PARTIELLEMENT NUAGEUX de Antoine Choplin.

 
[ LITTÉRATURE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019]
LA FOSSE AUX OURS Éditions
134 pages
Ma note : 5/5 mention « pépite »
Lien Kindle

 

 


 
Le résumé :
Ernesto est astronome dans le modeste observatoire de Quidico au Chili. Il étudie les nuages de Magellan, une galaxie naine. Il vit seul dans ce territoire mapuche avec son chat, Le Crabe et Walter un vieux télescope peu performant.
Lors d’un voyage à Santiago, dans l’espoir de trouver le financement pour une pièce (lame de Schmidt) de son télescope défectueux, Ernesto ne peut s’empêcher de visiter le musée de la Mémoire où une photo de Paulina, sa fiancée disparue durant la dictature de Pinochet le plonge dans un passé douloureux.
C’est dans ce même musée qu’il fait connaissance d’Ema qui porte elle aussi une histoire lourde.
Ils devront surmontés les blessures jamais cicatrisées de cette terrible période.

Mon avis :
Souvent, le soir venu, j’étais allé marcher du côté de la Puntilla. J’avais aussi poussé, certaines dois, jusqu’au promontoire. deux jours plus tôt, nous avions dressé le nouveau totem de Diego sur la prairie face à l’île des morts. Il y avait eu une petite cérémonie et la machi de Chilcoco était venue jouer du tambour traditionnel. Après, on était restés un bon moment dans la praire, en silence, jusqu’à la nuit tombée.
Plus souvent que les mois d’avant, j’avais examiné les trois photographies de Paulina que je possédais. […]
Et maintenant, j’avais beau me coller le nez dessus tous les jours, je voyais bien comme tout cela s’effaçait doucement. Ce n’était pas le souvenir qui s’effaçait, mais plutôt ce qui fait du souvenir un espace qui peut encore se remplir de réalité. Bien sûr que je me rappelais les colombes, mais le cliquetis des colombes marchant sur le toi, ça, j’arrivais plus à l’entendre pour de bon.
Ça me rendait ni triste ni joyeux, c’était juste comme ça. C’est ce que j’avais dû répéter au Crabe pas mal de fois, même si c’était le dernier de ses soucis.
D’ailleurs, le Crabe avait l’air de se foutre de tout et, par moments, ça m’agaçait sérieusement. Ça m’empêchait pas de le prendre sur mes cuises de temps en temps pour lui gratter le ventre.
Pages 40-41

 

Aujourd’hui, je te parle de ma première pépite 2019.

 

PARTIELLEMENT NUAGEUX est une incroyable lecture. Celle qui te donne l’impression de flotter dans un ailleurs, un autre espace temps où seul les mots de l’auteur te percutent. Des mots envoutants, percutants, sensibles à l’image de deux personnes perdues dans le tumulte du passé.

 

Ce passé, c’est celui du coup d’état du Chili, le 11 septembre 1973 : personnes disparues, enlevées, torturées ; des familles anéanties sans réponses et avec pour seule compagne la haine induite par l’absence de connaissance. Ernesto a perdu Pauline, son amour. Celle qui embellissait ses journées. Ernesto a la tête dans les étoiles, peut-être y trouve t-il des réponses à son existence. Ernesto se contente de peu et trouve le bonheur dans la marche comme s’il tentait désespérément de remonter le temps, de rattraper le passé pour éviter tous ces malheurs. Il marche là où l’envie lui dicte. Son esprit s’évadant d’un quotidien qui n’a plus très grand intérêt. Il sent, il touche, il voit mille et une choses douloureuses. Un jour il rencontre Ema. Ema et ses secrets l’interpellent. Sa tristesse et ses non dits le bouleversent. Bras dessus bras dessous, ils refont le monde occultant les vieilles blessures. Un lent apprivoisement aux sons des mots doucereux et des pas qui battent le pavé. Ema, étoile lumineuse dans le monde d’Ernesto, lui brule les ailes. Le passé à ce malin plaisir de s’inviter quand la vie prend ce tournant avec optimisme.

 

Passé, présent, futur, secrets, Ernesto et Ema : une équation complexe à résoudre.

 

Je découvre pour la toute première fois la plume d’Antoine Choplin. Une plume aussi sensible que magnétique. Une verbe poétique auréolée par cette magie inexplicable que j’apprécie retrouver dans mes lectures. Antoine Choplin décortique ses personnages avec honnêteté piqué d’un brin d’humour. La mélancolie s’estompe peu à peu et laisse place au final à l’espoir, à un renouveau. Il a cette façon unique de s’approprier des cinq sens et de tour à tour les magnifier. Il explore des valeurs importantes comme : l’entraide, le partage, le pardon…

 

PARTIELLEMENT NUAGEUX a pris mon cœur en otage. Une découverte vertigineuse !

Je remercie Nadia et les éditions LA FOSSE AUX OURS pour leur confiance.

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Vers le site des éditions LA FOSSE AUX OURS pour tout savoir.

Publicités

NE ME LAISSE PAS T’AIMER de Julia Nole.

 
[ ROMANCE CONTEMPORAINE – Nouveauté 2019]
Éditions HARLEQUIN – Collection HQN
314 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à dévorer »
Lien Kindle
 

 
Le résumé :

 

Il espérait la faire fuir. Maintenant, il ne veut plus qu’elle parte.
Ça fait des mois qu’Alexander ne s’est pas senti libre. Et les gardes-malades que sa sœur s’entête à lui imposer n’aident pas. Il a beau les faire fuir l’une après l’autre, elle continue de les embaucher sans lui demander son avis. Tout ça parce qu’elle ne veut pas qu’il reste seul. Une fois de plus, il va devoir se montrer exécrable pour faire décamper la petite nouvelle. Sauf que Lizzie est pleine de surprises… et beaucoup plus coriace que prévu. Sous ses dehors fragiles, cette femme a du cran et ça lui plaît. Son sourire, sa douceur et son audace lui feraient presque du bien. Mais Alexander n’a pas le droit de tomber amoureux. Pas maintenant.

 
Mon avis :

 

En ce mardi ensoleillé, je te parle de ma dernière lecture qui m’a tenue en haleine pendant une journée. Je suis une inconditionnelle fan des romances de Julia Nole et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

 

Tout démarre sur les chapeaux de roue. Pas le temps de broder, je suis vite mise dans le bain par une effroyable nouvelle, celle qui bouleverse la vie de Lizzie. Comment se remonter d’un tel choc ? Comment retrouver un sens à sa vie quand son monde s’écroule, à ses envies et à son avenir ? Lizzie est une jeune femme qui sous ses airs tout à fait convenable cache un tempérament de feu résultant de ses blessures personnelles. Loin des clichés de bimbo à tout va, Lizzie tente de survivre dans un monde qui n’arrive pas à comprendre ses états d’âme. Survivre n’a rien de complaisant. Survivre c’est prendre les jours un par un et arriver à sortir la tête sans se noyer. Survivre c’est mettre de côté ses émotions sous peine d’être écraser par un trop plein. Survivre c’est se lever la tête fasse aux comportements compatissants si pathétique.  Depuis un an, Lizzie est devenue un vraie pro. Une survivaliste à toute épreuve ! Pourtant rien n’y fait, ce qui lui tient le plus à cœur est entrain de sombrer, seul un nouveau choix s’impose. Ce dernier va la mener droit dans les bras d’un être abominable, Alexander.

 

Alexander est la bête noire de la famille : capricieux, égoïste, malpoli, roublard et j’en passe. Le beau ténébreux est dévoré par la haine. Il se bat continuellement avec son entourage. Il n’aspire qu’à un véritable chose : la liberté. La liberté d’accepter son passé. La liberté de vaincre son avenir. La liberté de respirer. La liberté d’affronter le danger. La liberté d’aimer ? Lorsque la nouvelle nurse, Lizzie, apparaît dans sa vie, elle chamboule tout. Leur rencontre est empreinte de nervosité et de dangerosité. S’apprivoiser l’un l’autre s’avère un véritable parcours du combattant. Un sacré choc de titan !

 

Julia Nole offre avec sa nouvelle romance, une magnifique histoire où tes émotions ne peuvent qu’être chamboulées. Ses personnages hauts en couleur et aux blessures éprouvantes sont au centre d’un scenario qui ne pourra pas te laisser indifférente. Julia Nole explore les sentiments qui ravagent la vie. Accepter la violence du passé, se reconstruire, avancer pas à pas et s’ouvrir à l’autre. Tout autant d’actions qui prennent un sens véritable au fil des chapitres. Julia Nole exacerbe volontairement tous les ressentis des personnages. Très vite, j’ai été submergée par ce flot continuel d’émotions. J’ai autant pleuré que j’ai été attendrie et j’en ai encore le cœur serré. Impossible de lâcher ma tablette tant que je n’était pas arrivée au point final.

 

C’est d’une telle puissance ! So addictif ! So cute !

 

Julia Nole confirme avec sa nouvelle romance son talent. Une plume exquise et fluide qui t’envoute en un tour de main. J’ai tant adoré que j’ai râlé à la fin car je l’ai trouvée trop rapide. J’en voulais encore et encore !

 

Si t’es une accro des romances palpitantes alors je voudrais te convaincre de découvrir celle-ci. Je voudrais que tu découvre cette romance bouleversante, éprouvante et magnifique. Si je pouvais via cet article te communiquer mon enthousiasme, alors j’aurai le smile pour tous les jours à venir. Alors est ce que j’ai réussi ?

 

#Esméralda

 
Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

 

image-principale-page-liens-utiles

 

 

Vers le site des éditions Harlequin, pour tout savoir !

Découvre mon avis sur un autre roman de Julia Nole : « I know you ».

Découvre mon avis sur autre roman de Julia Nole : « WALKING FOR ABSOLUTION ».

 

 

DANS LA VALLÉE de Hannah Kent.

 
[ LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE – 2018]
Éditions LES PRESSES DE LA CITE – Romans étrangers
Traduit de l’anglais (Australie) par Karine Reignier-Guerre
480 pages
Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 

 
Le résumé :

 

 » Certains êtres sont différents. Ils sont nés comme ça, sur le bord du monde. Ils savent voir ce que d’autres ne voient pas. Pour eux, les rivières ne coulent pas de la même façon. « 
Le temps semble s’être arrêté dans ce village du sud de l’Irlande égaré dans la vallée et battu par la famine. Nóra Leahy a perdu son mari et sa fille et se retrouve seule avec son petit-fils de quatre ans, infirme. Pourtant, Nóra s’en souvient : quelques années plus tôt, Micheál marchait et commençait déjà à parler. Que lui est-il arrivé ? A-t-il été changé, remplacé pendant la nuit par les fées qui auraient posé une autre créature dans le berceau ? Est-ce à lui que la vallée doit la malédiction qui la frappe ? Mary, la jeune servante que Nóra vient d’engager, se laisse impressionner par les commérages du village et les rapporte à sa maîtresse. Ensemble, les deux femmes se mettent
en quête de la seule personne en mesure de sauver Micheál : une originale, qui vit seule dans la lande et parle le langage des plantes. Car, même si tout le monde s’en méfie, on sait que la vieille Nance Roche a le don. Qu’elle communique avec le peuple invisible. Et qu’il n’y a qu’elle pour faire revenir ceux qui ont été enlevés…

 
Mon avis :

 

DANS LA VALLEE est une extraordinaire découverte. Une de celle qui marque au plus profond de soi. Après un début très compliqué, je suis sortie de cette lecture abasourdie et ébahie.

 

DANS LA VALLEE s’inscrit dans ces romans intemporels. Ceux qui relatent avec passion, réalisme et honnêteté la vie oubliée des contrées lointaines. Hannah Kent plonge le lecteur au cœur d’un village désœuvré d’une Irlande démunie. Un village où survie et bravoure se côtoient impitoyablement. Un village niché dans une vallée battue par les vents où le soleil écrasant alterne avec l’hivers rigoureux, entouré de montagnes. Des champs à perte de vue, des chemins de terres, des chaumières de terres et de joncs, des feux de tourbes, des vaches, des jardins de pommes de terre, un puits, ô lieu de rencontre féminine, un forgeron, une église, une guérisseuse. Tableau loin d’être idyllique d’un monde rural et rude. Les médecins sont quasi inexistants et sont véritablement hors de prix. Lorsque la maladie frappe, les paysans s’en remettent à l’Eglise où alors vont voir en toute discrétion la guérisseuse. Nance Roche vit à l’extérieur du village avec sa chèvre et ses poules. Sa chaumière est à l’image de sa propriétaire : ordonnée, propre et accueillante. Des herbes, fleurs et plantes sèchent et diffusent une agréable odeur. L’herboriste connaît méticuleusement les plantes qui doivent être associer aux maux. Nance Roche, vieille femme aux yeux voilés par les années et la dureté de la vie, possède également le don. Un don aussi étrange que nécessaire : celui de comprendre le monde caché où vivent les Fairies, les Bonnes Gens. Les croyances et les légendes peuplent les rituels, le quotidien et les soirées autour du feu. C’est un monde craint de tous. Les arbres d’aubépines sont leur royaume, les nuits leur monde, les rivières, les arbres leur terrain de jeux et les humains leur pitance. Ils s’en prennent aux mortels en leur jouant de mauvais tours et peuvent également  s’en prendre aux plus petits d’entre eux en les enlevant et en mettant à leur place des êtres curieux et abominables, des changelin.

 

C’est ce que croit dur comme fer Nora Leahy au sujet de son petit fils de quatre ans. Micheal était un petit garçon tout à fait normal lorsque petit à petit il a arrêté de parler et de marcher. Ses jambes se sont peu à peu atrophiés. Ses nuits sont devenus le berceau de cris épouvantables. Un monstre ! Un être abominable ! Un changelin ?! Nora est convaincue que ce n’est plus son petit fils et les Fairies l’ont emporté dans leur royaume laissant à sa place cette chose. Aidée de sa servante Mary qui s’occupe du petit Micheal, Nora décide de faire appel à Nance dans le but de retrouver son enfant. Nance lui assure qu’après plusieurs méthodes, elle le retrouvera tel qu’il était quelques années plus tôt.

 

Entre superstition et réalité, le gouffre est immense. Le danger guette. Les rumeurs circulent. Le curé éructe. Les aléas et la pauvreté malmènent un village qui ne sait plus où donner de la tête. Tous les maux semblent provenir de Nora et sa famille et de Nance Roche. Qu’en sera t’il des conséquences ? Désastreuses ou merveilleuses ?

 

Hanna Kent de sa plume poétique et exigeante transporte le lecteur aux côtés de ces villageois qui mènent une vie loin de tout repos. Elle relate avec audace ses vies aussi extraordinaires qu’éprouvantes et désobligeantes. De descriptions en descriptions, d’événement en déconvenues, des drames à l’espoir, ce roman est une pure merveille. Celle où la réalité joue avec la frontière de l’irréel, celle où l’horreur remplace l’irrationnel, celle où l’espoir donne un but ultime : la normalité. La normalité dans un monde emprunt de rites et de croyances d’un autre âge. Ce monde en confrontation perpétuel avec la modernité qui règne dans les plus grandes villes. Un monde méconnu qui n’est plus. Un monde cruel et effrayant. Un monde inquiétant.

 

DANS LA VALLEE est un livre choc. Ne pas y être insensible est impensable. J’ai vite été embarquée dans un univers aussi étrange que prenant. Cette virée dans ce monde m’a bouleversée.

 

#Esméralda
 

 
Je remercie les éditions Les Presses de la Cité pour leur confiance via la plateforme NetGalley.
 
image-principale-page-liens-utiles

 

Vers le site Lisez.com pour tout savoir.

Vers le site d’Hannah Kent pour découvrir son univers.

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

Son séduisant ennemi de Katee Robert

son séduisant ennemi

Romance sexy – Livre sorti le 1er décembre 2018

Editions Harlequin – Collection Magnetic

Service presse

 

Je remercie les éditions Harlequin, et plus particulièrement Mélanie, qui m’a confié ce roman en service presse.

Résumé : « Sera-t-elle capable de lui résister ? »

Roman Bassani, ici ? Allie n’en revient pas : l’impitoyable homme d’affaires qui cherche à s’approprier son entreprise l’a suivie sur la petite île des Caraïbes où elle pensait couler quelques jours tranquilles, loin de ses problèmes quotidiens. S’il croit pouvoir la faire capituler, il se trompe ! Mais c’est compter sans son charme magnétique et sensuel, qui fait bientôt vaciller toutes les certitudes d’Allie…

 

Mon avis : J’avais lu, l’été dernier, le précédent roman de Katee Robert paru dans la collection Magnetic. Complètement subjuguée par les protagonistes, j’ai foncé lorsque j’ai vu celui-ci, qui est un spin-off. Encore une fois, j’ai passé un bon moment de lecture.

Nous faisons ici connaissance avec Allie, une jeune femme qui a des difficultés dans son travail et qui, motivée par sa meilleure amie, part en vacances sur une île isolée des Caraïbes. Arrivée là-bas, elle tombe sous le charme d’un bel « Apollon » qui se révèle être Roman Bassani, celui qu’elle cherche à fuir à New-York. Mais leur attirance mutuelle peut-elle être ignorée ? Plaisir et affaires font-ils bon déménage ? Est-ce qu’une passion de vacances peut survivre au retour « dans la vraie vie » ?

Allie est une héroïne forte, comme toutes celles de la collection Magnetic, et elle a aussi des failles qui la rendent touchante. Propriétaire d’une salle de sport et d’un foyer pour femmes battues, Allie ne voit pas d’un bon œil l’intérêt que lui porte Roman. En effet, elle s’est construite seule et elle n’ose pas demander de l’aide. Par moment, je l’ai trouvée énervante car trop orgueilleuse et incapable de faire la part des choses. Concernant Roman, il semble être le stéréotype du beau gosse à qui tout réussit : homme d’affaire brillant, il n’a pas l’habitude qu’on lui résiste et il aime séduire. Pourtant, derrière ce physique se cache un homme sensible, qui a souffert du manque de ses parents quand il était enfant. Par rapport à Allie, je l’ai trouvé sincère et arrangeant vis-à-vis d’elle. Néanmoins, j’ai eu un peu de mal avec ce séducteur qui range son costume de coureur dès qu’il rencontre notre héroïne…

Ce roman m’a plu mais il m’a beaucoup moins embarqué que le précédent. Le couple Allie/Roman est torride mais les scènes érotiques sont un peu gâchées par l’usage de termes vulgaires. De plus, comme je l’ai mentionné plus haut, Allie a parfois des réactions un peu puériles qui m’ont fait lever, assez régulièrement, les yeux au ciel. Pourtant, l’écriture de l’auteure est fluide, efficace et la trame de l’histoire est intéressante. Mais même si j’ai apprécié ma lecture, je suis restée un peu sur ma faim car certains éléments auraient mérité d’être un peu plus poussés.

Pour conclure, « son séduisant ennemi » est une romance sexy qui se lit facilement et qui permet de retrouver Roman, que l’on avait déjà croisé dans « son ami, son amant ». L’idée de départ du roman est séduisante, les protagonistes ont de la personnalité mais quelques petits détails m’ont dérangée. Néanmoins, je recommande cette lecture à tous ceux qui chercheraient une romance épicée, facile à lire et qui fait rêver.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez ma chronique de « Son ami, son amant » ici

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Harlequin

Retrouvez également ce roman sur Amazon

LE SANG DES SAUVAGES, #2 : Le Prix d’Alcibiade de Farah Anah.

[ DARK FANTASY – 2018]
Tome 2/?
BLACK INK Editions
327 pages
Ma note : 4/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle

 
Le résumé :

 

Le retour de Sanaé à Celestia s’accompagne de nombreux questionnements.
Son séjour chez les « Sauvages » a profondément ébranlé ses convictions.
Le danger rôde, Sanaé ne sait plus en qui placer sa confiance. Éloignée de Leith, sa détermination à découvrir les secrets de Celestia ne faiblit pas, mais est-elle prête à sacrifier ses compagnons d’armes dans ce combat ?
Entre sa loyauté envers son peuple, sa quête de vérité et ses sentiments contradictoires, Sanaé devra traverser l’horreur pour frayer son chemin.
Son Sauvage lui a prouvé qu’il possédait de multiples facettes. Sanaé découvrira de la pire des façons jusqu’où la souffrance peut exacerber la cruauté d’un homme.
Est-elle armée pour supporter tout ce que le destin lui réserve ?
Et si son pire ennemi n’était autre que Leith ?
Avertissement : Cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de heurter la sensibilité de certains lecteurs.

 
Mon avis :

 

Sacrée Sanae, la voici une fois de plus empêtrée dans les problèmes et cette fois ci jusqu’au cou. Sanae est de retour à Celestia avec une mission bien précise qui s’avère, par ailleurs, bien plus ardue que prévue. Très vite Sanae se rend compte que la confiance est un bien précieux qui ne faut pas accorder au premier venu. Seule, désemparée, soucieuse accaparé par des sentiments contradictoires et des émotions brouillons, Sanae, captive malgré elle, étouffe dans une ville dirigée par un roi malhonnête. La rage bouillonne, l’envie de tout écraser se fait pressante, Sanae vit un véritable cauchemar entre l’amour pour un rival de son peuple et son peuple qui n’a pas plus de bonnes manières. Assisse entre deux chaises, sa force de persuasion devient alors sa meilleure arme.

 

Sanae connaît de nombreux aléas, renoue avec son terrible passé dont les secrets éclaboussent son apparente tranquillité. Son grand amour pour Leith est véritablement malmené. Le chaos règne partout. Le ciel s’obscurcit, les morts s’amoncellent et la guerre n’annonce rien de bon. Quel va être le prix à donner pour retrouver la sérénité ?

 

Ce second tome n’a rien d’une idylle paradisiaque. Farah Anah plonge son lecteur dans les profondeurs du mal, de la manipulation et de la combativité. L’auteur ne laisse rien au hasard et prive ses personnages de tendresse. Tout est alors question d’urgence, de survie et de stratagème. Une course effrénée et éreintante pour une guerre qui ne laissera aucun répit. La violence se fait reine, le sang se fait prince et la douleur la pire des compagnes. Tortures et sévices n’épargneront personne. Si je trouvais Sanae détestable dans le premier tome par son côté versatile, il n’en ai plus rien ici. Les traits psychologiques de son personnage sont approfondis et j’ai découvert une jeune femme aussi téméraire que courageuse et animée par de véritables sentiments purs. Une magnifique lumière au milieu des ténèbres. Alors que je reprochais la presque absence de Leith (dans la narration), ici, il a droit à la parole, je découvre un homme aux fortes convictions animait par un rage sanguinaire mais qui porte malgré sa noirceur, un véritable amour pour Sanae. Il est très maladroit quand il doit parler de sentiments et ne sait pas du tout comment gérer les émotions qu’il ressent. Son créneau est sans contexte la guerre, le sang, la hache, les couteaux, les poings, le combat…

 

Cette suite a tous les ingrédients pour me séduire : une trame riche, des personnages hauts en couleur, un univers trépidant. Une dark fantasy explosive et riche en émotions.

 

Réside toutefois une question finale : suite ou pas suite ? Parce que, je veux pas dire, mais la dernière phrase titille ma curiosité et pas qu’un peu !

 

#Esméralda
 

 
Je remercie Blak Ink Editions pour leur confiance via la plateforme NetGalley.

 

 

image-principale-page-liens-utiles

 

Découvre mon avis sur le premier tome : « Savage Task ».

Vers le site de Black Ink Editions pour tout savoir.

 

 

Screenshot_2018-09-04 Personnalisez LE TEMPS D_UNE ILE de Thierry Clech

MUSIC & LOVE tome 1 de Alexandra Lanoix.

[ ROMANCE CONTEMPORAINE – 2018 ]
Auto-édition
458 pages
Ma note : 4/5
Lu dans le cadre de MON PETIT MARATHON SPÉCIAL « INDE » de DÉCEMBRE.
Lien Kindle


Le résumé :


À Londres, lors d’une soirée chez sa meilleure amie, Stephanie a un véritable coup de foudre pour le beau James, un mannequin gay. Difficile de croire qu’une histoire d’amour pourrait naître entre eux, et pourtant…
Pour tenter de vivre de sa passion, la musique, elle va devoir travailler pour Greg, un chanteur sur le déclin qui veut revenir sur le devant de la scène. Charmé dès leur rencontre par Stephanie, Greg est prêt à tout pour la conquérir, quitte à perturber la vie sentimentale déjà compliquée de la jeune femme.
De Londres à New York en passant par Paris, suivez leur chassé-croisé amoureux sur fond de musique jazzy.


Mon avis :


Il n’y a pas à dire Alexandra Lanoix conte à merveille les belles histoire d’amour agrémentées pour te rendre folle de désirs.


Stéphanie, trentenaire, et désespérément seule depuis bien trop longtemps. Elle consacre sa vie à la musique qu’elle compose pour des publicités ou autre en attendant la célébrité (ou pas). Stéphanie est une gentille fille, romantique jusqu’au bout des ongles et rêveuse. Elle n’a pas grande confiance en elle et elle est surtout marquée au fer blanc par sa dernière relation qui l’a littéralement détruite. Elle espère le grand amour comme dans les contes de princesse. Elle attend impatiemment le beau prince qui la sauvera de ce grand désarroi. Elle met peut être la barre très haute quant à ses attentes envers la gente masculine, mais lors d’une soirée organisée par sa meilleure et unique amie, elle fait la connaissance de James. Beau, athlétique, grand, des yeux à faire craquer la banquise, intelligent, protecteur, mais GAY. Stéphanie table leur début de relation sur l’amitié en espérant qu’un jour il change de bord. Après tout, une belle histoire pourrait naitre ?! Avançant pas à pas dans une relation bancale mais qui s’approfondit, les obligations professionnelles viennent troubler l’apparente tranquillité. James doit partir à New York pour débuter sa carrière de mannequin et Stéphanie se voit proposer de travailler sur le prochain album de Greg, jazzman de son état.


Greg quarantaine bien établi a connu la banque route pendant de nombreuses années. Un mariage qui est tombé à l’eau, un dernier album qui n’a pas été encensé par la critique et une lente plongée dans l’alcool. Le parfait portrait d’un loser qui a décidé de se remettre sur les rails. Greg est un homme attachant avec une personnalité assez forte. C’est avant tout un passionné de musique et de Stéphanie. Coup de foudre à Londres ! Patient, il plante peu à peu les graines de son amour en attendant que Stéphanie tombe sous le charme.


Belle Stéphanie dans les problèmes jusqu’au cou. Après des mois de disette la voici au cœur d’un trio où les prétendants ne laisseront pas passer leur chance.


Comment ne pas tomber sous le charme de cette romance palpitante ? Des personnages à la fois attachants et romantiques qui ne savent plus où donner de la tête. L’amour, la méfiance, la passion et la colère s’invitent tout au long d’une histoire émouvante et bouleversante. L’auteur, de sa plume talentueuse, joue avec nos émotions et arrive à nous mettre dans des états pas possible. C’est aussi envoutant qu’addictif. En bref, c’est la lecture que tu dévores. Une belle romance aux multiples rebondissements où ce trio d’amoureux sème à leur suite douceur et amour.


A savoir, le tome 2 vient juste de paraître.

#Esméralda




Je remercie Alexandra Lanoix pour sa confiance et sa patience.



image-principale-page-liens-utiles



Découvre l’univers fabuleux d’Alexandra Lanoix sur son site.

Un autre roman d’Alexandra Lanoix : « Protection très rapprochée ».

Un autre roman d’Alexandra Lanoix : « SHAPE OF YOU ».

Un autre roman d’Alexandra Lanoix : « THE KORSICAN ».



TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

IMG_20180426_160220_117

LA DEESSE DES LOUPS, tome 1 : Morsure de Mathilde Bonnard.


[ FANTASTIQUE – YOUNG ADULT – 2018]
Tome 1/3
Editions LIVRESQUE
462 pages
Ma note : 3/5
Lien Kindle



Le résumé :


À la mort de ses parents, le monde d’Alexandra Schmitt bascule dans une sombre et infernale spirale. Orphelines, sa famille ne peut l’accueillir elle et sa soeur jumelle : ils sont donc contraints de les séparer. A contre cœur, Alexandra quittera la France pour rejoindre sa tante au Canada. Les adieux sont glacials et la rivalité fraternelle n’a jamais été aussi pesante.
Arrivée dans son nouveau lycée, elle rencontre Dyami, un mystérieux amérindien aussi séduisant que détestable, qui apporte une lueur dans toute cette obscurité et l’éloigne du point de non-retour. Quel lourd secret porte-t-il ?
Rejetée, trahie, l’adolescente retrouve ses démons et tente de mettre fin à ses jours. C’est alors qu’elle revient à la vie grâce à la magie d’une légende indienne : La Déesse des Loups.
Le mythe oublié, renaît.


Mon avis :


La vie d’Alexandra semblait tout simplement banale. Un petit copain qui ressemble au parfait idiot et une sœur jumelle qui l’exècre plus tout au monde. La parfaite vie d’adolescente ! Sans compter sur des parents aimants mais qui en prennent pour leur grade. Alexandra est une gentille fille, sans grande prétention qui encaisse toutes les bassesses de sa sœur. Haïr est si facile. Alexandra n’a rien d’une féroce battante. Elle vie selon la situation et s’adapte. Loin d’être joyeuse, elle apprécie les bons moments sans prise de tête.


Sauf le jour où tout bouscule dans l’horreur. Un accident mortel emporte ses parents et le monde d’Alexandra déjante à une vitesse incroyable. La douleur, l’incompréhension, la perte, la solitude, le désespoir et l’abandon la submergent et la noient dans tout un tas d’émotions négatives. Le pire d’entre tout est le fait qu’elle se voit envoyer à des milliers de kilomètres de sa famille, au Canada, chez une tante qu’elle connaît trop peu. Le déracinement est effroyable et douloureux. Des pensées de plus en plus noires s’emparent d’elle la coupant d’un nouveau monde. Une tante froide et désagréable l’accueille. Des lycéens amérindiens vouant une haine indescriptible aux Hommes Blancs ne lui sont d’aucun soutien amical. Seule la sœur de Dyami, LE chef amérindien, lui ouvre les bras et son monde. Suffira t-elle à la détourner de son projet morbide ? Retrouvera t-elle un semblant de paix ? Le beau Dyami n’arrête pas de lui planter des couteaux dans le dos et le dernier à tout du coup fatal.


La fuite, la nuit, une forêt, un désespoir incommensurable et une morsure : que va t’elle advenir d’elle ?


Ce premier tome pose des bases efficaces pour une histoire qui fait vivre mille et un tourment. Alexandra a tout de l’héroïne tragique qui renait de ses cendres. Si Mathilde Bonnard insiste dès le départ sur l’état émotionnel de son personnage, au fil des pages, elle retourne sa veste pour décrire une héroïne parfaitement à l’aise pour un rôle fait comme un gant. La descente en enfer est si prenante que la résurrection est incroyable. De nombreux rebondissements rythment une histoire qui tient en haleine. Si l’imaginaire est trop peu présent à mon goût, il va de soi que les émotions engendrées par tous m’ont prise aux tripes. Je n’ai pu empêché de verser ma larme. En filigrane, les histoires d’amour et d’amitié parachèvent une trame 100% suspense.


Malgré des longueurs et des scènes quelquefois pas assez développées (je sais, je suis trop exigeante), j’ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de ce premier tome. La plume de Mathilde Bonnard a su me transpercer par la flopée des émotions rendant les aventures d’Alexandra addictives.


#Esméralda


Je remercie Mathilde Bonnard pour sa confiance et sa patience.



image-principale-page-liens-utiles


Vers le site des éditions Livresque pour tout savoir.

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3