LES TABLES DU DESTIN, tome 1 de Aude Félix.

 

[ ROMAN AVENTURE – Nouveauté 2019 ]

IGGYBOOK

631 pages

Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »

Lien Kindle

Lu dans le cadre du RDV #MonMarathonIndé de juin

 
Le résumé :
Maladroite et un peu fofolle, Mia Fayet possède un sacré crochet du droit dont elle aime abuser. C’est dans le sud de la France qu’elle a repris la boutique d’antiquités de son oncle. Sa vie se résume à un petit cercle d’amis, une mère insupportable et un ex fiancé potentiellement cancérigène. Jusqu’au jour où elle découvre dans l’un de ses tiroirs, une tablette en or gravé d’un langage aussi vieux que l’humanité. Une tablette au pouvoir étrange qui réveille ses intuitions depuis longtemps assoupies et des souvenirs oubliés. Sans compter sa rencontre fortuite avec Matteo Scalabrino, un italien au passé sombre qui suscite en elle une vague impression de déjà-vu et une bonne dose d’exaspération. Coïncidence ou simple hasard, le moment est venu de partir en quête de la vérité et découvrir bien plus que ce qu’elle cherche.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Un aigle, des dons, un oncle aimant et mystérieux, un frère jumeau aussi attachant que détestable, un amoureux un brin trop protecteur, des secrets, une prophétie et la révélation. Voici la vie de Mia Fayet. Jeune antiquaire qui se passionne pour l’ancien temps et les belles choses, elle a repris la boutique de son oncle. Détruite par la vie qui a apporté son lot de désolation et d’amertume, Mia s’est épanouie auprès d’une bande de potes anglais. Elle a su se construire une nouvelle famille à Durham. Aussi hétéroclite que déjantée, cette famille va la suivre dans une aventure trépidante où danger, secrets et révélations feront de leur quotidien un véritable enfer.

 

Cette lecture a été une agréable surprise. Ne vous fiez pas à la couverture qui même sublime cache un sacré petit bijou. LES TABLES DU DESTIN a à la fois un brin de DA VINCI CODE, un zeste de L’ALCHIMISTE, un enrobage à l’italienne que l’on croque avec envie et une pincée d’humour à la Bridget Jones. Impossible que je ne succombe pas à cette lecture. Une héroïne aussi attachante qu’attachiante. Une Mia un peu fleur bleue mais colle son poing dans le premier qui ose l’embêter. Une Mia romantique mais qui ne sait plus où donner de la tête. Une Mia passionnée dans ce qu’elle fait. Une Mia un peu trop gentille mais qui ne mâche pas ses mots. Une Mia maladroite mais qui est capable de supporter des souffrances innommables. Une Mia philosophe et grande moralisatrice quand elle ne succombe pas à des beaux yeux. Une Mia, une femme dans toute sans splendeur. Une héroïne qui ne veut pas l’être. Une héroïne embarquée dans une aventure qui ne lui incombait pas mais qu’elle se doit de mener jusqu’au bout. Une héroïne curieuse, combattante et une main sur le cœur. Mia a su me subjuguer par cette fougue dont elle déborde, par cette simplicité qui transparait dans son comportement. Elle est un paradoxe à elle seule. Un paradoxe merveilleux qui m’a fait passer de l’éclat de rire à la colère. C’est une boule d’émotions qui éclate ici et là. J’ai été bien incapable de rester stoïque face à ce phénomène. Et quand Matteo fait son apparition, alors là, c’est une sacrée explosion.

 

Matteo en bel italien qu’il est, ne passe pas à la trappe et se la joue macho à gogo. Caricature parfaite, un brin poilante ou horripilante en fonction de la situation. Matteo n’a rien à envier : une aura dangereuse, des yeux mitraillettes, une poigne d’enfer, un caractère à l’image de l’homme de Cro Magnon, un entêtement sans borne et adepte des baisers brûlants. Vous l’avez compris, Matteo ne laisse pas insensible dans le bon ou mauvais sens. Matteo se retrouve malgré lui dans une affaire qui ne le concerne pas. Mais pour comprendre et pour protéger la belle, il se doit d’être présent malgré les aléas qu’il va trouver sur son chemin.

 

Les personnages secondaires (les amis de Mia) sont les piliers dans cette épreuve. Très différents des uns et des autres par leur caractère ou leur opinion, ils s’entraident même si les coups de gueulante sont omniprésents. Chacun apporte leur pierre à l’édifice.

 

Et l’intrigue n’est pas en reste ! Aude Félix prend son temps pour l’installer, égrenant ici et là les informations utiles pour me captiver. Elle se construit sans précipitation tout en insufflant un intérêt obnubilant. Entre passé et présent et les différents protagonistes, Aude Félix joue avec malice avec mes nerfs et ma curiosité. Petit à petit, les rebondissements s’enchaînent, et les péripéties fleurissent davantage conférant peu à peu un rythme d’enfer.

 

J’ai eu très peur au début par le pavé que représentait cette lecture. J’ai eu peur de ne pas accrocher, de trouver des longueurs et de m’ennuyer. Et pourtant, je suis ravie que tous mes aprioris soient tombés à l’eau ! Une plume efficace qui captive dès le départ, un environnement où le mystère m’a séduite, des personnages improbables et me voilà totalement scotchée. Des chapitres courts et un rythme effréné, et j’ai avalé le roman d’une traite. Et au bout des 600 pages j’en voulais encore !

 

LES TABLES DU DESTIN m’a littéralement séduite. Ce premier tome pose des bases essentielles pour la suite. L’autrice prend le temps de nous faire connaître ses personnages et de les inscrire dans le temps. L’intrigue est captivante et parfaitement menée. Quelques questions demeurent sans réponse mais pour mieux les apprécier par la suite.

 

Je suis totalement mordue !

 

#Esméralda


Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview de Aude Félix.

… vers le site de IggyBook.

IMG_20180426_160220_117

Publicités

MINUTHE de Elline Baudry.

 

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019]

Éditions LIBRINOVA

313 pages

Ma note : 4/5

Lien Kindle

Lu dans le cadre du rdv #MonMarathonIndé de Juin.

 
Le résumé :
Prenez un séduisant boulanger-pâtissier rencontrant la ravissante propriétaire d’un salon de thé.
Ajoutez-y un éclat de coup de foudre, un bouquet d’émotions inédites pulvérisé par un navrant malentendu.
Remuez doucement.
Incorporez à la préparation une mesure de concurrence et un zeste d’orgueil. Additionnez d’une vieille rancune de voisinage.
Tournez délicatement, puis parsemez de quelques pépites de provocations impertinentes.
Saupoudrez d’une pincée de compétition, d’un soupçon d’audace et délayez avec une âme canine espiègle et un petit village pittoresque vendéen à la population truculente.
Épicez de quelques traits d’humour et d’amour à volonté.
Mélangez tous les ingrédients jusqu’à obtenir une petite comédie romantique, divertissante et gourmande qui ne mange pas d’pain !

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Amély a toujours cru en ses rêves. Elle a eu le courage de prendre sa vie en main et pu affronter la dure vie d’une entrepreneuse. Son rêve le plus cher, ouvrir un salon de thé où convivialité, échanges et gourmandises s’allieraient avec la volupté de sa boisson préférée. Pari risqué mais pari réussi. Amély s’installe à Montsablé, petit village vendéen, dans le local sous l’appartement d’une grand-mère bienveillante et curieuse. Les premiers temps sont difficiles. La gentillesse d’Amély, son dévouement, sa perspicacité et son écoute ont comblé les premiers clients. Amély s’épanouit dans sa nouvelle activité qui accapare tout son temps et son esprit. Soucieuse du détail, elle propose des pâtisseries à déguster : moelleux aux chocolat et autres mignardises et le gâteau régional, le minuthé. Amély est ravie et est aux anges. Ses efforts sont enfin récompensés.

 

Le bouche à oreille fonctionne à merveille et les curieux se faufilent dans son salon de thé. L’un d’entre eux est quelque peu agacé lorsqu’il constate que son gâteau fétiche est proposé. Alexis l’artisan boulanger-pâtissier du village a bien peur pour sa boutique. Si seulement la belle Amély ne lui avait pas tapé dans l’œil.

 

Entre passion, espièglerie, quiproquo, manipulation, secrets et envie, nos deux apprentis amoureux vont devoir soulever des montagnes pour surpasser tout cet imbroglio. Est-ce que l’amour arrivera-t-il à les réunir ?

 

Elline Baudry signe une quatrième romance toute en finesse et avec gourmandise. Une comédie romantique où les petits détails vont mettre la zizanie au sein d’un couple qui se recherche, se perd et se trouve. Une longue et cruelle route où certaines médisances et anciennes querelles vont semer le doute et la colère. Amély est un personnage admirable par son côté créatif, son empathie et sa force de caractère. Aussi têtu l’un que l’autre, Alexis se montre jaloux et envieux. Si, elle, elle incarne la patience, lui est caractérisé par la fougue et l’impulsivité.

 

Dans un cadre romantique, la plume bucolique d’Elline Baudry m’a baladée dans un décor merveilleux invitant à la flânerie. Un brin d’humour et des personnages cocasses apportent légèreté et frivolité. Des chapitres cours et l’alternance des points de vue confèrent un joli rythme à une histoire qui se veut attendrissante, passionnante et drôle. Le malentendu offre à la trame de jolis rebondissements. Peut-être manque-t-il quelques développements car j’ai eu le sentiment que l’histoire se déroulait bien trop rapidement ? Mais en même temps, elle est si délicieuse que je ne peux en vouloir à l’autrice d’avoir été à l’essentiel.

 

MINUTHE est à déguster sans modération. Un décor qui ne pourra que vous séduire, des personnages attendrissants, une histoire magnifiquement menée et des gourmandises à chaque page.

 

#Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… l’interview de Elline Baudry.

Mes avis sur ses premières romances (clique sur la couverture pour les découvrir).

 

IMG_20180426_160220_117

TOY BOYS de Laëtitia de Zelles.

 

[ ROMANCE SEXY – Nouveauté 2019 ]

Tome 1/3

CITY Editions – Collection Eden

352 pages

Ma note : 4,5/5 mention « à croquer »

Lien Kindle

 
Le résumé :
La vie d’Eléa est réglée au millimètre. Elle passe ses journées à la fac, son temps libre avec sa meilleure amie et ses nuits avec un homme chaque fois différent, son toy boy du moment. Mais sa vie est sur le point de prendre un nouveau tournant.
Lors d’une soirée, la jeune femme rencontre Milan, qu’elle trouve à son goût. Elle fait son jeu de la séduction habituel auquel il reste complètement insensible. Hors de question pour lui d’être un nom supplémentaire sur un tableau de chasse… même s’il apprécie la jeune femme.
Eléa n’est pas habituée aux refus et devient littéralement obsédée par Milan. Sept ans plus tôt, elle s’était fait une promesse : s’interdire tout vrai sentiment après avoir vécu un drame. Elle a toujours respecté cette promesse. Mais jusqu’à quand ?
 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Ne vous fiez pas au titre de cette romance sexy qui pourrait prêter à confusion, aucun petit canard n’a participé de près ou de loin à ce scénario (okay, vous ne voyez pas, pas grave !). Pour le coup aucun d’homme n’a été maltraité et a fait l’objet de convoitise non consentie.

 

Sur cette note d’humour qui n’a fait sourire que moi et avant que je ne m’éloigne de mon objectif du jour : vous parler du premier roman sexy de Laëtitia de Zelles.

 

Eléa est une jeune femme plein d’entrain. Boulimique de la vie, elle la croque sans commune mesure avec force et détermination. Eléa, étudiante en biologie, est installée sur Bordeaux avec sa meilleur amie Clarisse Une colocation digne du yin et du yang. Alors que Clarisse a la tête sur les épaules, Eléa se laisse vivre au jour le jour. Cette amitié remonte au lycée. Depuis le premier jour et le premier regard, elles ne se sont plus quittées. Une belle amitié, solide comme un roc où chacune est présente pour l’autre dans les pires comme les meilleurs moments. Eléa, belle plante brune est à ses heures perdues et quand l’envie s’en fait ressentir, une croqueuse d’hommes. Elle ne va pas s’embarrasser d’une quelconque liaison, l’amour , le véritable celui qui fait décoller et met plein d’étoiles dans les yeux, elle n’y croit pas. Elle se contente alors de s’amuser. Des relations libres, sans lendemain et sans prise de tête. Elle choisit, elle s’amuse et elle jette. Bien évidemment sa réputation n’est pas à faire, mais c’est son choix et elle s’en accommode et l’assume sans aucune honte. Consciente de son charme, elle en abuse et le déploie quand bon lui semble. Eléa est accro au sexe. Elle se sent libre, heureuse et surtout elle oublie. Elle oublie cette terrible tragédie qui, du jour au lendemain, a changé la jeune femme qu’elle devenait. Ce « traitement » est bien plus efficace qu’un anxiolytique, mais à présent que l’irrésistible Milan est rentré dans sa vie d’une manière inédite et fracassante, peut être qu’elle devra revoir sa manière de vivre.

 

Milan est cadre dans une entreprise. Ses pouvoirs : authenticité, l’honnêteté, le franc parler et l’empathie. Il va croiser la belle des bois, lors du mariage de son boss. Interloqué par la manière dont Eléa l’aborde, il va gentiment lui souffler un joli vent qui aura le mérite de mettre hors d’elle la belle Eléa.

 

Si on fait l’amour ce soir, demain tu me diras probablement merci à la prochaine…
 
Mais Milan a tout simplement craqué. Il a ni l’intention de s’amuser ni de faire souffrir la belle Eléa. Milan va mettre son grain de sable dans la vie trépidante d’Eléa et bouleverser la manière dont elle se complaisait dans cette auto destruction jouissive. 

 

Ce premier tome met l’accent sur les émotions des personnages notamment celles d’Eléa. J’ai découvert une jeune femme fragile sous cette allure avenante et conquérante. Alors qu’elle croit ses blessures pansées, au contraire Milan va les mettre bien en évidence. J’ai donc suivi le retour aux source d’Eléa avec curiosité et appréhension. Que cache donc son passé ? L’inquiétude et la tristesse m’ont vite submergée face à la révélation de ces secrets. Le soulagement qu’enfin Eléa tire du courage et de la force de son passé m’a accaparée. Laëtitia de Zelles offre une romance sexy de toute beauté où l’héroïne est loin d’être farouche et mignonnette mais qui a contrario cache de nombreuses fêlures. Pour une fois c’est le héros qui va être le moteur de la reconstruction. Ce changement de rôle n’est pas pour me déplaire, cela est bien trop souvent l’inverse. Une particularité embellie par une plume fluide et addictive qui met parfaitement en exergue les émotions, les sentiments, les envies, les doutes et les questions de ses personnages. Pimenté par quelques scènes sexy, le roman s’ancre dans une histoire passionnelle, mais aussi déchirante et bouleversante. Et le final, encore pour mon plus grand des plaisirs, prend une tournure totalement inattendue ! WTF ? What’s else ? Mais c’est quoi ce bin’s ?

 

TOY BOYS est une belle romance sexy, pleine de surprises et de rebondissements. Des personnages à croquer auxquels je me suis attachée sans préjugé. Des personnages blessés mais qui trouvent dans l’autre une certaine forme de rédemption. TOY BOYS est une belle gourmandise à découvrir cet été.
 
Le repas est savoureux et l’ambiance à notre table oscille entre attirance irrésistible et franche rigolade. Et tout ceci de manière parfaitement naturelle. Il a très vite remarqué les lignes noires sur mon poignet et m’a félicitée pour le choix du dessin.  sa manière de me regarder, mélange d’admiration et de fierté, il est évident qu’il a compris sa signification. Certes, je l’ai fait pour moi, ce tatouage, mais c’est grâce à lui que je peux lui donner du sens.
 
#Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de la Collection Eden.

… le site de Laëtitia de Zelles.

HOPE NEVER DIES de Ludivine Delaune et de Delinda Dane.

 

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019 ]

Tome 2/2

SOMETHING ELSE Editions – Collection Something New

328 pages

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur »

Lien Kindle

 

Le résumé :
Hope Blake, jeune fille studieuse et déterminée, ne doit sa survie qu’à un coup du sort…
Déclarée cliniquement morte il y a quatorze ans, cette expérience l’a profondément changée… Dès lors, elle est prête à tout pour mériter ce cœur qui bat dans sa poitrine, mais qui n’est pas le sien…
Connor Mathers n’a connu de la vie que ses plus sombres facettes. Voué à un destin médiocre depuis sa plus tendre enfance, il n’a plus rien à perdre. Pour lui, la descente aux enfers a déjà commencé…
Alors que toutes les histoires commencent par « il était une fois », la leur sera marquée par la fin du combat…
Oubliez toutes vos certitudes et embarquez dans une nouvelle aventure, où l’espoir ne meurt jamais
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Dans le monde de Ludivine Delaune et Delinda Dane, pas sûr que le « il était une fois  » et « vécurent heureux jusqu’à la fin des temps » et celui que toutes les petites filles rêvent en cachette.

 

LD et DD ont sagement décidé que la vie n’avait rien de rose, d’utopique, et n’avait rien à voir avec les Bisounours et les troupeaux de licornes. Non la vie, celle qu’elles racontent ici, est destructrice, ravageuse, haineuse, insipide, douloureuse et amère. Elle côtoie la mort, joue avec elle à qui mieux mieux.
 
Connor et Hope n’ont pas échappé à cette terrible sentence. La mort comme compagne et les étoiles comme seules témoins d’une vie éclatée en mille morceaux où chaque respiration est une simple victoire à célébrer. Destructible et malveillante, cette vie s’échappe continuellement jusqu’au moment fatidique où le bip retentissant de cette machine infernale devient strident. Hope est une miraculée perdue dans un monde où ses repères s’échappent, où les raison de respirer ne sont plus perceptibles. Redevable à jamais d’un souffle qu’on lui a transmis. Héroïne sans l’être, dépendante d’une seule image, d’une main qui se pose continuellement à cet emplacement privilégié. Hope a grandi depuis. Elle est devenue cette femme à l’aura resplendissante, à la force et au courage incommensurable. Hope est un sacré bout de femme qui n’hésite pas à donner de sa personne au plus démuni, à écouter les mots silencieux des victimes et à braver le danger. Hope est le symbole de la renaissance et dans les bras de Connor, il prend toute son importance.

 

Connor, âme déchirée depuis le premier souffle, résiste à cette épée de Damoclès qui ne lui laissera aucune chance. Chaque pas et chaque souffle peuvent lui être fatals. Pourtant Connor a décidé de s’accrocher à de ultimes mots prononcés dans la confidence de la nuit. Il lutte sans vraiment espérer, mais il a décidé de vivre et d’alléger les souffrances des autres. Connor n’a rien du bad boy ou du chevalier sur son cheval blanc. C’est un homme passionné mais détruit. C’est un homme combattif, généreux et à l’écoute. Il y a certes une certaine violence qui transparait à travers sa personne, mais c’est une violence induite par tant d’épreuves qu’il est difficile de lui en vouloir.

 

Unis dans les tourments de leur vie, dans leur courage, la mort aura-t-elle raison d’eux ?

 

Ne lisez pas ce roman sans avoir découvert le premier volet « Love never dies ». Même si ce ne sont pas les mêmes personnages, vous passerez à côté de nombreuses informations. LD et DD ont une nouvelle fois fait preuve d’une sensibilité exacerbée. Une romance magnifique où la douleur et l’espoir sont des chaînes solides prêtes à affronter les turpitudes de la vie. Un roman fort, sombre, poignant et bouleversant où chaque mot est une claque phénoménale. Difficile de ne pas accrocher et succomber. Difficile de ne pas ressentir cette douleur et cette passion. Difficile de ne pas espérer et d’y croire jusqu’au bout. Ce quatre mains est magique et sensationnel !

 

#Esméralda

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… mon avis sur le premier roman à quatre mains (clique sur la couverture pour le lire).

 

Interview de Elline Baudry.

 
 
Bonjour,
Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous faire découvrir une autrice que j’apprécie. Une jolie plume charmante qui embellie les émotions. Autrice de romance, je m’apprête à découvrir son troisième roman « Minuthé ».
Mais avant de vous en parler, Elline s’est prêtée au jeu de mes questions et je la remercie sincérement.

  • Quel genre d’autrice es-tu ?
Une auteure dont l’inspiration se manifeste à l’occasion de coups de foudre. Dès que je tiens un sujet, je suis à fond dedans. Le problème est que mon imagination vagabonde bien plus vite que ma faculté à écrire, engendrant un décalage inévitable entre les deux. Ce qui fait que je prends énormément de notes et donc une grande consommation de brouillons, carnets, post-it. Mais lorsque je débute un roman, j’ai déjà une bonne structure de base.
 
  • Un livre préféré ?
Difficile de n’en citer qu´un. Un jour de David Nicholls, déchirant, aussi bien en mouchoirs qu´en émotions ! L´empreinte de toute chose d´Elisabeth Gilbert, richement documenté. Dans les classiques, La peste de Camus… et bien d’autres encore.
 
  • Un livre que tu n’as jamais pu finir ?
Avant d’abandonner je m’accroche au maximum, mais il m’arrive de finir par renoncer quand le déplaisir devient trop intense. On ne peut pas plaire à tout le monde et heureusement. Vive la diversité.
 
  • Des petites manies quand tu écris ?
J’écris surtout au crayon à papier. Je raye, je gomme, toujours à la recherche de corrections et de retouches à apporter à mon texte. Et le silence, indispensable.
 
  • Plume ou ordinateur ?
D’abord plume et ordinateur ensuite. J’écris un premier jet à la main que je laisse dormir un peu avant de le reprendre à nouveau pour un deuxième jet que je tape ensuite à l’ordinateur. Donc au total, trois écritures pour un même roman que j’améliore à chaque étape. Une procédure assez lente, je le reconnais, mais dont je ne peux me passer pour le moment.
 
  • Plutôt jour ou nuit ?
Jour. Matin ou après-midi, je m’adapte en fonction de l’emploi du temps familial. J’ai besoin de calme pour me concentrer, pour rentrer dans mes histoires et trouver les mots justes pour les retranscrire.
 
  • Autoédition par conviction ?
Non. Seulement parce que cela s’est imposé. L’autoédition demande à l’auteur de s’impliquer dans tout un tas de formalités diverses qui grignote beaucoup sur son temps d’écriture. J’aimerais pouvoir me concentrer davantage sur mes histoires sans avoir à penser marketing, promotions, dates de sortie, couvertures… En même temps, il m’est difficile de comparer vu que mes romans n’ont encore jamais été publiés par une maison d’édition.
 
  • Ton pire défaut ?
Altruiste. Je ne sais pas dire non, à mon détriment. (Oui je sais, ce n’est pas censé être un défaut !)
 
  • Ta plus grande qualité ?
Optimiste.
 
  • Passionnée ou persévérante ?
Les deux. L’écriture est une activité que j’exerce avec passion. J’y mets toute mon énergie et mon cœur. Et plus je rencontre d’obstacles, de refus et d’appréciations négatives pas toujours très bien formulées et plus je m’accroche. J’apprends peu à peu à passer outre et je persévère avec toujours le même objectif en ligne de mire.
 
  • Tu écris …?
De la romance dans laquelle j’aime y glisser de l’évasion, des émotions intenses et vraies additionnées d’un brin d’humour.
 
  • Ton rêve le plus fou ?
Mon rêve, que mes romans rencontrent le succès.Le plus fou, un monde en paix et en totale harmonie avec la nature.
 
  • Décris en trois adjectifs ton roman que je m’apprête à lire :
Gourmand, romantique et divertissant.

Le roman mis à l’honneur ce mois ci !
Mon avis sur un autre roman d’Elline Baudry.
Mon avis sur l’intégrale du roman d’Elline Buadry.

IMG_20180426_160220_117

AMOUREUSE DU DIABLE de Alexandra Lanoix.

 
[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019]
424 pages
Ma note : 5/5 mention « à croquer »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du Rdv Mon Marathon Indé de mai.
 
Le résumé :
Lilly s’octroie quelques jours de congé bien mérités à Monaco. Elle a économisé plusieurs mois sur son salaire de caissière pour s’offrir ce voyage : un break avec sa vie actuelle et… sa vie d’avant. Durant son séjour, elle croise la route de l’homme d’affaires Léo Watts, mais cette rencontre va lui valoir toute l’attention d’Interpol, qui lui demande d’infiltrer le cercle très fermé du richissime businessman. Acceptera-t-elle de jouer les taupes auprès de cet homme qui est loin d’être un ange
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
La nouvelle romance d’Alexandra Lanoix est un sacré bijoux. Bien plus que ça, c’est démentiel, enivrant, entrainant, bouleversant et captivant. Une romance double effet Kiss Cool garanti !

 

Lilly a connu un monde où célébrité, adrénaline et effusion étaient au centre de sa vie. Lilly a éprouvé l’euphorie, l’insouciance et  l’insolence. La liberté avec un grand L, celle qui donne des frissons, celle qui envoûte en un tour de main, celle au travers de laquelle elle se sentait vivre. Mais du jour au lendemain, en un claquement de doigts, Lilly doit faire face à l’enfer. Une descente vertigineuse qui ne lui laissera aucun répit mais beaucoup de cicatrices. Retour à la case départ. Pour faire face, elle enfile le costume de caissière et tente malgré tout de joindre les deux bouts pour elle et sa mère, malade. Lilly depuis deux ans a mis de côté des économies pour se payer le voyage de ses rêves : se retrouver dans un grand palace à Monaco avec vue directe sur la mer. Un break bien mérité. Une semaine de fainéantise !

 

Lilly est un sacré bout de femme : déterminée, entêtée, revancharde, imposante, mystérieuse, courageuse, téméraire, fonceuse. Un sacré caractère auquel il faut mieux éviter de se frotter. Et Léo Watts va s’y piquer et devenir accro. Une rencontre fortuite, une détermination à tout épreuve, un enjeu secret et une alchimie explosive : voilà l’effet Léo-Lilly. Léo est un homme d’affaires mystérieux, possédant une aura magnétique et attractive. Léo Watts aime tout maitriser. Avoir un coup d’avances dans ses affaires est primordiale. Il n’avait aucune faiblesse jusqu’à présent. Lilly représente à ses yeux l’amour inaccessible, le bonheur, la sérénité. A ces côtés, c’est un autre monde qui s’ouvre devant lui.

 

Mais le mal rôde, prêt à jaillir de nulle part pour abattre ces cartes et détrôner le roi. Une aventure exquise où le bien et le mal n’a plus de limite ! Seriez-vous prêtes à vous y lancer corps et âme ?

 

Alexandra Lanoix signe une  nouvelle romance exceptionnelle ! De suite, j’ai été embarquée dans cette aventure. Une héroïne qui en jette, un héros mystérieux et une alchimie foudroyante. Pourtant les secrets virevoltent entre eux et les choix qui doivent être pris sont cruciaux et vitaux. Alexandra Lanoix adore titiller notre curiosité et pousser nos limites. Du danger, de la passion, des enjeux, de l’amour, le bien, le mal, un cocktail savoureux et généreux. En effet, Alexandra n’hésite pas entre rebondissements, actions, mensonges et complots à nous rendre véritablement accro. C’est juste dingue ! Incroyablement dingue !

 

Et cette fin ! Mais quelle fin ! Alexandra ose quelque chose de détonnant et je ne peux qu’adorer. Une fin pas facile mais qui colle tellement et magnifiquement bien à toute son histoire.

 

AMOUREUSE DU DIABLE c’est un shoot puissant d’adrénaline, un cocktail dangereux où amour et trahison se côtoient, une romance palpitante, passionnante et rocambolesque, et, des personnages puissants et attachants. Une histoire prenante, poignante, redoutable et addictive où le suspense m’a collé des frissons.

 

A découvrir absolument et à croquer sans modération 😉

 

#Esméralda

 
Je remercie Alexandra Lanoix pour sa confiance.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview de Alexandra Lanoix.

…Le site officiel d’Alexandra Lanoix.

 

Mes avis sur ses précédentes romances (clic sur la couverture)

Protection Très Rapprochée
Shape of You
The Korsican
Music & Love (Tome 1)
Music & Love (Tome 2)

IMG_20180426_160220_117

LAISSE LE SOUFFLE DU VENT CHASSER LA PLUIE de Emy Luca.

 
 
[ROMANCE CONTEMPORAINE / FEEL GOOD BOOK – Nouveauté 2019]
LIBRINOVA
250 pages
Ma note : 5/5 mention « coup de coeur »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du rdv Mon Marathon Indé de mai
 

 

Le résumé :
Comment continuer à vivre lorsque l’on a perdu l’être qui comptait le plus dans notre existence ? Quand la douleur demeure insupportable malgré le temps qui passe, malgré nos efforts quotidiens pour ne pas s’effondrer ?
A 28 ans, Chloé a tout tenté pour se reconstruire. En vain. Au fil des jours, elle voit sa vie s’effriter, en proie à un mal être si profond qu’elle n’aspire qu’à une solution : mourir.
Severic, un jeune viticulteur de trente ans, connait cette même douleur sournoise et intense. Mais contrairement à la jeune femme, il a fini par choisir la vie en se jetant à corps perdu dans le travail.
Leur première rencontre aurait pu être une évidence. Pourtant, chacun préfère fuir de son côté…
Jusqu’à ce qu’un accident vienne tout bouleverser.
Laisse le souffle du vent chasser la pluie évoque la rencontre d’un homme et d’une femme, tous deux cabossés par la vie, qui se retrouvent unis par une même douleur. Chacun va tendre la main à l’autre, avec ses propres moyens, ses propres doutes et ses propres peurs mais aussi avec la furieuse envie de vivre et d’être à nouveau heureux.
C’est aussi une histoire de destins qui s’entrecroisent, de liens d’une force étonnante qui s’apprivoisent et se nouent. C’est une belle histoire d’amour au pluriel. Une ode à la vie, tout simplement.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Voici un premier qui vous coupera le souffle littéralement.

 

Chloé a perdu du jour au lendemain tout ce à quoi elle aspirait : une simple vie familiale. Chloé tente malgré tout de survivre. Chaque pas, chaque respiration, chaque nuit, chaque anniversaire et chaque journée restent une cruelle torture. Une lame bien ancrée dans son cœur qui est impossible d’arracher. Alors que le jour, elle est institutrice et se bat pour se faire attendre, la nuit elle se noie, elle sombre dans la mélancolie. Elle finit par se perdre dans son désarroi. Cette douleur si intense la bouffe et elle, l’accueille les bras ouverts. C’est sa manière à elle de porter son deuil et de s’approprier ce trou béant. De se faire une raison, mais elle se fourvoie et cette complaisance sinistre aura un lourd tribu. Sa mère et sa meilleure amie sont d’un soutien indéfectible. Parfois il est nécessaire de tomber dans un gouffre, de se disloquer pour mieux se reconstruire et pourquoi pas atteindre une certaine forme de sérénité. C’est ce qui se produit lors d’une soirée suite à laquelle plus rien ne sera plus pareil.

 

Séveric vit à quelques centaines de kilomètres de Paris, loin des tracas routiniers et de la pollution. Dans son petit village de la Drôme, Sev est viticulteur, un métier-passion que lui a appris son père. Sev est à l’image d’un ours mal léché. Bourru au premier abord mais derrière cette solide carapace se cache un cœur en guimauve qui a aussi connu et subit les aléas de la vie. Sev est un rescapé et les souvenirs et les rêves non aboutis sont autant de fantômes qui s’interposent à son bonheur. Sev rencontre Chloé lors d’une soirée sur Paris où son frère l’a entraîné. Une rencontre choc mais pas sous de meilleurs hospices. En effet les faux semblant ont le cuir dur et les mots valsent touchant parfois le cœur en plein milieu. Pourtant, un petit quelque chose a jaillit. Se seraient-ils reconnus dans la douleur ? Leur rencontre sera t-elle le prémices d’une nouvelle aventure ? Rendez-vous dans les vignes de la Drôme où l’inattendu, la colère et la passion seront présents.

 

Ce roman se décline en deux parties. La première est très sombre, mélancolique et douloureuse. Emy Luca se concentre sur cette douleur destructrice. Elle expose les états d’âmes, les doutes, les questions, les remords, les blessures de Chloé. Je vous rassure cette partie est assez courte et Emy Luca évite de tomber dans le glauque émotionnel. Ce début est une torture sans nom. Je me suis sentie coulée au côté de Chloé. J’ai ressenti cet accablement comme si c’était le mien. C’est oppressant et destructeur. C’est vraiment dur. Et puis surgit la seconde partie sur une note catastrophique mais qui inscrit cet événement comme étant un tournant décisif. Chloé reprend du poil de la bête et gère mieux ses émotions. Toutefois rien n’est rentré dans l’ordre. Cette seconde partie est sous le signe du renouveau, de la renaissance, de la prise de conscience, de l’écoute et du partage. Chloé sourit véritablement et respire enfin sans que cela soit une déchirure. Un apaisement bénéfique qui va lui permettre de se retrouver et de présager bâtir son avenir. Sans oublié un certain rayon de soleil aigri qui par la même occasion va bénéficier de l’attention de Chloé. Ce duo « pansement » est un pur ravissement.

 

Emy Luca a une plume exceptionnelle qui fait passer les émotions avec une franchise bienveillante. L’honnêteté de ses mots apporte une force à une histoire loin d’être banale. C’est une explosion de tout un tas de choses qui m’a percutée et foudroyée. C’est le genre d’histoire que j’aime découvrir et convaincre par mon propre enthousiasme, les lectrices. Emy Luca c’est une boule d’émotions qu’elle fait éclater au moment opportun et vous embarque dans un flot continuel de sentiments. Emy Luca adore les paysages bucoliques et ses descriptions ne sont pas avares. Elle adore les moments romantiques où la passion peut s’exprimer. Elle adore les moments plus ambigus où les blessures resurgissent et anéantissent le peu d’espoir. Voici tout ce qui m’a captivée, ce qui m’a envoûtée et ce qui m’a séduite. Un superbe coup de cœur que je vous invite à découvrir !

 

Au fil des jours, la douleur n’est plus qu’une ligne floue à l’horizon qui s’efface même par moment. Les nuages denses et sombres ont fini par fuir, poussés par la force du vent qui ne leur a laissé aucun répit.
 
#Esméralda

 

 

Je remercie Emy Luca pour sa confiance et sa patience.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… l’interview d’Emy Luca

… le site de Librinova

IMG_20180426_160220_117