous empêche de fermer la liseuse tant que le livre n’est pas terminée. Ici, rien n’est prévisible. Au fil de ce récit à deux voix, nous voyons nos personnages s’aimer, s’interroger, souffrir… et, à titre personnel, il m’a été impossible de rester insensible à ce tourbillon d’émotions. Aucune lassitude non plus lors de cette lecture même si j’ai eu envie, lors d’un passage du livre, de les prendre tous les deux et de les secouer pour leur remettre les idées en place.

Pour conclure, cette duologie est incontestablement mon coup de cœur de cet été. J’ai aimé cette histoire d’amour qui n’était pas cousue de fil blanc. Tous les ingrédients d’un bon roman sont, pour moi, réunis : de l’amour, des secrets, des drames familiaux et des personnages avec des fêlures. Je ne peux que vous conseiller de profiter de l’été pour découvrir ces deux romans magnifiques qui ne pourront pas vous laisser de marbre. Prévoyez le ventilateur et les glaçons car la température risque de grimper lors de votre lecture.

 

liens-utiles

 

Pour acheter Café-in partie 2 sur Amazon, c’est par là!

Retrouvez ma chonique pour Café-in – partie 1 de Sophie Santoromito Pierucci ici!