PAR LE VENT PLEURE de Ron Rash

20181119_171606

 

[LITTÉRATURE CONTEMPORAINE NORD-AMÉRICAINE – Édition 2018 pour la présente édition]
Éditions Points pour le format poche
Éditions Seuil, 2017
Traduction : Isabelle Reinharez
Titre original : The Risen, 2016
240 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 

 


 

Le résumé :
Et si les ossements découverts près de la rivière appartenaient à celle qui a bouleversé leur vie ? Quand Ligeia a débarqué de Floride, avide de liberté, véritable sirène enjôleuse, elle a séduit Bill et Eugene. Pour lui plaire, les deux frères ont bravé les interdits. Le temps d’un été, la jeune nymphe les a entraînés dans un tourbillon de tentations, avant de disparaître brutalement.

 


 

Mon avis :

 

Ce mois ci je participe à la lecture commune du PICABO RIVER BOOK CLUB. Par ailleurs je découvre l’univers de Ron Rash dont je n’ai entendu que du bien.

 

PAR LE VENT PLEURE est une très belle découverte. Le coup de cœur n’était pas au rendez-vous, mais je suis sortie de cette lecture charmée. J’envisage même de découvrir ses précédents romans, et je suis sûre que les amis du Picabo River Book Club me conseilleront correctement.

 

Bill et Eugene, deux frères, orphelin de leur père vivent avec leur mère et le grand père paternel non loin des Appalaches. Grandissant dans une ville ennuyeuse et pieuse, les deux frères voguent à leur occupation morne. Bill et Eugene adeptes de la pêche ont pour habitude tous les dimanches  après midi de rejoindre dans la montagne, un petit coin de paradis loin de tous soucis.

 

Un été, ils y rencontrent Ligeia, une fille de la ville qui a été parachutée ici pour mauvaise conduite. Les mœurs légères de cette jeune fille vont ensorceler les deux frères et leur laisser des souvenirs indélébiles.

 

Ron Rash fait vogué son lecteur entre le présent et le passé. Il décrit avec une nette précision les déboires des jeunes adultes qui vont se consumer dans une relation non avenante et destructrice. Ligeia joue à merveille la manipulatrice sournoise qui tire à profit de son double jeu. La relation entre les deux frères n’est pas celle que laisse prétendre cette entente cordiale. Le brillant grand frère, Bill, est mis sur un piédestal inatteignable pour Eugene. Même si les conflits n’éclatent que rarement, ils s’entassent silencieusement. Eugene n’a pas eu du tout de place pour s’émanciper. Tel qu’il était jeune on le retrouve quarante an après. Son image est restée sur pause dès le moment où Ligeia a disparu. Il ne se réveillera qu’à l’annonce de la découverte du squelette de Ligeia qui va littéralement le bouleverser. C’est avec de nombreuses questions qu’il part à la conquête d’une vérité. Une vérité qui va tout bouleverser.

 

Ron rash a un talent extraordinaire pour narrer une histoire fracassante. Les plus petits détails, les descriptions, les personnages charismatiques illuminent cette histoire sombre et dramatique. Le final est un sacré tour de passe-passe et a le mérite de laisser le lecteur pantois. Un histoire profondément humaine qui décortique les relations fraternelles, familiales et amicales. La touche suspense renforce le récit tonitruant.

 

Quelle belle découverte : une plume sensationnelle, une trame enivrante, des personnages profonds et un suspense haletant, il ne m’en fallait pas davantage pour dévoré PAR LE VENT PLEURE où l’esprit de liberté et d’émancipation ont tout d’un rêve.

 

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site des éditions Points pour tout savoir !

Vers Wikipédia pour découvrir l’auteur, Ron Rash.

Article : Rentrée littéraire – « Par le vent pleuré » : 5 questions à Ron Rash par Laurence Houot, 2017.

 

 

received_257092058249322

 

 

 

Publicités