Sa majesté des fèves d’Eve Borelli

sa majesté des fèves

Chick-lit – livre sorti le 16 janvier 2019

Editions Mazarine

Service presse

Ma note : 3,5/5

 

Je remercie les éditions Mazarine qui, via la plateforme NetGalley, m’ont fait confiance et m’ont permis de découvrir ce roman en service presse.

Résumé : « Tu as toujours eu peur de vivre, Lucien. »
Il soutint son regard.
« Et toi, Cristalline, tu as toujours eu peur de te montrer prudente et raisonnable. »
Lucien, dernier fabricant de fèves de France, désespère : l’âge d’or des féviers est révolu, il vient de mettre la clef sous la porte et pour couronner le tout, sa petite amie plie bagage.
Heureusement, sa sœur Cristalline ne l’entend pas de cette oreille. Pour une lanceuse de disque de son niveau, la défaite n’est pas une option. Elle met donc au point un plan follement insensé pour sauver son frère : destination Londres pour rencontrer la reine Élisabeth, grande adepte de galettes des rois et devenir son févier officiel !
Commence alors un périple rocambolesque en compagnie de Roméo, le fils de Cristalline, qui traîne un vague à l’âme inexplicable, mais aussi de son infâme caniche Micheline Ostermeyer, sans compter la rencontre d’un ex-détenu au cœur d’artichaut et d’une danseuse boiteuse à la beauté renversante. Drôle d’équipe, aussi tendre que dépareillée ! Mais ces êtres cabossés par la vie ont une revanche à prendre…

 

Mon avis : Depuis un moment, j’entendais beaucoup parler d’Eve Borelli mais par manque de temps, je n’avais jamais eu l’occasion de la lire. Ce manquement étant réparé, je vais vous faire part du bilan de cette lecture.

Nous faisons ici connaissance avec Lucien, dernier févier de France qui a de plus en plus de mal à vivre de son métier. En effet, qui n’a jamais regretté les belles fèves de notre enfance qui sont peu à peu remplacées par des fèves en plastique…. Également malheureux en amour, il n’a pas le moral. Sa sœur Cristaline, accompagnée de son fils Roméo, décide alors de lui proposer un plan fou : partir à Londres pour rencontrer la reine, grande amatrice de frangipane, afin de devenir son févier royal. Sur la route, ils embarquent dans leur périple Maguelone, une danseuse à un croisement de sa vie, et Twix, un grand gaillard pas si sûr de lui. En avant pour un road-trip qui s’annonce haut en couleurs !!

J’ai du mal à faire ressortir un des personnages car au final, en fonction des chapitres, ils sont tous mis en avant et on les découvre ainsi au fil des pages. Néanmoins, celui qui m’a le plus marqué est le petit Roméo, fils de Cristallne, qui est mélancolique depuis quelques semaines, au grand dam de sa maman. Au côté de Twix, il va se révéler et essayer de surmonter la peine qu’il ressent.

Ce qui est intéressant ici, c’est que tous les protagonistes sont à un carrefour de leurs vies et qu’ils vont tous vivre de manière intense ce voyage à Londres. Sous couvert d’une lecture légère, Eve Borelli met en lumière des thèmes profonds : la solitude des personnes âgées, la difficulté de devoir se réorienter professionnellement et donner un second souffle à sa vie, la complexité des rapports amoureux et la banalisation du sexe, l’opportunité de prendre sa vie en main  mais aussi la disparition de nombreux métiers artisanaux. On ne peut s’empêcher, au cours de la lecture, de s’interrompre pour se questionner et j’ai trouvé cela très malin.

Je dois avouer que je ressors de ma lecture un peu frustrée. En effet, je trouve que tout va trop vite, que ce soit dans l’évolution des rapports entre les personnages ou de l’intrigue. Du coup, je suis un peu frustrée car cette lecture m’a apportée beaucoup de bonheur et de bonne humeur mais j’aurais aimé que certains passages, notamment la fin, soient plus développés, et ainsi passer plus de temps avec ces personnages si attachants !! En tout cas, la plume de l’autrice est efficace, dynamique. Les chapitres sont relativement court et en mettant à chaque fois un personnage à l’honneur, on ne ressent aucune lassitude.

Pour conclure, j’ai passé un excellent moment avec « sa majesté des fèves » et je suis ravie d’avoir enfin pu lire un roman d’Eve Borelli. C’est une lecture fraîche, légère, qui vous fera sans nul doute oublier le quotidien mais qui, mine de rien, vous obligera à vous poser plein de questions…

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers d’Eve Borelli sur sa page Facebook

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Mazarine

Retrouvez également ce roman sur Amazon

 

 

Publicités

Cinquante nuances de bleu de Camille Lacourt

CINQUANTE_NUANCES_DE_BLEU_hd

Autobiographie – livre sorti le 28 février 2019

Editions Michel Lafon

Service presse

Ma note : 4/5

 

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Michel Lafon et Babelio pour m’avoir permis de découvrir cette autobiographie grâce à l’opération Masse Critique.

Résumé :  » Je n’ai jamais parlé de cette étrange déception à personne. La mélancolie du vainqueur. Un phénomène de descente, de décompression, peut-être, comme lorsque tu remontes trop vite des profondeurs. « 

Des efforts surhumains, des compétitions à suspense, du cérémonial, de la déconne et de la grandeur : ce livre nous entraîne dans les coulisses du sport de haut niveau. Mais il y a aussi l’argent, les sponsors, la jeunesse, les filles, la femme… et la gloire. Avec une liberté totale, Camille Lacourt raconte cette incroyable épopée mais également ses côtés sombres : rivalités, coups bas et amour impossible. Un regard lucide et sans concession sur une incroyable aventure intime et collective.

 

Mon avis : Adepte des biographies de sportifs, j’étais entre appréhension et excitation avant de commencer celle-ci. Camille Lacourt est un champion de natation français, rendu célèbre suite à ses titres de champion d’Europe en 2010 mais également grâce, ou à cause, de sa « belle gueule » et de son mariage avec l’ex miss France Valérie Bègue.

Camille Lacourt a fait le choix de nous parler longuement de son enfance puis de son parcours qui l’a emmené au Cercle des Nageurs de Marseille. On le sent attaché à ses racines et que toutes ses décisions ont toujours été prises en adéquation avec les valeurs que ses parents lui ont inculqué. Il nous décrit longuement ses questionnements, tout le processus de préparation et comment il est devenu une « star » en 2010 après ses titres à Budapest.

Il fait une large place également à l’après, quand il est devenu un personnage médiatique, mais aussi à son début d’histoire avec Valérie Bègue. Mon regret est qu’après l’ascension de 2010, l’aspect sportif est un peu mis de côté au profit du côté people et l’intervalle 2010-2017 est plié en quelques chapitres. Amoureuse de sport, je regrette un peu ce choix même si je peux comprendre le parti-pris.

Le point fort de ce livre est le fait que Camille Lacourt nous ouvre son intimité et nous parle sans tabou de ses (rares) travers (conquêtes féminines, soirées avec les copains un peu arrosées). En effet, tous ses entraineurs sont mis en lumière et il n’hésite pas à mentionner tous ceux qui l’ont marqué dans son parcours. Il en profite également pour « dénoncer » le star-system et les dérives qu’il peut entrainer. J’ai trouvé cela très intéressant mais aussi assez hallucinant !!

Au niveau de l’écriture, c’est un livre qui se lit bien même si j’ai regretté, à certains moments, les familiarités de langage. Néanmoins, on ne peut douter que le sportif se soit longuement impliqué dans cette autobiographie vu le nombre d’anecdotes ou expressions personnelles qui sont disséminées au fil des pages.

En bref, pour tous les amoureux de sport, n’hésitez pas à vous lancer dans la biographie de Camille Lacourt. Vous en saurez plus sur l’ascension de ce champion à qui il n’a manqué qu’une chose, réussir des olympiades pour avoir un palmarès parfait. En revanche, si vous n’aimez pas la natation, ne vous plongez pas dans ce livre car, malgré tout, ce sport est longuement mis en avant. En tout cas, moi, je me suis régalée !

 

image-principale-page-liens-utiles

Vous souhaitez vous procurer cette biographie ? Rendez-vous sur le site des Editions Michel Lafon
Retrouvez-la aussi sur Amazon en cliquant ici

Cinq pas vers le bonheur de Théo Lemattre

20190331_191454

Littérature française – Sortie le 6 mars 2019

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

Ma note : 4,5/5

 

Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance et pour m’avoir confié ce  roman en service presse.

Résumé : Cinq lettres, cinq épreuves, cinq chances de trouver le bonheur.

Cinq lettres. C’est tout ce que Tomas a reçu de son père. Cinq foutues lettres et pas un centime, tandis que sa sœur Sophie, la fille chérie, encaisse tranquillement sa part de l’héritage.
C’est précisément ce genre d’injustice qui a conduit Tomas à quitter la maison à 18 ans, sans argent ni diplôme : vivre avec une sœur qui réussit tout et un père autoritaire et moralisateur était devenu impossible. Mais on n’échappe pas à sa famille et, même mort, son père trouve encore le moyen de lui apprendre la vie : si Tomas veut récupérer sa part d’héritage – et abandonner enfin son studio miteux – il va devoir ouvrir une lettre par mois, et réussir les épreuves imposées. Des épreuves qui vont le plonger dans une quête identitaire et bouleverser son existence, changeant ainsi à jamais le regard qu’il porte sur son père, le monde et lui-même.

 

Mon avis : J’avais déjà lu ce roman en version auto-édité…. Quelle joie de le relire et de le retrouver édité aux éditions Harlequin.

Nous faisons ici connaissance avec Tomas, un jeune homme un peu perdu qui s’est éloigné depuis quelques années de sa famille. Suite à la mort de son père, il ne lui reste que sa sœur mais leurs rapports sont compliqués. Pourtant, il apprend qu’il ne touchera sa part d’héritage que s’il respecte cinq lettres que son père lui a écrit avant de mourir. Ces lettres, dont il ne veut pas, ne vont-elles pas lui ouvrir la voie du bonheur ?

Tomas est au chômage et est paumé dans sa vie. Plus jeune, il a eu des conflits avec son père sur son avenir et se retrouve désormais sans boulot et sans perspective. Au début de l’histoire, on sent à quel point il est perdu et isolé. Son comportement avec Aurélie, son « plan cul » est très représentatif de son état d’esprit : il prend tout ce qu’il y a à prendre mais s’impliquer plus, hors de question ! La découverte des lettres laissées par son père vont être un choc et vont l’amener à replonger dans son passé, renouer avec ce dernier et ainsi ouvrir de nouvelles perspectives. Malgré sa noirceur apparente, j’ai aimé le personnage de Tomas et son évolution au fil des pages. On se rend compte rapidement que le père et le fils ont eu une ligne de vie assez similaire et que leur pudeur et leur fierté ont malheureusement fait beaucoup de dégâts. Quant à sa sœur Sophie, on ne sait pas grand-chose d’elle au début, sauf qu’elle est dévastée par la mort de son père. Elle est également chargée de veiller à la bonne exécution des dernières volontés de ce dernier par Tomas. Au départ, j’ai eu du mal à la cerner mais on comprend au fur et à mesure que c’est seulement une grande sœur inquiète et qui se sent elle-aussi terriblement seule depuis que les contacts avec son frère ont été rompus.

J’ai aimé la plume de Théo Lemattre dans ce roman et je dois dire que j’ai été totalement conquise. L’écriture est envoutante, percutante et on ressent au fil des chapitres toutes les émotions par lesquelles passent les différents protagonistes. J’ai été émue lors de cette lecture touchante et efficace. Un seul petit regret : que le roman se termine si vite et que les situations trouvent leurs solutions si facilement…

Si vous ne connaissez pas Théo Lemattre, n’hésitez pas à vous plonger dans ce roman. Amateurs d’histoires touchantes et de reconstructions personnelles, laissez-vous tenter par l’histoire de Tomas, Sophie et Martin et découvrez cette merveilleuse leçon de vie. Si je ne dois retenir qu’une chose de ce roman, ce serait de ne pas hésiter à vivre, de croire en soi et d’oser tout ce qu’on a envie de tenter tant qu’on en a la possibilité !

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez tout l’univers de Théo Lemattre ici
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Harlequin
Retrouvez-le aussi sur Amazon

HÉRITIERS DES LARMES, tome 3 : Le serment brisé de Penny Watson-Webb.

 

[ ROMANCE HISTORIQUE – 2018]
Éditions HARELQUIN – Collection Victoria
Tome 3/4
288 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle

 

 

 

Le résumé :

 

« Il te faudra du temps pour l’accepter… mais Wandrille a disparu. »
À ces mots, Aelig manque de s’effondrer. Trois ans plus tôt, alors qu’il s’apprêtait à partir en guerre en Italie, Wandrille lui avait juré de revenir et de l’épouser. C’était cette promesse, simple et évidente, qui avait permis à Aelig de tenir durant ces longs mois d’attente et de solitude. Et elle n’avait jusqu’alors jamais douté, et aujourd’hui encore elle refuse de croire à sa disparition. Si Wandrille était mort, elle le saurait. Hélas, cette certitude ne suffit pas à convaincre son demi-frère, Conan de Ker Glenn, qui souhaite pousser Aelig à faire une union qui servirait ses intérêts. Si elle veut échapper à ce cruel destin, Aelig doit donc retrouver Wandrille… au plus vite.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

Cette saga n’a pas finit de me surprendre. Aelig, découverte dans le tome précédent au côté de Azilig, est l’héroïne d’une aventure aussi doucereuse qu’épique.

 

Aelig n’est qu’une jeune fille lorsqu’elle apprend qu’elle est la demi-sœur « bâtarde » de Conan de Ker Glenn, l’un des démons de Dol. Cette condition ne lui faut aucun prestige. Réduite au silence par un frère qui ne veut pas d’elle, elle mène une vie austère au sein des murs du château. Malgré son jeune âge, Aelig est déterminée, ambitieuse et courageuse. Une tête brulée qui exprime tout haut ses rêves et son ambition. Wandrille, le jeune frère de Brune (la femme de Conan), fait parti de ce qui lui tient le plus à cœur. Un coup de foudre réciproque, un amour pur et sincère de ceux qui illuminent deux êtres. Seulement leur amour n’est pas désiré, il n’a aucun avenir. Acculé, le jeune Wandrille porte le serment de ne jamais toucher la jeune fille et de mettre son épée au service du roi, avant de rejoindre les rangs de l’armée royale qui s’apprête à récupérer les terres de Milan.

 

Bon an mal an, chacun entame sa vie l’un sans l’autre. Wandrille découvre la rudesse de la guerre, de l’avarice et des manipulations sournoises. D’un jeune homme fougueux, cette amère expérience le fait grandir, mûrir. C’est un homme changé, hargneux qui fait fasse à Aelig. Cette dernière intègre le couvent où elle apprend à lire, écrire et être une dame. En parallèle, elle approfondit ses connaissance sur son don de guérisseuse. L’échéance arrive bien trop vite, son année au Mont Saint-Michel s’écourte lorsqu’elle reçoit l’ordre de retourner vivre au château et que son mariage est en discussion.

 

Trois années se sont écoulées, mais elle ne l’a jamais oublié. Trois années à attendre patiemment son retour. Trois années à espérer malgré les mauvaises nouvelles. Trois années à craindre pour son avenir. Un amour aussi immense soit-il, parviendra t-il à mettre à mal ces alliances d’un autre temps ?

 

Penny Watson Webb signe un nouveau roman détonnant et incroyablement subjuguant. Son histoire est incroyablement douce a contrario des romans précédents. L’autrice dépeint avec passion ces sentiments humains dans un monde où ils semblent réduits au silence. Bien évidemment cela n’empêche pas quelques rebondissements où les hommes jouent de leur épées. Ils aiment se confronter pour les jolis yeux de la belle demoiselle. J’aime beaucoup également tout le côté historique, ces paysages d’une autre époque, ces mœurs qui nous semblent barbares mais qui étaient d’usages dans ces temps là. Penny Watson Webb aime beaucoup mettre en scène les complots machiavéliques. J’avoue qu’elle n’est pas en reste sur ce point-ci. Elle aime confronter les mondes, les personnages, les sentiments. Il est impossible de s’ennuyer pendant cette lecture. De nouveaux personnages apparaissent alors que j’ai pu continuer à suivre l’évolution des personnages précédents.

 

Les HÉRITIERS DES LARMES est une saga familiale passionnante dans un décor qui me fait rêver. Les petits détails sont remarquables parmi les plus importants. C’est avant tout des histoires de femmes dans un monde exclusivement masculin. Ces femmes qui se battent pour leur avenir, leur position, contre les préjugés et leur sentiment.

 

Cette romance historique est aussi épique que passionnante. Une histoire remarquable par son contexte, les messages véhiculés et ses personnages.

 

J’adore tout simplement cette saga. Le dernier tome vient de paraître, idéal pour se lancer dans la lecture sans se soucier de devoir attendre la suite.

 

#Esméralda

 

 

Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… Mon avis sur le tome 1 : « L’épouse ennemie ».

… Mon avis sur le tome 2 : « La belle des Salines ».

… le site des éditions Harlequin.

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

Between Breaths, Tome 2 : Before you break de Christina Lee

before you break

New Romance – livre sorti le 7 février 2018

Editions BMR

Service Presse

Ma note : 4/5

 

Je remercie les éditions BMR qui, via la plateforme NetGalley, m’ont confié ce roman en service presse.

Résumé : Elle : Profondément marquée par le décès de son frère et incapable de se libérer de l’emprise de son petit ami volage, Ella noie sa souffrance dans ses études de psychologie. Bénévole pour une hotline  de soutien psychologique sous le nom de Gabriella, elle se met à recevoir des appels réguliers d’un certain Daniel rongé par des idées suicidaires.

Lui : Quinn, bad boy sexy au cœur tendre, a un lourd secret à cacher et cherche à expier ses fautes. Sous le pseudonyme de Daniel, c’est lui qui appelle souvent Gabriella, en qui il trouve une oreille attentive et une voix rassurante pour remonter la pente.

Eux : Au fil de leurs échanges, une complicité plus qu’amicale se développe entre Gabriella et Daniel, alors même qu’ils ne se reconnaissent pas quand ils se rencontrent «  en vrai  »…

 

Mon avis : Deuxième tome de la série, c’est le troisième que je lis et je crois que c’est, pour le moment, celui que j’ai préféré !

Quinn et Ella sont deux personnages marqués par la vie. Ella a perdu son frère qui s’est suicidé quelques années auparavant. Bien décidée à remonter la pente, elle a pris sa vie en main et compte également sur le soutien d’Avery, sa meilleure amie, pour profiter de sa jeunesse. En couple avec Joël depuis de nombreuses années, elle ne se sent plus en phase avec lui. Lorsqu’elle rencontre Quinn, une alchimie évidente semble les relier mais osera-t-elle quitter Joël ? Quand à Quinn, tourmenté par son passé, il semble penser qu’Ella n’est pas digne de lui. Osera-t-il se confier à elle pour avancer enfin dans sa vie ?

Ella a été marquée par le suicide de son frère et a, pendant longtemps, ressenti une grande culpabilité. Pour essayer d’aider d’autres personnes mais aussi pour se sentir utile, Ella travaille, quelques soirs par semaine, dans une hotline de soutien psychologique, en utilisant son prénom complet Gabriella, où elle essaie d’aider, du mieux qu’elle peut, tous ceux qui appellent. Ella est une jeune femme forte, sous son aspect fragile, car elle a réussi à remonter la pente et prend peu à peu confiance en elle afin de la mener là où elle en a envie. Pendant son travail, elle reçoit plusieurs fois des appels d’un certain Daniel qui la touchent et dont le témoignage lui va droit au cœur. De son côté, Daniel se prend d’affection pour cette Gabriella qui l’écoute et le conseille si bien. Sauf que Daniel n’est autre que Quinn, car il utilise lui son premier prénom pour appeler. Il est donc très touchant, mais aussi très étonnant, de voir Quinn se rapprocher d’Ella et Daniel se prendre d’affection pour Gabriella… même si c’est très surprenant, car aucun des deux ne fait le rapprochement, cela rajoute une petite pointe de piquant à l’intrigue. Quinn est un jeune homme qui culpabilise beaucoup par rapport à la mort de son meilleur ami quelques années auparavant, étouffé par une famille qui veut donner l’image de la famille parfaite, alors que lui veut juste se passionner pour la mécanique. Avec Ella, ils forment un couple un peu torturé mais surtout touchant et passionné.

Encore une fois, la plume de l’autrice fait des miracles. C’est une lecture facile, rapide et je me suis vraiment régalée. J’ai trouvé ce tome plus abouti que le premier « all of you » car les personnages sont beaucoup plus travaillés tant au niveau psychologique que de leur histoire qui prend le temps de se construire. On aimerait presque que cela aille plus vite entre eux mais c’est aussi plaisant de voir des personnages qui prennent leur temps pour faire les choses bien. Il y a peu de scènes de sexe mais elles font très rapidement monter la température tant l’alchimie entre les protagonistes est évidente !

En bref, je recommande chaudement ce tome 2 de la série « Between Breaths ». C’est une new romance sympathique qui, sous des airs de légèreté, met en lumière la thématique du suicide et de la culpabilité. Venez passer un bon moment avec Quinn et Ella, passionnez-vous pour ce couple tellement attachant ! Pour ma part, il me reste le dernier tome de la série à découvrir et j’appréhende déjà de quitter cette petite bande d’étudiants sympathiques.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ici ma chronique pour le tome 1 « All of you »
Retrouvez ici ma chronique pour le tome 4 « Promise Me This »
Retrouvez ce roman sur le site des éditions BMR

 

Vents mauvais de Claire Rivieccio

vents mauvais

Thriller – livre sorti le 5 mars 2018

Editions Plumes Solidaires

Service presse

Ma note : 3,5/5 mention « à découvrir »

 

Je remercie les Editions Plumes Solidaires qui, par le biais de la plateforme Simplement Pro, m’ont confié ce roman en service presse.

Résumé : C’était parti pour ressembler à une croisière de rêve et c’est très vite devenu le pire de ses cauchemars. Jamais Mimi n’aurait imaginé se retrouver dans une situation aussi effroyable. Où trouvera-t-elle la force de survivre ? Tandis qu’elle entend des hurlements sur le pont, elle se demande une dernière fois pourquoi elle a mis les pieds sur ce bateau maudit.

 

Mon avis : A la lecture du résumé, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Lorsque j’ai tourné la dernière page de ce roman, je me suis dit que j’avais vécu une lecture unique qui ne ressemble à aucune autre.

Dans cette histoire, nous embarquons sur le Narval qui fait une traversée de l’Atlantique, de la Normandie jusqu’au Sénégal. Cyprien et Mimi, jeune couple désirant se rendre à Dakar, embarquent pour une croisière unique en compagnie de Bijou, Double Zéro, Ghetty et Wilfried, le capitaine du bateau. Mais très rapidement, l’ambiance à bord va devenir de plus en plus pesante et la croisière de rêve va virer au cauchemar.

Wilfried et Ghetty forment un couple diabolique, à la Bonnie and Clyde. Ils fixent leurs règles sur le navire et gare à ceux qui ne les respecteraient pas ! Très rapidement, l’atmosphère devient irrespirable à bord et ce huis-clos rend le lecteur accro à son roman et on ne peut le lâcher avant de savoir comment cela va se terminer.

En parallèle, Nathalie, la sœur de Mimi, s’inquiète et engage un détective, Delfrédo, pour partir à sa recherche. Ce dernier va mettre beaucoup de cœur à l’ouvrage afin de mener à bien sa mission.

Tout au long du livre, on alterne en terre et mer et on suit successivement les différents personnages. Cela permet de suivre deux actions se déroulant en parallèle ou d’avoir plusieurs points de vue sur une même action. J’ai trouvé cela agréable mais un peu déstabilisant au départ. Tous les protagonistes sont travaillés et ont une singularité qui les différencie les uns des autres.

L’autrice réussit, dès le début, à nous mettre dans l’ambiance et, au fil des pages, elle nous glace le sang. Ses descriptions réalistes font froid dans le dos et même si certaines scènes sont à la limite du soutenable, on ne peut s’empêcher de vouloir en savoir toujours plus. Son style est plaisant, son écriture nous entraine en plein cœur de l’action et elle nous décrit avec beaucoup de justesse l’atmosphère marine et les paysages rencontrés par nos protagonistes.

Pour conclure, ce thriller haletant a réussi son pari, me tenir en haleine jusqu’au bout. La fin me laisse un peu perplexe car j’ai trouvé le dénouement un peu rapide. Néanmoins, je recommande cette lecture à tous les amateurs du genre et n’hésiterez pas à redécouvrir, dès que l’occasion se présentera, un roman de Claire Rivieccio.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Plumes Solidaires ici
Retrouvez-le également sur Amazon en cliquant ici

TROIS FOIS LA FIN DU MONDE de Sophie Divry.

 
[ LITTÉRATURE CONTEMPORAINE – 2018]
Éditions Noir Sur Blanc – Collection NOTABILIA
240 pages
Ma note : 4/5 mentions « à découvrir » et « pépite »
Lien Kindle

 

Le résumé :

 

Après un braquage avec son frère qui se termine mal, Joseph Kamal est jeté en prison. Gardes et détenus rivalisent de brutalité, le jeune homme doit courber la tête et s’adapter. Il voudrait que ce cauchemar s’arrête. Une explosion nucléaire lui permet d’échapper à cet enfer. Joseph se cache dans la zone interdite. Poussé par un désir de solitude absolue, il s’installe dans une ferme désertée. Là, le temps s’arrête, il se construit une nouvelle vie avec un mouton et un chat, au cœur d’une nature qui le fascine.
Trois fois la fin du monde est une expérience de pensée, une ode envoûtante à la nature, l’histoire revisitée d’un Robinson Crusoé plongé jusqu’à la folie dans son îlot mental. L’écriture d’une force poétique remarquable, une tension permanente et une justesse psychologique saisissante rendent ce roman crépusculaire impressionnant de maîtrise.
« Au bout d’un temps infini, le greffier dit que c’est bon, tout est en règle, que la fouille est terminée. Il ôte ses gants et les jette avec répugnance dans une corbeille. Je peux enfin cacher ma nudité. Mais je ne rhabille plus le même homme qu’une heure auparavant. »
Sophie Divry est née en 1979 à Montpellier et vit actuellement à Lyon. Elle a publié cinq romans – La cote 400 ; Journal d’un recommencement ; La Condition pavillonnaire ; Quand le diable sortit de la salle de bain et Trois fois la fin du monde ainsi qu’un essai, Rouvrir le roman.

 

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 

 

Comment réagirez-vous à la fin du monde au sens propre comme au sens figuré ? Accepteriez-vous ce que cela implique psychologiquement et physiquement ? 
A quoi seriez-vous prêts ?

 

TROIS FOIS LA FIN DU MONDE est une fiction spectaculaire ! Aussi éprouvante que contraignante, ce roman m’a plongée dans un état aussi sceptique que mystique. Un voyage au bout de soi, au bout du monde, un exil forcé, magique.

 

Joseph Kamal n’a jamais été destiné à être un voyou. Au mauvais moment au mauvais endroit, sa vie bascule dans l’horreur lorsqu’il se trouve menotté et endeuillé par la mort tragique de son frère exécuté froidement, Tonio. C’est un gentil garçon, serviable et brave, vivotant de boulot en boulot et d’intérim en intérim. Il n’a jamais rien demandé à la vie. Il s’en est contenté tout simplement. Tonio était le vilain garçon qu’il l’a embarqué dans ce mauvais tour de passe-passe. Au mauvais endroit au mauvais moment, il échoue dans ce monde inconnu, la prison. Îlot exclusif de privation de libertés. Dégradant, humiliant, il se sent tel ces déchets qui pourrissent dans ce tas d’immondices au milieu de la cour. Il devient un rat, un nuisible. Il s’adapte tant bien que mal à coup de coups de poings et de pieds. Il n’est plus rien, un reflet parmi tant d’autre d’une vie qui s’est échappée en quelques secondes. Il tient bon à coup de pompes et de routine. La fin de sa vie d’homme libre n’aura pas sa peau.

 

Puis un jour l’Homme a du déserté ces terres pourris par l’avarice et la convoitise humaine. Boummmm ! Plus rien ! Plus de femmes, d’hommes, d’enfants ! Le chaos instantané ! Joseph est un survivant de cette fin prématurée. Il court loin, s’enfuit. Il se réfugie sur ces terres arides faites de cailloux qui semblent narguer le moindre vivant. Il est là. Il respire. Il vie. Mais il doit tout réapprendre. Un nouveau né dans un monde qui ne voulait plus de lui. Il crapahute. Il visite ces propriétés privées, privaient de vie. Il vie la nuit. Il vit le jour. Construire devient alors sa branche de salut. Il reconstruit une vie simple rythmée de calculs, de musique, du soleil et de la lune. Un mouton, une chatte, des compagnons providentiels témoins de la renaissance d’un homme savourant la solitude et le simplisme.

 

Comme un renouveau barbare, la fin approche. Que reste t-il à Joseph ? Des traits blancs dans le ciel bleu.

 

J’apprécie de plus en plus ce genre de lecture axée sur la création littéraire où les émotions, les personnages atypiques et la profondeur des sens s’unissent et se complaisent dans un texte poétique. C’est aussi envoutant qu’intriguant. La force des mots, des gestes du personnage, de ses pensées, de ses doutes, de ses craintes prennent une dimension spéciale et précise. C’est un drôle de tête à tête, entre moi-même, l’auteur et son personnage. Je me suis interrogée. J’ai également questionné ce personnage étrange et improbable. C’est un voyage extravagant entre l’irréel et le réel. C’est drôle, touchant, mais aussi horrible et poisseux.

 

TROIS FOIS LA FIN DU MONDE est audacieux et pertinent !

 

#Esméralda

 

Je remercie les éditions Noir sur Blanc pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

 

… le site des éditions Noir sur Blanc.

 

Vidéo : Sophie Divry présente son roman Trois fois la fin du monde

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech