BLACK FIDELITY, tome 1 : Overdose de Shelby Kaly.


Quand Lynn, assistante personnelle renommée de Los Angeles, est engagée par le manager du célèbre Jett Campbell, elle n’imagine pas le chaos qui l’attend.
Le leader charismatique des Black Fidelity a pour devise « sexe, drogue & provocations » sans se soucier des répercussions de sa vie sur le groupe.
Leur rencontre va être explosive et la tension à son comble alors que des sentiments et des désirs contradictoires s’ajoutent à l’équation.
Entre mensonges, jalousie et son passé qui ressurgit, Lynn pourra-t-elle sauver la rockstar de ses tourments ?

 
En règle générale je lis très peu de romance axée sur les groupes de musique car souvent et en général c’est plus ou moins la même chose. J’ai voulu avec ce premier casser mes préjugés tout en espérant que ce serait la bonne lecture. Et là BINGO !
Lynn n’aime pas les paillettes. Pourtant elle évolue dans un monde où le moindre faux pas peut anéantir une carrière. Assistante personnelle, son professionnalisme est reconnu par une multitude de célébrités de tout bord. Son empathie, sa manière de concevoir la vie, son hygiène de vie et sans oublier sa personnalité à la fois douce et pimpante, Lynn est une jeune femme attachante et persévérante. On lui réclame fréquemment ses services et c’est tout à son honneur. Lynn est une végan accomplie qui prend soin d’elle par le sport et loin des excès en tout genre. Alors quand son nouveau contrat la mène auprès du dernier groupe de musique à la mode, Lynn ne peut qu’être ahurie face à cette déchéance carrément apocalyptique. Engagée pour requinquer le célèbre chanteur Jett Campbell, figure emblématique des Black Fidelity, elle devra user de touts ses moyens pour accomplir un heureux miracle.

 

Jett est un homme abîmé qui se noie allègrement dans les excès multiples. Alcool, sexe à outrance et drogue, Jett n’est plus qu’une âme en peine à la recherche d’une rédemption qui ne veut guère de lui. Égoïste, parfait manipulateur, un franc parler acerbe, un comportement désagréable qui en déroute plus d’un.

 

Leur première rencontre a tout du scénario du bad trip. Pourtant le « quelque chose » se produit. Une alchimie qui va les porter sur le chemin difficile de la résilience. Deux âmes en peine qui s’unissent au diapason de leurs tourments. Une idylle naissante, foudroyante et miraculeuse car les démons du passé n’attendent que la faille pour s’immiscer et rallumer le feu de l’enfer.

 

Shelby Kaly nous offre une overdose d’émotions qui s’épanouit et s’autodétruit. Une plume hyper addictive qui m’a fait vivre quelques heures tumultueuses avec cette aisance que j’adore trouver dans les romances. Les pages s’avalent et défilent au rythme d’une histoire où les rebondissements nous tordent les tripes, nous font pleurer, nous font rire, nous font s’alanguir. Shelby Kaly frappe formidablement bien avec une histoire qui sort légèrement des sentiers battus. L’atmosphère se veut tendue à souhait où quelques rares moments de plénitude arrivent à s’infiltrer. Les personnages sont captivants, à la fois rustres et tendres. Un premier tome qui en jette bien plus que je ne l’aurais cru. Un final totalement tonitruant qui laisse présager une suite aussi mystérieuse que torride. Je suis curieuse de savoir quels risques a pris l’auteure.

 

Une romance qui mérite largement votre attention ! A découvrir sans faute et à croquer avec envie !

 

Une chronique de #Esméralda

.. Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… mon avis sur un autre roman de Shelby Kaly (clique sur l’image pour le lire)

THE CUPIDON BROTHERS, tome 1 : Éros de Estelle Every.


« Je suis un ange ! Ce n’est pas une petite brindille telle que Daphné qui me dira quoi faire !
Sa frêle silhouette se dessine devant moi, ses grands yeux marron lui mangent le visage.
Elle semble fragile mais une grande force émane d’elle… »
Daphné, coordinatrice en intimité, intègre les studios de tournage d’un célèbre show à Los Angeles.
Dès son arrivée, elle est confrontée à l’acteur star, Éros Angel, le fantasme de la ménagère américaine.
L’objectif de Daphné est clair : apprendre à Éros à respecter les autres et les limites à ne pas franchir.
La jeune femme a des idéaux et des valeurs, pour commencer, elle ne mélange pas travail et plaisir…
Mais quand l’ange, aussi borné que sexy, se met en tête de la séduire, Daphné voit ses valeurs remises en question et sa perception de la réalité voler en éclat.

Résistera-t-elle à l’appel de l’ange ou saura-t-elle redéfinir ses propres limites ?

TOME 1/7

Daphné a un drôle de métier. Coordinatrice en intimité sur les plateaux de tournage a de quoi décontenancé. Gérer les humeurs des uns et des autres. Créer une certaine complicité entre acteurs et actrices. Définir les actions qui peuvent mettre mal à l’aise. Tout un programme complexe que Daphné gère avec une grande expertise.
Elle a quitté la côte ouest pour venir s’installer auprès de sa sœur qui a été victime d’une agression. Elle connaît très peu les mœurs liées au cinéma et stars en tout genre. C’est avec une certaine appréhension qu’elle débute son nouveau travail au cœur d’un plateau surmené et survolté. Il faut dire que l’acteur principal déroute beaucoup et ses caprices sont légendaires. Éros a, ce que l’on peut qualifier, une grosse tête. Un brin mégalo associé à une arrogance sans limite et une silhouette à mourir d’une crise cardiaque, l’acteur sait jouer de son charme et de tout un attirail qui lui est propre. Son attitude hautaine pourrait en choquer plus d’un mais Daphné a plus d’un tour dans son sac et aussi charismatique qu’il soit, il se pliera à ses conditions malgré la nuée de papillons qui prend possession de son corps dès qu’elle pose les yeux sur lui.

 

Daphné est le genre de femme à s’obstiner pour ce qu’elle entreprend. Elle ne laisse quiconque la détourner de son chemin qu’elle s’est tracée. La main sur le cœur et son empathie la rendent de suite sympathique.

 

Éros et Daphné sont la poudre et l’explosif. Ensemble, ils défient toutes les lois et complots en tout genre.

 

Ce premier tome met allégrement l’eau à la bouche. Une romance fantastique à la fois épicée et addictive. Estelle Every revisite la mythologie grecque façon conte contemporain. Des personnages aux antipodes qui s’apprivoisent au fil des pages tout en devant faire face à de nombreuses péripéties. Un rythme addictif et alléchant porté par une plume qui a su capturer mon cœur de lectrice passionnée. Éros figure mythique de la Grèce antique est considéré comme étant le dieu de l’amour et du désir amoureux. Estelle Avery lui rend toute sa prestance au détours de descriptions dithyrambiques. Entre attirance et résolution ferme, ce jeu de séduction tient en haleine. Un premier tome réussi qui met l’eau à la bouche pour les 6 prochains à paraître (pour le second tome) dès le mois d’octobre.

 

The Cupidon Brothers est définitivement à mettre dans vos bibliothèques 😉

 

Une chronique de #Esméralda

LES PAPILLONS SE CACHENT PENDANT LA PLUIE de Danielle Guisiano.


Le hameau de Sivergues n’est pas un lieu comme les autres. Il répare les ailes froissées des papillons après la pluie. Blanche est loin de se douter que le chaos de sa vie la dirige vers une rencontre décisive. Si elle a quelqu’un à découvrir, c’est avant tout elle-même. Quant à Eddy, son taciturne voisin, il trace son chemin, solitaire. Le destin va réunir ces deux âmes à vif.
Entre passé et avenir, leurs vieux démons s’agitent. Rien ne sera facile, pourtant le moment est venu d’ouvrir les ailes pour s’envoler

 
Bouleversant est le premier mot qui me vient à l’esprit. Danielle Guisiano a fait battre mon cœur pendant ces quelques heures de lecture d’une manière déraisonné. Une magnifique histoire toute en émotion.
Dès son plus jeune âge, Blanche a dû faire face aux moqueries, notamment sur son poids. Portée par un père exigeant, très vite, elle apprend à se protéger de toutes remarques acerbes. Son objectif principal est d’atteindre la première place dans tout ce qu’elle entreprend. Bien des années plus tard, cette manière de vivre est devenue un mantra qu’elle met en œuvre au quotidien. Sa vie se résume à son boulot et à son meilleur copain. Elle y trouve entière satisfaction. Si touts ses faits et gestes sont en accord avec ses principes, son corps lâche peu à peu. Repos forcé, elle se rend dans le Luberon où elle a hérité de la maison de sa tante Elvira dont elle en connaît très peu. Sivergues, petit village isolé au charme désuet, accueille une petite communauté d’une quarantaine de personnes où l’entre aide est primordial. La jovialité est le moteur essentiel à ce groupe de personnes isolées. Blanche déteste la solitude et l’isolement. Elle aime quand la vie trépigne autour d’elle, elle se sent vivre. Ici, rien ! Le silence, une amie en devenir, Constance, des moutons, des soirées loin des bars branchés et un voisin un tantinet taciturne. Les premiers jours sont terribles pour la citadine et puis suite à de regrettables rebondissements, Blanche va prendre goût à cette atmosphère doucereuse. Peut-être qu’Eddy y est pour quelque chose ?!

 

Eddy n’est pas un berger ordinaire. Sa mélancolie, sa morosité et cette manière dont il repousse les gens est désarmante. Cet homme est aussi mystérieux qu’attirant. L’apprivoiser semble une aventure épineuse et pourtant Blanche y mettra toute sa conviction et sa force pour parvenir à le séduire.

 

Un parcours qui semblait tout tracé si ce n’est que les aléas de la vie viennent le pimenter d’une manière effroyable.

 

Un sacré coup de cœur pour cette romance hors norme portée par des personnages terriblement et profondément blessés. Danielle Guisiano les mène sur un chemin ardu vers la résilience et l’acceptation de soi et du bonheur. Sous couvert de la dépression et grâce à l’amitié et à l’amour, ce combat se révèle être une nécessité absolue. Il véhicule l’espérance face au désespoir sournois et latent. LES PAPILLONS SE CACHENT PENDANT LA PLUIE bouleverse et chamboule. La tristesse côtoie la solitude, les moments de questionnements et la joie simple. Portée par une plume sublime et émouvante qui crescendo m’a faite pleurer et rire. Cette romance demeure une des plus belles que j’ai pu lire. L’ambiance, les tenants, les personnages, le scénario, tout m’a conquis. C’est une explosion de sentiments ambivalents. Tour à tour je me suis sentie submergée par ces vagues d’une force incommensurable.

 

A découvrir de toute urgence !

 

Une chronique de #Esméralda

 


PAUMÉE, TROMPÉE … MAIS JE ME SOIGNE de Angélique Ayraud.


Si elle n’a plus rien à perdre, c’est qu’elle a tout à gagner !
Et voilà, retour à la case départ ! Ariel avait tout pour être heureuse : un appartement de princesse, une carrière de star internationale et le fiancé parfait. Pourtant, il lui a suffi de quelques heures pour tout perdre. Elle s’est alors résignée à retourner dans son village natal, où elle n’avait pas remis les pieds depuis des années.
Mais elle, qui pensait pouvoir se la couler douce, se retrouve à devoir travailler dans l’usine familiale… Et le pire, c’est que c’est Marc, son meilleur ennemi d’enfance, qui a été choisi pour la former ! Heureusement, Jake, son collègue, est là pour voler à son secours. Lui et ses abdos parfaitement dessinés la font déjà totalement craquer. Ce séjour s’avérera peut-être plus agréable qu’Ariel ne le pensait, en fin de compte…

 
Ariel avait un destin tout prédestiné. Sa volonté farouche et sa confiance en son don l’ont porté vers sa grande passion, le chant. Ariel est devenue une star courtisée.
Sept ans après avoir réussi ce concours qui l’a porté au-devant de la scène. Ariel n’a jamais pensé que sa vie pouvait s’écrouler en un coup de baguette de pain … magique ! Victime d’un phénomène étrange, elle est dans l’incapacité de parler. Sans compter sur un fiancé peu scrupuleux.

 

De retour aux sources dans son village natal, Ariel reprend peu à peu ses marques. Les anciens souvenirs les bons comme les mauvais surgissent. Ariel n’a pas le temps de se lamenter sur son sort. Accueilli par son oncle Sebastien et accompagné par un psychologue atypique de son vrai nom Po Lo Chon, elle doit vite se reprendre en main. Obligée de travailler à l’usine de son père, Ariel réapprend à vivre normalement sans paillette et costume de scène. Marc son ami d’enfance a bien changé. Jake courtise la belle.

 

Sous couvert de nombreuses péripéties, Ariel devra se confronter à son passé. Sera t’elle en tirer le meilleur pour un avenir serein ?

 

Cette romance légère et adorable est un merveilleux remake de « la petite sirène ». Alors non, pas de magie, d’eau et de vilaine sorcière, mais de jolis clins d’œil à cette histoire qui a bercé notre enfance. Angélique Ayraud aborde son histoire avec énergie, la rendant indubitablement plus moderne. De l’humour, de l’espoir, des doutes, des rires, beaucoup de larmes, de la passion et des effusions sentimentales  pimentent cette romance. Une héroïne têtue et attachante qui nous en fait voir de toutes les couleurs.

 

Une chronique de #Esméralda.

BAD TRIP EN ALASKAL de Emma Landas.


Si Meghan ne trouve pas l’excursion parfaite, c’est simple, elle est virée de son agence de voyages.
Alaskienne de naissance, elle est certaine que c’est sur ces terres sauvages qu’elle trouvera le Good Trip.
Enfin ça, c’était avant de tomber sur le pire guide d’Alaska qui soit.
Lui, c’est Kal. Kal l’asocial, Kal le glacial, Kal le chacal… Le problème, c’est qu’il est aussi : Kal le sculptural, Kal le phénoménal, Kal le sexual… et qu’un ours qui essaie de sourire, bah c’est vachement chou !
Entre eux, c’est explosif, et leurs étincelles ont de quoi nourrir les ragots de la petite ville de Sitka.
Bref, tout laisse à penser que cette pauvre Meghan a tout pour faire un Bad Trip en AlasKaL.

 
Sortez la doudoune, les boots, les gants, l’écharpe, les trois pantalons à enfiler pour ne pas se les geler. Vous êtes parées pour découvrir le phénomène de l’île Baranof. J’ai oublié de vous dire qu’en Alaska il ne faut pas titiller l’ours mal léché il peut se montrer souvent et un tantinet de mauvais poil.
Le grand moment de sa vie est enfin arrivé. Meghan doit à tout prix trouver LE voyage qui fera sensation au sein de l’agence. Elle est sur la sellette. Meghan n’est pas juste une femme qui a endossé son tailleur parfait. Non, Meghan est le genre de femme qui troque les talons aiguilles pour des baskets et qui part à l’aventure. Découvrir les endroits isolés de toutes civilisations est son péché mignon. Elle adore les grands espaces dépourvus de bétons et de sons. Elle adore écouter le bruit du vent dans les arbres, regarder la neige tomber, suivre la piste d’un animal, vivre isolée de tout. Meghan n’est pas une femme comme les autres. Elle est surprenante, habille, intelligente. Meghan vend du rêve à grande échelle, non pas par sa beauté et autre qu’on aime retrouver dans les romances. Au contraire sa liberté m’a stupéfaite et ébahie. Donne-t-elle envie ? Oui et non ! Faut-il encore envoie le courage de franchir le cap de cette liberté vivifiante !

 

Meghan n’a pas la langue dans sa poche. Elle est cash, souvent maladroite. Mais peu importe son honnêteté est quelque chose que j’apprécie. Son entêtement et son obstination effrayent par moment. C’est sans contexte son penchant pour les causes perdues qui la pousse à franchir ses limites.

 

Je ne vous cache pas que Kal, l’ours mal léché, l’a mise hors d’elle. Son regard hautain, son mutisme, son aura ont tout pour repousser hors de son territoire quelconque prédateur. Kal c’est le barbu sauvage qui ne veut rien avoir à faire avec la population. Sa mère et son meilleur ami sont les seuls autorisés à naviguer dans sa sphère personnelle. Vous vous doutez que Kal a des circonstances atténuantes. Et je dois vous avouer qu’une fois qu’on les connait y a de quoi péter un câble et de vouloir finir sa vie loin de tout. Kal c’est Kal. Énervant, beau comme un Dieu, un peu trop barbu, têtu, exaspérant, bourrique, encore beau comme un Dieu, toujours aussi énervant, colérique, changeant. De quoi vous rendre dingue !

 

Je vais aller droit au but : J’AI ADORE ! Emma Landas est la reine pour vous rendre chèvre dès les premières pages. Une héroïne attachante, un héros poussé à l’extrême de la bienveillance, un meilleur ami totalement gai, une maman attendrissante, et une histoire qui va vous faire chavirer en un éclair. Emma Landas nous offre une romance étourdissante où se mêle humour et mélancolie. Une histoire éprouvante qui vous fait passer du rire aux larmes, de l’énervement à l’émerveillement, de l’agacement à l’apaisement en un claquement de doigts. Une histoire émotionnellement intense où les sentiments nous bourlinguent en tous sens. Emma Landas a su capter les sentiments ambivalents qu’animent ses héros pour les restituer d’une manière très efficace. J’ai souvent perdu la tête, j’ai souvent rêvé, j’ai souvent pleuré, j’ai souvent ri. Le paysage à couper le souffle est aussi efficace que les reportages de RMC Découverte dont elle s’est inspirée. Une grande bouffée d’air pur qui décoiffe efficacement.

 

FONCEZ DAREDARE ! Un pur moment de lecture ! Je suis juste scotchée et émerveillée !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kinlde

… le site de Black Ink Editions

… mes avis sur d’autres romance d’Emma Landas (clique sur la photo)

SIX, tome 3 : à nos âmes liées de Max L. Telliac.


TOME 3/3
Quelques mots en conclusion ?
« On a beaucoup dit de moi que je n’étais qu’une brute épaisse. Mais là, je vous assure, je ne suis pas si solide que ça… »
Allez, Hulk, on se mobilise !
« Le petit insouciant, c’est comme ça qu’on me voit ? Moi qui m’accommodais des orages en dansant sous la pluie, je me suis fait foudroyer. »
Un coup de pouce du destin, peut-être ?
« À ceux qui pensent que je suis naïve, je répondrais qu’ils n’ont pas rencontré un Londonien plus instable qu’une grenade… »
Besoin d’un « honey » susurré ?
« Je tiens toujours le rôle du torturé de service. Quand votre vie explose en mille morceaux, que reste-t-il ? Découvrir qui l’on est ? No way. »
La peur n’évite pas le danger, Jameson.
« Oublier le passé est-il envisageable ? Pas sûr quand il se mêle désespérément au présent. Objectif n°1 : ne plus sombrer. »
Un peu de nerfs, Mademoiselle Tentiller…
« Les questions existentielles attirent souvent vers les ténèbres. Pourtant, je dois me raccrocher à ma lumière… »
Capitaine Azarov, il va falloir vous reprendre !
Marc, Simon, Louise, Adam, Eva et Alex. Six âmes liées.

 
Après un début tonitruant et en fanfare, le second tome m’a laissée sur ma faim et le troisième et dernier tome a réussi à recoller les morceaux. Ce que je retiens de cette trilogie c’est la merveilleuse aventure humaine que décrit avec ses tripes Max L Telliac.
Marc s’en veut en crever. Son cœur et son âme et sa tête par la force des choses sont au même diapason. Y a pas à dire mais Simon a tout bouleversé. Serait-il sa rédemption ? Il a encore beaucoup de chemin à parcourir. Le plus dur est le premier pas et il est enfin prêt à le poser. Qu’est ce qu’il y l’attendra au bout ?

 

Après les dernières péripéties de sa vie, Simon est enfin prêt à s’assumer. Son amour pour le flic ténébreux est bien plus fort que tout et quitte à se prendre une porte de prison autant le faire avec conviction et hargne. Adviendra ce qu’il pourra !

 

Après le coup fourré que lui a fait le bel anglais, Louise l’a toujours dans la peau. Lui pardonner ? Certainement pas ! Mais l’aider oui ! Aimer c’est douloureux. Elle ne sait plus quoi penser. Tiraillée de tout les côtés, sa vie est un véritable enfer.

 

Il n’aurait jamais dû faire cela. Il le sait parfaitement. Mais gérer ses émotions, sa jalousie et un véritable problème. Aura t-il droit à une seconde chance ? Adam doit mettre toutes ses chances de son côté. Et une petite virée à Londres s’impose. Le passé doit délivrer ses réponses.

 

La colère dévore Alex. La haine fuse dans ses veines. Et son père qui pointe le bout de son nez depuis tant d’années d’absence. C’est la goutte qui fait débordé le vase et tant qu’à faire autant l’explosé, ce vase, il se sentira peut être mieux après. Heureusement sa belle Egytptienne veille au grain.

 

La vie de la belle Eva a éclaté il y a sept ans en arrière. Se reconstruire a été un long parcours du combattant. Mes ces dernières semaines, le passé a resurgi amenant avec lui une partie d’elle. Peut-elle y croire encore ?

 

Ce dernier tome conclu à merveille cette trilogie. Max L Telliac met en avant avec une véritable passion ses six héros. Si la fougue servait le premier tome, la mélancolie transpirait dans le second, ici c’est l’éclosion des sentiments. Ces derniers accaparent le lecteur qui le vit pleinement. Alors que je reprochais dans le second tome la stagnation de l’histoire, ici je suis heureuse de voir que le rythme évolue vers ce quelque chose de fabuleux et d’incroyable. Une histoire qui bouleverse et émeut. Je suis soulagée de terminer SIX sur cette note enthousiaste. Je me dois de souligner l’audace de Max L. Telliac. Six personnages principaux à qui il donne autant d’importance, chapeau !! Une histoire dans l’ensemble qui mérite découverte.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… Le site de Black Ink Editions

… mes avis sur les deux premiers tomes (clique sur les images pour les lire).

LES PORTES DU SOLEIL, tome 2 : Le dernier été de Jacinthe Canet.


L’été est revenu, mais ce sera le dernier…
Adolescente, Sam vivait pour les deux mois d’été. Lorsque la pension de ses parents était complète et dansait au rythme du piano, que les orages menaçaient, et que la famille Rivera posait enfin ses valises.
12 ans après, tout a changé. Quand ses pas la conduisent à nouveau aux Portes du soleil, les étincelles dans ses yeux se sont déjà éteintes. Rien n’a la même saveur. Ni la maison de son enfance, ni ses amis et surtout pas son amour de jeunesse.
Elle ne veut pas oublier. Elle refuse de se souvenir.
Samia s’accroche aux filaments de ce qui était et cherche la jeune fille qu’elle a abandonnée derrière le portail rouge pour suivre son rêve.
Lorsque le présent est figé dans le passé, comment croire aux promesses de futur ?

Sortez les mouchoirs car ce second et dernier tome est un sacré moment de lecture où les larmes jaillissent sans vous prévenir. Enfin, ça, c’est pour moi. Je crois n’avoir jamais autant pleuré au cours d’une lecture.
12 longues années se sont écoulées. 12 longues années passées sur les routes à la recherche du bonheur. 12 longues années à tenter d’oublier ses paroles. 12 longues années à fuir cet amour fusionnel. 12 longues années qui la portent devant Les Portes du Soleil. Paradis sur terre, gardien de ses souvenirs, de ses espoirs, de ses doutes, de ses larmes. Mais les souvenirs n’ont plus le même goût. Marcher sur les graviers n’a plus le même bruit. Se baigner n’a plus la même saveur. Les années se sont écoulées emportant avec elle, les personnes qu’elle aime.

 

Mélancolie, peine, tristesse se mêlent pour une seconde partie déchirante. Pourtant Sam se raccroche à ces vieux moments d’insouciance où tout semblait possible, où tout était merveilleux. Et dans chacun, elle va y puiser de la force pour dompter ses peurs et sa solitude de maintenant.

 

Avec véhémence et bonté, Jacinthe Canet parle de deuil, d’amitié et d’amour. Avec toujours ce petit grain de folie qui lui est propre, Jacinthe Canet nous fait vivre un moment de lecture d’une intensité incroyable. Déstabilisantes, tristes, charmantes, les scènes se suivent et ne se ressemblent pas. Les Portes du Soleil deviennent le théâtre de rires, de pleurs et de retrouvailles. Une histoire d’une intensité émotionnelle à vous couper le souffle et les jambes. Une histoire que l’on vit pleinement. Une histoire qui nous fait  vibrer d’une manière inconditionnelle. Tout est fait pour vous chambouler. J’en ai encore le cœur qui bat la chamade !

 

Une magnifique histoire à découvrir absolument !!
 
Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Jacinthe Canet

… mon avis sur le premier tome (clique sur l’image pour le lire)

SAVE ME FROM YOU de Lana M.


Elle vit dans une prison, et il en est la clé.
Fuir. C’est tout ce dont Mila a toujours rêvé. Fuir ce ghetto de Los Angeles où elle est née, la guerre de gangs impitoyable qui y fait rage et les innombrables lois auxquelles elle doit se soumettre. Car Mila appartient au gang des Hispanos.
Et si, jusque-là, elle s’est efforcée d’obéir sagement aux ordres de ses frères, elle refuse de se plier à leur dernière exigence : choisir son futur mari parmi les membres du gang. Mais elle ne leur en a pas donné la vraie raison : Mason. Ce mec canon qui pourrait avoir n’importe quelle fille et qui préfère pourtant passer des heures avec elle à la bibliothèque. Sauf qu’il appartient lui aussi à un gang, celui des Ladgers, leur ennemi juré. Et l’aimer serait la pire des trahisons envers son clan… ou sa seule échappatoire.

Roméo et Juliette n’ont cas allé se rhabiller, leur histoire fait figure pâle face à celle de Mila et Mason. Amour et trahisons sous fond de trafic et de gang. Le gun comme seul moyen de discuter.

 

Je plante le décor !
Los Angeles, loin des frasques hollywoodiennes, direction les quartiers sud, ceux où il ne fait pas bon d’y mettre un pied. Les gangs sèment la terreur à ceux qui envahissent leurs territoires. Trafics en tout genre, prostitution et autre malversation, Mila a grandi au milieu des cris, des pleurs et des balles qui fussent. Fille d’une des têtes bien pensantes du gang des hispanos, elle sait à quoi s’en tenir. La mort a pris ses quartiers parmi eux et pourtant Mila pense qu’un autre avenir est possible et cela passe en premier lieu par l’école. Le lycée est un terrain neutre où toutes bagarres relevant des rivalités inter gang sont bannies. Même si les tensions sont plus ou moins visibles, le lycée offre un environnement  propice à ceux et celles qui veulent s’échapper de leurs conditions. Mila se donne tous les moyens pour briller et obtenir une bourse pour rentrer à l’université afin de devenir avocate. Sa dernière année est la dernière ligne droite avant une certaine liberté. Une liberté chèrement payée mais qui vaut de nombreux sacrifices.

 

Mais son grand frère, leader du gang, a décidé que sa petite sœur doit se marier. Si la sœur jumelle de Mila accueille cela avec envie et joie, Mila est consternée et en colère. Forcée de choisir un homme parmi ceux du gang, Mila va devoir la jouer fine pour obtenir sa liberté et quitter le quartier. Un plan presque parfait sauf qu’un certain Mason va rentrer dans la course.

 

Mason est le plus populaire des garçons. Membre de l’équipe de foot, sa carrure imposante ne passe pas inaperçue. Jeune homme modeste, et sans ego, il adore passer du temps auprès de Mila. La bibliothèque, les cours, le stade de foot, tout est prétexte pour l’y admirer. Et puis un  jour contre toute attente l’amour s’invite entre eux.

 

Un amour foudroyant, passionnelle et surtout interdit car Mason fait parti du gang des Ladgers.

 

Pourtant ils prennent ce risque sachant qu’à tout moment, l’horreur peut se pointer. Et quand il se pointe les choix vont s’imposer.

 

Lana M. m’a faite vibrer tout au long de son histoire haletante. Si ce genre d’histoire fleurisse sur le petit écran, je n’en avais jamais lu sur ce sujet. Sa romance est explosive, hallucinante, rocambolesque et déchirante. Une atmosphère glaçante induite par les gangs mais où l’amour arrive à s’infiltrer. Les personnages sont hyper attachants, déterminés et surtout rongés par leur appartenance à leurs gangs respectifs. L’espoir, même s’il est malmené, est omniprésent par petite touche. Un rythme percutant ne laisse aucun temps mort à cette romance bouleversante. Une lecture qui sort des sentiers battus mais qui surtout met en ligne de mire un sujet lourd et des émotions impressionnantes.

 

Une chronique de #Esméralda

PALLADIUM de Sarah Felvie.


L’univers de Léonie pourrait se résumer en 2 mots : Le Palladium.
Ce bar branché qu’elle gère d’une main de maître est le symbole de tout ce qu’elle cherche à protéger : ses blessures, ses amis et la musique.
 
Tout est sous contrôle. Jusqu’au jour où Zack passe la porte du Palladium.
Zack… Cet inconnu aux yeux verts et à la voix éraillée.
Zack… Cet homme qui pourrait bien être la clé de sa guérison, mais aussi celle de sa chute.
Si au départ, leur histoire sonne comme une évidence, un secret pourrait venir tout gâcher

Les plus belles histoires débutent toujours avec un regard jeté sur les étoiles. Comme si cette infinité était le berceau de ce quelque chose d’immuable et de puissant. Léonie, allongée sur sa scène observant les astres se rappelle.
Ce qu’elle a perdu, ses souffrances, ses pleurs, ses cris, sa déchéance. Ce qu’elle a gagné, un endroit sensationnel à l’image exact qu’elle s’en était faite. Ce qu’elle a espéré, un amour puissant qui pouvait annihiler ses maux et bâtir un avenir merveilleux où le bonheur serait maître.

 

Léonie a toutes ses dents et parfois pas toute sa tête. Pétillante, déjantée, joviale, la musique rythme sa vie et son bar branché. Boulimique de boulot et de bons temps qu’elle partage avec sa meilleur amie de toujours, Rose, elle croque la vie comme elle vient. Pourtant sa vie n’est plus la même depuis ce jour fatidique. Le chaos s’y est invité. La musique a une autre saveur, celle de la désolation et de la tristesse, le chant est synonyme de souffrance et de déchirement. Alors elle vie cette passion au travers de ceux et celles qui foulent sa scène. Elle souffre en silence et le temps n’a pas d’emprise. Alors quand il monte sur scène mettant fin à une scène surréaliste d’une star un brin mégalo, elle n’a d’yeux que pour lui. Sa voix puissante, douce, mélancolique, savoureuse la charme instantanément. Et quand il s’avance vers elle, elle succombe. Est ce que le coup de foudre existe ?

 

Il n’a d’yeux que pour elle, Zack est aspiré par la gérante qui ne lâche pas son regard. Son premier contact le désarçonne. Son franc parlé, sa manière d’être sont déstabilisants et envoûtants. Zack sait qu’il ne pourra pas lui résister.

 

Ensemble, leur histoire va évoluer. Une explosion d’émotions, de lâcher de prise, de liberté. Les barrières s’estompent miraculeusement, et le phénix renaît de ses cendres. Léonie transpire l’amour. L’évidence est là mais les secrets restent toujours dans l’ombre et le moment où ils jailliront que restera t-il d’eux ?

 

Sarah Felvie signe une romance de tonnerre. La magie opère dès les premières phrases et vous emporte dans une histoire qui ne pourra pas vous laisser indifférentes. De la passion, de l’amour, de la joie vont accaparer vos sens. Mais aussi la tristesse, la désolation, l’abnégation font mettre vos cœurs en miette. Sarah Felvie maîtrise avec sournoiserie le jeu du chaud et du froid rendant ses lectrices complètement accro et frustrées. Cette osmose magique est particulière et vous foudroie. Une romance rythmée par la musique, les émotions et les aléas. Elle vous bourlingue dans tous les sens, vous fait rire, pleurer, vous abasourdie et vous scotche littéralement. Les surprises et les rebondissements fleurissent ici et là rendant l’histoire trépidante.

 

Une histoire à croquer sans modération ! L’amour et la musique un joli duo qui vous fera danser sur vos émotions !

 

Une chronique de #Esméralda.

SIX, tome 2 : A nos cœurs tourmentés de Max L. Telliac.


« Ma vie a dérapé quand le pouvoir que je croyais détenir m’a échappé. Les petits cons dans son genre… je les bouffe au petit-déj’, normalement. Maintenant, je vais devoir rattraper le coup… »
Marc Tillard, tourmenté.
« Si on m’avait prédit l’enfer qu’il me ferait vivre, je l’aurais fui comme la peste. Mais, c’est fini. Pour faire table rase du passé, je ne m’encombre plus de casseroles – aussi sexy soient-elles ! »
Simon Fauquet, désabusé.
« Rencontrer ce British a été une succession de montagnes russes, et mon petit doigt me dit que les manèges à sensation, c’est pas fini ! À moi de prouver que j’ai le cœur bien accroché ! »
Louise Dario, déterminée.
« La vie est étrange. Mais maintenant que je suis suspendu sur le fil, je mesure sa fragilité. Suis-je capable de tout pour revoir ces yeux bleus ? Absolutely !»
Adam Jameson, en mauvaise posture.
« J’avais promis de vous dévoiler mes démons si vous étiez sages, mais aujourd’hui, je n’ai pas d’autre choix que les affronter. Comment bien choisir mes alliés ? »
Eva Tentiller, terrorisée.
« Où est passé le mec drôle, insouciant et qui ne prenait rien au sérieux ? Aux oubliettes. Je suis démoli, et je n’ai plus qu’à composer avec cet autre homme qui prend de plus en plus de place… »
Alex Azarov, blessé.
Six cœurs tourmentés, autant de corps enchaînés.

 
 
Rien ne va plus au sein de la bande des Six. Tourments, doutes, questions et peur se mêlent pour une histoire très tourmentée c’est le cas de le dire.
Marc ne sait plus où donner de la tête. Aussi prétentieux, arrogant et pète-sec qu’il est, le petit blond a foutu un sacré bordel dans sa vie bien réglée. Okay, il a peut être abusé et surtout pousser le bouchon un peu trop loin. Le petit blond est une énigme à part entière et il éveille en lui des sentiments qu’il avait oubliés et remisés. Bref, maintenant c’est la pagaille intersidérale dans sa foutue vie et il n’arrive pas à s’éloigner de lui. Sous couvert de son boulot et de son enquête, il peut encore sauver la mise. Enfin ça serait facile si Simon ne le refoulait pas à chaque occasion.

 

Simon en a ras la casquette de ce flic merdeux qui se croit tout permis. En même temps comment lui résister, non c’est bien trop difficile. Et pourtant il se le doit car il n’est pas sa chose. Malgré toutes les emmerdes qui lui tombent sur le nez, il ne peut pas lui faire confiance et encore moins lui confier toutes ses erreurs. Il doit se concentrer sur sa meilleure amie et sur ses photos. Oui mais cela serait tellement plus simple si le flic sexy ne lui collait pas les baskets.

 

Le jour où elle l’a rencontré, elle aurait du se casser le pied ou même un ongle aurait suffi. Une rencontre totalement irréaliste qui l’a portée dans les bras d’un homme ingérable et prit dans ses démons. Mais ça, c’est parce que vous n’avez jamais croisé son regard et tendu l’oreille pour écouter son accent so british. Mouise pour mouise, autant continuer à s’y empêtrer. Pas sûr qu’il apprécie la décision qu’elle a prise mais par amour on est prêts à tout. N’est ce pas ? Non ?

 

Louise est comme un bonbon acidulé qu’il aime tant croqué et très amer parfois. Sa décision le rebute et pourtant il va bien falloir qu’il y fasse avec. Après tout que risque t’il ? Pas grand chose ? Pas sûr ! Car elle est tenace la petite. Allez c’est juste l’histoire de quelques jours et puis ça fera peut-être de très bons souvenirs ! Enfin Adam est mis devant le fait accompli soit il s’y pli soit il la perd !

 

Eva est tiraillée par son passé et ses secrets. La peur au ventre lui fait perdre tout son bon sens. Et les deux Azarov n’y vont pas de main morte. Leur combat de coq, elle n’en peut plus. Si juste elle pouvait se recentrer sur elle et prendre enfin la bonne décision. Un peu de douceur dans son monde serait la bienvenue.

 

Alex jette l’éponge. Eva est tel un boomerang et le retour le laisse K.O.  Il a été patient, à l’écoute, attentif, doux et avenant, mais apparemment rien n’y fait, car elle est partie. Il en perd son sang froid et commet bourdes sur bourdes. Quelle galère ! Et s’il tentait de crier sur les toits son amour pour elle, est ce qu’elle reviendrait ?

 

Après un premier tome explosif qui se concentrait sur la mise en place des personnages et de l’intrigue principale, ce second tome se veut très différent. Max L Telliac a décidé de se monopoliser sur les tourments de chaque personnages. Des tourments, bien évidemment, qui se croisent et se mêlent et parfois se démêlent. L’auteur avec une certaine facilité a réussi à créer une atmosphère sombre et asphyxiante dans laquelle il est difficile d’en apercevoir un bout de chemin menant vers la sortie. Personne n’y échappe. Tourments, cœurs blessés, questions et doutes assaillent les personnages qui vont tenter, par de nombreux chemins, de trouver une issue favorable à leurs situations. Un long parcours chaotique et sinueux qui va mettre à l’épreuve nos apprentis amoureux. Pour le coup j’ai un peu moins apprécié ce deuxième tome, heureusement les dernières pages rehaussent mon point de vue. Une second volet beaucoup plus lent à mon goût malgré certaines scènes sulfureuses. Un récit nettement plus mélodramatique et mélancolique avec parfois des passages longs où les émotions et les sentiments sont redondants. Explorer la face sombre de chaque personnage m’a quelque peu essoufflée. Toutefois il a suffi du final tonitruant pour me redonner espoir quant à la résultante finale de cette trilogie. Six est l’histoire déjantée de femmes et d’hommes aussi déjantés les uns des autres où l’amour sème une zizanie infernale.

 

A très vite pour le dernier épisode, je croise fort les doigts pour être surprise à nouveau !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Black Ink éditions

… mon avis sur le premier tome (clique sur la photo pour le lire)