TROIS PETITS TOURS de Hélène Machelon.

 
[ AUTO FICTION – Nouveauté 2019]
Librinova
140 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du RDV #MonMarathonIndé de Juillet
 
Le résumé :
« Saviez-vous que les petites filles naissent pour faire tourner leur jupon de princesse jusqu’à s’étourdir, pour massacrer les bâtons de rouge à lèvres en se tordant les chevilles sur les escarpins de leur mère, pour sauter sur les lits et s’admirer dans le grand miroir de l’entrée en récitant des poèmes ? La mienne aussi. Enfin, c’est ce que je croyais ». Au cours des heures suivant l’arrêt des soins qui maintiennent Rose en vie, ses parents croisent les héros de l’ombre qui les entourent. Leurs vies se racontent dans des portraits (la mère, la pédiatre ou le clown) qui embarquent le lecteur dans un monde d’émotions que généralement on tait. Il se glisse dans les conversations et partage les pensées de chacun pour mieux comprendre l’intensité inouïe du moment.Une histoire d’amour avec un regard original sur l’inacceptable : la perte d’un enfant.Un livre percutant et juste au style délicat, porteur d’espoir et de lumière.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
L’éphémère de la vie dans un regard transperçant, dans une main câline, dans un sourire cristallin, dans les mots susurrées au creux de l’oreille, dans ces ritournelles candides. L’éphémère qui se compte, auquel on s’accroche, contre lequel on se bat. Les cris silencieux de douleur et l’espérance qui fait battre chaque cellule d’un corps qui s’use. Le déchirement insupportable. L’impuissance. L’abnégation. Le refus. La solitude. Le désespoir. L’effondrement. Des coulées de larmes qui noient toutes notions et enflent le courant de la haine. Et ses regards de ces hommes et de ces femmes qui continuent leur danse funèbre au rythme d’un pas stoïque. Figures de marbre dans un lieu aseptisé où les vivants font la guerre aux morts. Mais qui sont-ils ? Comment survivre dans un lieu qui ne prend plus qu’il ne donne ?

 

Dans ce ballet chargé d’espoir et de désillusion s’affronte la dure réalité de la vie. Une infirmière, un clown, une copine éphémère, une secrétaire, un curé, un croque-mort, une femme se livrent à tour de rôle. Mettant le cœur sur la table et l’âme à découvert, leur portrait est saisissant, effroyable et déstabilisant. Rentrer dans leur vie est comme un cadeau qui peut se révéler empoissonné ou au contraire merveilleux.

 

Dans cet endroit où la douleur règne en reine, elle percute différemment ces hommes et ces femmes. Alors que l’on voudrait qu’elle soit partagée pour mieux la supporter, certains se renferment, courent après le temps, font un timide sourire d’autres l’acceptent et la magnifient.

 

Cette immersion dans ces intimités chamboulent. Elles éclatent les petites bulles de bonheur personnelles pour en créer une merveilleuse où l’espoir transparaît, façonnées avez un zeste de douleur.

 

Une plume efficace et fluide mettant en scène des mots comme de véritables perles. Je pense être passée par tout un tas d’émotions, de la plus destructrice à la plus paisible. Bouleversant, déchirant et déstabilisant, il est vraiment impossible d’être insensible à cette vague émotionnelle. L’humilité côtoie l’honnêteté et la perte. Une histoire tout simplement magnifique.

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Librinova.

… l’interview de Hélène Machelon.

IMG_20180426_160220_117

Publicités

Dis-moi quelle autrice indée es-tu Hélène Machelon ?

 
Bonjour les ami.e.s.

 

Dernière interview de ce rdv de juillet #MonMarathonIndé. Place au portrait de Hélène Machelon. TROIS PETITS TOURS, une auto fiction tourmentée et captivante, a su me séduire par les messages forts dont ils témoignent.

 

Rendez-vous d’ici quelques jours pour mon avis !

 

Une interview de #Esméralda

  • Dis-moi quelle autrice indée es-tu ?
Je suis un bébé auteur qui voudrait grandir.
 
  • Un livre préféré ?
Grâce et dénuement Alice Ferney.

 

  • Un livre que tu n’as jamais pu finir ?
Comme un chant d’espérance Jean d’Ormesson.

 

  • Des petites manies quand tu écris ?
4 litres de thé au Jasmin, des biscuits au citron sésame et de l’huile essentielle de fleur d’oranger en diffusion. Dans ma tasse fétiche Frida Khalo achetée au Mexique.
 
  • Plume ou ordinateur ?
Les deux mon Capitaine car la plume qui glisse sur le carnet, j’aime .

 

  • Plutôt jour ou nuit ?
Jour et nuit.

 

  • Auto-édition par conviction ?
Très clairement sans conviction, j’espère fort être repérée pour que l’aventure continue, j’ai encore des choses à dire. Des kilos de touches éditeurs puis… » votre manuscrit a fait l’objet d’une concertation en interne, nous avons aimé l’écriture mais… ». Bref je suis au Salon des Refusés.
 
  • Ton pire défaut ?
Maladroite (et blessante sans le vouloir).

 

  • Ta plus grande qualité ?
J’ai du cœur ( bon c’est la réponse de mon mari ), moi je dirais joyeuse ou enthousiaste.
  • Passionnée ou persévérante ?
Les deux j’espère, mais passionnée plus.

 

  • Tu écris … ?
Plutôt roman réaliste. En ce moment, j’écris et je pense à deux nouveaux romans, un sur le déni de grossesse et l’autre sur le monde des tziganes.
 
  • Ton rêve le plus fou ?
Ouvrir un orphelinat qui ne serait pas comme ceux que je connais trop… ( j’ai adopté 3 enfants ).
 
  • Décris en trois adjectifs ton roman que je m’apprête à lire :
Vrai, intime, soufflant 

 

Je remercie chaleureusement Hélène.