HÉRITIERS DES LARMES, tome 2 : La belle des Salines de Penny Watson Webb.

51uglJEGTnL._SX323_BO1,204,203,200_

 

[ROMANCE HISTORIQUE – Nouveauté 2018]

Tome 2/3

Éditions Harlequin – Collection Victoria

 

 

Format numérique (034 pages) : 5.99€

Broché : 7.60€

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « à découvrir »

 

 

 

 


 

Le résumé :
Aziliz se sent investie d’un devoir nouveau depuis qu’elle a appris que sa jeune sœur était la fille illégitime de Dame Katel et avait été confiée à la naissance à ses parents. Aujourd’hui, c’est à elle de prendre soin d’Aelig, poursuivie par des ennemis puissants et invisibles. Heureusement, les deux sœurs peuvent compter sur la protection de Pierre de Flouville, envoyé par Dame Katel pour veiller sur elles jusqu’à ce que la situation s’apaise. Rassurée par sa présence, Aziliz ne peut toutefois s’empêcher d’être troublée par le regard que le séduisant chevalier pose sur elle…

 


 

Mon avis :

 

Il n’y a pas à dire Penny Watson Webb a l’art et la manière de conter des histoires d’une autre époque. Une romance historique loin d’être lisse avec des personnages diaboliques, tourmentées et de belles jouvencelles au cœur de la France de la fin du XVe siècle. Un semblant de paix règne entre les bretons et les normands, mais il suffirait de peu pour qu’un nouveau brasier détruise tout.

 

Nouveau décor tout aussi sublime : les salines de Bretagne. Un petit village, une maison isolée où vit une famille sans histoire. Deux jeunes filles Aziliz et Aelig travaillent durement pour effectuer les taches qui leur incombent. L’aînée aide son père aux salines alors que la cadette prête main forte à sa mère. Une famille unie, sincère et honnête. Le passé se rappelle à leur bon souvenir. C’est alors qu’un vent de discorde vient semer la panique et les démons de Dol vont être mis à nouveau à contribution.

 

Après un certain adaptation, certes très court mais surtout nécessaire, j’ai enfin pu recadrer l’histoire et surtout j’ai pu me réapproprier les personnage (ma mèmoire de po isson rouge me joue toujours des mauvais tours !). Ce second tome s’inscrit dans la suite du premier. Alors ne le lis pas si tu n’as pas ouvert le premier, je pense que tu seras magnifiquement perdue. Le lien avec le premier tome est très bien maitrisé. Tu retrouves la belle Brunhile et son mari Konan de Ker Glenn, la Dame de Katel et Pierre de Flouville toujours autant en colère. Ce second tome met en avant de nouveaux personnages : Aziliz et Aelig, cette dernière va être en quelque sorte la pierre angulaire à la trame de cette nouvelle aventure; et de notre cher Pierre de Flouville. Nos nouveaux héros vont être confronter à de terribles épreuves. Leur survie dépend de leur alliance. Le démon de Dol n’est pas à l’aise dans son nouveau rôle de protecteur. Pierre de Flouville est un chevalier intègre et surtout courage. S’il tolère la présence de ces deux jeunes femmes, c’est bien par ce que son évêque lui en a confié la mission. Il ne rechigne pas à la tâche, mais le terrain et ses soldats lui manquent terriblement. Il découvre malgré lui, le monde paysan et ces lois intransigeantes. Un monde à mille lieux de ce qu’il connait. Il apprend le travail manuel notamment celui des salins, mais il découvre par ailleurs la vie calme et ces turpitudes. Je ne te cache pas que Aziliz va titiller son égo de mâle alpha. Il faut dire qu’elle n’hésite pas à élever le ton quand il s’agit d’attaques sur sa condition de femmes. Un récit féministe ? Sensiblement, le discourt tend en ce sens. Une femme affirmée dans son statut, une femme travailleuse, acharnée et qui défend les plus faibles. Cette chère Aziliz n’a pas sa langue dans sa poche. Téméraire et courageuse, elle n’hésite à aucun moment à jouer de sa vie pour protéger sa petite sœur et Pierre de Flouville. Un parcours semé d’embûches où l’amour s’invite. Un amour tumultueux, destructeur, guérisseur et bienfaiteur.

 

Je ne te cache pas que ce second tome est à nouveau un sacré coup de cœur. Penny Watson Webb a cette facilité de te plonger dans un univers où les codes et les lois sont d’un autre monde. Une romance où les faits historiques ont une place majeure. Un récit miné de petits détails subtils sur la vie des paysans, sur les décisions du Roi, sur les alliances, sur les gabelou et sur d’autres… En plus divertissant, c’est enrichissant ! Une histoire menée avec brio et élégance, différente du premier tome. Un récit moins sanguinaire mais tout aussi éprouvant. Un récit passionnant et envoutant. Un récit sensationnel ! Je tombe pour une seconde fois sous le charme de la plume de l’auteure. Une plume addictive, 100% efficace et surtout honnête. Une plume qui ne fait pas dans la dentelle et ce n’est pas pour me déplaire.
Une nouvelle fois, je suis plus que conquise par cette suite : des personnages entiers et très intéressants, une trame époustouflante, un décor magnifique et un contexte loin d’être banal. Une histoire riche en tout point !

 

C’est un nouveau sans faute pour Penny Watson Webb. Si t’aimes les romances historiques, je ne peux que te conseiller de te plonger dans cette trilogie. Et comme les meilleurs savent se faire attendre, je fais croiser les doigts pour la suite ne me fasse pas trop languir !

 

 


 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Mon avis sur le 1er tome : » L’épouse ennemie ».

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

Vers le profil Facebook de Penny Wtason Webb, pour suivre son actualité !

 

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

 

Publicités

La captive de l’Ecossais de Laura Black.

La captive de l'Écossais (HQN) par [Black, Laura]

 

 

 

[ ROMANCE HISTORIQUE – 2017 ]

Editions Harlequin – Collection HQN

Service presse

 

 

 

 

 

 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour ce service presse via la plateforme Netgalley.

 


 

Résumé :

En rejoignant le clan des Mac Cleod pour fuir le mariage forcé auquel son père, le laird des Mac Dougall, veut la soumettre, Énéa n’avait qu’une idée en tête : retrouver sa mère, dont on lui a toujours caché l’identité. Elle n’imaginait pas une seconde que leur chef, le charismatique Calum, désireux de provoquer ses ennemis, ferait d’elle sa prisonnière. Mais Enéa refuse d’être réduite à un objet de représailles entre les deux clans ! Maintenant qu’elle a découvert qui elle était, une force nouvelle l’anime. Retenue captive au château des Mac Cleod, elle espère bien déjouer le sort que le troublant laird lui réserve…

 


 

Mon avis :

Je ne suis pas une fan inconditionnelle de lecture s’appropriant le monde des Higlanders ! J’ai du en lire mais il y a très très longtemps ! C’est certainement pour cette raison que l’immersion du départ à été rude, à cause de mon inexpérience. Si vous aimez ce genre de lecture, vous êtes d’accord avec moi de dire que les us et coutumes sont bien spécifiques, un environnement hostile (sauf si vous adorez les bains de minuit dans les lacs glacials… ça peut être assez romantique, enfin si vous n’êtes pas de grande frileuse !), un langage technique précis (arme, costume…) et des clans imposants (il y a tant d’hommes que parfois se rappeler qui est qui, est un vrai casse-tête). Après lecture de quelques pages, j’ai pu me formaliser à toutes ces notions et enfin pu me laisser aller et apprécier cette romance.

Enéa est la fille du Laird Mac Dougall. Ce dernier est connu pour  ces exactions, ces coups de colère et de sang et ses déboires. Les rumeurs courent les couloirs du château, et elles accablent le laird. Enéa se doute de ces accablantes fourberies, mais le décrier serait signer l’enfermement à vie dans la plus haute des tours. Surtout depuis qu’on lui a attribué un mari, un homme à la carrure imposante venant des Basses Terres qui aura le privilège de redorer l’honneur des Mac Dougall. Enéa a une enfance horrible, maltraitée et humiliée par sa belle mère, elle survie dans ce château. La bienveillance de sa nounou qui n’est rien d’autre que la guérisseuse, lui apporte du baume au cœur. Le mariage approche à grand pas et Enéa se met à douter. Son futur mari semble violent plus que de raisons et n’elle n’est pas prête à subir de nouveau cette torture autant physique que psychologique. Lorsque la guérisseuse lui confie une partie du secret régnant autour d’elle, elle décide d’y faire face et de retrouver, tambour battant, sa vraie mère quitte à  déshonnorer l’ensemble du clan. La voici donc en route sur les Terres des Mac Cleod auprès de sa bienfaitrice. Mais saura t-elle faire face à cette rencontre ? Sera t-elle accepter dans ce clan ennemi depuis toujours ? Sera t-elle comprise ? Deviendra t-elle l’objet de convoitise ou l’objet qui apaisera les tourments du clan Mac Cleod ?

Et c’est là qu’arrive l’impressionnant et imposant Calum Mac Cleod, laird de son titre. Entre perçu sous la lueur de la pleine lune, dans un lac, Enéa est de suite tomber sous son charme, mais elle ne sait pas mettre de mots sur ses jeunes sentiments et surtout ignore son identité, elle le découvrira un peu plus tard. Et bien évidemment c’est réciproque. Calum est un homme exigeant et intransigeant, féroce et puissant, courageux et vaillant, généreux et attentif. Comme quoi la jupe chez l’homme n’entache pas la virilité ! Calum va très rapidement devoir faire des choix face à cette nouvelle arrivante ( dont il ne cache nullement son attirance envers elle) et son mariage avec la fille du Clan Laukhan qui aura comme action bénéfique de renforcer les liens ! Perdu entre deux feux la situation va très vite déboucher sur des enjeux essentiels et surtout va lui faire rapidement perdre la tête. Les enjeux passeront-ils avant l’amour ?

Je dois dire que j’ai passé un agréable moment de lecture. Entre rebondissements, révélations houleuses, scènes romantiques et scènes ultra violentes dirigées essentiellement vers les femmes, je n’ai pas vu défiler les pages. L’omniprésence de l’action tient en haleine et met une pression signifiante aux personnages. Ces derniers m’ont troublés, notamment nos deux héros, à la fois attachant, ils deviennent méprisables et odieux. L’auteur sait jouer d’eux sur un fil ténu où les émotions et les sentiments troublent, rendent fébriles ou apaisent. La plume de Black m’a transporté dans cet univers et m’a fait vivre des moments forts tout au long de ma lecture. Il n’y a qu’un point qui m’a déçu :  c’est la quasi absence de surprise. Je m’explique : de mon propre ressenti il m’a manqué ces petits éléments qui viennent chambouler la trame de l’histoire. J’ai suivi le fil de l’histoire tout en soupçonnant de quoi il allait ressortir des divers rebondissements.

« La captive de l’Ecossais » est une excellente romance sur l’univers des Higlands. Tous les ingrédients sont réunis pour vous faire vivre une explosion d’émotions. A découvrir et à dévorer sans modération !

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Lien Amazon !

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

Vers le site officiel de Laura Black !

 

 

 

 

Passions : la Maison Close- tome 4 de Molly Reed

maison close 4

 

Romance historique – 31 mai 2017

Pandorica Editions

Service Presse

 

Je remercie les éditions Pandorica de m’avoir confié cette saga en service presse.

Résumé : Lys ne désespère pas de trouver la perle rare qui lui fera quitter la Rose des Vents. Pourtant quand un homme mystérieux se présente pour écouler ses dettes, elle se méfie. Surtout, quand elle apprend qu’il y a une contrepartie à cette aide inopinée…

 

Mon avis : C’est avec un pincement au cœur que j’ai débuté ce quatrième tome de la maison close. En effet, je savais qu’une fois cet épisode terminé, je ne retournerai plus à la Rose des Vents et son univers si singulier.

               Ici, nous suivons Lys, que nous avions rencontré dans les trois précédents tomes. En effet, elle était la « marraine » de Rose et a mal vécu sa « trahison ». Elle était aussi amie avec Pétunia, que l’on avait suivi dans le tome 3.  Après le départ de Rose, Lys doit repartir de zéro pour mettre de côté de l’argent afin de pouvoir racheter sa liberté. Un soir, un homme arrive et rembourse sa dette. Lys hésite à le suivre car elle préfère se débrouiller par elle-même. En effet, jetée à la rue par sa mère à l’adolescence, c’est seule qu’elle a tracé sa route. Pourtant, elle va suivre Antoine et devenir sa servante.

                J’ai apprécié d’en découvrir plus sur Lys, qui était à chaque présente mais dont on ne savait pas grand-chose. Elle a beaucoup souffert dans sa jeunesse et rêve de devenir actrice. Fleur bleue dans l’âme, malgré son passé de prostituée, elle cherche malgré tout le grand amour, qui lui fera battre le cœur et lui mettra des papillons dans le ventre. Antoine est veuf, assez mystérieux, un peu inquiétant au début mais il va se révéler très protecteur vis-à-vis de Lys et leur duo va bien fonctionner. Entre confidences et disputes, ils s’entendent comme chien et chat. On rencontre également ici Arthur, un jeune comédien qui va essayer de séduire Lys et Hortense, la belle-sœur d’Antoine qui veut absolument l’attirer dans ses filets.

                Je me suis régalée dans ce quatrième tome. Il apporte une belle conclusion à cette romance historique. J’ai apprécié de pouvoir suivre différentes locataires de la Rose des Vents et ainsi me plonger dans le Paris d’avant. Les scènes de sexe sont toujours aussi chaudes et l’histoire est joliment menée. Je recommande donc la lecture de cette saga à tous les amoureux de romance pimentée. Laissez-vous emporter par la plume de Molly Reed et n’hésitez pas une seconde à aller faire un tour, livresque, à la Rose des Vents!

 

liens-utiles

 Retrouvez le tome 4 de Maison Close sur Amazon

Retrouvez ma chronique d’Initiation : La Maison Close – Tome 1 de Molly Reed ici

Retrouvez ma chronique de Tentations : la Maison Close – tome 2 de Molly Reed ici

Retrouvez ma chronique d’Obsession : la Maison Close – tome 3 de Molly Reed ici

Tentations : la Maison Close – tome 2 de Molly Reed

maison close 2

 

Romance historique – Sortie le 17 mai 2017

Editions Pandorica

Service Presse

 

Je remercie les éditions Pandorica de m’avoir confié cette saga en service presse.

Résumé : Sabline a tout pour être heureuse : la beauté et des privilèges que toutes les pensionnaires de la Rose des Vents lui jalousent. Cette vie, elle l’a choisie et il est hors de question de quitter le luxe de cette maison pour travailler comme une ouvrière et vivre dans la misère ! Quand lors d’une consultation médicale, son regard se pose sur le corps viril du nouveau médecin, elle se jure que cet homme finira comme tous les autres sur son tableau de chasse. Mais la bataille s’annonce plus rude que prévue, et la confrontation des plus excitantes…

 

Mon avis : Dans ce deuxième tome, nous suivons une nouvelle pensionnaire de la Rose des Vents. Sabline est donc une prostituée mais elle est privilégiée : présente depuis longtemps, ayant intégré la Rose des Vents sans dette à son actif, reversant une partie de son salaire à la Comtesse, elle est respectée et jalousée par les autres pensionnaires de la maison close. Elle aime son travail, ses habitués et s’est fait une raison : tant que la Comtesse voudra d’elle, elle n’ira pas voir ailleurs. Un matin, alors qu’elle se rend à la visite médicale, sa vie bascule : le docteur François Lannec, un jeune médecin séduisant, va chambouler toutes ses certitudes en refusant ses avances. Mais pourtant, cette rencontre va venir modifier leurs destins à tous les deux.

                J’ai aimé me replonger dans l’univers de la Rose des Vents. Nous retrouvons ici la Comtesse, qui gère sa Maison Close d’une main de fer ainsi que César, son détestable homme de main. Nous apercevons Lys, la marraine de Rose ainsi que Pétunia, que l’on avait découvert dans le tome précédent. J’ai apprécié la personnalité de Sabline, beaucoup plus complexe qu’il n’y parait au premier abord. Sous ses airs de « reine de la Rose des Vents », elle cache des fêlures que la rencontre avec le docteur Lannec va rouvrir. Ce dernier est un docteur comme on aimerait en croiser plus : il a des principes et est diablement sexy. Encore une fois, Molly Reed n’hésite pas à nous faire saliver à la lecture de son ouvrage.

                Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce deuxième tome, pourtant bien différent du premier. Les scènes érotiques sont moins présentes mais sont toujours aussi intenses. La passion sexuelle est cependant bien là et encore une fois, la température se met à grimper en flèche à la lecture de ces pages. Je ne peux donc pas m’arrêter en si bon chemin et vais faire connaissance avec une nouvelle pensionnaire de La Rose des Vents.

 

liens-utiles

 

Retrouvez Tentations, le tome 2 de Maison Close sur Amazon

Retrouvez ici ma chronique pour Initiation : La Maison Close – Tome 1 de Molly Reed

Initiation : La Maison Close – Tome 1 de Molly Reed

maison close 1

 

Romance historique – Sortie le 10 mai 2017

Editions Pandorica

Service Presse

 

Je remercie les éditions Pandorica de m’avoir confié cette saga en service presse.

Résumé : Suite à la mort de son patriarche, les dettes de la famille Morlet s’accumulent. Anne, la benjamine, n’a plus le choix : pour éviter la vente de la grande demeure familiale, et surtout voir l’un de ses secrets dévoilés, elle doit se présenter à la porte d’une luxueuse maison close parisienne, la Rose des Vents. Entre sexe, menaces et trahisons, la bonne éducation d’Anne est mise à rude épreuve. Ainsi que son cœur. Qui est donc cet homme diaboliquement sexy qui la harcèle de questions pour savoir qui se cache derrière le nom de Rose ?

 

 

Mon avis : peu habituée à la lecture des romances historiques, je me suis lancée dans cette saga car j’avais beaucoup aimé la plume de Molly Reed dans « Hot Couture ». Avant tout, je préfère vous prévenir, âmes sensibles, abstenez-vous !! Encore une fois, Molly Reed fait monter la température et c’est une lecture qui ne peut pas laisser insensible !

Dans ce premier tome, nous faisons connaissance avec Anne, une jeune femme dont la famille est criblée de dettes. Afin de les éponger, son frère la confie à la Comtesse, responsable de la Rose des Vents, une maison close de luxe à Paris. Anne est rapidement mise « dans l’ambiance » et la Comtesse décide de la rebaptiser Rose et la confie à Lys, qui va parfaire son « éducation ». Rapidement, elle va rencontrer un homme mystérieux qui va la troubler et la questionner… entre honneur, honnêteté et sens du devoir, Anne va devoir surmonter de nombreuses épreuves pour s’en sortir et aider sa famille.

J’ai été touchée par le personnage d’Anne/Rose. Naïve, elle se retrouve projetée dans un monde de luxure auquel elle n’est pas habituée. Et pourtant, en devenant une prostituée, elle va devoir s’y faire….. Lys, sa marraine, va s’avérer être une amie et une formatrice hors pair. Les scènes où elle est présente sont très très chaudes !! Le mystérieux Monsieur de Valmont va lui aussi faire monter la température et son intérêt pour Rose va amener un piment supplémentaire dans cette histoire. Enfin, Martin et César, les hommes de main de la Comtesse, tout comme Auguste, le frère d’Anne, sont tous trois détestables à souhait !

J’ai apprécié cette lecture qui m’a donné chaud !! Encore une fois, Molly Reed nous entraine dans une lecture où l’érotisme côtoie les beaux sentiments. Je n’ai pas été déçue et me plonge avec joie dans le tome 2 !

 

liens-utiles

 

Retrouvez La Maison Close sur Amazon